ALI BONGO SCRAPS THE BOTTOMS OF BARRELS! ALI BONGO RACLE LES FONDS DE BARILS !




English Version

Africa Energy tells us that the coffers being emptied, Ali Bongo has launched an operation of bottom barrels scraping, looking for subterfuges through which the oil companies account for the barrels produced. Ali Bongo needs fresh cash for the presidential election, he then is accelerating things.

It should be noted that about a year ago, in the course of the year 2015, 7 oil operators exploiting Gabon's oil were audited by the Gabonese government, on their method of counting barrels of oil produced. These operators are: Total, Shell, Perenco, CNR, Vaalco, Addax Petroleum and Maurel & Prom. These companies went in turn to appear in front of the oil ministry services. According to Africa Energy, the services of the Directorate General of Hydrocarbons (DGH) of the Ministry of Petroleum, told these companies of differences in estimates in the calculation formulas, which could cause a lower assessment of the quantities of barrels produced by these companies. A document inventorying these contentious methods was then sent to the 7 companies. This issue is personally monitored by Oil Minister Etienne Ngoubou, and his adviser on this audit, Juste Ibinga-Koula, a former official at the Oil Directorate General of the Treasury.

Meanwhile, Ali Bongo would have established a production monitoring system of the 7 oil companies, without waiting for the outcome of the issue. He has signed a secret agreement with the US company Kosta Tech, based in Houston, Texas, led by Kosta J. Leontaritis, which operates in the Gulf of Mexico in the United States and Mexico. The company's mission is to develop an automated counting system of all producing oil wells in Gabon, using the technology of sensors connected by satellite. Kosta Tech has already put this system in place in Mexico, which is used to calculate in real time the production for each oil well and also to measure the losses during transport by pipeline.

Kosta Tech system would in principle allow the Gabonese Ministry of Oil to become independent of the figures from oil operators and quantify itself the daily domestic production. But the problem is that Mexico produces about 2.5 million barrels per day, while Gabon produces only 220,000 barrels per day, or 11 times less. Mexico is better able to afford the Kosta Tech technology, which will cost tens of millions of dollars for installation in Gabon. Who will pay: the oil companies, or the Gabonese State which already has no money? According to Africa Energy, Gabon hard hit by lower crude prices has no sufficient funds available to acquire this technology; Kosta Tech has proposed to lease equipment to the Gabonese State before they become, in a few years, the property of the State of Gabon. But can Gabon pay the bills of this lease to own agreement?



Version française

Africa Energy nous apprend que les caisses étant à sec, Ali Bongo se serait lancé dans une opération de raclage de fonds de barils, à la recherche de subterfuges suivant lesquels les opérateurs pétroliers comptabilisent les barils produits. Ali Bongo a besoin d’argent frais pour la présidentielle, alors ils accélèrent les choses.

Il est à noter qu’il y a déjà un an de cela, au courant de l’année 2015, les 7 operateurs pétroliers exploitant le pétrole gabonais ont été audités par l’Etat Gabonais sur leur méthode de comptage des barils de pétrole produits. Ces opérateurs sont : Total, Shell, Perenco, CNR, Vaalco, Addax Petroleum et Maurel & Prom. Ces entreprises sont tour à tour passées devant les services du ministère du Pétrole. Selon Africa Energy, les services de la Direction Générale des Hydrocarbures (DGH) du ministère du pétrole, avaient signifiés à ces sociétés des écarts d’estimations dans les formules de calcul utilisées qui pourraient causer une évaluation à la baisse des quantités de barils produites par ces sociétés. Un document inventoriant ces méthodes litigieuses aurait été envoyé ensuite aux 7 sociétés. Le dossier serait suivit personnellement par le ministre du Pétrole Etienne Ngoubou, et par son conseiller chargé de cet audit, Juste Ibinga-Koula, un ancien responsable pétrole à la Direction Générale des Impôts.

Entretemps, Ali Bongo aurait mis sur pied un système de surveillance de la production des 7 sociétés pétrolières, sans même attendre l'issue du conflit. Il aurait signé dans le plus grand secret, un accord avec la société américaine Kosta Tech, basée à Houston dans le Texas, dirigée par Kosta J. Leontaritis, qui opère dans le golfe du Mexique aux Etats-Unis et au Mexique. Cette société a pour mission de mettre en place un système automatisé de comptage de tous les puits de pétrole en production au Gabon, en utilisant la technologie des capteurs reliés entre eux par satellite. Kosta Tech aurait déjà mis ce système en place au Mexique, ce qui permet de calculer en temps réel la production par puit de pétrole et aussi de mesurer les pertes lors du transport par oléoducs.

Le système Kosta Tech permettrait en principe au ministère gabonais du Pétrole de ne plus dépendre des chiffres des opérateurs pétroliers et de quantifier lui-même, la production nationale journalière. Mais le problème est que le Mexique produit environ 2,5 millions de barils par jour, alors que le Gabon n’en produit que 220000 barils par jour, soit 11 fois moins. Le Mexique est mieux à même de s’offrir la technologie Kosta Tech, qui coutera des dizaines de millions de dollars pour être installée au Gabon. Qui paiera : les sociétés pétrolières, ou l’Etat Gabonais qui n’a déjà plus un rond ? D’après Africa Energy, le Gabon durement frappé par la baisse des cours du brut, n'a pas de fonds suffisants à disposition pour acquérir cette technologie; et Kosta Tech a proposé de louer les équipements nécessaires à l’Etat Gabonais avant qu'ils ne deviennent, au bout de quelques années, la propriété de l'Etat gabonais. Mais le Gabon peut-il payer les traites de cette location-vente ?

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE