A READER WRITES TO US AND WE RESPOND TO HIM! UN LECTEUR NOUS ÉCRIT, ET NOUS LUI RÉPONDONS!

Image: Cerelles C'est Vous




English Version

Dear readers, here is a relevant mail sent to us by reader entrenched in the dynamic of the will of a change of regime in Gabon. We publish this letter below, followed by our response, which will hopefully bring the clarification sought by the reader.


I do not think I have written to you in 2015, so Happy New Year already.


I would like to call upon you regarding the two following issues: Ndemezo'o and the situation in Gabon...

Regarding the first issue, I note that your blog welcomes rather enthusiastically (like the majority of reactions in social networks or in the Gabon opposition press) his smashing departure from the PDG, and his entry into the Front. As in the case of Ping and others, I will not deny that I do not share the general excitement about this guy. I have never hidden my horror at the regime, as well as my distrust of the current opposition (which looks more and more like a replica of the PDG, looking at the Front figureheads). Let me explain...

First, this was not the first time that Ndemezo'o was threatening to join the front, it was the case one year or two ago, at the last minute he reaffirmed his anchoring to the PDG. Today he has crossed the Rubicon, that’s good, but is it enough to wash away his past of pédégist hardliner for a good thirty years? Is it enough now to ask for forgiveness for people like Ndemezo'o- notoriously pédégist, former pillar of the current of the Renovator, former chief of the infamous Capistes, brother of the equally sinister Fantomas who met a suspicious end... Anyway, as many things as you noted (briefly) in one of your precedent posts- who is now acclaimed and accepted de facto in the Front ??? Does a single sentence (I beg your pardon) suffice to erase all people that this person probably abused during his life as Baron of the regime??? As for Ping, I find that social networks, the opposition press, the people (at least some) consider too quickly as water under the bridge the barons of the regime as long as they make their exit from the PDG.

In addition, prior to cheering the arrival of Ndemezo'o, would it be wrong to question his sincerity, his reasons for entering the Front?? Because in reading you, you only see the good side, namely that his departure carries a death blow to the regime. Certainly, one can think so, if his departure is sincere. But who can guarantee that?? Still a few months ago, Ndemezo'o was publicly eyeing the post prime minister before Ona Ondo was appointed. A few weeks ago, he was aiming for a post in the Senate, finally his friends of the PDG have dribbled him. Moreover, they are beginning to evoke his name in a case (targeted, no doubt) of embezzlement during the CAN 2012... Are these not the true motives of his departure?? Is he coming to the Front for the salvation of Gabon, of the people (I doubt it strongly, very strongly even), or because he is frustrated of his decline within the PDG??? The coincidence of all these events looks too obvious to be innocent. And I am surprised that no one is publicly asking the question. Besides, I already said during the arrival of Ping, Adiahenot, Andjembe and others in the Front ... By receiving with OPEN ARMS all former barons of the regime, it is CERTAIN that it there are among them one or more infiltrators of the regime, a Trojan horse !! Who is to tell that among them there are not some who have made arrangements with the regime the kind of which says: "go! pretends to clash, you're going to the front, and you will brief us from within", or will at the last minute make a lightning turnaround in favor of Ali on election night 2016??? And in this case, forgive me, but Ndemezo'o perfectly looks the part of Judas. In short all this to say that, although favorable to the opposition, I despair to see it taken hostage by the former barons who have TOO much baggage, and offer too little guarantees of sincerity for us to follow them without restraint. The Gabonese thirst for change, eager for alternation in power, but I doubt that the figure heads of the current opposition would embody this change. I doubt very much if they really work for that purpose...

This brings me to my second point, the current situation of Gabon. It is obvious that the country is in crisis: strikes in almost all sectors, economic and budgetary failures (as such, the Mercedes taken away from the Ambassador of Gabon in the US is a very revealing case ...), the debate on the origins of Ali, the multiple penknife jabs administer to him by the international press (France 24, La Lettre du Continent ...). The regime is in trouble, and usually the opposition will soon suffer the ultimate test: or knock-out a regime with a knee on the ground, or compromise itself in accomplices agreements... we have already seen that the domestic opposition to the regime has already made their choice, with the resurrection of the CND (an empty shell) led by a versatile politician of dubious popular base. We also see a section of the UPG, specifically Ben Moubamba (never stingy about ambiguous positions) almost doing a belly dance for an emergency or national unity government, etc... This is where we are going to measure the true degree of sincerity of the opponents. This regime, if shaken, may collapse before 2016. If the opposition plays the card to the fullest, it would have tried its luck. If, however, it applies the breaks, procrastinate to count on the polls in 2016, I can already tell you: in the present circumstances, with current CENAP, the current Constitutional Court (and Mborantsuo at its head), the current Ministry of Interior, Ali will win (by cheating), united or divided, the opponents will lose, they will go make the same complaints with no outcome, the people will disapprove a bit and will be repressed very much... And we will be left for another round!! I sometimes feel we're back in 1990, perhaps we are coming to a crossroads (not to forget that France, depending on whether or not it stubbornly support the regime, will play a leading role), and time will tell if people really want change or not...

Last thing: why do you not say anything about the hard-hitting video by Lanlaire ?? It's has been the buzz for a month now!!

Good week.



Reply by Annoying Gabon:

Thank you for contacting us and bringing to our attention your deepest concerns which as you might expect, are also ours.

First regarding Ndemezo'o, what you call our enthusiasm in his welcoming is in fact the realization that his departure weakens Ali Bongo and the PDG. Even if the elections are rigged in Gabon, it is clear that the unpopularity of Ali Bongo has been obvious since 2009 and today, the departure of characters such as Jean Ping and René Ndemezo'o from the PDG, sinks Ali Bongo even more. Nevertheless, it is worth remembering here that we should not consider the opposition as a closed and pure space; composed exclusively of people with idealism above suspicion. In our opinion, we must remain lucid and keep our eyes on the goal. We have just published on the blog the teachings of the Abbot Noël Ngwa, particularly about the political developments in Gabon since independence, mainly the contours of the National Conference of 1990 and the various political turpitudes which have marked the evolution of the country. In these writings, Abbot Noel Ngwa says that since the time of the formation of the Morena, the Gabonese political opponents have, for some, in common the fact that they are in dissidence because of profound conviction (a handful ), or the fact that they have worked for the regime at a time or another and have had difficulties with the Bongos (case of Mba Obame, Ndemezo'o, Ping and others) or simply by opportunism to avoid political death and go monetize this opposition (the largest contingent: the Mayila, and company). If there can be questions about their sincerity, we cannot slam the door of the opposition to them, because it is owned own by anyone. The departure of the Bongos is a collective project and those who play a dirty game will be unmasked as it is we the people who have to push events in that direction. When the people became radicalized in the 90s, the Paul Mba Abessole and others were no longer able to keep up and they had to destroy their own parties by blending into the presidential majority and thus expose to light the role of mole they always had in the opposition. It is no longer about getting behind the 'charismatic' leaders; that time is over; if the people want change, and that Ping or Ndemezo'o or others are not able to respond, it will be proof that they never wanted this change in the first place, but the people should continue their march without them. Our opinion is that the cult of personality should not exist in the opposition; If Ping is the man for the job, he must demonstrate that; if he does not show it, we would understand. That is the position of this blog. We accept all; with or without baggage. We do not submit anyone to a virginity test; the only test for us is whether people are for the removal of the Bongos: if so, we get together; if not, we go separate ways. It is in this sense that we analyze the departures from the PDG. It is not for us to forgive, or to cheer, but to judge the actions and estimate on whom we can count on or not, without a priori, and with the greatest possible lucidity.

For the situation of Gabon, we agree with you that the regime is so fragilized that it would only take a sustained push for it to fall. The test for us is therefore not that much: who is purer and more sincere than whom, but who would allow us to topple the regime? Remember that in 2013, Omar Bongo was dismissed, but it is Mba Abessole who refused to take his responsibility because it was not his real role in that play. Today, if the people push Ali Bongo towards the exit, it will not be about listening to the calls for peace of the brave and other appeasements like that. We'll have to go through the logic. This is our position and it also seems to be yours. That is the essence; because the personnalities do not matter when we know where we want to go. We struggle with those who are equally concerned and forget the rest.

Finally, about Lanlaire, we reassure you that we take very seriously his revelations. But precisely, it is because we take them seriously that we do not want to belittle his contributions as a weekly circus because he says very serious things that are considered by equally serious people who love Gabon. We are talking to friends of this blog about the most appropriate way to cover Lanlaire’s revelations. Just do the buzz is not the method of this blog because we like going to the bottom of things. For us Lanlaire is a Gabonese who has decided to inform us and teach us about what is happening at the top of the State; we listen seriously to him and not as we have seen with some saying to be of the opposition, as a strange beast to exploit. We know that he is under pressure and threats and that some are trying to monetize his annihilation. This is a serious matter that cannot be treated lightly. When there is a witness to the habits of the Bongo, who has the sound and video recordings, the photographs, proving it; you will understand that a blog like ours leaves to Lanlaire the time to establish his own communication equilibrium with people in whom he has complete confidence. We leave him this time for now, and will intervene when we are associated. But it is up to him to surround himself very well, because we do not want to be the exploiters of the dangers a compatriot trying to inform us.



Version française

Chers lecteurs, voici un courrier pertinent que nous a adressé un lecteur profondément ancré dans la dynamique de la volonté d’un changement de pouvoir au Gabon. Nous publions ce courrier ci-dessous, suivi de notre réponse, qui nous l’espérons apportera les éclaircissements souhaités par notre lecteur.




Je ne crois pas vous avoir écrit en 2015, donc Bonne année d'ores et déjà.


Je voudrais vous interpeller au sujet des deux sujets évoqués plus haut: Ndemezo'o et la situation au Gabon...

Concernant le 1er sujet, je constate que votre blog accueille plutôt avec enthousiasme (à l'instar de la majorité des réactions dans les réseaux sociaux ou dans la presse d'opposition du Gabon) le départ fracassant de celui-ci, et son entrée dans le front. Comme pour le cas de Ping et autres, je ne vous cache pas que je ne partage guère l'effervescence générale sur ce bonhomme. Je n'ai jamais caché autant ma répulsion du régime, autant ma méfiance face à l'opposition actuelle (qui ressemble de plus en plus à un PDG-bis, à regarder les têtes de proue du Front). Je m'explique...

Déjà, ce n'est pas la première fois que Ndemezo'o faisait planer la menace de rejoindre le front, il y'a un an ou deux c'était le cas, à la dernière minute il avait réaffirmé son ancrage au PDG. Aujourd'hui il a franchi le Rubicon, c’est bien, mais cela suffit-il à le laver de son passé de pédégiste pur et dur pendant une bonne trentaine d'années? suffit-il désormais de demander pardon pour que des gens comme Ndemezo'o-pédégiste notoire, ancien pilier du courant rénovateur, ancien chef supposé des tristement célèbres Capistes, frère du non moins sinistre Fantomas avec la fin suspecte qu'il a connu...bref autant de choses que vous avez relevé (furtivement) dans un de vos billets précédents- soient maintenant acclamés et acceptés de facto dans le Front??? Une seule phrase (je vous demande pardon) suffit-elle à faire oublier les gens que ce Mr a surement malmenés dans sa vie de baron du régime??? Comme pour Ping, je trouve que les réseaux sociaux, la presse d'opposition, le peuple (du moins une partie) passe un peu trop vite l'éponge sur les barons du régime pour peu qu'ils fassent leur sortie du PDG. 

Par ailleurs, avant de se réjouir de l'arrivée de Ndemezo'o, ne faudrait-il pas s'interroger sur sa sincérité, sur les raisons de son entrée dans le front?? Car à vous lire, vous ne voyez que les bons côtés, à savoir que sa sortie porte une estocade au régime. Certes, on peut le penser, si son départ est sincère. Mais qui peut le garantir?? Il y'a encore quelques mois, Ndemezo'o visait publiquement la primature, avant qu'Ona Ondo soit nommé. Il y'a quelques semaines, il visait une place au sénat, finalement ses amis du PDG l'ont dribblé. Qui plus est, on commence à évoquer son nom dans une affaire (à tête chercheuse, sans doute) sur les détournements de fonds lors de la CAN 2012... Ne sont-ce pas là les vraies motivations de son départ?? Vient-il au Front pour le salut du Gabon, du peuple (j'en doute fort, très fort même), ou parce qu'il est frustré de son déclin au PDG ??? La coïncidence de tous ces évènements le parait trop évidente pour être innocente. Et je m'étonne que personne ne se pose publiquement la question. Par ailleurs, je l'avais déjà dit lors de l'arrivée de Ping, Adiahenot, Andjembe et autres dans le Front... A force d'accueillir à BRAS OUVERTS tous les ex-barons du régime, il est SUR ET CERTAIN qu'il y'a parmi eux un ou plusieurs infiltrés du régime, un cheval de Troie !! Qui ne nous dit pas que parmi eux, il n'y en a pas qui se sont arrangés avec le régime du genre "allez! On feint un clash, tu vas au front, et tu nous renseignes de l'intérieur", ou qui fera à la dernière minute une fulgurante volte-face en faveur d'Ali le soir des élections d 2016??? Et dans ce cas, vous m'excuserez, mais ce Ndemezo'o a la parfaite tête de l'emploi du judas en puissance. Bref tout ça pour dire que, bien que favorable à l'opposition, je me désespère de la voir prise en otages par ces ex-barons qui ont TROP de casseroles, et offrent trop peu de gages de sincérité pour qu'on les suive sans retenue. Les gabonais ont soif de changement, soif d'alternance, mais je doute fort que les têtes de proue de l'opposition actuelle incarneront ce changement. Je doute même qu'ils œuvrent vraiment pour celui-ci...

Cela m'amène à mon deuxième sujet, la situation actuelle du Gabon. C’est évident que le pays est en crise: grèves dans quasiment tous les secteurs, défaillance économique et budgétaire (à ce titre, les Mercedes arrachées à l'ambassadeur du Gabon aux USA est un cas très révélateur...), débat sur les origines d'Ali, multiples coups de canif que lui administrent la presse internationale (France 24, la lettre du continent...). Le régime est en difficultés, et normalement l'opposition va bientôt subir l'épreuve ultime: ou mettre K-O un régime ayant un genou à terre, ou se compromettre dans des accords complices... on a déjà vu que l'opposition domestique du régime a déjà fait son choix, avec la résurrection du CND (une coquille vide) animée par un homme politique versatile et à la base populaire douteuse. On voit aussi une frange de l'UPG, notamment Ben Moubamba (jamais avare de positions ambiguës) quasiment faire une danse du ventre pour un gouvernement d'urgence, ou d'union nationale, etc... C'est là où on va mesurer le vrai degré de sincérité des opposants. Ce régime, si on le bouscule, peut s'écrouler avant 2016. Si l'opposition joue le coup à fond, elle aura tenté sa chance. Si au contraire, elle freine des 4 fers, temporise pour s'en remettre aux urnes en 2016, je peux déjà vous dire: dans les circonstances actuelles, avec la CENAP actuelle, la Cour Constitutionnelle actuelle (et Mborantsuo en tête), le ministère de l'Intérieur actuel, Ali passera (en trichant), les opposants unis ou divisés perdront, iront poser les mêmes recours sans avenir, le peuple boudera un peu et se fera mâter beaucoup...Et on sera repartis pour un tour !! J'ai parfois l'impression qu'on est revenus en 1990, on arrive peut-être à un tournant (sans oublier que la France, selon qu'elle soutienne mordicus ou non le régime, jouera un rôle prépondérant), et l'avenir nous dira si les gens veulent vraiment ou pas de l'alternance...

Dernière chose: pourquoi vous ne dites rien concernant les vidéos percutantes de Lanlaire?? C'est quand même le buzz depuis un mois !!

Bonne semaine.



Réponse de Gabon Enervant :

Merci de nous avoir contacté et soumis à notre attention vos soucis les plus profonds qui, vous vous en doutez, sont aussi les nôtres.

S’agissant premièrement de Ndemezo’o, ce que vous appelez notre enthousiasme dans son accueil n’est en fait que la réalisation que son départ affaiblisse Ali Bongo et le PDG. Même si les élections sont truqués au Gabon, force est de constater que l’impopularité d’Ali Bongo est une évidence depuis 2009 et qu’aujourd’hui, le retrait de personnages comme Jean Ping et René Ndemezo’o du PDG, enfonce encore plus Ali Bongo. Néanmoins, il est bon de rappeler ici que nous ne devons pas considérer l’opposition comme un espace fermé et pur, composé exclusivement de personnes à l’idéalisme au-dessus de tout soupçon. A notre avis, nous devons rester lucides et garder l’œil droit sur l’objectif à atteindre. Nous venons de publier sur le blog les écrits pleins d’enseignements de l’Abbé Noël Ngwa, à propos notamment de l’évolution politique du Gabon depuis l’indépendance et principalement les contours de la conférence nationale de 1990 et les différentes turpitudes politiques qui ont jalonné le cheminement du pays. Dans ces écrits, l’Abbé Noël Ngwa nous dit que depuis l’époque de la formation du Morena, les opposants politiques Gabonais ont, pour certains, en commun le fait qu’ils sont en dissidence soit par conviction profonde (un tout petit nombre), soit par le fait qu’ils ont travaillé pour le régime à un moment comme à un autre et ont éprouvé des difficultés avec les Bongo (cas Mba Obame, Ndemezo’o, Ping et les autres), soit purement et simplement par opportunisme pour éviter la mort politique et aller monnayer cette opposition (le plus gros contingent: les Mayila, et compagnie). Si on peut se poser des questions sur leur sincérité, on ne peut leur claquer la porte de l’opposition car cette dernière n’est la propriété de personne. Le départ des Bongo est un projet collectif et ceux qui jouent un sale jeu seront démasqués car c’est nous le peuple qui devrons pousser les évènements dans ce sens. Quand le peuple s’est radicalisé dans les années 90, les Paul Mba Abessole n’ont plus été capables de suivre et ils ont dû saborder leurs propres partis pour se fondre dans la majorité présentielle et dévoiler ainsi au grand jour le rôle de taupe qu’ils avaient toujours joué dans l’opposition. Il n’est plus question aujourd’hui de se mettre derrière les leaders « charismatiques », ce temps est révolu ; si le peuple veut le changement, et que Ping ou Ndemezo’o ou les autres ne soient pas capables de répondre, ce sera la preuve toute faite qu’ils n’ont jamais voulu de ce changement, mais le peuple devrait lui continuer sa marche sans eux. Notre avis est que le culte de la personnalité ne devrait pas exister dans l’opposition ; Si Ping est l’homme de la situation, qu’il le démontre, s’il ne le démontre pas, nous aurons compris. Voici la position de ce blog. Nous acceptons tout le monde ; avec ou sans casseroles. Nous n’administrons à personne un test de virginité ; le seul test pour nous est de savoir si les gens sont pour la destitution des Bongo : si oui, on se met ensemble ; si non, on se sépare. C’est dans ce sens que nous analysons les retraits du PDG. Il ne nous revient pas de pardonner, ou d’acclamer, mais de juger les actions et estimer sur qui on peut compter ou non, sans à priori, et avec le maximum de lucidité possible.

Pour la situation du Gabon, nous sommes d’accord avec vous que le régime est si fragilisé qu’il suffirait d’une poussée quelque peu soutenue pour qu’il tombât. Le test pour nous n’est donc pas tant que ça : qui est plus pur et sincère que qui, mais qui nous permettra de faire basculer le régime ? Souvenez-vous qu’en 1993, Omar Bongo était destitué, mais c’est Mba Abessole qui a refusé de s’assumer car ce n’était pas son réel rôle dans cette pièce de théâtre. Aujourd’hui, si le peuple pousse Ali Bongo vers la sortie, il ne sera pas question d’écouter les appels à la paix des braves et autres apaisements de ce genre. Il va falloir aller jusqu’au bout de la logique. C’est notre position et elle semble aussi être la vôtre. C’est l’essentiel ; car les personnalités importent peu quand on sait où on veut aller. On combat avec ceux qui se sentent concernés et on oublie le reste.

Pour finir, à propos de Lanlaire, nous vous réassurons que nous prenons ses révélations très au sérieux. Mais justement, c’est parce que nous les prenons au sérieux que nous ne voulons rabaisser ses contributions à un cirque hebdomadaire, car il dit des choses très sérieuses qui sont prises en considération par des gens tout aussi sérieux qui aiment le Gabon. Nous discutons avec les amis de ce blog de la manière la plus appropriée de couvrir les révélations de Lanlaire. Simplement faire le buzz n’est pas la méthode de ce blog car nous aimons aller au fond des choses. Pour nous, Lanlaire est un Gabonais qui a décidé de nous informer et de nous instruire sur ce qui se passe au sommet de l’Etat ; nous l’écoutons avec sérieux et non pas comme nous l’avons vu avec certains se disant de l’opposition, comme une bête curieuse à exploiter. Nous savons qu’il subit des pressions et des menaces et que certains tentent de monnayer son anéantissement. C’est une affaire grave qu’on ne peut pas traiter avec légèreté. Quand on a un témoin des mœurs des Bongo, qui a les enregistrements sonores et vidéos, les photos, le prouvant, vous comprendrez qu’un blog comme le nôtre laisse à Lanlaire le temps d’établir son propre équilibre de communication, avec des gens en qui il a une entière confiance. Nous lui laissons ce temps pour l’instant, et interviendrons quand il nous associera. Mais il lui appartient de bien s’entourer, car nous ne voulons pas être des exploiteurs des dangers encourus par un compatriote, pour nous informer.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>