NO Mr. VALLS, YOU KNOW THE TRUTH AND IT CANNOT BE VARIABLE! NON MONSIEUR VALLS, LA VÉRITÉ VOUS LA CONNAISSEZ ET ELLE NE SAURAIT ÊTRE À GÉOMETRIE VARIABLE!



To listen click here
Pour écouter cliquer ici



English version

The French Prime Minister Manuel Valls, in the interview to France 24 and RFI you can listen to above, stated in summary the following about Gabon:

"That France took note of the results announced; there is a President and that there will be parliamentary elections ... what now counts for France is the future of Gabon. That the hope to formulate is that a dialogue occurs, that there is reconciliation, and that there is capacity to build the future together between those who were candidates during the presidential election... Confrontation cannot be the way forward..."

What we must understand is that Manuel Valls has presidential ambitions in France, which put Africa as the prerequisite for this path, given that Africa is the only geographical area where France still retains real political and economic influence and importance. Valls knows that since Georges Pompidou, money from francophone Africa has funded the French presidential elections; and one cannot become president in France without this huge funding, even today. Therefore, if Manuel Valls wants to one day become the President of France, he should be helpful to Francophone African dictators.

It becomes clear that Manuel Valls is preparing for the French presidential election, given the catastrophic situation of François Hollande in the polls. He needs money from françafrique to campaign and that's why he is petting Ali Bongo, even asking us to accept the forfeiture.

Before this maneuver by Manuel Valls, we Gabonese eager for freedom, must remain firm and remind him that Ali Bongo whom he asks us to accept, is a monster that grossly rigged the presidential election, and slaughtered without mercy Gabonese citizens who only wanted the respect of their votes. What is important for us, is not Manuel Valls’ political ambition, but the conquest of our freedom from the Bongo mafia that again has just stolen our motherland.

We must remind Manuel Valls that we will never go to dialogue with a monster that imprisons our patriots; that makes our courts and institutions into dens for corruption and transforms our security forces into death squads. We must remind Manuel Valls that if for him Gabon is a money pump for his campaign; for us, this is our country; the only one we have and we do not have another alternative. We cannot accept that Ali Bongo, a monster that we have rejected continues illegitimately to consider himself and act as our president; we cannot accept that our country, which we want sovereign, be treated as a family business or private property.

Mr. Valls, you do not ask the Syrians to negotiate with Bashar Al Assad, you do not ask them to come to reconciliation with him; so why do you ask the Gabonese people to dialogue with their executioner? The truth cannot be variable. If dictatorship is not good for the Syrian people, it cannot be good for the Gabonese, despite the services that the Gabonese dictatorship may provide to Manuel Valls and his presidential ambitions. This point is fundamental for us and non-negotiable.

If necessary, we will survive alone; we will fight without you Mr. Valls; because we love our country and we want its progress. We Gabonese, who are educated, who are smart and determined, will not abandon our country. Because for us, Gabon is not a business; is not a money pump for françafrique, but our homeland.

Here's why we need to repeat to Manuel Valls that we will not give up and that 2016 will not be 2009!




Version française

Le Premier Ministre Français Manuel Valls, dans l’interview à France 24et RFI que vous pouvez écouter ci-dessus, a déclaré en substance ce qui suit à propos du Gabon:

« Que la France prenait acte des résultats proclamés, qu’il y avait un président et qu’il va y avoir des élections législatives… Ce qui compte dorénavant pour la France c’est l’avenir du Gabon. Que le souhait à émettre soit qu’il y ait dialogue, qu’il y ait réconciliation, et qu’il y ait capacité de construire l’avenir ensemble entre ceux qui ont été candidats à l’occasion de la présidentielle… La confrontation ne peut pas être la voie qui s’impose…»

Ce qu’il nous faut comprendre, c’est que Manuel Valls a des ambitions présidentielles en France, qui placent l’Afrique comme le passage obligé de cette trajectoire, vu que l’Afrique soit le seul espace géographique où la France conserve encore une réelle influence et importance politique et économique. Valls sait que depuis Georges Pompidou, l’argent du pré carré Africain a financé les élections présidentielles françaises ; et on ne peut pas devenir président en France sans ces financements énormes, même aujourd’hui. Par conséquent, si Manuel Valls veut un jour devenir Président de la France, il doit se rendre utile aux dictateurs d’Afrique Francophones.

Il devient évident que Manuel Valls se prépare pour la présidentielle Française, vu la situation catastrophique de François Hollande dans les sondages. Il a besoin de l’argent françafricain pour faire campagne et c’est pourquoi il se permet de caresser Ali Bongo dans le sens du poil, quitte à nous demander d’accepter la forfaiture.

Devant cette manœuvre de Manuel Valls, nous Gabonais désireux de la liberté, devons rester fermes et lui rappeler qu’Ali Bongo qu’il nous demande d’accepter, est un monstre qui a truqué grossièrement l’élection présidentielle, et qui a massacré sans état d’âme des Gabonais qui ne demandaient que le respect de leurs suffrages. Ce qui est important pour nous, ce n’est pas l’ambition politique de Manuel Valls, mais la conquête de notre liberté face à la mafia des Bongo qui vient encore de nous voler notre patrie.

Nous devons rappeler à Manuel Valls que jamais nous n’irons dialoguer avec un monstre qui emprisonne nos patriotes, qui fait de nos tribunaux et institutions des antres pour corrompus et transforme nos forces de sécurité en escadrons de la mort. Nous devons rappeler à Manuel Valls que si pour lui le Gabon n’est qu’une pompe à fric, pour sa campagne ; pour nous, c’est notre pays ; le seul que nous ayons et nous n’en avons pas d’autre de rechange. Nous ne pouvons pas accepter qu’Ali Bongo, un monstre que nous avons rejeté, continue en toute illégitimité de se considérer et d’agir comme notre président ; nous ne pouvons accepter que notre pays, que nous voulons souverain, soit traité comme une entreprise familiale ou une propriété privée.

Monsieur Valls, vous ne demandez pas aux Syriens de négocier avec Bachar El Assad, vous ne leur demandez pas de se réconcilier avec lui ; alors pourquoi demandez-vous aux Gabonais de dialoguer avec leur bourreau ? La vérité ne peut pas être à géométrie variable. Si la dictature n’est pas bonne pour le peuple Syrien, elle ne saurait être bonne pour les Gabonais, en dépit des services que la dictature Gabonaise rendrait à Manuel Valls et à ses ambitions présidentielles. Ce point est pour nous fondamental et non négociable.

S’il le faut, nous survivrons seuls; nous nous battrons sans vous Monsieur Valls; parce que nous aimons notre pays et nous voulons de son essor. Nous Gabonais, qui sommes éduqués, sommes intelligents et déterminés, n’allons pas abandonner notre pays. Parce que pour nous, le Gabon n’est pas une entreprise; n’est pas une pompe à fric pour la françafrique, mais notre patrie.

Voici pourquoi nous devons répéter à Manuel Valls que nous ne lâchons rien et que 2016 ne sera pas 2009 !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT