ACCORDING TO STATFOR, THERE ARE WORRYING SIGNS FOR GABON. SELON STATFOR, IL Y A DES SIGNES INQUIÉTANTS POUR LE GABON




English version

What Lets Gabon's Government Go Unchecked

20 May 2016


Summary

Worrying signs are beginning to emerge from Gabon as the country moves closer to its presidential election in August. Like many of its peers, the Central African oil producer has been hit hard by the slump in global energy prices, and the resulting strain on the Gabonese budget is starting to take a political toll. With less money to secure support and more rivals to contend with, the Gabonese Democratic Party may have trouble protecting its rule and the system that has kept it in power for over half a century.

Analysis

Gabon's economy is in bad shape. The effect of declining oil reserves over the past two decades has been compounded by the more recent drop in energy prices. Because hydrocarbons account for more than 50 percent of Gabon's gross domestic product, and the sale of hydrocarbons accounts for 80 percent of its export revenue, the country is vulnerable to fluctuations in oil and natural gas markets. Gabon's debt has more than doubled amid the downturn in oil prices to reach 43 percent of GDP, and it is expected to rise above 50 percent by the end of the year. The government's funding problems will likely be made worse by the country's currency. The stability of the Central African franc, which is pegged to the euro, prevents Gabonese import costs from rising rapidly. That stability is a double-edged sword, however, because it prevents the government from using depreciation to counteract the effects of low oil prices, leading to a further reduction in government revenue.

Normally, dwindling government coffers would prompt cutbacks in spending. But trimming the budget ahead of presidential and legislative elections is not an ideal move for Gabonese President Ali-Ben Bongo Ondimba, who will be seeking to shore up support in the months ahead. As Bongo continues to avoid unpopular belt tightening, he will likely run up a larger fiscal deficit in the process. Gabon's bloated public-wage bill and spending spree in preparation for the Africa Cup of Nations tournament, which the country will host in January 2017, will only add to the strain on the Gabonese budget.


Discontent Mounts as the Economy Crumbles

The country's weakening economy is causing political tensions to flare, so much so that it prompted Gabon's chief mediator, Laure Olga Gondjout, to warn May 7 that the country is facing "a crisis on multiple fronts." She pointed to the fissures that have emerged in social dialogue, as well as to foreigners' flight from the country and reports that some Gabonese citizens are preparing to leave as well. Meanwhile, an unprecedented number of members of Bongo's ruling Gabonese Democratic Party (PDG) have defected to the opposition in the past few months. Some of the defectors have even decided to run against Bongo in August. The president also faces a daunting challenger in Jean Ping, a former diplomat and chairman of the African Union Commission who is campaigning for the presidency.

The defections may signal trouble on the horizon for the Bongo administration. The PDG government, which the Bongo family has controlled since Gabon's independence in 1960, historically has relied on oil revenue to pacify any resistance to its rule. But because the country's oil production has been falling since it peaked in the mid-1990s, the ruling party now has less money to keep political grievances from festering. The departure of several old-guard PDG officials could indicate that the cash-strapped government is starting to lose its grip over the Gabonese political system.

The French Connection

The outcome of Gabon's predicament will be determined, in part, by its historical ties to France. The former French colony for decades was considered a critical component of France's strategy to gain energy independence. In exchange for political patronage, Gabon provided France with oil and uranium in addition to other materials such as manganese and lumber. Together, Gabon's loyalty and strategic importance ensured that France maintained a strong presence in the Central African state. Though its significance to France has diminished in recent years as the French economy has diversified, Gabon retains a strong bond with its onetime colonial ruler. Thousands of French expatriates live in Gabon, and France has a permanent military base in Libreville staffed with at least 450 French soldiers.

Bongo's father, El Hadj Omar Bongo, served as Gabon's president for nearly 42 years and was a master at playing different elements of the French state off one another to gain concessions for his country. When he died in 2009, his son — who had served as both foreign and defense minister under his father — ran to replace him. Though the official election results named Ali Bongo the victor with 41.7 percent of the vote, credible allegations of fraud arose and continue to taint his presidency to this day.

In August, Bongo will be pitted against several candidates who contest the legitimacy of his rule. Ping, widely considered the candidate best positioned to defeat Bongo, has accused the president of being born outside Gabon — an automatic disqualification from the race. Bongo, in turn, has likened Ping's mention of "eliminating the cockroaches" to the Rwandan genocide and the Holocaust, igniting controversy among the public. Bongo and his party will no doubt mobilize the massive state resources at their disposal to secure a victory, particularly since an electoral loss would jeopardize not only Bongo's rule but also the political system that has run the country from its infancy.

As the campaign heats up and dissatisfaction with the economy grows, Gabonese citizens are hardening their stances for or against the president. The polarization of Gabonese society could lead to unrest in the wake of the elections, no matter their outcome. If it does, France's role in Gabon could mean the difference between peaceful transition and further discontent. France relies less on Ali Bongo's Gabon than it did on his father's, and its apathy toward the current president could result in inaction if allegations of voter fraud arise from the August elections.

Either way, Bongo's opponents will be limited in their ability to provoke widespread disorder and political paralysis in Gabon. The opposition has not united behind a single challenger to the Bongo family; instead, the field is divided among several candidates. Moreover, opposition figures, including Ping, often have little external support, making armed rebellion highly improbable. The PDG, backed by the resources of a nation, can easily clamp down on dissent if it chooses, much like the Republic of the Congo did after its elections in March.

Still, in the unlikely event that a disgruntled opposition could instigate a rebellion following an electoral loss, it would be difficult for the French government to stand by and do nothing. France could be forced to act to safeguard its interests in Gabon, the most important of which are stability and the safety of French nationals and supply lines. But short of a significant threat to Gabon's security, Paris is unlikely to intervene in its affairs, giving Bongo free rein to assure the survival of his presidency.



Version françaises

Quoi, laissez le gouvernement gabonais faire ce qu’il veut

20 Mai 2016

Summary

Des signes inquiétants commencent à faire surface Gabon à mesure que ce pays se rapproche de son élection présidentielle en Août. Comme beaucoup de ses pairs, le producteur de pétrole d'Afrique centrale a été durement touché par la chute des cours mondiaux du brut, et la conséquence résultante sur le budget gabonais commence à prendre des proportions politiques. Avec moins d'argent pour obtenir des soutiens et plus de rivaux à combattre, le Parti Démocratique Gabonais pourrait avoir du mal à protéger son régime et le système qui l'a maintenu au pouvoir depuis près d'un demi-siècle.


Analysis

L'économie du Gabon est en mauvais état. L'effet de la baisse des réserves de pétrole au cours des deux dernières décennies a été aggravé par la baisse récente du prix du brut. Parce que les hydrocarbures représentent plus de 50 pour cent du produit intérieur brut du Gabon, et que la vente des produits pétroliers compte pour 80 pour cent de ses recettes d'exportation, le pays est vulnérable aux fluctuations des marchés du pétrole et du gaz naturel. La dette du Gabon a plus que doublé en plein cours de la baisse des prix du pétrole pour atteindre 43 pour cent du PIB, et elle est prévue s'élever au-dessus de 50 pour cent d'ici la fin de l'année. Les problèmes de financement du gouvernement seront probablement aggravés par la situation monétaire du pays. La stabilité du franc de l'Afrique centrale, qui est arrimé à l'euro, empêche les coûts d'importation du Gabon d’augmenter rapidement. Cette stabilité est une épée à double tranchant, cependant, car elle empêche le gouvernement d'utiliser l'amortissement pour contrer les effets pervers des faibles prix du pétrole, conduisant à une réduction supplémentaire des revenus de l’Etat.

Normalement, la diminution des revenus de l’Etat inciterait à la réduction des dépenses. Mais couper le budget avant les élections présidentielles et législatives n’est pas une situation idéale pour le président Gabonais Ali-Ben Bongo Ondimba, qui sera à la recherche de soutiens dans les mois à venir. Alors que Bongo continue d'éviter d’impopulaires resserrements de la ceinture, il aura probablement accumulé un déficit budgétaire plus important dans ce processus. La pléthorique masse salariale de la fonction publique et les dépenses folles du Gabon en vue de la Coupe d'Afrique des Nations, dont le pays sera l'hôte en Janvier 2017, ne feront qu'ajouter à la pression exercée sur le budget gabonais.


Le mécontentement s’accroit à mesure que l’économie s’écroule

L’affaiblissement de l'économie de du pays est à l'origine de tensions politiques, si bien que cela a incité le médiateur de la République, Laure Olga Gondjout, à avertir le 7 mai, que le pays était confronté à "une crise sur plusieurs fronts." Elle a souligné les fissures qui apparaissent dans le dialogue social, ainsi que la fuite du pays des ressortissants étrangers et des rapports voulant que certains citoyens gabonais se préparent à partir aussi. Pendant ce temps, un nombre sans précédent de membres du Parti Démocratique Gabonais de Bongo (PDG) a fait défection vers l'opposition, au cours des derniers mois. Certains des transfuges ont même décidé de se présenter contre Bongo en Août. Le président fait également face à un challenger redoutable en Jean Ping, l’ancien diplomate et président de la Commission de l'Union africaine qui fait campagne pour la présidence.

Les défections peuvent signaler des problèmes à l'horizon pour l'administration Bongo. Le gouvernement PDG, au travers duquel la famille Bongo a contrôlé le pouvoir pratiquement depuis l'indépendance du Gabon en 1960, a historiquement compté sur les revenus du pétrole pour apaiser toute résistance au régime. Mais parce que la production pétrolière du pays est en baisse depuis son apogée au milieu des années 1990, le parti au pouvoir a maintenant moins d'argent pour apaiser les griefs politiques. Le départ de plusieurs responsables de la vieille garde du PDG pourrait indiquer que le regime à court d'argent, soit en train de perdre son emprise sur le système politique gabonais.


La connexion française

Le résultat de la situation difficile du Gabon sera déterminé, en partie, par ses liens historiques avec la France. Pendant des décennies, l'ancienne colonie française a été considérée comme une composante essentielle de la stratégie de la France pour accéder à l'indépendance énergétique. En échange de protection politique, le Gabon a fourni à la France du pétrole et de l'uranium ; en plus d'autres matériaux tels que le manganèse et le bois. Ensemble, la loyauté du Gabon et son importance stratégique, ont assuré que la France ait maintenu une forte présence dans cet Etat de l'Afrique centrale. Bien que son importance pour la France ait diminué ces dernières années à mesure que l'économie française se soit diversifiée, le Gabon conserve un lien fort avec son ancienne puissance coloniale. Des milliers d'expatriés Français vivent au Gabon, et la France a une base militaire permanente à Libreville avec au moins 450 soldats français.

Le père de Bongo, El Hadj Omar Bongo, a servi en tant que président du Gabon pendant près de 42 ans et était un maître à faire jouer différents éléments de l'Etat français les uns contre les autres pour obtenir des concessions pour son pays. Quand il est mort en 2009, son fils - qui avait servi en tant que ministre des Affaires étrangères et de la défense de son père – s’est empressé pour le remplacer. Bien que les résultats officiels des élections aient donné Ali Bongo vainqueur avec 41,7 pour cent des voix, des allégations crédibles de fraude firent surface et continuent à entacher sa présidence à ce jour.

En Août, Bongo sera opposé à plusieurs candidats qui contestent la légitimité de son règne. Ping, largement considéré comme le candidat le mieux placé pour vaincre Bongo, accuse le président d'être né hors du Gabon - une disqualification automatique de la course. Bongo, à son tour, a comparé la mention de Ping «d’éliminer les cafards" au génocide rwandais et à l'Holocauste, déclenchant une controverse ai sein de l’opinion. Bongo et son parti vont sans aucun doute mobiliser les massives ressources publiques à leur disposition pour s’assurer une victoire, surtout qu’une défaite électorale compromettrait non seulement le régime de Bongo, mais aussi le système politique qui dirige le pays depuis toujours.

Alors que la campagne bat son plein et que l'insatisfaction relative à l'économie va en croissant, les citoyens gabonais durcissent leurs positions pour ou contre le président. La polarisation de la société gabonaise pourrait conduire à des troubles à la suite des élections, peu importe leur résultat. Si cela a lieu, le rôle de la France au Gabon pourrait faire la différence entre la transition pacifique et plus de trouble. La France compte moins sur le Gabon d'Ali Bongo qu'elle ne l’a fait du temps de son père, et son indifférence envers le président actuel pourrait conduire à l'inaction si les allégations de fraude électorale surviennent pendant les élections d'août.

De toute façon, les adversaires de Bongo seront limités dans leur capacité à provoquer le désordre généralisé et la paralysie politique au Gabon. L'opposition n'est pas unie derrière un seul challenger à la famille Bongo; par contre, le champ est divisé entre plusieurs candidats. En outre, les figures de l'opposition, y compris Ping, ont souvent peu de soutien extérieur, ce qui rend la rébellion armée hautement improbable. Le PDG, appuyé par les ressources de l’Etat, peut facilement réprimer la dissidence si elle en fait le choix, comme cela s’est vu en République du Congo après ses élections en Mars.

Néanmoins, dans le cas improbable où une opposition mécontente pourrait susciter une rébellion suite à une défaite électorale, il serait difficile pour le gouvernement français de se tenir à l’écart et de ne rien faire. La France pourrait être contrainte d'agir pour sauvegarder ses intérêts au Gabon, dont les plus importants sont la stabilité et la sécurité des ressortissants français et des chaines d’approvisionnement. Mais à moins d'une menace importante pour la sécurité du Gabon, il est peu probable que Paris intervienne, donnant libre cours à Bongo pour assurer la survie de son pouvoir.


Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR