THE RUBAN VERT SCHOOL PROVES THAT FOR SYLVIA AND ALI BONGO, EQUAL OPPORTUNITIES IN GABON REMAINS A MYTH! L’ÉCOLE RUBAN VERT PROUVE QUE POUR SYLVIA ET ALI BONGO, L’ÉGALITE DES CHANCES AU GABON RESTE UN MYTHE

Photo: Ruban Vert




English version

In a recent article probably written by the consulting firms she pays exorbitantly, Sylvia Bongo affirmed in Time Magazine that the Ruban Vert school she opened in Libreville is the symbol of her commitment to the dream of equality of opportunity for all children in Gabon. This is really a sad joke, because in reality, there is no change that a little girl or boy born into the bleakest poverty in Gabon would ever be able to attend that school that was built for the privileged, using public Gabonese money.

The first thing to know is that the Ruban Vert school was built with Gabonese public money, for amounts far beyond tens of billions CFA francs. This money could have been used to upgrade the totality of public schools in the country, which would have benefitted the majority of pupils in Gabon, and not only the very few.

The second thing is that the Ruban Vert school is attended mostly by children of expatriates living in Gabon, which means that the impact of that school on Gabonese children is fairly limited.

Watching Sylvia and Ali Bongo, one realizes very quickly that the gap between aspiration and reality when it comes to equal opportunity among Gabonese could hardly be wider. Today, Gabon has less equality of opportunity among its population, than at any other time in its history since 1960. This is especially tragic since the country has ample resources to provide opportunity for all its children. While Gabonese citizens may differ on the desirability of equality of outcomes, there is near-universal consensus that inequality of opportunity is indefensible. Most if not all Gabonese citizen believe that the State should do everything it can to ensure equality of opportunity for all.

It is not that social mobility has become impossible in Gabon, but the reality is that the upwardly mobile Gabonese does not have to rely solely in education anymore, because the education system has all but collapsed all over the country. The reality is that today, the majority of Gabonese children born into the bottom 30% of income earners, would never have a chance to pursue higher education. They are condemned to poor education and to poverty; while only the 6 percent born at the top, control all the resources and make sure that they keep things the way they are from generation to generation.

A simple way of looking at equality of opportunity is to ask to what extent the life chances of a child are dependent on the education and income of his parents. In the past, in the 1960s and the 1970s, and less in the 1980s and the 1990s; it was just as likely that a child of poor or poorly educated parents who was reasonably talented would get a good education through the public or religious school system that was egalitarian throughout the country, find themselves in Collège Bessieux, Immaculée Conception or Lycée Léon Mba for high school, get a State scholarship to go to university, and rises to the middle class or upper middle class based on their university qualification and diploma. The education system was more egalitarian in Gabon. Today, all of that has been destroyed and the life prospects of young Gabonese citizens born in poverty are dramatically limited and education is all but completely closed to them.

How do we explain this? The reality is that to perpetrate the Bongos in power, a decision was made to destroy the egalitarianism in the Gabonese education system and make all the people having access to a decent life in Gabon, owing their status to the benevolence of the Bongos. Even today, the surest way to lose privileges is to oppose Ali Bongo and there is hardly any Gabonese wealth created outside of the Bongo’s system. Under this system, since after the 1980s when the education system in Gabon began to be destroyed, the poor have grown poorer, the middle class has stagnated and shrunk, and those at the top have done better and better because they have insured that disparities have widened between them and those living in poverty.

Unless current trends in education in Gabon are reversed, the situation is likely to get even worse, because the educational policy has actually been designed to reduce opportunity for most Gabonese citizens: State support for many public schools has been steadily gutted, and especially in the last few years. Meanwhile, students are crushed by lack of university spots and job opportunities. This is happening at the same time that a university education is more important than ever for getting a good job.

Young people from families of modest means face a dilemma: without a good education, they are condemned to a life of poor prospects that condemn them to a lifetime of living at the brink. And to escape these conditions, they have to pay allegiance to the Bongos, thus help them perpetuate their power. Those at the top however, make sure that the system does not change by building connections and social capital among themselves and through intermarriages to make sure that only they and their descendants get the best opportunities.

When Sylvia Bongo says that Ruban Vert is an equal opportunity school, what is she talking about? What impact does that school has on uplifting the majority of Gabonese children? With the money spent on building that school for the service of the few, how many more children would have been helped by using these resources to improve the public school system? Is this this equal opportunity? This blog says no! The Ruban Vert school is the through manifestation of what kind of equal opportunity Sylvia and Ali Bongo favor!



Version française

Dans un article récent, écrit probablement par les cabinets de consultants auxquels elle paie des sommes exorbitantes, Sylvia Bongo a affirmé dans le Time Magazine que l'école Ruban Vert, qu’elle a ouverte à Libreville, était le symbole de son engagement envers le rêve de l'égalité des chances pour tous les enfants au Gabon. Ceci est vraiment une triste plaisanterie parce qu'en réalité, il n'y a aucune chance qu'une petite fille ou petit garçon, né dans la pauvreté la plus dure au Gabon soit jamais en mesure de faire ses études dans cette école qui a été construite pour les privilégiés en utilisant l'argent public du Gabon.

La première chose à savoir est que l'école Ruban Vert a été construite avec l'argent public gabonais, pour un montant bien au-delà de dizaines de milliards de francs CFA. Cet argent aurait pu être utilisé pour mettre à niveau l'ensemble des écoles publiques du pays ; ce qui aurait bénéficié à la majorité des élèves Gabonais, et non seulement au très petit nombre.

La deuxième chose est que l'école Ruban Vert est fréquentée principalement par les enfants des expatriés vivant au Gabon, ce qui signifie que l'impact de cette école sur les enfants gabonais est assez limité.

En observant Sylvia et Ali Bongo, on se rend compte très rapidement que l'écart entre les aspirations et la réalité en ce qui concerne l'égalité des chances entre les gabonais, pourrait difficilement être plus large. Aujourd'hui, au Gabon, il y a moins d'égalité des chances au sein de la population, qu'à tout autre moment de son histoire depuis 1960. Cela est particulièrement tragique car le pays dispose de ressources suffisantes pour donner la possibilité à tous ses enfants de réussir. Alors que les citoyens Gabonais peuvent différer sur l'égalité des résultats, le consensus quasi universel au sein de la population est que l'inégalité des chances soit indéfendable. La plupart, sinon tous les citoyens gabonais estiment que l'Etat doit faire tout son possible pour assurer l'égalité des chances pour tous.

Ce n’est pas que la mobilité sociale soit devenue impossible au Gabon, mais la réalité est que la mobilité sociale au Gabon n’est plus possible par uniquement le truchement de l'éducation, parce que le système éducatif s’est effondré dans tout le pays. La réalité est qu’aujourd'hui, la majorité des enfants Gabonais nés dans la tranche des 30% des personnes à faibles revenus, n’aura jamais la chance de poursuivre des études supérieures. Ils sont condamnés à une mauvaise éducation et à la pauvreté; alors que seulement 6% nés dans les couches privilégiées, contrôlent toutes les ressources et s’assurent de préserver les choses telles qu’elles sont, de génération en génération.

Une façon simple d’évaluer l'égalité des chances est de demander dans quelle mesure les opportunités dans la vie d'un enfant dépendent de l'éducation et du revenu de ses parents. Dans le passé, dans les années 1960 et les années 1970, et moins dans les années 1980 et 1990; il était tout aussi probable qu'un enfant de parents pauvres ou peu instruits qui était raisonnablement talentueux, obtiendrait les mêmes chances qu’un enfants nantis, d’une bonne éducation à travers le système scolaire public ou religieux, qui était égalitaire dans tout le pays, se retrouvant au Collège Bessieux, à l’Immaculée Conception ou au Lycée Léon Mba, obtenant une bourse d'Etat pour aller à l'université, et accéder à la classe moyenne ou à la classe supérieure, en fonction de ses qualifications universitaires et diplômes. Le système éducatif était alors plus égalitaire au Gabon. Aujourd'hui, tout cela a été détruit et les perspectives de vie des jeunes citoyens Gabonais nés dans la pauvreté sont considérablement limitées et l'éducation leur est tout simplement fermée.

Comment expliquer cela? La réalité est que pour perpétuer les Bongo au pouvoir, il fut décidé de détruire l'égalitarisme dans le système éducatif gabonais et de faire en sorte que toutes les personnes ayant accès à une vie décente au Gabon, soient redevables à la bienveillance du Bongo. Même aujourd'hui, le moyen le plus sûr de perdre des privilèges au Gabon, est de s’opposer à Ali Bongo ; et il n'y a guère de richesse gabonaise créée en dehors du système Bongo. Dans ce système, depuis la suite des années 1980, lorsque le système éducatif Gabonais a commencé à être détruit, les pauvres se sont appauvris de plus belle, la classe moyenne a stagné et diminué, et ceux au sommet se sont engraissés parce qu'ils se sont assurés que les disparités entre eux et ceux qui vivent dans la pauvreté aillent en croissant.

À moins que les tendances actuelles en matière d'éducation au Gabon soient inversées, la situation est susceptible d'être encore pire dans le futur, parce que la politique de l'éducation a effectivement été conçue pour réduire les possibilités de la plupart des citoyens gabonais de s’épanouir: le soutien de l'Etat pour les nombreuses écoles publiques a été régulièrement vidé, et en particulier ces dernières années. Pendant ce temps, les étudiants sont écrasés par le manque de places dans les universités et de possibilités d'emplois. Ceci se passe au moment même où une formation universitaire est devenue plus importante que jamais pour obtenir un bon emploi.

Les jeunes issus de familles modestes font face à un dilemme: sans une bonne éducation, ils sont condamnés à une vie de peu de perspectives qui les enferme dans la marginalité. Et pour échapper à ces conditions, ils doivent faire allégeance aux Bongo, donc les aider à perpétuer leur pouvoir. Ceux au sommet cependant, s’assurent que le système ne change pas en créant des liens et du capital social entre eux et par le biais de mariages pour garantir qu’eux seuls et leurs descendants reçoivent les meilleures opportunités.

Lorsque Sylvia Bongo dit que Ruban Vert est une école d'égalité des chances, de quoi parle-t-elle? Quel est l'impact que cette école a sur la majorité des enfants Gabonais? Avec l'argent dépensé pour la construction de cette école au service de quelques-uns, combien d'autres enfants auraient été aidés par l'utilisation de ces ressources pour améliorer le système scolaire public? Est-ce cela l’égalité des chances? Ce blog dit non! L'école Ruban Vert est la manifestation du type d'égalité des chances que veulent Sylvia et Ali Bongo!

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>