“IN GABON, ALI BONGO IS MOCKING YOU, SAYS THE BRITISH PRESS. “AU GABON, ALI BONGO SE MOQUE DE VOUS”, NOUS DIT LA PRESSE BRITANNIQUE






English version

Here is an article recently published in the British press.



In April, an article in Britain’s Daily Mail drew attention to a head of state who’s virtually unknown in the Western world: Ali Bongo Ondimba, President-for-Life of the small West African nation of Gabon. Bongo, wrote reporter Sebastian Shakespeare, “is Prince William’s closest ally in the fight against ivory poaching in Africa.” But now, it appeared, he could turn out to be “a source of acute embarrassment” to the prince.

Why? Because Gabonese oil minister Etienne Dieudonne was “considering levying tens of millions of dollars in tax penalties against the energy giant Shell, which has operated in the West African country since 1960.” If this taxation plan were put into effect, explained Shakespeare, it would “plunge relations with Gabon into the deep freeze” and make it “very tricky for William to continue his relationship with Bongo,” who’d previously been viewed by British diplomats “as a devoted Anglophile who was expected to seek Commonwealth membership for the former French colony.”

There was something very curious about Shakespeare’s article, and it was this: his clear implication that Bongo wasn’t already “a source of acute embarrassment” to the British prince. After all – as Shakespeare himself noted – Bongo, whose father ruled the country before him for 41 years, has “long been dogged by accusations of nepotism and money laundering.”

bongofamilyBongo and family members at one of their French homes
And that’s putting it mildly. Every year, the Bongo family – which has been described as carrying out “institutionalized pillaging of public resources” and as treating “the national treasury like its own private bank account” – skims about 25% off the top of Gabon’s massive oil revenues. The family owns 39 luxury houses and apartments in France, including a 14-bedroom, 48,ooo-square-foot, $130 million mansion on Paris’s upscale rue de l’Université that’s the most expensive residence in France.

Bongo’s French real estate, moreover, is only a small fraction of his empire. He also has a £50 million house in Mayfair, and until recently owned a Boeing 777 jet, which Paris police seized in connection with a lawsuit. This wasn’t Bongo’s first unpleasant brush with Gallic cops: in February 2013, the gendarmes raided a Bongo-owned villa in Nice in connection with a graft investigation.

chateau“The most expensive residence in France”
There’s even more. In February 2014, the Wall Street Journal reported that the U.S. Justice and Homeland Security departments were looking into American properties linked to the Bongo family in an effort “to determine whether any assets are traceable to public corruption” in Gabon. And this spring, it emerged that Bongo and his 50-odd siblings were warring in French courts over the family fortune, and that the struggle was bringing to light new information about their wealth – and the elaborate system of institutionalized corruption that made it possible. Among the contested family assets, it turns out, are clandestine bank accounts in Monaco containing at least hundreds of millions of dollars, plus “scores of luxury villas…around the world,” not to mention “planes, boats, art and huge stakes in Gabon’s key industries.” Oh, and let’s not forget Bongo’s “vast fleet of hundreds of luxury cars including Mercedes, Maybachs and Rolls Royces.”

Bongo with U.S. President Barack ObamaBongo with U.S. President Barack Obama
Meanwhile, nearly a third of Gabon’s citizens live in poverty; the average Gabonese makes $12 a day.

All this being the case (and having been widely known to be the case for several years now), it was bemusing, at first glance, to see Sebastian Shakespeare suggesting in April that Ali Bongo had now, suddenly, because of a possible plan to levy a tax, emerged as a potential embarrassment to Prince William – as if Bongo’s years of shameless, limitless rapacity weren’t already more than enough of an embarrassment.

bongoharryM. le Président and Mme. Bongo, Prince Harry
On second thought, however, we realized that there wasn’t really anything bemusing about Shakespeare’s article. On the contrary, it reflected a way of thinking that’s very familiar in the Western world today – a way of thinking that not only takes for granted the prodigious scale of corruption by African heads of state but accepts it, with a complacent shrug, as an endemic and intractable element of life on that continent. Most of Prince William’s countrymen, we reflected, would probably react with indifference to the news that he’d teamed up with the likes of Bongo to fight ivory poaching. After all, it’s a worthy cause, isn’t it? The House of Windsor can’t change the world, can it?

Prince-WilliamPrince William
No, it can’t. But what it can do, and does routinely, is to take actions that send a message. And the message that Wills is sending by working with Bongo is not a welcome one. Intentionally or not, he’s doing the tyrant a massive favor – whitewashing his crimes, lending him legitimacy, providing him with an image reboot of a sort that the world’s best PR people could only dream of. The prince should understand this, and respond by acting responsibly. And he should understanding something else, too: that Bongo’s involvement in this partnership with him is almost certainly motivated by nothing more or less than a cynical desire to get precisely such a publicity boost.

Let’s face it: could a dictator who’s plundered so wantonly from his own people, accumulating palaces while his people try to scrape by on $12 a day, truly care all that much about the fate of elephants?




Version française

Voici un article publié récemment dans la presse britannique.

En Avril, un article paru dans le Daily Mail de Grande-Bretagne se focalisait sur un chef d'Etat pratiquement inconnu en occident: Ali Bongo Ondimba, président à vie de la petite nation ouest-africaine du Gabon. Bongo, écrit le journaliste Sebastian Shakespeare, "est le plus proche allié du Prince William dans la lutte contre le braconnage pour l'ivoire en Afrique." Mais maintenant, il semble, qu’il pourrait se révéler être "une source de profond embarras " pour le prince.

Pourquoi? Parce que le ministre du pétrole gabonais Etienne Dieudonné Ngoubou "envisage d’exiger des dizaines de millions de dollars en pénalités fiscales contre le géant énergétique Shell, qui opère dans ce pays d'Afrique de l'Ouest depuis 1960." Si ce plan d'imposition est en vigueur, a expliqué Shakespeare, il va «mettre a froid les relations avec le Gabon" et rendre «très difficile pour William la poursuite de sa relation avec Bongo," qui était considéré par les diplomates britanniques "comme un anglophile résolu qui prévoyait de demander l'adhésion au Commonwealth, de l'ex-colonie française."

Il y avait quelque chose de très curieux au sujet de l'article de Shakespeare, c’est ceci: son implication clair que Bongo n’était pas déjà "une source de profond embarras " pour le prince britannique. Après tout, - comme Shakespeare a lui-même noté - Bongo, dont le père a dirigé ce pays avant lui pendant 41 ans, fait "depuis longtemps l’objet d’accusations de népotisme et de blanchiment d'argent."

Et cela est un euphémisme. Chaque année, la famille Bongo - qui est décrite comme se livrant au "pillage institutionnalisé des ressources publiques» et comme prenant le "trésor public comme son propre compte bancaire privé" – s’attribuant environ 25% des massifs revenus pétroliers du Gabon. La famille possède 39 maisons et appartements de luxe en France, y compris un palais de 14-chambres à coucher, 48ooo pieds carrés, évalué à $ 130 millions de dollar, haut de gamme, à Paris, rue de l'Université, qui est la résidence la plus chère de France.

Les biens immobiliers des Bongo en France, sont seulement une infime fraction de leur empire. Ils possèdent également une maison 50 millions de livres sterling à Mayfair, et jusqu'à récemment, un Boeing 777, qui a été saisi par la police de Paris dans le cadre d'un procès. Ce ne fut pas le premier désagrément des Bongo avec les flics Gaulois: en Février 2013, les gendarmes ont fait un raid sur une villa appartenant aux Bongo à Nice, dans le cadre d'une enquête.

Il y a plus ; En Février 2014, le Wall Street Journal rapportait que la justice des États-Unis et le département de la sécurité intérieure, enquêtaient sur les propretés américaines liées à la famille Bongo, afin de " déterminer si des actifs proviennent de la corruption publique" au Gabon. Et ce printemps, il est apparu que Bongo et ses frères et sœurs au nombre de 50, se disputaient dans les tribunaux français, la fortune de la famille, et que la dispute mettait en lumière de nouvelles informations à propos de leur richesse - et du complexe système de corruption institutionnalisé qui l’a rendu possible. Parmi les actifs contestés de la famille, il y a des comptes bancaires clandestins à Monaco contenant au minimum des centaines de millions de dollars, en plus de "dizaines de villas de luxe ... partout dans le monde," sans oublier "les avions, les bateaux, les objets d'art et les énormes participations dans les industries clés du Gabon. "Oh, et ne l'oublions pas " la vaste flotte de centaines de voitures de luxe, y compris Mercedes, Maybach et Rolls Royce, des Bongo".

Pendant ce temps, près d'un tiers des citoyens Gabonais vit dans la pauvreté; le Gabonais moyen vit avec 12 dollars par jour.

Tout ceci étant (et la situation ayant été largement établie depuis plusieurs années), il est amusant, à première vue, de lire Sébastian Shakespeare suggérer en Avril qu’Ali Bongo était maintenant, tout à coup, en raison d'un éventuel plan de redressement fiscal, devenu un embarras potentiel pour Prince William - comme si les années de pillage éhonté, de rapacité sans bornes, de Bongo, n’étaient pas déjà une source suffisante d'embarras.

Après réflexion, cependant, nous avons réalisé qu'il n'y avait pas vraiment quoi que ce soit d’amusant à propos de l'article de Shakespeare. Au contraire, il reflète une façon de penser très familier dans le monde occidental d'aujourd'hui - une façon de penser qui non seulement considère pour acquis, la corruption a une échelle prodigieuse, des chefs d'Etat africains, mais aussi l'accepte, avec un haussement complaisant d'épaules, comme un élément endémique et insoluble de la vie sur ce continent. La plupart des compatriotes de Prince William, nous nous sommes dit, réagissent probablement avec indifférence à la nouvelle qu'il fasse équipe des gens comme Bongo pour lutter contre le braconnage pour l'ivoire. Après tout, c’est une noble cause, n’est-ce pas? Le palais de Windsor ne peut pas changer le monde, n’est-ce pas?

Non, il ne le peut pas. Mais ce qu'il peut faire, et fait régulièrement, est de prendre des mesures qui envoient un message. Et le message que Wills envoie en travaillant avec Bongo n’est pas bienvenu. Intentionnellement ou non, il rend un énorme service au tyran- blanchir ses crimes, lui prêter légitimité, lui fournir une plate-forme pour relancer son image d’une manière dont les meilleures agences de relation publiques dans le monde ne peuvent rêver. Le prince doit comprendre cela et réagir en agissant de façon responsable. Et il devrait comprendre quelque chose d'autre aussi: que la participation de Bongo dans ce partenariat avec lui est presque certainement motivée par rien de plus qu'un désir cynique d’obtenir précisément un tel coup de pouce publicitaire.

Sérieusement: est-ce qu’un dictateur qui pille avec autant de gaieté de cœur son propre peuple, accumulant des palais pendant que son peuple essaie de survivre avec 12 dollars par jour, peut vraiment avoir des sentiments sincères sur le sort des éléphants?

Comments

  1. pourquoi le prince william ne chasse pas ali bongo du térritoire anglais, si réellement il se soucie du peuple gabonais? accepter un partenariat avec ali bongo est une participation de la dictature d'ali bongo et une complicité de tuer le peuple gabonais, or nous peuple africain, notamment Gabonais savons que l'angleterre est un pays qui craint la justice du Dieu vivant créateur du ciel et de la terre, où est donc cette crainte et cette justice,cher prince william?

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>