MEMBERS OF THE FIRM REPRESENTING THE JEAN PING IN THE USA PUBLISH AN ARTICLE IN THE NEWSPAPER OF THE AMERICAN CONGRESS. LES MEMBRES DU CABINET CONSEIL REPRÉSENTANT JEAN PING AUX USA PUBLIENT UN ARTICLE DANS LE JOURNAL DU CONGRÈS AMERICAIN






English version

The Hill is an American newspaper published in Washington, D.C. by Capitol Hill Publishing, and covering primarily the US congress and the White House. Recently members of the firm representing Jean Ping published an article explaining the rigged election in Gabon. To read the original article click here.



Version française

The Hill est un journal américain publié à Washington par Capitol Hill Publishing, et couvrant principalement le congrès des Etats-Unis (le parlement) et la Maison Blanche. Récemment des membres du cabinet représentant Jean Ping aux USA ont publié un article expliquant l'élection truquée au Gabon. Nous vous avons traduit cet article ci-dessous.



Les élections «truquées» ne sont pas un sujet d’amusement


Par Calvin Dark and Rasheedah Thomas, contributeurs


Nous, comme beaucoup d'entre vous, avons regardé le débat présidentiel de mercredi soir et comptons les jours restant jusqu’à l'élection qui bouclera un cycle électoral qui semble avoir duré toute une vie. Nous avons nos propres opinions politiques et préférences pour qui devrait gagner cette élection et vous aussi devriez en avoir. Mais par-dessus ces différences politiques, tous les Américains devraient être fiers de la manière dont nous conduisons librement les élections et acceptons leurs résultats. Les déclarations de Donald Trump affirmant le contraire, sont troublantes parce qu'elles vont au-delà de son zèle pour occuper la Maison Blanche; elles sapent la fondation sur laquelle cette maison est construite - la démocratie américaine.

Les déclarations de Trump nous troublés non seulement parce que nous sommes américains (fière d’être nés et élevés dans les Etats de Carolines), mais parce que nous dirigeons un cabinet de communication stratégique qui se spécialise dans, entre autres, les campagnes, les élections et la consolidation de la démocratie à travers le monde. Nos clients nous engagent parce qu'ils savent que nous, Américains, savons vraiment mener des campagnes, exécuter et organiser des élections. Nos clients savent que nous ne sommes pas découragés par les campagnes difficiles et élections controversées parce que, en Amérique, les egos politiques peuvent être meurtris le soir des élections, mais la violence ne se manifeste pas dans les rues; perdre peut tuer la carrière d'un homme politique, mais personne ne meurt littéralement.

Evidemment, beaucoup diront que Trump plaisantait ou qu’il dit des choses scandaleuses pour attirer l'attention ou même que les médias et ses adversaires prennent ses paroles et en font toute une histoire hors de proportion. Nous n'acceptons aucune de ces excuses parce que nous avons été récemment témoins en première ligne de comment les élections truquées et jouer avec l'acceptation des résultats, peuvent avoir des conséquences mortelles dans la réalité.


Beaucoup d'entre vous n’avez probablement pas suivi la crise des récentes élections au Gabon, un petit, mais essentiel, pays d'Afrique de l'Ouest. Nous allons vous donner la version courte: le Gabon a été dirigé par le président sortant, Ali Bongo, et son père pendant les 49 dernières années. En Août, le Dr Jean Ping (notre client) a s’est présenté contre Ali Bongo et, selon les observateurs nationaux et internationaux, a gagné par une marge substantielle. Le soir des élections, Ali Bongo a reçu les résultats, a vu qu'il avait perdu, mais s’est tout de même proclamé vainqueur avec des résultats fabriqués. ('Fabriqués' est un euphémisme, car il s’est même adjugé une marge de victoire de 95% dans les zones où ceux qui ont voté "pour lui" dépassaient largement le nombre d'électeurs inscrits.)

Dr. Ping a exigé un recomptage par le plus haut tribunal du Gabon. Avant même que sa requête puisse être considérée, Ali Bongo a fait incinérer tous les bulletins de vote. La Cour constitutionnelle a tout de même fait un «recomptage», qu'elle a qualifié comme étant plus un "examen" des résultats de vote (nous ne pouvons que supposer que ce fut fait avec les cendres des bulletins de vote?), et les résultats fabriqués certifiés. Le juge en chef de la Cour rapidement fait prêter serment à Ali Bongo, faisant de lui le président jusqu'en 2023. Par ailleurs, le juge en chef est également la belle-mère d'Ali Bongo.

La crise continue au Gabon, où Ali Bongo refuse de quitter sa maison d'enfance (c’est à dire le palais présidentiel) et le Dr Ping est essentiellement en résidence surveillée. Vous n’entendiez probablement pas beaucoup de citoyens gabonais de l'intérieur du pays, car Ali Bongo leur avait imposé un "couvre-feu Internet" afin qu'ils ne puissent pas s’exprimer librement sur les réseaux sociaux.

Voilà, maintenant vous pouvez probablement comprendre pourquoi nous trouvons les déclarations de Trump disant qu'il n’acceptera pas les résultats des élections s'il ne gagne pas - facétieuses ou non - si troublantes et dangereuses.

Parlons franchement, en particulier à nos collègues du secteur des communications. Le soir des élections aux États-Unis d'Amérique, les équipes de presse des candidats doivent répondre aux questions des médias sur l'optimisme (ou pessimisme) des candidats, sur les sondages et sur les résultats provisoires; elles préparent les discours de victoire (ou de concession); et se réjouissent de la victoire de leurs candidats (ou sont atterrées par leurs défaites), tout en faisant des plans pour leur prochain client, campagne, candidat, ou projet.

La nuit de l’élection au Gabon fut remarquablement différente pour nous. Pour même atteindre notre candidat, nous avons dû envoyer des messages codés par des contacts à travers plusieurs pays, car Ali Bongo avait mis le téléphone de M. Ping sur écoute et fait couper Internet dans tout le pays. Nous devions faire un total cumulé de votes comptés par province, ainsi qu’un acompte d’exactement combien de dizaines de personnes avaient été tuées et blessées lors des protestations, y compris devant le domicile de Jean Ping et dans son siège de campagne. Dans les jours qui ont suivi l'élection, nous avons répondu aux demandes des médias demandant simplement: «Est-ce votre candidat est encore en vie?"

Comme la mascarade du «recomptage» devenait claire et la réalité du fait qu'il ne voulait pas accepter les résultats des élections devenait évidente, il nous était navrant d'entendre des gabono-Américains nous demander: «Que pouvons-nous dire à nos jeunes quand ils disent qu’ils n’ont aucune fierté de leur pays ou confiance qu'ils peuvent le rendre meilleur?" ce fut un triste rappel de la chance que nous avons, en tant qu’Américains, d'avoir cette fierté et confiance comme épine dorsale de notre démocratie.

Notre bonne fortune américaine ne vient pas du hasard. Nous l’avons construite - à travers plus de deux siècles d'élections âprement disputée et litigieuses dont le vainqueur n’était pas toujours celui que nous désirions, mais dont il fallait accepter les résultats pour le bien de notre pays.

A partir de maintenant jusqu'au 8 Novembre, nous allons faire ce que les Américains font de mieux. Aller aux meetings, faire des appels téléphoniques, faire du porte à porte, diffuser des tweets, et, surtout, voter. Pour des millions d'entre nous, notre candidat va gagner et pour des millions d’autres, notre candidat va perdre. Mais le lendemain de l'élection, les Américains auront beaucoup en commun: Nous serons tous soulagés que ce cycle électoral soit enfin terminé et nous serons toujours le model de millions d'électeurs partout dans le monde.

Calvin Dark and Rasheedah Thomas sont les directeurs de CD Global Group Strategies, une firme de communication et de relations publiques de Washington, DC.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI