FOR THE STATE PROPAGANDA GABON, THE USA WOULD LIKE TO MAKE LIBREVILLE THEIR PLATFORM FOR BUSINESS IN THE REGION. POUR LA PROPAGANDE D’ÉTAT AU GABON, LES USA VOUDRAIENT FAIRE DE LIBREVILLE LEUR PLATEFORME DE BUSINESS DANS LA RÉGION

Dante Paradiso (photo: Libreville.USembassy.gov)



English version

This past week, the Chargé d'Affaires of the U.S. Embassy in Gabon, Dante Paradiso, during a press conference in Libreville, announced the imminent arrival in Gabon of elements of his country’s Navy to work on securing the coast of Gabon. But echoing this information, the Gabonese regime’s press interpreted the diplomatic response of the American Chargé d'Affairs, who, speaking of business between the USA and Gabon, made it clear to his audience that Gabon’s market was too small and that the only solution would be to make Gabon a port of entry into the common Market of the CEMAC.

It did not take much more for the press under the influence of the regime to proclaim ostentatiously that the U.S. "dreamed of making Libreville the Gateway of its business in Central Africa." We decided to write this post to set the record straight for our readers, because our motto is to never give respite to imposture. The first thing we should do is put the announcement of securing the coast of Gabon by the U.S. Navy in its economic and geopolitical context.

Why are the U.S. coming now to protect the African coast in general and that of Gabon in this case? The answer is simple dear readers: it is to protect “the petroleum route." It has nothing to do with Ali Bongo, his stupid emergence, or the cooperative relations between U.S. and Gabon; it is to protect the world’s most strategic commodity, petroleum. Since the September 11 events, the U.S. decided to become less dependent on Arab countries for its petroleum supply and to diversify its sources of imports. For this they have turned toward West and Central Africa. This is a militarily sensitive area and its security in general is poor, according to the assessment of the U.S. petroleum industry. There must therefore be a securization of the whereabouts of U.S. petroleum; that is why the U.S. Navy is preparing to throw her anchors in the deep waters of the Gulf of Guinea.

To this end, the U.S. Congress has already passed a resolution declaring the Gulf of Guinea that borders Cameroon, Congo-Brazzaville, Gabon, Equatorial Guinea and Nigeria, a region of "vital strategic interest." Although the Gabonese authorities tell local people that the U.S. Navy is coming to protect the Gabonese coast, in reality it is the coast of the Gulf of Guinea that is under protection. The petroleum reserves of the region are calculated at not less than 80 billion barrels; a barrel sold for $ 100, which gives a total of 8000 billion dollars, or the figure absolutely stunning and staggering of 4 million billion CFA francs. Dear readers, here is the amount that is still asleep in the Gulf of Guinea and you will never see its color, so long as people like Ali Bongo continue to be in power. Ask yourself the question: why is the Gulf of Guinea so poor, yet so rich?

Also, dear readers, the same language of securing coastlines is being held simultaneously by the USA, to the Nigerian, Cameroonian, Congolese and Equatoguinean authorities; Nothing really specific to Gabon. The U.S. is protecting its energy interests. Now, for those who will tell you that the U.S. intends to make Libreville their focal point in the sub-region, in economic terms; we have inquired formally by consulting all legislative and press materials available, and nothing could be observed to corroborate this assertion. In the State press in Gabon, it was written that the construction of a larger new U.S. Embassy in Libreville was the signal of that ambition; an argument that one can only laugh at, as the U.S. had in 2007 in Yaoundé, Cameroon, opened its largest embassy in central Africa. State propaganda must stop with its silly extrapolations; the U.S. is in the Gulf of Guinea for petroleum and not for your silly emergence; everyone knows that even if diplomats cannot tell you that as dryly as we are telling it to you here!


Version française

La semaine écoulée, le Chargé d'Affaires de l'Ambassade des USA au Gabon, Dante Paradiso, a au cours d’une conférence de presse tenue à Libreville, annoncé l'arrivée prochaine au Gabon, d’éléments de la marine de son pays pour travailler à la sécurisation des côtes gabonaises. Mais en se faisant l’écho de cette information, la presse de pouvoir au Gabon a interprété la réponse diplomatique du Chargé d’Affaires Américain, qui, parlant de business entre les USA et le Gabon, a clairement signifié à son auditoire que le marché gabonais était trop petit et que la seule solution pourrait être de faire du Gabon un port d’entrée dans le marché commun de la CEMAC.

Il n’en fallait pas plus pour que la presse sous influence du pouvoir titre de manière ostentatoire que les USA «rêvaient de faire de Libreville la porte d’entrée de ses business en Afrique centrale». Nous avons décidé d’écrire ce billet pour rétablir les faits pour nos lecteurs, car notre devise est de ne jamais laisser de répit à l’imposture. La première chose qu’il faille faire est de remettre l’annonce de la sécurisation des côtes gabonaises par la marine américaine dans son contexte économique et géopolitique.

Pourquoi les USA viennent aujourd’hui protéger les côtes africaines en général et gabonaises dans ce cas précis? La réponse est toute simple chers lecteurs: c’est pour protéger «la route du pétrole». Cela n’a rien à voir avec Ali Bongo, son émergence bidon, ou les relations de coopération entre les USA et le Gabon; il s’agit de protéger la matière première la plus stratégique du monde, le pétrole. Depuis les évènements dits du 11 Septembre, les USA ont décidé de devenir moins tributaires des pays arabes pour leur approvisionnement en pétrole et de diversifier les sources de leurs importations en or noir. C’est du côté de l’Afrique de l’ouest et du centre qu’ils se sont tournés. C’est une région militairement fragile et dont la sécurité en général laisse à désirer, d’après l’appréciation des milieux pétroliers américains. Il faut donc sécuriser les allées et venues des pétroliers américains; voilà pourquoi la marine américaine s’apprête à jeter ses ancres dans les profondeurs des eaux du Golfe de Guinée.

A cet effet, le Congrès américain a déjà voté une résolution faisant du golfe de Guinée qui borde le Cameroun, le Congo-Brazzaville, le Gabon, la Guinée-Équatoriale et le Nigeria, une région dite «d’intérêt stratégique vital». Même si les autorités gabonaises disent aux populations locales que la marine américaine vient protéger les côtes gabonaises, en réalité ce sont les côtes du Golfe de Guinée qui sont placées sous protection. Les réserves en pétrole de cette région sont calculées à pas moins de 80 milliards de barils; pour un baril vendu à 100 dollars, cela donne un total de 8000 milliards de dollars, soit le chiffre absolument étourdissant et vertigineux de 4 millions de milliards de francs CFA. Chers lecteurs, voici le montant qui est encore en sommeil dans le Golfe de Guinée et dont vous ne verrez jamais la couleur, tant que des gens comme Ali Bongo seront au pouvoir. Posez-vous la question de savoir pourquoi le Golfe de Guinée est si pauvre, tout en étant si riche?

Par ailleurs, chers lecteurs, le même discours de sécurisation des côtes maritimes est tenu simultanément par les USA, aux autorités nigérianes, camerounaises, équatoguinéenes et congolaises; Rien de bien spécifique au Gabon. Les USA protègent leurs intérêts énergétiques. Maintenant, ceux qui vous diront que les USA entendent faire de Libreville leur point focal dans la sous-région en termes économiques, nous nous sommes renseignés de manière officielle en consultant tous les documents de presse et législatifs possibles, et rien n’a pu être observé pour corroborer à cette assertion. Dans la presse d’Etat au Gabon, il a été écrit que la construction d’une nouvelle grande ambassade des USA à Libreville était le signal de cette ambition; un argument qui prête au sourire car les USA avaient en 2007 à Yaoundé au Cameroun, inauguré leur plus grande ambassade d’Afrique centrale. Il faut que la propagande d’Etat arrête avec ses extrapolations idiotes; les USA sont dans le Golfe de Guinée pour le pétrole et non pour votre émergence bidon; ça tout le monde le sait même si les diplomates ne peuvent vous le dire aussi sèchement que nous vous le disons ici!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI