AFRICAN IN GENERAL, GABONESE IN PARTICULAR, HAVE A “SOFT” RELATIONSHIP WITH ADMINISTRATIVE PRINCIPLES! DIXIT Mr. APERANO. LES AFRICAINS EN GÉNÉRAL, LES GABONAIS EN PARTICULIER, ONT UNE RELATION « SOUPLE » AVEC LES PRINCIPES ADMINISTRATIFS! DIXIT M. APERANO




English version

The Federal Secretary of the PDG in France, Mr. Dieudonné Tahiro-Aperano, has added another string to the already so crowded bow of the defects that undermine Africans in general and Gabonese in particular. According to this Gabonese political official, in fact, we must accept and even understand why Ali Bongo submitted a fake birth certificate for the 2009 presidential election, for Africans and Gabonese people would have a "soft" relationship with administrative procedures. Dear readers, that’s heavy!

There was a time when following the upheavals of the 90s that occurred following the fall of the Berlin Wall, and national conferences in Africa, a French politician, Jacques Chirac, a regular recipient of suitcases full of cash from African dictatorships, said with his hand over his heart and at the great pleasure of equatorial despots that "Africa was not ready for democracy." That was in 1990.

Yet the same character, meaning, "Chirac the African", would make his mea culpa on the evening of 19 January 2001 in Yaoundé, Cameroon, in the corridors of the twenty-first Africa-France Summit. He will say essentially this:

"This continent, we first took its wealth. It's strange, was said then, these Africans are good for nothing. Then the settlers invaded their sacred groves, looting the heart of shamanism. It's strange, we wondered, these people have no culture. Today, it is the same, but with more elegance. The West steals their brains through a condemnable institution: scholarships. This is, in my opinion, another form of exploitation. To be clear, we thoroughly enriched ourselves at their expense. We must, it is true, encourage progress towards democracy. But without arrogance, without humiliating. "

The language had evolved, but the paternalism remained intact.

Not to be outdone, in 2007, Nicolas Sarkozy, another regular of françafrican suitcases, delivered his indigestible Dakar speech, in which he argued that "the African man has not really entered history." A speech so contemptuous for our continent that Sarkozy was promptly received by Ali Bongo with great pomp and with all the complicity that goes with it, as soon as he could after his takeover of power. But fortunately, some African intellectuals, not the Rossatangas or Mouguiamas, without asking permission from anyone, replied to Sarkozy in a book whose title is. "L'Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar". A response of 480 pages. They had a lot on their heart!

When Chirac or Sarkozy despises and belittles Africans, we must stand up and fight back in the strongest manner; not because they are French or Westerners, but because we must defend our humanity and our place among men (meaning humans) and not sub-humans. Similarly, when an African, a Gabonese to boot, says stupid things about the continent and people in it, we must respond with the same firmness. Dieudonné Tahiro-Aperano made a statement that in the wake of those of Chirac and Sarkozy; and must receive the same treatment as regards to the need to show him the splendor of his bullshit!

Mr. Dieudonné Tahiro-Aperano has every individual and personal right to swear allegiance to whoever he wants, including to Ali Bongo; if he likes him and judges him relevant for the fulfillment of his dreams for his vision of Gabon; that's his problem! However, where things are not right at all is when Mr. Dieudonné Tahiro-Aperano to absolve Ali Bongo of all responsibility and guilt in presenting his false birth document in 2009, says that it is an act quite understandable and normal as in Africa, "we have a flexible relationship with administrative things." This is shocking and unacceptable.

This argument cannot be an exit door for Ali Bongo’ forfeiture. Not only is it an intellectual fraud, but also a cowardly explanation and a resignation of responsibilities that are ours, we, Gabonese and Africans. There is no shame in not having official papers and people are establishing civil papers all the time in all countries of the world; even in the most developed. There is a procedure for that and every country has laws about this. Africans are no less able to effectively manage administrations than other peoples of the world; to state that is insulting to Gabonese and Africans. If we may excuse an African or a Gabonese for failing to establish a birth certificate in 1959, what administrative flexibility explain that in 2009, an African dictator's son who was educated in France, boasting of obtaining a doctorate in geography of the Transgabonais in a law school, would not have a birth certificate? Until when would the intelligence of Gabonese and Africans be insulted?

Mr. Dieudonné Tahiro-Aperano must know that the administrative process is not a consumer good that one acquires and consumes. The administrative apparatus of a country is built, cared for and perfected every day. This administration is at the image of the people who directs it. If these are scoundrels, then the results are what we observe in Gabon. Gabonese who accept to promote honesty, democracy, efficiency and decency as ideals, dreams of hope fuelled by a compelling love of country in a daily sacrifice, so that together, everyone bringing their little stone to the national edifice; so that this building becomes the largest, strongest, brightest, most fulfilled and as free as possible; will be the Gabonese of tomorrow. However, those like Mr. Dieudonné Tahiro-Aperano, who say no to such an adventure, will see greatly open before them, the dustbin of history!




Version française

Le Secrétaire Fédéral du PDG en France, M. Dieudonné Tahiro-Aperano, vient d’ajouter une autre corde à l’arc déjà si encombré des tares qui mineraient les Africains en général et les Gabonais en particulier. D’après ce responsable politique Gabonais, en effet, on doit accepter et même comprendre le fait qu’Ali Bongo ait présenté un faux acte de naissance pour l’élection présidentielle de 2009, car les Africains et Gabonais auraient une relation « souple » avec les procédures administratives. Chers lecteurs, c’est du lourd !

Il fut un temps où suite aux soubresauts des années 90 venus de la chute du mur de Berlin, et des conférences nationales en Afrique, un homme politique Français, Jacques Chirac, un habitué des mallettes en provenance des dictatures africaines, affirmait la main sur le cœur et au grand plaisirs des despotes équatoriaux, que : « l’Afrique n’était pas mure pour la démocratie ». Ça c’était en 1990.

Pourtant le même personnage, c'est-à-dire « Chirac l’Africain », fera son mea culpa au soir d’un 19 janvier 2001, à Yaoundé au Cameroun, dans les coulisses du XXIe Sommet Afrique-France. Il dira en substance ceci :

«Ce continent, nous lui avons d'abord pris ses richesses. C'est curieux, disait-on alors, ces Africains ne sont bons à rien. Puis les colons ont envahi ses bois sacrés, pillant le cœur même du chamanisme. C'est étrange, s'étonnait-on, ces gens-là n'ont pas de culture. Aujourd'hui, on agit de même, mais avec plus d'élégance. L'Occident leur pique leurs cerveaux, par le biais d'une institution condamnable: les bourses. Il s'agit là, à mes yeux, d'une autre forme d'exploitation. Soyons clairs: on s'est bien enrichi à ses dépens. Nous devons, c'est vrai, encourager la marche vers la démocratie. Mais sans arrogance, sans humilier.»

Le langage avait évolué, mais le paternalisme, lui, restait intact.

Pour ne pas être en reste, en 2007, Nicolas Sarkozy, un autre habitué des valises françafricaines, prononçait son indigeste discours de Dakar, dans lequel il affirmait que : «l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire ». Un discours si méprisant pour notre continent qu’Ali Bongo reçu Sarkozy en grande pompe et avec toute la complicité qui va avec, aussitôt qu’il le put, après sa prise de pouvoir. Mais heureusement, que des intellectuels Africains, non pas des Rossatanga ou des Mouguiama, sans demander la permission de qui que ce soit, répliquèrent à Sarkozy dans un ouvrage dont le titre est : "L'Afrique répond à Sarkozy. Contre le discours de Dakar". Une riposte de 480 pages. Ils en avaient sur le cœur !

Quand Chirac ou Sarkozy méprisent et rabaissent l’Africain, nous devons nous lever et riposter avec la dernière énergie ; non pas parce que ce sont des Français ou occidentaux, mais parce que nous devons défendre notre humanité et notre place parmi les hommes (au sens d’humains) et non pas des sous-êtres. De la même façon, quand un Africain, un Gabonais de surcroit, raconte des âneries sur son continent et sur les peuples qui le composent, nous devons réagir avec la même fermeté. Dieudonné Tahiro-Aperano a fait une déclaration qui s’inscrit dans le sillage de celles de Chirac et de Sarkozy ; et il doit recevoir le même traitement en ce qui concerne la nécessité de lui démontrer la splendeur de sa connerie !

Monsieur Dieudonné Tahiro-Aperano a pleinement le droit individuel et personnel de faire allégeance à qui il veut, y compris à Ali Bongo ; s’il l’apprécie et le juge utile pour l’accomplissement de ses rêves pour sa vision du Gabon ; c’est son problème! Mais par contre, là où ça ne va plus du tout, c’est quand Monsieur Dieudonné Tahiro-Aperano, pour expurger Ali Bongo de toute responsabilité et culpabilité dans la présentation de son faux document de naissance en 2009, nous affirme que c’est un acte tout à fait compréhensible et normal car en Afrique, « nous avons une relation souple avec l’administration ». Cela est choquant et inadmissible.

Cet argument ne peut pas constituer une porte de sortie face à la forfaiture d’Ali Bongo. C’est non seulement une escroquerie intellectuelle, mais aussi une explication lâche et une démission face aux responsabilités qui sont les nôtres, nous autres Gabonais et africains. Il n’y a aucune honte à ne pas avoir des papiers officiels et des gens se font établir des documents d’Etat civil tout le temps dans tous les pays du monde ; même dans les plus développés. Il y a une procédure pour cela et chaque pays a des lois y afférentes. Les Africains ne sont pas moins capables de gérer efficacement une administration que les autres peuples du monde ; l’affirmer c’est insulter les Gabonais et les Africains. Si on peut excuser un Africain ou un Gabonais de ne pas s’être fait établir un acte de naissance en 1959, quelle souplesse administrative expliquerait qu’en 2009, un fils de dictateur africain qui a fait des études en France, se targuant d’avoir obtenu un doctorat en géographie du Transgabonais dans une faculté de droit, n’ait pas un acte de naissance en bonne et due forme ? Jusqu'à quand va-t-on insulter l’intelligence des Gabonais et des Africains ?

Monsieur Dieudonné Tahiro-Aperano doit savoir que l’administration n’est pas un bien de consommation qu’on acquiert et qu’on consomme. L’administration d’un pays s’édifie tous les jours, s’entretient et se perfectionne. Cette administration est à l’image des gens qui la dirige. Si ces derniers sont des vauriens, alors les résultats sont ceux que l’on observe au Gabon. Les Gabonais qui accepteront de porter la probité, la démocratie, l’efficacité et l’honnêteté comme des idéaux, des rêves d’une espérance qu’entretient un amour impérieux de son pays dans un sacrifice quotidien, pour qu’ensemble, chacun apporte sa petite pierre à l’édifice national ; de telle sorte que cet édifice soit le plus large, le plus solide, le plus lumineux, le plus épanoui et le plus libre possible ; seront les Gabonais de demain. Par contre ceux qui comme Monsieur Dieudonné Tahiro-Aperano, diront non à une telle aventure, verront s’ouvrir grandement devant eux, les poubelles de l’histoire !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI