NORWAY, WITH ONLY ITS OIL REVENUES, HAS BUILT THE LARGEST SOVEREIGN FUND IN THE WORLD. LA NORVÈGE, GRÂCE EXCLUSIVEMENT À SES REVENUS PÉTROLIERS, A BATI LE PLUS IMPORTANT FOND SOUVERAIN DU MONDE

Photo: Oilpro




English version

On 13 April 1965, Norway announced the first licensing round for oil exploration on its territory. A total of 78 blocks were awarded to oil companies or groups of companies for 22 production licenses.

In 1969, the important discovery of Ekofisk was made and the Norwegian oil adventure finally began. Production from that field started on 15 June 1971, and in the following years a number of major discoveries were made. Foreign companies dominated exploration off Norway in the initial phase, and were responsible for developing the country's first oil and gas fields.

The Norwegian company Statoil was created in 1972, and the principle of 50 percent state participation in each production license was established. This rule was later changed so that the Storting (the Norwegian parliament) can evaluate whether the level of state participation should be lower or higher, depending on circumstances.

Beginning on 1 January 1985, the State's participation in petroleum operations was reorganized and split in two: one linked to the company and the other becoming part of the State's Direct Financial Interest (SDFI) in petroleum operations. SDFI is an arrangement in which the State owns interests in a number of oil and gas fields, pipelines and onshore facilities. Each government take is decided when production licenses are awarded and the size varies from field to field. As one of several owners, the State pays its share of investments and costs, and receives a corresponding share of the income from the production license.

In 1990, the government established Norway's sovereign wealth fund which was run by Norges Bank Investment Management, a division of Norway's central bank. This fund’s mission was to invest on behalf of the Norwegian people, the revenues made from the country's oil. For example, this fund has 60 percent of its assets in equities, with huge stakes in Nestle, Apple, pharmaceutical firms Novartis and Roche, as well as Royal Dutch Shell, HSBC and BlackRock etc.

Because of the Norwegian superb planning and fiscal discipline, despite the recent drastic decline of the price of the barrel, the Norwegian Sovereign Fund remains the largest in the world, with a total value of 884 billion dollars as of 9 February 2016 (or 442000 billion CFA Francs) (Source: The Economist).

Dear readers, just to compare, Gabon has been selling oil since the 1950s. Omar Bongo had established in the 1980s, a fond called “Fund for Future Generations”. No one knows what ever happened to it. In 2012, Ali Bongo, once again like his father, announced the creation of a new “Fund for Future Generations”, that was supposed to receive initially 10% of all oil revenues. But to this day, no one knows how much that fund holds.

In 26 years, since 1990, Norway has used its oil revenue to build a sovereign fund valued at 442000 billion CFA Francs. In 49 years, since 1967, the Bongos have received the Gabonese oil revenues and can only show us a mountain of debt! Where did the money go?



Version française

Le 13 Avril 1965, la Norvège a annoncé la distribution de la première série de licences pour l'exploration pétrolière sur son territoire. Un total de 78 blocs a été attribué à des entreprises ou groupes d'entreprises, pour 22 licences d’exploration.

En 1969, l’importante découverte d’Ekofisk a été faite et l'aventure pétrolière norvégienne a finalement commencé. La production de ce champ a débuté le 15 Juin 1971, et dans les années suivantes un certain nombre de découvertes majeures ont été faites. Les entreprises étrangères dominaient l’exploration au large de la Norvège dans la phase initiale, et furent responsables de la mise en service des premières exploitations de pétrole et de gaz dans le pays.

La société norvégienne Statoil fut créée en 1972, et le principe de la participation de l'Etat pour 50 pour cent dans chaque licence de production fut mis sur pied. Cette règle a ensuite été modifiée pour que le Storting (le Parlement norvégien) puisse évaluer si le niveau de participation de l'Etat devait être inférieur ou supérieur à ce taux, selon les circonstances.

À compter du 1er Janvier 1985, la participation de l'État dans les opérations pétrolière fut réorganisée et scindé en deux: l'une lié à la compagnie et l'autre devenant la partie des intérêts financiers directs de l'État (SDFI) dans les opérations pétrolières. SDFI est une entité par laquelle l'État détient des participations dans un certain nombre de champs de pétrole et de gaz, des pipelines et d’installations on-shore. Chaque participation gouvernementale est décidée au moment où les licences de production sont attribuées et la taille de ces participations varie en fonction des champs. Etant l'un des actionnaires, l'État paie sa part d’investissements et de coûts, et reçoit une part correspondante des revenus de production.

En 1990, le gouvernement créa le fond souverain de la Norvège, géré par Norges Bank Investment Management, une division de la Banque Centrale de Norvège. La mission de ce fond fut d'investir au nom du peuple norvégien, les recettes pétrolières du pays. Par exemple, ce fonds a 60 pour cent de ses actifs en actions dans de grand groupe tels Nestlé, Apple, les entreprises pharmaceutiques Novartis et Roche, ainsi que Royal Dutch Shell, HSBC et BlackRock etc.

En raison de la superbe planification des Norvégiens et de leur discipline budgétaire, en dépit de la récente baisse drastique du prix du baril, le fond souverain norvégien demeure le plus important du monde, avec une valeur totale de 884 milliards de dollars en date du 9 Février 2016 (ou 442000 milliards de francs CFA) (Source: The Economist).

Chers lecteurs, à titre de comparaison, le pétrole est exploité au Gabon depuis les années 1950. Omar Bongo avait mis en place dans les années 1980, un fond appelé "Fond pour les Générations Futures". Personne ne sait ce qu'il en est advenu. En 2012, Ali Bongo, encore une fois comme son père, a annoncé la création d'un nouveau «Fond pour les Générations Futures", qui était censé recevoir dans un premier temps, 10% de toutes les recettes pétrolières. Mais à ce jour, personne ne sait à combien s’élève ce fond.

En 26 ans, depuis 1990, la Norvège a utilisé ses revenus du pétrole pour bâtir un fond souverain d'une valeur de 442000 milliards de francs CFA. En 49 ans, depuis 1967, de réception des recettes pétrolières gabonaises par les Bongos, ils ne peuvent nous présenter qu’une montagne de dettes! Où est passé l'argent?

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI