STATEMENT OF SUPPORT BY THE UNION NATIONALE TOWARD JEAN-EYEGHE NDONG. DÉCLARATION DE SOUTIEN DE L’UNION NATIONALE Á JEAN EYEGHE-NDONG

R. B. Lendoye (photo: Union Nationale)




English version

Statement of the Union Nationale party in support to the Vice President, Mr. Jean-EYEGHE Ndong, former Prime Minister.

(6 September 2014)

The Union Nationale party has closely followed the indictments by the so called “emergent” regime against its Vice-President, Mr. Jean EYEGHE NDONG, former Prime Minister, who declared him at the moment, responsible of having received money from the National Treasury, in his capacity as Chairman of the committee of the rotating festivities of the Estuary province for the years 2006 and 2007 respectively. These sums would amount to 1 billion 300 million CFA francs and 97 billion CFA francs; a total of 98 billion 300 million CFA francs.

The Union Nationale has encouraged its Vice-President in his willingness to publicly respond to these charges. It stood by his side during his press conference on August 29.

After listening to the explainations by Vice President Jean EYEGHE NDONG and subsequently analyzed the audit report commissioned for that purpose by the Court of Auditors, the National Bureau of the Party first would like to express its full support, its full confidence in Vice President John EYEGHE NDONG and entirely supports his arguments in his statement.

The Union Nationale then wishes to express its disapproval of a sloppy and inquisitorial procedure which ignores the presumption of innocence and right of defense, the essential foundations of Gabon criminal law. The Union Nationale sees the exploitation of our justice system for political ends and a maneuver designed to blacken the image of Jean EYEGHE NDONG, of the Union Nationale and beyond, the entire opposition.

The Union Nationale condemns this malicious intent seeking to put on the Opposition all the responsibility of a great unveiling which distract the Gabonese people from the apocalyptic management of their country, its widespread looting by Ali Bongo and his foreign Legion, and which causes them to fail to ask the right questions about their current existence including what happened to the 450 billion CFA francs of the last bond issue? With what money did Ali Bongo purchase real estate properties totaling hundreds of billions of CFA francs in France, England, the United States and around the world? Why he who in Gabon had neither a straw or wooden hut, can now erect properties of several billion CFA francs? Why is the Treasury paying money to his American wife? Why this discontent in the country marked by the development of desperate forms of struggle in which the Gabonese people do not hesitate to endanger their very lives?

The Union Nationale is surprised that Ali Bongo, who has participated in every government since the 90s is now obsessed by the desire to appear as a new man. He must know that he will be held to account on the budgets that were generously affected, particularly during the rotating festivities, to the Ministry of Defense.

The Union Nationale reaffirms its commitment to always stand by its members unfairly incriminated and calls on the Gabonese people to be vigilant more than ever in order not to give in to the demagogic businesses of a predatory and calculating power that squanders public money like never before and is concerned only to organize its own sustainability.

The Union Nationale asserts that by taking on its Vice-President, the “emergent” power wanted to test the capacity of some of its members to answer on their management while in power. It will play its part in clarifying the management of rotating festivities. It calls on its members and supporters to bring their documents and their memory to restore the truth, the whole truth, on rotating festivities and those who are accountable.

Thank you



Version française

Déclaration soutien de l'Union Nationale au Vice-président, Monsieur Jean EYEGHE-NDONG, Ancien Premier Ministre.

(6 septembre 2014)

L'Union Nationale a suivi avec attention les incriminations du Pouvoir dit émergent contre son Vice-président, Monsieur Jean EYEGHE NDONG, ancien Premier Ministre, qui le déclarent, à titre provisoire, comptable de fait de sommes d'argent qu'il aurait reçus du Trésor public, en sa qualité de Président du Comité des fêtes tournantes de la province de l'Estuaire pour les années 2006 et 2007. Ces sommes s'élèveraient respectivement à 1 milliard 300 millions de francs CFA et à 97 milliards francs CFA, soit un total de 98 milliards 300 millions de francs CFA.

L’Union Nationale a encouragé son Vice-président dans sa volonté de répondre publiquement à ces accusations. Elle s’est tenue à ses côtés lors de sa conférence de presse du 29 août dernier.

Après avoir écouté les explicitations du Vice-président Jean EYEGHE NDONG, puis, par la suite, analysé le rapport d'audit commis à cet effet par la Cour des Comptes, le Bureau National du Parti tient tout d'abord à marquer son soutien sans réserve, sa confiance totale au Vice-président Jean EYEGHE NDONG, et souscrit totalement aux arguments qu'il a développés dans sa déclaration.

L'Union Nationale tient ensuite à marquer sa désapprobation face à une procédure bâclée et inquisitoriale qui ignore la présomption d'innocence et les droits de la défense, fondements essentiels du droit pénal gabonais. L’Union Nationale y voit l’instrumentalisation de notre justice à des fins politiciennes et une manœuvre tendant à noircir l'image de Monsieur Jean EYEGHE NDONG, de l’Union Nationale et, au-delà, de toute l'opposition.

L’Union Nationale dénonce cette volonté de nuire cherchant à faire assumer par l’Opposition toute la responsabilité d’un grand déballage qui détourne le regard des Gabonais de la gestion apocalyptique de leur pays, de son pillage à grande échelle par Ali Bongo et sa légion étrangère, et qui les empêche de se poser les bonnes questions sur leur existence actuelle notamment celles de savoir où sont passés les 450 milliards de francs CFA du dernier emprunt obligataire? Avec quel argent Ali Bongo a acquis des biens immobiliers se chiffrant à des centaines de milliards de francs CFA en France, en Angleterre, aux Etats Unis et ailleurs dans le monde? Pourquoi lui qui n’avait au Gabon ni case en paille, ni case en bois peut-il ériger désormais des propriétés de plusieurs milliards de francs CFA? Pourquoi c'est le trésor public qui verse de l’argent à son épouse américaine ? Pourquoi ce mécontentement dans le pays marqué par le développement des formes désespérées de lutte dans lesquelles les Gabonais n’hésitent plus à mettre en péril leur vie même ?

L'Union Nationale s'étonne de ce qu'Ali Bongo, qui a participé à tous les gouvernements depuis les années 90 soit obsédé aujourd'hui par le désir d’apparaitre comme un homme neuf. Il doit savoir qu’il rendra compte des budgets qui ont été généreusement affectés, notamment à l’occasion des fêtes tournantes, au ministère de la défense.

L'Union Nationale réaffirme sa volonté de toujours se tenir aux côtés de ses membres injustement incriminés et appelle le peuple gabonais à redoubler de vigilance pour ne pas céder aux entreprises démagogiques d'un Pouvoir prédateur et calculateur qui dilapide comme jamais les deniers publics et ne se préoccupe que d’organiser sa pérennité.

L’Union Nationale affirme qu'en s’en prenant à son Vice-président, le pouvoir émergent a voulu tester la capacité de certains de ses membres à répondre de leur gestion au pouvoir. Elle prendra sa part à la clarification de la gestion des fêtes tournantes. Elle demande à ses membres et à ses sympathisants d’associer leurs documents et leur mémoire pour rétablir la vérité, toute la vérité, sur les fêtes tournantes et ceux qui doivent en rendre compte.

Je vous remercie

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR