ALI BONGO’S RECORD IN TERMS OF EDUCATION. LE BILAN D’ALI BONGO EN MATIÈRE D’ÉDUCATION

Lycée Jean Baptist Obiang Etoughe (photo : LJBOE)



English Version

Jean Baptist Obiang-Etoughe high school has on average 155 students per class for a sample of 8 classes. To bring the average of this school to Unesco standards that are a maximum of 30 students per class, it should be added to the 8 existing classrooms, 36 new classrooms, for a total of 42 classrooms to accommodate the 1243 students.

Even for the Nelson Mandela Application high school, there is a deficit since 39 students per class remains above Unesco's recommendations and to make the school meet the standards, it must be added to that establishment for the eight classes of our sample, 3 new classrooms.

The overall deficit of Gabon regarding school infrastructure, is established. Just for the primary schools, a report published in 2008 says that Gabon has all in all, 758 primary schools in the public sector. These schools employ 4744 teachers, 3278 which are assigned in provinces. The national deficit was estimated in 2008 to be of 760 classrooms and 60000 benches, just for the primary schools.

In 2010, in the report of the General State of Education, the Ali Bongo’s regime offered the following quote of what they promised to achieve:

-For Kindergarten: Construction and equipment of 221 schools having six classrooms on average, a workshop and a covered playground, for a total of 1326 kindergarten classrooms, 221 workshops and 221 playgrounds at a cost of 25 billion; Construction of 1500 homes having running water and electricity, for kindergarten teachers in rural areas to the cost of 60 billion, of which 300 units to be built in 2011 at a cost of 60 billion; rehabilitation and re-equipment of 445 existing classrooms for 4.5 billion.

-For primary schools: rehabilitation, re-equipping and securing of 4,000 primary classrooms at a cost of 120 billion; rehabilitation and re-equipment of 800 housing units for primary school teachers at a cost of 8 billion; rehabilitation, retrofitting and upgrading of the four school districts of Libreville, 800 million; construction and equipment of the 40 school districts of municipalities and large Departments, 5.2 billion; construction and equipment of 40 housing units of the district leaders of Libreville and the provinces, 4.4 billion; construction and equipment of 331 primary schools with specialized laboratories (multimedia, languages, scientific enlightenment), library, infirmary, facilities for the disabled, playgrounds and two staff houses in urban areas at a cost of 106.349 billion; construction and equipment of 3,000 housing units for all primary teachers in rural areas, equipped with running water and electricity, at a cost of 120 billion; construction and equipment of 80 teaching bases, each with a Pedagogical Support and Logistics Center (CAPL) with multimedia center connected to the internet in each County town and every district of big cities, at a cost of 4,8 billion; equipment in textbooks and teaching materials, 15 billion; rehabilitation and retrofitting of buildings and housing units of the Libreville Educational Development Centers (PPC) of Mouila and Oyem, for 600 million; construction and building equipment of CPP infrastructure and housing units CPP Libreville, for 1 billion; a plan on Information and Communication Technologies for Education (ICTE) for CAPL, for school administrations, 129, 300 million.

-for Middle and High Schools: Construction and equipment of 30 schools of Secondary Education (CES) with 20 classrooms, laboratories, playgrounds, multipurpose room, housing accommodation, in Libreville, for 27 billion; construction and equipment of 15 scientific schools with 10 classrooms of high school, with 35 students per class, with 350 of boarding capacity and housing for all teachers, for 150 billion; construction and equipment 53 boarding units of a capacity of 200, in 51 existing departmental moddle schools and 6 high schools, for 52 billion; construction and equipping of 40 new middle schools with departmental laboratories, boarding capacity of 200, playgrounds, multipurpose room, staff houses in Department towns at a cost of 50 billion; rehabilitation and re-equipping of a boarding middle school and 3 existing departmental boarding schools, for 800 million; construction and equipment of 50 middle school with laboratories, boarding capacity of 150 students, playgrounds, multipurpose room, housing for all teachers in the districts and major rural centers, for 50 billion; rehabilitation, retooling and meeting the standards for boarding units of a capacity of 300 pupils, of 9 existing provincial high schools, including the one in Ntoum, at a cost of 5 billion. Repair, upgrading and retrofitting of 55 existing school facilities at a cost of 5.5 billion; development of an ICT plan for secondary education, for 1.124 billion.

Dear readers, of the estimate of the remediation of school infrastructure introduced in 2010 by the regime, what has been achieved? When we speak of a record, this is what we should dwell on. We must put Ali Bongo put before the numbers and ask him to tell us where are the 21 trillion CFA francs of budget he has managed between 2009 and 2016?




Version française

Le lycée Jean Baptist Obiang Etoughe a en moyenne 155 élèves par classe pour un échantillon de 8 classes. Pour ramener les effectifs de ce lycée aux normes de l’Unesco qui sont d’un maximum de 30 élèves par classe, il faut ajouter à ces 8 salles de classe existantes, 36 nouvelles salles, pour un total de 42 salles de classe pour accommoder les 1243 élèves.

Même pour le lycée d’Application Nelson Mandela, il y a un déficit car 39 élèves par classe reste au-dessus des recommandations de l’Unesco et pour rentrer dans les normes, il faut ajouter à cet établissement, pour les huit classes de notre échantillon, 3 nouvelles salles de classe.

Le déficit général du Gabon en matière d’infrastructures scolaires, est établi. Rien que pour l’école primaire, un rapport publié en 2008 nous dit que le Gabon a en tout et pour tout 758 écoles primaires relevant du secteur public. Ces écoles emploient 4744 instituteurs dont 3278 sont affectés en province. Le déficit national avait été estimé en 2008, à 760 salles de classe et 60000 tables bancs, rien que pour le primaire.

En 2010, dans le rapport des Etats Généraux de l’Education, le régime Ali Bongo proposait le devis suivant de ce qu’il promettait de réaliser :

-Pour le pré-primaire : Construction et équipement de 221 écoles comprenant six salles de classe en moyenne, un atelier et un préau, soit un total de 1326 salles de classe pré-primaire, 221 ateliers et 221 préaux pour un coût de 25 milliards ; construction de 1500 logements desservis en eau et électricité, pour les enseignants du pré-primaire en zone rurale pour 60 milliards, dont 300 logements en 2011 pour un coût de 60 milliards ; réhabilitation et rééquipement de 445 salles de classes existantes pour 4500 millions.

-Pour le primaire : réhabilitation, rééquipement et sécurisation de 4000 salles de classes primaires pour un coût de 120 milliards ; réhabilitation et rééquipement de 800 logements d’enseignants du primaire pour un coût de 8 milliards ; réhabilitation, rééquipement et mise aux normes des 4 circonscriptions scolaires de Libreville, 800 millions ; construction et équipement de 40 circonscriptions scolaires des communes et grands Départements, 5,2 milliards ; construction et équipement de 40 logements des chefs de circonscription de Libreville et province, 4,4 milliards ; construction et équipement de 331 écoles primaires avec laboratoires spécialisés (multimédia, langues, éveil scientifique), bibliothèques, infirmerie, aménagements pour handicapés, aires de jeux, et deux logements d’astreinte en milieu urbain pour un coût de 106,349 milliards ; construction et équipement de 3000 logements pour tous les enseignants du primaire en milieu rural, équipés en hydraulique et en électricité, pour un coût de 120 milliards ; construction et équipement de 80 bases pédagogiques, dotées chacune d’un Centre d’Appui Pédagogique et Logistique (CAPL) avec centre multimédia connecté à internet, dans chaque Chef-lieu de Département et chaque arrondissement de grande ville, pour un coût de 4,8 milliards ; equipements en manuels scolaires et en matériel didactique, 15 milliards ; réhabilitation et rééquipement des bâtiments et logements des Centres de Perfectionnement Pédagogique (CPP) de Mouila et Oyem, 600 millions ; construction et équipement des bâtiments et logements des CPP de Libreville, 1 milliard ; plan sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education (TICE) pour les CAPL, pour les administrations d’écoles, 129, 300 millions.

-Secondaire : construction et équipement de 30 Collèges d’Enseignement Secondaire (CES) de 20 salles de classe, laboratoires, aires de jeux, salle polyvalente, logement d’astreinte, à Libreville, 27 milliards ; construction et équipement de 15 lycées d’émergence scientifique de 10 salles de classe de second cycle exclusivement, comptant 35 élèves par classe, avec internat de 350 places et logements pour tous les enseignants, 150 milliards ; construction et équipement de 53 internats de 200 places, dans 51 CES et 6 lycées départementaux existants, 52 milliards ; construction et équipement de 40 nouveaux CES départementaux avec laboratoires, internats de 200 places, aires de jeux, salle polyvalente, logements d’astreinte dans les Chefs-lieux de Département non pourvus pour un coût de 50 milliards ; réhabilitation et rééquipement d’un internat de CES et de 3 internats de lycées départementaux existants, 800 millions ; construction et équipement de 50 CES avec laboratoires, internats de 150 places, aires de jeux, salle polyvalente, logements pour tous les enseignants, dans les Districts et les grands centres ruraux, 50 milliards ; réhabilitation, rééquipement et mise aux normes d’internats de 300 places, de 9 lycées provinciaux existants, dont celui de Ntoum pour un coût de 5 milliards. Réfection, mise aux normes et rééquipements des 55 établissements existants pour un coût de 5,5 milliards ; développement d’un plan TICE au secondaire, 1,124 milliard.

Chers lecteurs, du devis de remédiation des infrastructures scolaires présenté en 2010 par le régime, qu’est-ce qui a été réalisé? Quand on parle de bilan, voici ce sur quoi on devrait s’appesantir. Mettons Ali Bongo devant les chiffres et demandons lui de nous dire où sont passés les 21000 milliards de budget entre 2009 et 2016 ?

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE