RÉGIS IMMONGAULT TAKES REFUGE IN L’UNION TO MAKE A COMPLACENT ASSESSMENT OF 7 YEARS OF ALI BONGO. RÉGIS IMMONGAULT SE RÉFUGIE DANS L’UNION POUR FAIRE UN BILAN COMPLAISANT DES 7 ANNÉES D’ALI BONGO





English Version

After his debacle at the program The African debate" on RFI, Regis Immongault has consoled himself in the skirt of the daily L'Union, by going to publish there, a complacent assessment of Gabon’s economic performance under Ali Bongo.

Indeed, while all reliable observers tell us that the Gabonese economy is on the brink; that economic cronyism and favoritism have never been so central; that the rating agencies also express concerns about the economic and social context of the country; Régis Immongault comes, preaching the good news, to announce demagogically that all is well economically in Gabon as the country has recently experienced a 5% growth etc. But this argument quickly shows its limitats when subjected to the examination of the economic realities of the Gabonese people who are hard hit by a relentless crisis. If Regis Immongault is unable to recognize the economic reality of Gabon, how can we hope that he could manages to find solutions that would take the country out of the doldrums?

How to take seriously an economy minister who says, in an essentially oil country, that despite the fall in oil revenues by over 50%, the country's situation is not difficult?

How to take seriously an economy minister who says that despite the fall of its external revenues by almost half, the brutality of the shock has only minimal impact on the economy?

How to take seriously an economy minister who refuses to recognize that economic constraints are real and the outlook uncertain? Rating agencies recently said in their various reports that the levels of Gabon's foreign exchange reserves at the Central Bank had lowered ominously.

Dear readers, to take stock of 7 years in power is not that complicated. The indicators are available, figures are available. Régis Immongault should be able to do this simple exercise. But since he does not demonstrate the ability to do so, we will give him a simple example.

Angela Merkel has been in power for 10 years in Germany and if you want to know what her economic record is, it's very simple; the German media have done it for us and two of her great successes boil down somewhat to this:

-In 2005, when Merkel took office, the unemployment rate in Germany was 10.5%. Today it is 5.5%. Here is a statistic that indicates success with figures and in a verifiable manner.

-In 2005, the German public deficit was 4% of GDP. In January 2016, Germany announced a budget surplus of 12 billion euros for the year 2015. Here is a statistic that indicates success with figures and in a verifiable manner.

Here are two examples that tell us how Régis Immongault could proceed if he wanted to give us a reliable assessment of the economic performance of Gabon under Ali Bongo, instead of publishing nonsense in L’Union. Since 2009, what is the trend of unemployment in Gabon? What about those of deficit and debt? But when the economy Minister of Gabon manages the purse of the country like Sylvia Bongo’s weekly allowance; i.e. without rigor, ambition or long-term economic vision; and not to mention the widespread graft that characterizes our irresponsible leaders, where else but in L’Union, may he publish his economic fables?

Where is the sense of the statesmanship that every citizen is entitled to expect of their leaders? Such a waste!



Version française

Après sa débâcle à l’émission le « Débat Africain » sur RFI, Régis Immongault s’est consolé dans les jupons du quotidien L’Union, en y allant faire publier un bilan complaisant des performances économiques du Gabon sous Ali Bongo.

En effet, alors que tous les observateurs fiables nous disent que l’économie gabonaise est au bord du gouffre, que le clientélisme économique et les passe-droits n’aient jamais été si centraux; que les agences de notation manifestent aussi leurs inquiétudes sur le contexte économique et social du pays ; Régis Immongault vient lui, prêcher la bonne nouvelle, en annonçant avec démagogie que tout va bien économiquement au Gabon car le pays a connu récemment une croissance de 5% etc. Mais cet argument montre vite ses limites quand on le soumet à l’examen des réalités économiques des populations Gabonaises qui sont frappées de plein fouet par une crise implacable. Si Régis Immongault est incapable de reconnaitre la réalité économique du Gabon, comment peut-on espérer qu’il réussisse à trouver les solutions qui sortiraient le pays du marasme ?

Comment prendre au sérieux un ministre de l’Economie qui affirme que, dans un pays essentiellement pétrolier, malgré la chute des revenus pétroliers de plus 50%, la situation du pays ne soit pas difficile ?

Comment prendre au sérieux un ministre de l’Economie qui affirme que malgré la chute de ses recettes extérieures presque de moitié, la brutalité du choc n’ait que des conséquences minimales sur l’économie ?

Comment prendre au sérieux un ministre de l’Economie qui refuse de reconnaitre que les contraintes économiques sont réelles et les perspectives d’évolution, incertaines ? Les agences de notation disaient récemment dans leurs divers rapports, que les niveaux des réserves de change du Gabon à la Banque Centrale avaient baissés de manière inquiétante.

Chers lecteurs, faire un bilan de 7 ans de pouvoir n’est pourtant pas compliqué. Les indicateurs sont connus, les chiffres sont disponibles. Régis Immongault devrait être capable de faire ce simple exercice. Mais vu qu’il n’en démontre pas la capacité, nous allons lui donner un exemple simple.

Angela Merkel est au pouvoir depuis 10 ans en Allemagne et si vous voulez savoir quel est son bilan économique, c’est très simple, les media Allemands l’ont fait pour nous et deux de ses grands succes se résument en quelque sorte à ceci:

-En 2005, lorsque Merkel arrive au pouvoir, le taux de chômage en Allemagne est de 10,5%. Aujourd’hui il est de 5,5%. Voici une statistique qui indique le succès de manière chiffrée et vérifiable.

-En 2005, le déficit public Allemand est de 4% du PIB. En Janvier 2016, L’Allemagne annonçait un excédent budgétaire de 12 milliards d’euros pour l’année 2015. Voici une statistique qui indique le succès de manière chiffrée et vérifiable.


Voici deux petits exemples qui nous disent comment Régis Immongault pourrait procéder s’il voulait nous présenter un bilan fiable de la performance économique du Gabon sous Ali Bongo, au lieu de publier des bêtises dans L’Union. Depuis 2009, quelle est la courbe du chômage au Gabon ? Que dire de celles du déficit et de la dette ? Mais lorsque le ministre de l’Economie du Gabon gère la cagnotte du pays comme la popote à la petite semaine de Sylvia Bongo ; c’est à dire sans rigueur, ambition, ni vision économique de long terme ; et sans parler de la gabegie généralisée qui caractérise nos irresponsables dirigeants, où d’autre que dans L’Union, puisse-t-il publier ses fables économiques?

Où est donc le sens de l’Etat que tout citoyen est en droit d’attendre de ses dirigeants ? Quel gâchis !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT