DECIDEDLY, EVEN THE ORGANIZATION OF THE CHAMPIONS TROPHY SEEMS TO HAVE BEEN A SCHEME! MÊME L’ORGANISATION DU TROPHÉE DES CHAMPIONS SEMBLE AVOIR ÉTÉ UNE MAGOUILLE; DÉCIDÉMENT!

 Photo: L'equipe









English Version

Dear readers, we told you some time ago that Ali Bongo kept us at a pace of a scandal a week; but it seems that things are accelerating in this regard. Indeed, La Lettre du Continent, in its latest issue, talks about the so called Champions Trophy organized by Ali Bongo and his cronies in Libreville in 2013, the financial outcome of which will be decided in the courts. Decidedly, with the Bongos, things always ended in fishtail.

Remember, dear readers, that at the announcement of this football match which pitted the Girondins of Bordeaux to Paris Saint-Germain, in Libreville, the bards of the regime were quick to remind us how this event would be beneficial to Gabon; how we had everything to gain and nothing to lose. About the event, Louis-Claude Moundzieoud-Koumba, of the Organizing Committee of the Great Events in Gabon, said raving:

"Gabon which aspires to become an emerging country by 2025. An ambition symbolized with the creation of the development program "Gabon Emergent" whose objectives are expected to redeploy the management of the country's resources; to diversify its economy - Sport can be a way to do so- to emerge on the international scene. The Champions Trophy is for the country, a new opportunity to radiate internationally while remaining consistent with the development policy of the country."

You guessed it, dear readers, the bill was salted for Gabon as the agreement signed between Ali Bongo and the French Professional League (LPF) stated that:

1. Gabon would provide a private plane for each team.
2. Gabon would cover the entire transportation cost of the LFP delegation.
3. Gabon would surrender the match revenues to the LFP and the two teams.
4. Gabon would pay the LFP a million euros for that match.
5. For the match Gabon committed to completely redo the stadium turf, at the cost of 2 million euros.
6. Gabon was to take care of all the teams' and delegations accommodation.

But nearly two years after the trophy was presented to the captain of PSG by one Ali Bongo satisfied to have taken pictures with Slatan Ibrahimovic, La Lettre du Continent tells us that this edition of the Champions Trophy in Libreville is at the center of a dispute in a Parisian’s court; the accused being the French Professional Football League and Gabon, and the plaintiff being the association Black Stars which is asking for 1.5 million euros in damages for breach of contract.

Apparently Black Stars since 2010 was planning to organize the Champions Trophy in Gabon. This association obtained the agreement of Ali Bongo in 2012 as indicated in the above document; the financial arrangement was approved by the Presidential Cabinet in the person of Liban Soleman. According to this initial agreement, Gabon had to pay for the occasion almost 4.6 million euros. Everything seemed settled and Black Stars was retained by the LFP for this event. But in a dramatic turn: suddenly, on 31 May 2013, Black Stars was stripped of its contract by the LFP, which immediately reassigned it to a structure created hastily and for the occasion, in Libreville: the CNOGEMCNI (National Commission for the Organization and Management of Events of National and International Character). This organization was created for that occasion, in the Presidential Palace, just a month before.

Black Stars then decided to bring the case to justice. It seems that this case has hints of "grafts" which we are familiar with in Gabon. Ali Bongo and his cronies have found another way to get paid by the Gabonese treasury; the organization of a phony football match, which the populations do not need. If we know about what might have been paid to the teams and the LFP, who could imagine the overbilling that the CNOGEMCNI submitted to the Treasury, as the contract was countersigned by the National Olympic Committee? One can imagine the following scenario: Accrombessi and friends smell a good financial opportunity and decide to organize this match themselves, and turn away the organizer already under contract, Black Stars. Accrombessi and his friends take the estimate prepared by Black Stars, multiply it by 5 and submit it to the Treasury which pays them without asking any question. The 5 million promised to the teams and the LFP are paid, but the additional 20 million euros takes the destination of tax havens ... It's not for nothing that the Foreign Legion was placed where they are!



Version française

Chers lecteurs, nous vous disions il y a quelques temps qu’Ali Bongo nous soumettait à un rythme d’un scandale par semaine, mais il semble que les choses s’accélèrent sur ce plan. En effet, la Lettre du Continent dans sa dernière livraison, nous parle du fameux Trophée des Champions organisé par Ali Bongo et ses copains, à Libreville en 2013, dont le dénouement financier se fera devant les tribunaux. Décidément avec les Bongo, tout fini toujours en queue de poisson.

Souvenez-vous, chers lecteurs, qu’à l’annonce de ce match de qui devait opposer les Girondins de Bordeaux au Paris Saint-Germain, à Libreville, les bardes du régime n’ont pas tardé à nous rappeler combien de fois cet évènement serait bénéfique pour le Gabon; combien de fois nous n’y avions qu’à gagner et rien à perdre. A propos de l’évènement, Louis-Claude Moundzieoud-Koumba, du Comité d’Organisation des Grands Événements du Gabon, disait dithyrambique:

«Le Gabon qui aspire à devenir un pays émergent à l’horizon 2025. Une ambition symbolisée avec la création du programme de développement « Gabon Emergent » dont les objectifs escomptés sont de redéployer la gestion des ressources du pays, de diversifier son économique – le sport peut être un moyen – pour émerger sur la scène internationale. Le Trophée des Champions représente, pour le pays, une nouvelle occasion de rayon à l’international tout en restant cohérent avec la politique de développement du pays».

Vous l’aurez deviné, chers lecteurs, la facture était salée pour le Gabon, car l’accord signé entre Ali Bongo et la Ligue Professionnelle Française (LPF) stipulait que:

1. Le Gabon affréterait un avion spécial par équipe.
2. Le Gabon prendrait en charge la totalité du transport de la délégation de la LFP.
3. Le Gabon rétrocéderait les recettes du match à la LFP et aux deux équipes.
4. Le Gabon paierait à la LFP un cachet d’un million d’euros pour ce match.
5. Pour ce match le Gabon devait refaire entièrement le gazon du stade, au coûter de 2 millions d’euros.
6. Le Gabon prendrait en charge tout l’hébergement des équipes et des délégations.

Mais près de deux ans après la remise du trophée au capitaine du PSG, par un Ali Bongo satisfait d’avoir pris des photos avec Slatan Ibrahimovic, La Lettre du Continent nous dit que cette édition du Trophée des Champions à Libreville, est au centre d’un litige au Tribunal des Grandes Instances de Paris, avec pour accusés la Ligue Professionnelle de Football Française et le Gabon, et pour plaignant l’association Black Stars, qui réclame 1,5 million d’euros en dommages et intérêts pour rupture abusive de contrat.

Apparemment, Black Stars depuis 2010 projetait d'organiser le trophée des champions au Gabon. Cette association obtint l'accord d'Ali Bongo en 2012 comme l’indique le document ci-dessus; le montage financier avait été validé par le Cabinet Présidentiel en la personne de Liban Soleman. Conformément à cet initial accord, le Gabon devait débourser pour l’occasion près de 4,6 millions d’euros. Tout semblait réglé et Black Stars avec été retenu par la LFP pour cet évènement. Mais coup de théâtre: brusquement, le 31 mai 2013, Black Stars se voit retirer son contrat par la LFP, qui l'a aussitôt réattribué à une structure créée à la va-vite et pour la circonstance, à Libreville: la CNOGEMCNI (Commission Nationale d'Organisation et de Gestion des Evénements et Manifestations à Caractère National et International). Cet organisme fut créé pour la circonstance, au sein de la Présidence, juste un mois auparavant.

Black Stars décida donc de porter l'affaire en justice. Il semble que cette affaire ait des relents de « mangements » dont nous sommes familiers au Gabon. Ali Bongo et ses copains ont trouvé un autre moyen de se faire payer par l’Etat Gabonais, l’organisation d’un match de foot bidon, dont la population n’avait nullement besoin. Si on sait à peut près ce qui a été payé aux équipes et à la LFP, qui peut imaginer la surfacturation qu’a fait la CNOGEMCNI au Trésor public, vu que le contrat était contresigné par le Comité National Olympique ? On peut imaginer le scenario suivant : Accrombessi et ses amis flairent un bon coup financier et décident d’organiser ce match eux-mêmes, et de virer le sous-traitant déjà sous contrat, Black Stars. Accrombessi et ses amis prennent le devis préparé par Black Stars, le multiplient par 5 et le présente au Trésor Public qui paie évidement rubis sur l’ongle. Les 5 millions d’euros promis aux équipes et à la LFP sont payés, mais les 20 millions d’euros supplementaires, prennent la destination des paradis fiscaux… Ce n’est pas pour rien que la légion étrangère a été placée là où elle est !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE