A VERY SIMPLE RESPONSE TO MAX OLIVIER OBAME REGARDING THE MBORANTSUO COURT. RÉPONSE TOUTE SIMPLE À MAX OLIVIER OBAME À PROPOS DE LA COUR DE MBORANTSUO

Marie Madeleine Mborantsuo (photo: TV5)




English Version


Our regular readers will wonder why waste our time responding to Max Olivier Obame’s paper, published in the excellent online organ Gabonreview, about the court that is not constitutional but that of Mborantsuo! What we answer them is that any fraud must be tackled and any lie rectified, this is what motivates this post in response to the article by this author on Gabonreview, which you can read by clicking here.


You will notice dear readers that we refuse to call it a constitutional court, because it is not! This is a personal court, that of Mborantsuo and the Bongos, whose sole purpose is to validate the elections in the desired direction of the regime. Anyone wanting to give it any other task, engages in a scam that the history of Gabon since 1990 can easily demonstrate. For us, for this blog, the paper by journalist Max Olivier Obame is an intellectual fraud (and we're nice). We will not be too long in our demonstration of this fact.


First, what is a constitutional court? Dear readers, we want to warn you about the rigor of the law regarding the duties of a constitutional court and a constitutional council, two different institutions, and different operationally and functionally. The Constitutional Court is responsible for regulating the legal functioning of the State (according to the Constitution) and government activities. It guarantees fundamental rights and public freedoms. The Constitutional Court has the force of judgment; it makes judgments from referral individuals. The constitutional Council, meanwhile, only gives advice on public affairs; notices required to be considered by the judges. But the council's decisions are not binding.


As we wrote above, the Constitutional Court guarantees fundamental rights and public freedoms. So we want to submit to our compatriot Max Olivier Obame the following:


1. When he says that the Constitutional Court is located at the end of the electoral process, does he know that it is the Constitutional Court that decides on the eligibility of candidates? Is he aware that it is the Constitutional Court that defines the electoral law? Is he aware that it is the Constitutional Court that oversees the electoral commission? Is he aware that it is the Constitutional Court that is empowered to recognize or not that the conditions to hold an election are met? No Mr. Max Olivier Obame , the Constitutional Court is not a passive institution that accept downstream the damage done upstream. The Constitutional Court has power to stop and change the damage and to participate in the consolidation of the electoral climate well before the election. If the Court of Mborantsuo does not, it is simply because it is not its mission in Gabon. End of story! When Mborantsuo refuses to recognize the birth certificate of Ali Bongo as a fake, Mr. Max Olivier Obame, she simply refuses to do her work, as evidence of that fact are screaming. It is elementary! When the Constitutional Court accepts an electoral register of 800,000 voters out of a total population of 1.5 million people, while all reliable statistics tell us that Gabon has a life expectancy of 52 years with more than 50% of the population that is minor (under 18 year old) who are these 800,000 Gabonese allowed to vote, Mr. Max Olivier Obame?


2. When he speaks of the functioning of the German constitutional court or the U.S. Supreme Court, he gets tangled up a little; if we take the case of the decision of the U.S. Supreme Court for the election between Al Gore and George Bush, this court was composed of nine judges appointed by both political parties in the U.S. (Republicans and Democrats); lawyers for both candidates appeared before the court for days, the court deliberated and a vote by the court was held and gave a decision 5 against 4 for Bush. All documents relating to this matter are available to everyone for review and assessment. To compare this to what is happening in Gabon is an insult to the intelligence of the average Gabonese, Mr. Max Olivier Obame! When Mborantsuo decided that Luc Bengone Nsie’s action was inadmissible, who did she consult, based on what section of the law? Where are the documents explaining that decision and demonstrating that the birth certificate of Ali Bongo can be considered authentic? Do not make fun of people, Mr. Max Olivier Obame!


3. Does Mr. Max Olivier Obame know that the right to work and to have a salary is guaranteed by the constitution? So when Ali Bongo fires entire departments, as he did for the Ministry of Habitat, when he arbitrarily cut the salaries of civil servants, for no good reason, is it constitutional? Where then hides the famous lady who is supposed to protect the constitutionality of the State in Gabon? Will you also argue that it is not her role to decide on these issues? Mr. Olivier Obame, do not make fun of us! The Constitutional Court has a reach that carries well beyond electoral matters!


4 One final note, Mr. Max Olivier Obame; in 1993, despite what you or we, can think of Paul Mba Abessole; it was demonstrated and proved that the figures approved by the Constitutional Court were false. We now know that the count gave widely Paul Mba Obessole as the winner. It is not this blog who says it, but Joseph Wilson IV in his memoirs; adding that the French panicked and sent the Bongo government and THE CONSTITUTIONAL COURT TO ANNOUNCE THE FALSE RESULTS. So Mr. Max Olivier Obame, at what level do you locate the innocence of Marie Madeleine Mborantsuo in electoral holdups since 1990?


We must track all impostures, even when disguised under bookish trappings!



Version française


Nos habituels lecteurs se demanderont pourquoi perdre notre temps à répondre au papier de Max Olivier Obame, paru dans l’excellent organe en ligne, Gabonreview, à propos de la cour qui n’est pas constitutionnelle mais bien celle de Mborantsuo! Ce à quoi nous leur répondrons que toute imposture doit être combattue et tout mensonge rectifié, et c’est ce qui motive ce billet réponse à l’article publié par cet auteur sur Gabonreview que vous pouvez consulter en cliquant ici.


Vous remarquerez chers lecteurs que nous nous refusons de qualifier cette cour de constitutionnelle, car elle ne l’est pas! C’est une cour personnelle, celle de Mborantsuo et des Bongo, dont l’unique raison d’être est de valider les élections dans le sens voulu par le régime en place. Toute personne voulant lui donner toute autre mission se livre à une escroquerie que l’histoire du Gabon depuis 1990 peut aisément démontrer. Pour nous, pour ce blog, le papier du journaliste Max Olivier Obame est une escroquerie intellectuelle (et nous sommes gentils). Nous ne serons pas trop longs dans notre démonstration de ce fait.


Premièrement, qu’est-ce qu’une cour constitutionnelle? Chers lecteurs, nous voulons vous alerter sur la rigueur du droit à propos des attributions d’une cour constitutionnelle et d’un conseil constitutionnelle, deux institutions différentes, aux fonctionnement et attributions différentes. La cour constitutionnelle est l'organe régulateur du fonctionnement juridique de l’Etat (conformément à la Constitution) et de l'activité des pouvoirs publics. Elle garantit les droits fondamentaux de la personne et les libertés publiques. La cour constitutionnelle a force de jugement, elle rend des jugements sur saisine de justiciables. Un conseil constitutionnel quant à lui, ne donne que des avis sur des affaires publiques; avis qui doivent être considérés par les magistrats. Mais les décisions du conseil n‘ont pas force de loi.


Comme nous l’avons écrit plus haut, la cour constitutionnelle garantit les droits fondamentaux de la personne et les libertés publiques. Alors nous voulons soumettre à notre compatriote Max Olivier Obame ce qui suit:


1. Quand il dit que la cour constitutionnelle se situe en bout de chaine du processus électoral, sait-il que c’est la cour constitutionnelle qui décide de l’éligibilité des candidats? Sait-il que c’est la cour constitutionnelle qui définit la loi électorale? Sait-il que c’est la cour constitutionnelle qui supervise la commission électorale ? Sait-il que c’est la cour constitutionnelle qui est habileté à reconnaitre ou non que les conditions de tenue d’une élection sont réunies ou non ? Non Monsieur Max Olivier Obame, la cour constitutionnelle n’est pas qu’une institution passive qui subit en aval les avaries faites en amont. La cour constitutionnelle a force d’arrêter et de modifier ces avaries et de participer à l’assainissement du climat électoral, bien avant la tenue des élections. Si la Cour de Mborantsuo ne le fait pas, c’est tout simplement parce que ce n’est pas sa mission au Gabon. Point barre! Quand Mborantsuo refuse de reconnaitre que l’acte de naissance d’Ali Bongo est un faux, Monsieur Max Olivier Obame, elle refuse simplement de faire son travail car les évidences de la forfaitaire sont criards. C’est élémentaire! Quand la cour constitutionnelle accepte un fichier électoral de 800000 votants sur une population totale de 1,5 million d’habitants, alors que toutes les statistiques fiables nous disent que le Gabon a une espérance de vie de 52 ans avec plus de 50% de la population qui est mineur (moins de 18 ans), qui sont ces 800000 Gabonais qu’on fait voter, Monsieur Max Olivier Obame?


2. Quand il parle du fonctionnement de la cour constitutionnelle allemande ou de la cour suprême américaine, il s’emmêle un peu les pinceaux car, prenant le cas de la décision de la cour suprême américaine pour l’élection entre Al Gore et George Bush, cette cour était composé de 9 jurés ayant été nommés par les deux partis politiques aux USA (Républicains et Démocrates); les avocats des deux candidats ont plaidé devant la cour pendant des jours, la cour a délibéré et un vote de la cour a été tenu et rendit une décision de 5 contre 4 pour Bush. Tous les documents relatifs à cette affaire sont accessibles à tout le monde pour étude et examen. Comparer cela à ce qui se fait au Gabon est une insulte à l’intelligence du Gabonais moyen, Monsieur Max Olivier Obame! Quand Mborantsuo decida que la saisine de Luc Bengone Nsie était irrecevable, elle a consulté qui, sur la base de quel article de droit ? Où sont les documents explicatifs de cette décision nous expliquant que l’acte de naissance d’Ali Bongo peut être considéré comme authentique? Ne vous moquez pas des gens, Monsieur Max Olivier Obame!


3. Monsieur Max Olivier Obame, sait-il que le droit au travail et au salaire est garanti par la constitution? Alors, quand Ali Bongo renvoie des ministères entiers, comme il le fit pour le ministère de L’Habitat, quand il coupe de manière arbitraire les salaires des fonctionnaires, sans aucune raison valable, est-ce constitutionnelle? Où se cache donc la fameuse dame qui est censée protéger la constitutionalité de l’Etat au Gabon? Allez-vous aussi prétendre que ce n’est pas son rôle de statuer sur ces questions? Voyons Monsieur Max Olivier Obame, ne vous moquez pas de nous! La cour constitutionnelle a un regard qui porte bien au-delà des questions électorales!


4. Une dernière remarque, Monsieur Max Olivier Obame; en 1993, en dépit de ce que vous ou nous, pouvons penser de Paul Mba Abessole, il fut démontré et prouvé que les chiffres homologués par la cour constitutionnelle étaient des faux. Nous savons aujourd’hui que le décompte donnait largement Paul Mba Obessole gagnant. Ce n’est pas ce blog qui le dit, mais Joseph Wilson IV dans ses mémoires; ajoutant que les français ont paniqué et envoyé le gouvernement de Bongo et LA COUR CONSTITUTIONNELLE, PROCLAMER DES FAUX RESULTATS. Alors Monsieur Max Olivier Obame, à quel niveau situez-vous l’innocence de Marie Madeleine Mborantsuo dans les holdups électoraux depuis 1990?


Nous devons traquer toutes les impostures, mêmes lorsqu’elles sont déguisées sous des apparats livresques!

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE