ANDRÉ MBA OBAME: DEAD TO HAVE WANTED TO BE PRESIDENT OF GABON. ANDRÉ MBA OBAME: MORT POUR AVOIR VOULU ÊTRE PRÉSIDENT DU GABON

The tribute of the Cameroonian journalist Marie Roger Biloa on her Twitter feed. She is far from naive and knows a lot about the race for the presidency in 2009.

L’hommage de la journaliste Camerounaise Marie Roger Biloa sur le réseau Twitter. Elle est loin d’être naïve et en sait un rayon sur les dessous de la course à la présidence 2009.




English Version

Dear readers, as you know, we will never be adept of beating around the bush and we will discuss our analysis of the life and the end of André Mba Obame, in the same spirit. For this blog, André Mba Obame’s disease, its progression and inexorable conclusion is not a mystery; it is an assassination, we know it and we say so. The hypocrites' ball stops here; those who prefer beating around the bush should stop reading because what is coming will be uncompromising.

Obviously some will like, as has tried to do a journalist from France 24, implying that it is through atavism and occult beliefs that the Gabonese people think that André Mba Obame was murdered. No, the reality is quite the opposite as it is because we are thinking scientifically and in a cartesian manner that we arrive at the conclusion of poisoning, therefore of assassination. André Mba Obame was killed for one simple reason: his firm ambition to lead Gabon; and this was in conflict with the intentions of those who think that this country is their property.

Some will come to tell us that our words are only theories without proof, and we will answer them bluntly that the history of Gabon since 1967 is punctuated by questionable deaths, crimes to get rid of people, all never clarified moreover, which strengthen our positions. Remember, dear readers, in a post dating back several years, at a time when André Mba Obame was still valid, we told you that we had received confidences of friends of this blog, well informed about certain things, who claimed with insistence that he had been administered the same poison used against Edith Bongo. Remember this prescient speech by Jean Ping, another persons who knows the Presidential halls, who warned the Gabonese people, saying: "André Mba Obame was given more than 10 poisons; look at what they have done to him, look at what they did to their friend. If they can do this to their friend, what would they do to you?" Dear readers, this is to say simply that in Gabon, assassination is used as a political weapon, as a means of promotion and as a form of cleansing. Speaking of cleansing, Ali Bongo has been doing a lot of that since the mid-2000s; Edith Bongo was his first victim in the war of succession, André Mba Obame is only the latest; others will follow.

Without having the slightest hagiographic inclination toward André Mba Obame, whom we know to have been oh so imperfect, it should be pointed out and inscribed indelibly in the consciousness of the Gabonese people that Ali Bongo could not be compared, whatever the unit of measurement, to André Mba Obame; and of this, the first to know was Ali Bongo. Therefore, when André Mba Obame openly expressed his ambitions to lead Gabon, he signed his death warrant because the forces wishing to maintain Gabon in the Bongos ‘orbital, considered him to be extremely dangerous. About the death of André Mba Obame, there are certainly many witnesses to confess, closets to open, obnoxious stories to come to the surface, if one wants to know the methods and practices of destruction this regime uses. But it is undeniable today for all objective observers, that André Mba Obame in full possession of all his human and political might, would have caused huge problems to the regime.

It is obvious and we really do not need to prove it, that André Mba Obame was a person of incredible talent and a particularly brilliant intellect; almost always first in his class in the different schools he attended, in Gabon, Canada, and France. But paradoxically, like many brilliant people who get naturally above a certain threshold of reflection, he could not hide his propensity for openness in everyday life; availability that eventually got the better of him. Dear readers, being open is good and smart people are open because they know that it is through openness that one learns. But in Gabon, in the context of the Bongo regime, to be open and display ambitions is particularly dangerous since we are dealing with people with no special education, who are unscrupulous because trained in the school of hard knocks where the end always justifies the means. With this kind of people, threatening to take away their power is an invitation to death because without this power, for them it is the return to nothingness! All those who have threatened the Bongos power have suffered the same fate; notice to applicants, prepare yourself accordingly!

With hindsight, we can think that André Mba Obame, at the height of his power or what was supposed to be that within the Bongo regime, did not know to which extent he was in the eyes of Ali Bongo, and whatever he did, sentenced to death in waiting. We would state here and now that André Mba Obame was not the only one in this case. Number of personalities, including some of the most powerful of the regime such as Georges Rawiri were convicted unwittingly, because of a scenario that were to lead to what we are living today, or simply because of their popularity inside and outside of the country. For the Bongos, and they have shown this repeatedly, any Gabonese who, thanks to their talent, fame, success or achievement in any field whatsoever, is unanimously praised, is a man or woman casting a shadow over them and thereby constituting a danger.

By breaking the momentum of André Mba Obame, in eliminating one after the other, Rawiri and Edith Bongo, in attacking anyone who could have viably oppose his installation in Gabon, who will prevent Ali Bongo from remaking Gabon in his image of imposture, with an all-round infusion of recycled Gabonese? We the people of Gabon; yes it is we who have to break this cycle and return the Bongos to their nothingness, they will feel right at home!



Version française

Chers lecteurs, comme vous le savez, nous ne serons jamais les adeptes de la langue de bois et nous abordons nos analyses du vécu et de la fin d’André Mba Obame, dans le même esprit. Pour ce blog, la maladie d’André Mba Obame, sa progression et inexorable conclusion n’a point de mystère; c’est un assassinat, nous le savons et nous le disons. Le bal des hypocrites s’arrête ici; que ceux qui préfèrent la langue de bois arrêtent de lire car la suite sera sans concession.

Il est évident que certains voudrons, comme a tenté de le faire une journaliste de France 24, insinuer que c’est par atavisme et croyance occulte que les Gabonais pensent qu’André Mba Obame ait été assassiné. Non, la réalité est tout le contraire car c’est parce que nous réfléchissons scientifiquement et de manière cartésienne que nous arrivons à la conclusion d’un empoisonnement, donc d’un assassinat. André Mba Obame a été tué pour une seule et simple raison : il avait la ferme ambition de diriger le Gabon ; et cela était en conflit avec les desseins de ceux qui pensent que ce pays est leur propriété.

D’aucuns viendrons nous dire que nos propos ne sont que des théories sans preuves, et nous leur répondrons sans ambages que l’histoire du Gabon depuis 1967 est ponctuée de morts douteuses, de crimes aux allures de nettoyages pour faire de la place, jamais éclaircis au demeurant, qui consolident nos positions. Souvenez-vous, chers lecteurs, dans un billet datant de plusieurs années déjà, à un moment où André Mba Obame était encore valide, nous vous disions avoir reçu des confidences d’amis de ce blog, bien informés de certaines choses, qui nous affirmaient avec insistance qu’il lui avait été administré le même poison qui eut raison d’Edith Bongo. Souvenez-vous de ce discours prémonitoire de Jean Ping, un autre personnage qui connait bien le sérail présidentiel, qui lançait un avertissement aux Gabonais en disant : «André Mba Obame a eu droit à plus de 10 poisons; regardez ce qu’ils ont fait d'un de leurs amis, regardez ce qu’ils ont fait de leur ami. S’ils peuvent faire cela de leur ami, que feraient-ils de vous ? » Chers lecteurs, ceci pour vous dire simplement qu’au Gabon, l’assassinat est utilisé comme arme politique, comme mode de promotion et comme forme de nettoyage. Parlant de nettoyage, Ali Bongo ne fait que ça depuis le milieu des années 2000 ; Edith Bongo fut sa première victime dans la guerre de succession, André Mba Obame n’est que le dernier en date; d’autres suivront.

Sans avoir la moindre inclination hagiographique à l’égard d’André Mba Obame, car nous le savons oh combien imparfait, il convient de préciser et d’inscrire de manière indélébile dans la conscience des Gabonais qu’Ali Bongo ne lui arrivait pas et ne lui arriverait jamais à la cheville, quelle que soit l’unité de mesure ; et cela, le premier à le savoir était Ali Bongo. Par conséquent, quand André Mba Obame exprima ouvertement ses ambitions de diriger le Gabon, il signait son arrêt de mort car les forces voulant maintenir le Gabon sur l’orbite Bongo, le trouvaient extrêmement dangereux. A propos de la mort d’André Mba Obame, il reste assurément beaucoup de témoins à confesser, de placards à ouvrir, d'histoires nauséabondes à faire remonter à la surface, si l’on veut tout connaitre des méthodes et pratiques de ce régime à détruire. Mais il est incontestable aujourd’hui, pour tous les observateurs objectifs, qu’un André Mba Obame en possession de tous ses moyens humains et politiques, aurait causé d’énormes problèmes au régime.

Il est évident et nous n’avons vraiment pas besoin de le prouver, qu’André Mba Obame fut un personnage d’un incroyable talent et d’un intellect particulièrement brillant ; toujours major ou presque de ses promotions dans les différentes écoles qu'il a fréquentées, tant au Gabon, au Canada, qu'en France. Mais paradoxalement, comme beaucoup de sujets brillants qui se mettent de manière naturelle au-dessus d’un certain seuil de réflexion, il cachait mal trop d’ouverture dans la vie courante; une disponibilité qui a fini par avoir raison de lui. Chers lecteurs, être ouvert est une bonne chose et les gens intelligents le sont car ils savent que c’est par l’ouverture qu’on apprend. Mais au Gabon, dans le contexte du régime Bongo, être ouvert et afficher ses ambitions est particulièrement périlleux puisqu’on a affaire à des gens sans éducation particulière, sans scrupules car formés à la dure école de la fin qui justifie toujours les moyens. Avec ce genre de personnes, menacer de leur ravir leur pouvoir est une invitation à la mort car sans ce pouvoir, pour eux c’est le retour au néant ! Tous ceux qui ont menacé le pouvoir Bongo ont connu le même sort ; avis aux postulants, préparez-vous en conséquence !

Avec le recul, nous pouvons penser qu’André Mba Obame, du plus haut de sa puissance ou supposée telle, au sein du régime Bongo, ne savait pas à quel point il n'était aux yeux d’Ali Bongo, et ce quoi qu'il fasse, qu'un condamné à mort en sursis. Nous nous avancerons même à affirmer ici et maintenant qu’André Mba Obame n'était d'ailleurs pas le seul dans ce cas. Nombre de personnalités, dont certaines parmi les plus puissantes du régime comme Georges Rawiri, ont été ainsi condamnées à leur insu, à cause d'un scenario qui devait aboutir à ce que nous vivons aujourd’hui, ou tout simplement en raison de leur notoriété à l'intérieur du pays ou à l'extérieur. Pour les Bongo, et ils l’ont démontré à répétition, tout Gabonais qui, grâce à son talent, sa notoriété, son succès ou sa réussite, dans quelque domaine que ce soit, fait l’unanimité, est un homme ou femme leur portant ombrage et constituant de ce fait même un danger.

En brisant l’élan d’André Mba Obame, en éliminant tour à tour Rawiri et Edith Bongo, en s'attaquant à tout ce qui aurait pu viablement s’opposer à son installation au Gabon, qui empêchera Ali Bongo de refaire le Gabon à son image d’imposture, avec une infusion tous azimuts de Gabonais d’occasions ? Nous peuple Gabonais; oui c’est nous qui devrons briser ce cycle et renvoyer les Bongo à leur néant, ils s’y sentiront chez eux !

Comments

  1. Chassons Ali le biafrais et sa légion d'apatrides mafieux. Un point, un trait. Il n’y a plus de 2016. Le vide constitutionnel est constaté depuis mercredi 29 octobre 2014 date de la publication en France du livre "Les nouvelles affaires africaines", du journaliste d’investigation français Pierre Péan. Les institutions chargées de faire appliquer l’Article 13 de la constitution en sont incapables et complices du biafrais et sa légion de mafieux apatrides. Allez jusqu'en 2016 revient à dire qu’Ali Bongo l'anticonstitutionnel a été légalement élu en 2009 et que les dispositions de l’Article 10 ne s’appliquent pas au faussaire Ali Bongo.
    Nous considérons comme complice de haute trahison toute personnalité politique qui envisage encore l’élection de 2016. Le Gabon ne peux plus souffrir d’être un pays "hors la lois" et présenter à l’international l’image d’un peuple complice d’un parjure. Les différents meeting organisés ça et là ne sont rien d'autre qu’une véritable duplicité. Ali n'a pas été chassé du pouvoir pourquoi?
    Mesdames et messieurs les leader politiques, la comédie a assez durer. Si Ali le biafrais et sa légion de mafieux apatrides ne sont pas chassés avant ou pendant les obsèques d'André Mba Obame alors, la dynamique "Ça Se Passe Maintenant" retirera toutes les réserves qu’il accorde aux actions du Front uni de l’opposition et a tout autre mouvement politique de l’opposition.
    "C’est fini, les combines politico-politiciennes".
    Les obsèques d'André Mba Obame doivent être celles du départ sans conditions d’Ali le biafrais et de sa légion d'apatrides mafieux.
    A bon entendeur…

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI