THE TEN LIES ALI BONGO TOLD TO THE NEWSPAPER LE MONDE. LES DIX MENSONGES D’ALI BONGO AU JOURNAL LE MONDE

Emmanuel Ntoutoume Ndong





English Version

Text by Emmanuel Ntoutoume Ndong, General Inspector of Finance


In an interview in the French daily Le Monde on 6 March, Ali Bongo once again, once too many, indulged in his favorite exercise: to lie. Of course, lying is consubstantial to the political discourse, in the sense that all political discourse always involves a demagogic dimension probably linked to the desire to seduce which inhabits every politician. This has been true since Pericles.

In the Gabonese vernacular, "politics" is synonymous with "lie." "Do not do politics to me" means here "do not tell me lies." But with Ali Bongo, political lies acquire an almost neurotic dimension. Let us take note of some gems from his interview in the newspaper Le Monde.

First lie:

Ali Bongo says that the growth of the Gabonese economy has increased from 1% in 2009 to 6% (actually 5.9%) in 2010, and he takes full credit for this performance! By saying this, he forgets to mention, if only for intellectual honesty, that the decline in growth in 2008 (2, 3% against 5.6% in 2007) and 2009 (-1%) of the Gabonese economy was the mechanical consequence of the global financial crisis that erupted in 2008 following the collapse of the US mortgage market. This financial crisis, one of the most serious after that of 1929, did turn into an economic crisis with a sharp increase in unemployment in the United States (from 4.7 to 10%), resulting a sharp contraction of economic activity. And as the US economy accounts for a fifth of global GDP, the impact of the slowdown could of course affect the entire planet. Even though most came out with less damage than Western countries, this crisis has greatly affected African economies. Throughout 2009, the IMF steadily cut its growth outlook for Sub-Saharan Africa, from 6% expected in 2008 to 1.1% in 2009. In the last quarter of 2008, financial markets in the region suffered the withdrawal of many foreign investors, which was followed in the first quarter of 2009 by a drop in exports. Gabon, which derives most of its growth from the export of raw materials, could not avoid a recession, given the decline in global demand for commodities. Gabon was additionally affected by the falling price of oil with an annual average in 2009 that was 41% below its 2008 average.
Hence the negative growth rate of -1% recorded in 2009.

Second lie:

Ali Bongo claims to have increased the Gabonese economy growth rate from -1% to 6% and to have maintained it at 5% annual average until 2014. But he said nothing about the economic conditions that favored this improvement. The high growth rates between 2010 and 2014 were more influenced by the start of the works linked to the African Cup of Nations that our country did co-organized in 2012 with Equatorial Guinea, and especially by the good performance of the price of oil during this period (around 100 US dollars), a historically high level, than by any economic acumen of Ali Bongo.

All it took was for the price of oil to collapse by 40% for Gabon to find itself in its current inextricable budget situation, with a deficit of 1,300 billion CFA francs in the budget for the 2015 fiscal year.

Ali Bongo would have gained in credibility if he had explained to the newspaper Le Monde’s readers why with more than 5% growth rate for four years and cumulative resources just as high, in the order of 11809 billion CFA francs; he has indebted Gabon during the same period, increasing the Gabonese public debt from 1181 billion CFA francs, representing 15% of GDP on 31 December 2008 to 2608 billion CFA francs or 32% of GDP at the end of 2014? And why no major announced projects has been able to see the light of day otherwise than as scale models?

15% du PIB au 31 décembre 2008 à 2 608 milliards de francs CFA, soit 32% du PIB à la fin 2014? Et pourquoi aucun des projets d'envergure annoncés n'a pu voir le jour autrement que sur les maquettes?

As long as it would only be generated by the export of raw materials and not by genuine wealth creation, the Gabonese growth would remain illusory and sterile. Illusory because it conceals the structural imbalances of the Gabonese economy which remains, despite what Ali Bongo may thing, a rentier economy. Sterile because its impact on the living conditions of the population is negligible. This imbalance is perceptible at the human development index (HDI) of Gabon which is estimated at 0.55, which places it among the low-income countries. This dichotomy can also be seen through the unemployment rate that exceeds 35%, and through the high level of poverty that goes beyond 33%, according to official figures from the Gabonese government.

Third lie:

Ali Bongo said that he realized in four years 80% of his commitments. If all the readers of Le Monde could travel to Gabon to check on the spot, they would realize quickly that this is a gross untruth. Ali Bongo had indeed made many commitments and had made many promises to the Gabonese people, of which here are some of the most iconic:

-The construction of 200000 homes between 2012 and 2015, of which 37,000 for 2012-2016. Five years later, less than 1,000 homes have sprung up.

-the asphalting of 3320 kilometers of road between 2012 and 2016. The few completed projects are actually the ones that were launched by the former President of the Republic, and for which funding was already available.

-The construction of infrastructure for education and vocational training between 2012 and 2016. With a few repairs here and there, nothing conclusive has been done in this area. The serious crisis currently affecting the educational system is partly explained by this poverty in school and university quality infrastructure.

-the construction and rehabilitation of health facilities. Aside from the University Hospital of Libreville whose works had been initiated by the former President of the Republic, no new health facility worthy of the name has been erected in Gabon. Instead, the Gabonese people witnessed with amazement, the demolition of one of the most modern hospitals in the country: the hospital Jeanne Ebori.

-The construction of two international airports in Libreville (ANDEM) and Port Gentil. Aside from the clearing the earth at the Port Gentil’s airport, nothing has started regarding ANDEM.

-The construction of ports.

- The construction of six hydroelectric dams. Nothing.

None of these investments amounted to a total of 12,430 billion CFA francs, has been completed.

In claiming to have achieved 80% of his commitments, Ali Bongo probably wants to allude to the satisfaction of his personal needs. Indeed, in four years, while all the work sites of interest to the Gabonese people were stopped, he offered himself a mansion in Paris, a house in London, a house in Washington, an aircraft, high-end vehicles, the New York forum in Libreville and the marina straight out of his imagination, and whose work is currently stalled due to lack of funding.

Fourth lie:

Ali Bongo claims to have initiated the diversification of the Gabonese economy and that in four years; he did better than his predecessor had done in 42 years. He cites as an exemple, the wood sector. But he fails to mention that the wooden logs ban decision did more harm than good to that sector which is the second largest employer in Gabon after the Civil Service, with more than 35,000 direct and indirect jobs. In addition to the fact that this "decision" repealed a "law", in this case the Forest Code, which, in terms of the law, is a heresy; it was not juxtaposed with the promised accompanying measures, which would have allowed operators in the sector to adjust.

Despite the hasty convening a forum on forestry held in Libreville from 15 to 17 of February 2010 and intended to take stock of forest management and to create opportunities for the exploitation of forest products, many companies in this sector went bankrupt, which resulted in an unprecedented increase in unemployment in our country.

The major project of diversification that would enable Gabon to overcome gradually its dependence on oil has remained a pious wish. No strong action on business creation, especially for Gabonese small business has been conducted successfully. But in liberal economies, it is private sector that is the true engine of economic growth. It is through the creation and promotion of small Gabonese businesses that it would be possible to create a national capitalism and encourage the emergence of a class of Gabonese business men and women.

The sectorial breakdown of Gabon's GDP in 2015 has the same unbalanced structure in favor of the primary sector, which represents more than 55% against 28.5% for the secondary sector and 8% for the tertiary sector and the rest. With diversification index of 1.9, Gabon is lagging behind CEMAC countries, far behind Cameroon and Equatorial Guinea with an index of 21.9. Undiversified, the Gabonese economy is uncompetitive and unattractive. With a competitiveness index of -14, 8, Gabon is ranked far behind Cameroon and Equatorial Guinea with a competitiveness index of -4.1. According to the ranking of the World Bank in 2015, Gabon ranks 156th in the world out of 187 countries in terms of executing contracts. It ranks 174th in the world in terms of index of perception of corruption, when the Cameroon and Congo respectively occupy the 129th and the 114th rank.

Fifth lie:

Ali Bongo said to be able to drive Gabon to become an emerging country by 2025, i.e. in ten years. For the record, let us remember that the term "emerging market" appeared in the early 1980s with the development of southern stock markets, when the US investment banks sought to tout to their customers the growth potential of the financial markets with high yields in some developing countries. The coining of the term is attributed to Dutch economist Antoine van Agtmael, for whom the term "emerging country" means "developing countries offering opportunities for investors." These countries meet three essential criteria:

-they are characterized by a significant increase in per capita income, so an increase in their share of the world income;

-they are also distinguishable by their rapid integration into the world economy, not only from a commercial point of view, developing their export sector but also from a financial point of view, opening their financial markets to foreign capital. An emerging country therefore is a country whose economy is in transition, and whose growth is not based on the exploitation of raw materials but on a high-growth industry.

-These Countries finally are characterized by improved macroeconomic management and stabilization of the political and social situation. However, Gabon could not be able, given its current governance and all its inadequacies pointed out above, to fulfill any of these criteria in the next ten years.
What Ali Bongo does not understand is that the issue of the emergence does not stop with the definition of a strategic plan, as relevant as it may be, but mostly lies in its operational implementation. Furthermore, one wonders with what men Ali Bongo would lead Gabon to become emerging in ten years if education is the least of his priorities as shown by the current events?

Sixth lie:

When asked about his relationship with François Hollande, Ali Bongo declared that France has many economic interests in Gabon and that relations between our two countries are strong and transcend men. Certainly. But does he imply by this that the Bongos are of all Gabonese, the only ones able to preserve these relationships? Unless the famous "interests of France" merge with the interests of French companies based in Gabon and with which the Bongo family is involved, as just been revealed by the French online journal Mediapart? That is to say, "do not let me fall unless you want to jeopardize our common interests." In this respect, it should be noted that the choice of media, a French leading daily, the bible of the French elite, is not without ulterior motives and shows that this interview was aimed first and foremost toward the outside.

Knowing that no one takes him seriously in Gabon, Ali Bongo called Le Monde to the rescue to transmit coded messages in the direction of French public opinion, and therefore the Elysee.

Seventh lie:

Ali Bongo lies to Le Monde readers when he says he was "elected" by the Gabonese people. The Gabonese, themselves, know that he was not elected with a regular process but imposed himself at the head of the country by fraud and force with the complicity of the Gabonese institutions and the active support of the former French President Nicolas Sarkozy. This truth is known to many French, if we judge by the audience encountered in France and Africa by the French documentary of a public television channel about Françafrique aired in 2011.

Eighth lie

Ali Bongo lies to the readers of Le Monde when he tries to make believe that the debate about his origins is only the expression of tribalism and xenophobia by the Gabonese opposition. He forgets to say that, to circumvent the provisions of Article 10, paragraph 4 of the Constitution of the Republic of Gabon, he presented a false birth certificate and that this offense is punished by the Gabonese Penal Code. The debate on the origins of Ali Bongo is not the expression of any tribalism, or any xenophobia, it is a constitutional debate of the utmost importance in a State that is said to respect the rule of law. Pushing provocation to the extreme, he tried to minimize the situation by claiming that it is those who challenge his eligibility to prove it, exactly the opposite of what is stated by the provisions of Article 42 of the Code of Gabonese nationality.

It would be surprising that France, which is the mother country of the law, condoned what appears to be perjury. The United States, which is both the first democracy and the world's first immigration country, did not avoid such a debate when some Republicans argued that President Obama was not born in the US, as required by the constitution of this country for any contender for the White House. Were the American people accused of tribalism and xenophobia? The French know Gabon well enough to recognize that this country has always been a welcoming land, and that there are many families in Gabon that have come from other African countries and elsewhere, that are fully integrated.

Even though Gabon wants to be a land of immigration, this must be done taking into account international standards in that area, in order not to upset the sociological balance of the country. However, according to the same services of the Gabonese government, warning signs have been reached, since immigrants now account for over 60% of the Gabonese population. If France was at that point, the National Front would have been in the Elysee long time ago.

Ninth lie:

Ali Bongo lies to Le Monde readers when he denies the existence of a crisis in Gabon. Unless to ignore the definition of crisis, Gabon is indeed in a situation of extreme turbulence, be it political, economic, financial and social. And Ali Bongo is the sole responsible for that. Indeed, after seizing power by force, instead of reaching out to others, as knew to do so well, his predecessor; Ali Bongo engaged in political acts that have resulted in tense antagonisms between Gabonese. Once installed at the head of Gabon, his first major step was to change the constitution of the Republic, not to correct the provisions therein were problematic, but to give himself greater powers. The second big decision, an administrative one, was to fire more than 450 managers in the public service, because of intelligence with the opposition. The third major step was to dissolve the main opposition party unconstitutionally and on spurious grounds. These measures were not likely to defuse the tensions of the 2009 presidential election.

Tenth lie:

Ali Bongo lies to the readers of Le Monde when he claims that the electoral situation in Gabon was sanitized due to the introduction of biometric data in the electoral register. But he does not say that the cards that were distributed do not allow the actual authentication of voters in the polling stations, or that there is no centralized file at the national level to operate all desired verification, this can only encourage fraud. Contrary to his assertions, the opposition did not participate in the last local elections because it is satisfied with the current register, but to show its inadequacies.

Above all, he does not say that the same actors who orchestrated the electoral coup of 2009 were still in place, the Constitutional Court which is still headed by a prominent member of his family, the Independent National Electoral Permanent Commission (CENAP) chaired by a member of his party, nor that the ministries of Interior and Defense are headed by his cronies.

Assuming that there are presidential elections in these circumstances, what guarantee of impartiality could the opposition expect from institutions and administrations headed by members of the regime and whose impartiality is not the first virtue?

The readers of Le Monde may not know this, the Gabonese civil society has introduced a lawsuit against the French company Gemalto for active and passive corruption of complicity, at the court of Paris, regarding the implementation of biometrics Gabon.



Version française

Texte d’Emmanuel Ntoutoume Ndong, Inspecteur Général des Finances


Dans une interview parue dans le quotidien français Le Monde du 6 mars courant, Ali Bongo a sacrifié une fois de plus, une fois de trop, à son exercice favori: mentir. Certes, le mensonge est consubstantiel au discours politique, en ce sens que tout discours politique comporte toujours une dimension démagogique liée sans doute à la volonté de séduire qui habite tout homme politique. Cela est vrai depuis Périclès.

Dans le parler gabonais, "politique" est synonyme de "mensonge". "Ne me fais pas la politique" veut dire chez nous "ne me racontes pas des mensonges". Mais avec Ali Bongo le mensonge politique acquiert une dimension presque névrotique. Relevons quelques perles tirées de son interview dans le journal Le Monde.

Premier mensonge:

Ali Bongo affirme que la croissance de l'économie gabonaise est passée de -1% en 2009 à 6% (en réalité 5,9%) en 2010, et il porte cette performance à son seul crédit! En le disant, il oublie de rappeler, ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle, que la baisse de la croissance enregistrée en 2008 (2, 3% contre 5,6% en 2007) et 2009 (-1%) de l'économie gabonaise était la conséquence mécanique de la crise financière internationale qui a éclaté en 2008 suite à l'effondrement du marché hypothécaire américain. Cette crise financière, l'une des plus graves après celle de 1929, s'est transformée en crise économique avec une forte augmentation du chômage aux État Unis (de 4,7 à 10%), avec pour effet une forte contraction de l'activité. Et comme l'économie américaine représente un cinquième du PIB mondial, l'impact de son ralentissement ne pouvait que toucher l'ensemble de la planète. Même si la plupart s'en sont sortis avec moins de dommages que les pays occidentaux, cette crise a fortement touché les économies africaines. Tout au long de l'année 2009, le FMI n'a cessé de réduire ses perspectives de croissance pour l'Afrique Subsaharienne, passant de 6% prévue en 2008 à 1,1% en 2009. Dans le dernier trimestre 2008, les marchés financiers de la région ont subi le retrait de nombreux investisseurs étrangers, ce qui a été suivi au premier trimestre 2009 par une chute des exportations. Le Gabon qui tire l'essentiel de sa croissance de l'exportation des matières premières n'a pu éviter la récession, face à la baisse de la demande mondiale de matières premières. Le Gabon était de surcroît affecté par la baisse du prix du baril de pétrole dont la moyenne annuelle en 2009 était 41% inférieure à sa moyenne de 2008.
D'où le taux de croissance négatif de -1% enregistré en 2009.

Deuxième mensonge:

Ali Bongo se vante d'avoir fait passer le taux de croissance de l'économie gabonaise de négative -1% à 6% et de l'avoir maintenu à 5% de moyenne annuelle jusqu'en 2014. Mais il ne dit rien sur le contexte économique qui a favorisé cette embellie. Les taux de croissance élevés observés entre 2010 et 2014 s'expliquent davantage par le démarrage des chantiers lies à la coupe d'Afrique des Nations que notre pays a co-organisée en 2012 avec la Guinée Équatoriale, et surtout par la bonne tenue du cours du baril de pétrole pendant cette période ( autour de 100 dollars US), un niveau historiquement haut, que par un quelconque génie économique d'Ali Bongo.

Il a suffi que le prix du pétrole s'effondre de 40% pour que le Gabon se retrouve dans la situation budgétaire inextricable actuelle, avec un déficit de 1 300 milliards de francs CFA dans la loi de finances de l'exercice 2015.

Ali Bongo aurait gagné en crédibilité s'il avait expliqué aux lecteurs du journal Le Monde pourquoi avec des taux de croissance de plus de 5% pendant quatre ans et des ressources propres cumulées aussi élevées, de l'ordre de 11.809 milliards de francs CFA, a-t-il endetté le Gabon dans le même laps de temps, faisant passer l'encours de la dette publique du, Gabon de 1 181 milliards de francs CFA représentant 15% du PIB au 31 décembre 2008 à 2 608 milliards de francs CFA, soit 32% du PIB à la fin 2014? Et pourquoi aucun des projets d'envergure annoncés n'a pu voir le jour autrement que sur les maquettes?

Tant qu'elle ne sera générée que par l'exportation des matières premières et non par une véritable création de richesse, la croissance gabonaise restera illusoire et stérile. Illusoire parce qu'elle camoufle les déséquilibres structurels de l'économie gabonaise qui demeure, quoi qu'en dise Ali Bongo, une économie de rente. Stérile parce que son impact sur les conditions de vie des populations est nul. Ce décalage se lit au niveau d’indice de développement humain (IDH) du Gabon estimé à 0,55, qui le Place au niveau des pays à faible revenu. Ce décalage se lit aussi à travers le taux de chômage qui dépasse les 35%, et à travers le niveau élevé de la pauvreté qui dépasse les 33%, selon les chiffres officiels du gouvernement gabonais.

Troisième mensonge:

Ali Bongo affirme avoir en quatre ans réalisé 80% de ses engagements. Si tous les lecteurs du journal Le Monde pouvaient se rendre au Gabon pour vérifier sur place, ils se rendraient vite compte qu'il s'agit d'une grossière contrevérité. Ali Bongo avait effectivement pris de nombreux engagements et avait fait de nombreuses promesses aux gabonais, dont voici quelques-unes des plus emblématiques:

-la construction de 200 000 logements entre 2012 et 2015, dont 37000 pour la période 2012-2016. Cinq ans après moins de 1000 logements à peine sont sortis de terre.

-le bitumage de 3.320 km de route entre 2012 et 2016. Les quelques chantiers finalisés sont en réalité ceux qui avaient été lancés par l'ancien président de la République, et dont les financements étaient déjà disponibles.

-la construction d'infrastructures destinées à l'éducation et à la formation entre 2012 et 2016. À part quelques réfections çà et là, rien de probant n'a été fait dans ce domaine. La grave crise qui frappe actuellement le monde éducatif s'explique en partie par cette indigence en infrastructures scolaires et universitaires de qualité.

-la construction et la réhabilitation des établissements de santé. À part le CHU de Libreville dont les travaux avaient été initiés par l'ancien président de la République, aucune nouvelle structure sanitaire digne de ce nom n'a vu le jour au Gabon. Au contraire, les gabonais ont assisté, ébahis, à la démolition d'un des hôpitaux les plus modernes du pays: l'hôpital Jeanne Ebori.

-la construction de deux aéroports internationaux à Libreville (ANDEM) et à Port Gentil. À part le terrassement de l'aéroport de Port Gentil, rien n'a commencé à concernant ANDEM.

-la construction des ports.

- la construction de six barrages hydroélectrique. Rien.

Aucun de ces investissements chiffrés à 12.430 milliards de francs CFA n'a été mené à bien.

En affirmant avoir réalisé 80% de ses engagements, Ali Bongo veut sans doute faire allusion à la satisfaction de ses besoins personnels. En effet, en quatre ans, pendant que tous les chantiers intéressant les gabonais étaient à l'arrêt, Il s'est offert un hôtel particulier à Paris, une maison à Londres, une maison à Washington, un avion, des véhicules haut de gamme, le forum New York à Libreville et la marina sortie tout droit de son imaginations, et dont les travaux sont actuellement à l'arrêt par manque de financements.

Quatrième mensonge:

Ali Bongo prétend avoir engagé la diversification de l'économie gabonaise et qu'en quatre, il a fait mieux que son prédécesseur en 42 ans. Il cite pour cela le secteur du bois. Mais Il oublie de préciser que la décision d'interdiction des bois en grumes a fait plus de mal que de bien à ce secteur qui est le deuxième employeur du Gabon après la Fonction publique, avec plus de 35000 emplois directs et indirects. Outre que cette "décision" abrogeait une "loi", en l'occurrence le Code forestier, ce qui, en matière de droit constitue une hérésie, elle n'a pas été assortie des mesures d'accompagnement promises, et qui auraient pu permettre aux opérateurs de la filière de s'ajuster.

Malgré la convocation précipitée d'un forum sur l'économie forestière tenu à Libreville du 15 au 17 février 2010 et destiné à faire le bilan de la gestion forestière et d'ouvrir des perspectives pour la valorisation des produits forestiers, de nombreuses entreprises de ce secteur ont fait faillite, ce qui s'est traduit par une aggravation sans précédent du chômage dans notre pays.

Le grand chantier de la diversification qui devait permettre au Gabon de s'affranchir progressivement du pétrole est resté un vœu pieux. Aucune action vigoureuse en matière de création d'entreprises, notamment en faveur des PME/PMI gabonaise n'a été menée avec succès. Or, dans les économies libérales, ce sont l'entreprise qui est le véritable moteur de la croissance économique. C'est par la création et la promotion de PME/PMI gabonaises qu'il sera possible de créer un capitalisme national et de favoriser l'émergence d'une classe d'hommes et de femmes d'affaires gabonais.

La ventilation sectorielle du PIB gabonais en 2015 présente la même structure déséquilibrée en faveur du secteur primaire qui représente plus de 55% contre 28,5% pour le secteur secondaire et 8% pour le secteur tertiaire et le reste. Avec un indice de diversification de 1,9, le Gabon est à la traîne des pays de la CEMAC, loin derrière le Cameroun et la Guinée Équatoriale avec un indice de 21,9. Peu diversifiée, l'économie gabonaise est aussi peu compétitive et peu attractive. Avec un indice de compétitivité de -14, 8, le Gabon est classé loin derrière le Cameroun et la Guinée Équatoriale avec un indice de compétitivité de -4,1. D'après le classement de la Banque mondiale de 2015, le Gabon se classe au 156e rang mondial sur 187 pays en matière d'exécution des contrats. Il occupe la 174e place mondiale en matière d'indice de perception de la corruption, quand le Cameroun et le Congo occupent respectivement la 129e et la 114e place.

Cinquième mensonge:

Ali Bongo affirme pouvoir conduire le Gabon à l'émergence en 2025, c'est à dire dans dix ans. Pour mémoire, rappelons que le terme "marché émergent" est apparu au début des années 1980 avec le développement des marchés boursiers du Sud, au moment où les banques d'investissements américaines cherchaient à vanter auprès de leur clientèle le potentiel de croissance des marchés financiers à rendements élevés de certains pays en développement. L'on prête la paternité de ce terme à l'économiste néerlandais Antoine Van Agtmael, chez qui le terme "pays émergent" désigne "les pays en développement offrant des opportunités pour les investisseur". Ces pays répondent à trois critères essentiels:

-ils se caractérisent par un accroissement significatif de leur revenu par habitant, donc une progression de leur part dans le revenu mondial;

-ils se distinguent aussi par la rapidité de leur intégration à l'économie mondiale, non seulement du point de vue commercial, en développant leur secteur exportateur mais aussi du point de vue financier, en ouvrant leurs marchés financiers aux capitaux extérieurs. Un pays émergent est donc un pays dont l'économie est en transition, et dont la croissance n'est plus basée sur l'exploitation des matières premières mais sur une industrie en forte croissance.

-Ces pays se caractérisent enfin par une meilleure gestion macroéconomique et une stabilisation de la situation politique et sociale. Or, le Gabon n'est pas en mesure, compte tenu de sa gouvernance actuelle et de tous ses handicaps pointés plus haut, de remplir le moindre de ces critères dans un horizon de dix ans.
Ce qu'Ali Bongo ne comprend pas, c'est que l'enjeu de l'émergence ne s'arrête pas la définition d'un plan stratégique, aussi pertinent soit-il, mais réside surtout dans sa mise en œuvre opérationnelle. Par ailleurs, l'on se demande avec quels hommes Ali Bongo compte t- il conduire le Gabon à l'émergence dans dix ans si l'école est la moindre de ses priorités comme le montre l'actualité du moment?

Sixième mensonge:

Lorsqu’on l'interroge sur ses relations avec François Hollande, Ali Bongo déclare que la France a de nombreux intérêts économiques au Gabon et que les relations entre nos deux pays sont solides et transcendent les hommes. Certes. Mais veut-il insinuer par-là que les Bongo sont, de tous les gabonais, les seuls à pouvoir sauvegarder ces relations? À moins que les fameux "intérêts de la France" se confondent avec les intérêts des sociétés françaises installées au Gabon et dans lesquelles la famille Bongo est partie prenante, comme vient de le révéler le journal en ligne français MEDIAPART? Ce qui revient à dire: "ne me laissez pas tomber au risque de compromettre nos intérêts communs". A cet égard, il convient de préciser que le choix du media, un grand quotidien français, la bible de l'élite française, n'est pas sans arrières pensées et montre que cette interview s'adresse d'abord à l'extérieur.

Sachant que plus personne ne le prend au sérieux au Gabon, Ali Bongo appelle le journal Le Monde à la rescousse pour transmettre des messages codés en direction de l'opinion française, et donc de l'Elysée.

Septième mensonge:

Ali Bongo ment aux lecteurs du journal Le Monde quand il affirme qu'il été "élu" par les gabonais. Les gabonais, eux, savent qu'il n'a pas été élu à la régulière mais qu'il s'est imposé à la tête du pays par la fraude et la force avec la complicité des institutions gabonaises et le soutien actif de l'ancien président français, Nicolas Sarkozy. Cette vérité est connue de nombreux français, si l'on en juge par l'audience rencontrée en France et en Afrique par le documentaire qu'une chaîne de télévision publique française a consacré à la Françafrique en 2011.

Huitième mensonge

Ali Bongo ment aux lecteurs du journal Le Monde quand il essaye de faire croire que le débat sur ses origines n'est que l'expression du tribalisme et de xénophobie des opposants gabonais. Il oublie de dire que, pour contourner les dispositions de l'article 10, alinéa 4 de la constitution de la République gabonaise, il a présenté un faux acte de naissance et que cette infraction est punie par le Code pénal gabonais. Le débat sur les origines d'Ali Bongo n'est ni l'expression d'un quelconque tribalisme, d'une quelconque xénophobie, c'est un débat constitutionnel de la plus haute importance dans un Etat qui se dit de droit. Poussant la provocation à l'extrême, il tente de minimiser la situation en prétendant que c'est à ceux qui contestent son éligibilité à en apporter la preuve, exactement le contraire de ce que stipulent les dispositions de l'article 42 du Code de la nationalité gabonaise.

Il serait étonnant que la France, qui est la patrie mère du droit, ferme les yeux sur ce qui apparait comme un parjure. Les États Unis qui sont à la fois la première démocratie et le premier pays d'immigration du monde, n'ont pas fait l'économie d'un tel débat quand certains élus républicains ont prétendu que le président Obama n'était pas né sur le territoire américain, comme l'exige la constitution de ce pays à tout prétendant à la White House. A-t-on pour autant accusé les américains de tribalisme et de xénophobie? Les français connaissent suffisamment bien le Gabon pour savoir que ce pays a toujours été une terre d'accueil, et qu'il existe au Gabon de nombreuses familles venues d'autres pays africains ou d'ailleurs, qui s'y sont totalement intégrées.

Même si le Gabon se veut une terre d'immigration, celle-ci doit se faire en tenant compte des standards internationaux en la matière, pour ne pas bouleverser les équilibres sociologiques du pays. Or, d'après les services mêmes du gouvernement gabonais, la côte d'alerte a été franchie, puisque les immigrés représentent désormais plus de 60% de la population du Gabon. Si la France en était là, le Front National serait à l'Elysée depuis bien longtemps.

Neuvième mensonge:

Ali Bongo ment aux lecteurs du journal Le Monde quand il nie l'existence d'une crise au Gabon. À moins d'ignorer la définition du mot crise, le Gabon est bel et bien dans une situation de turbulences extrêmes, tant au niveau politique, qu'économique, financier et social. Et, Ali Bongo en est l'unique responsable. En effet, après s'être emparé du Pouvoir par la force, au lieu de tendre la main aux autres, comme savait si bien le faire son prédécesseur, Ali Bongo a posé des actes politiques qui ont eu pour conséquence de crisper les antagonismes entre gabonais. Une fois installé à la tête du Gabon, sa première grande mesure a été de modifier la constitution de la République, non pas pour corriger les dispositions qui y posaient problème, mais pour s'arroger des pouvoirs presque d'exception. La deuxième grande mesure, administrative celle-là, a été de renvoyer plus que 450 cadres de la Fonction publique pour cause d'intelligence avec l'opposition. La troisième grande mesure a été de dissoudre le principal parti d'opposition de manière anticonstitutionnelle et pour des motifs fallacieux. Ces différentes mesures n'étaient pas de nature à décrisper les tensions nées de l'élection présidentielle de 2009.

Dixième mensonge:

Ali Bongo ment aux lecteurs du journal Le Monde quand il prétend que la situation électorale du Gabon a été assainie du fait de l'introduction de données biométriques dans le fichier électoral. Mais il ne dit pas que les cartes qui ont été distribuées ne permettent pas l'authentification effective des électeurs dans les bureaux de vote, ni qu'il n'existe aucune centralisation du fichier au niveau national permettant d'opérer tous les rapprochements souhaités, ce qui ne peut que favoriser la fraude. Contrairement à ce qu'il affirme, l'opposition n'a pas participé aux dernières élections locales parce qu'elle se satisfait du fichier actuel mais pour en montrer les grossiers manquements.

Surtout, il ne dit pas que les mêmes acteurs qui ont orchestré le coup d'Etat électoral de 2009 sont toujours en place, à la Cour Constitutionnelle où trône toujours un membre éminent de sa famille, à la Commission Électorale Nationale Autonome et Permanent (CENAP) que préside un membre de son parti, ni que les ministères de l'intérieur et de la défense sont supervisés par ses proches.

À supposer qu'il y ait élection présidentielle dans ces conditions, quel gage d'impartialité l'opposition peut-elle attendre d'institutions et d'administrations chapeautées par des membres affichés du Pouvoir et dont l'impartialité n'est la première vertu?

Les lecteurs du journal Le Monde ne le savent peut être pas, la Société civile gabonaise vient de porter plainte contre la Société française GEMALTO pour complicité de corruption active et passive auprès du tribunal de Paris, dans le cadre de la mise en œuvre de la biométrie au Gabon.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI