WHY THE RESISTANCE WILL INDURE TO THE END? POURQUOI LA RESISTANCE IRA JUSQU’AU BOUT ?







English translation

The resilience of the Gabonese resistance has completely taken the Ali Bongo regime by surprise, to the point where this regime does not understand how it could extinguish the fire of this resistance. Why are the successful regime’ strategies of 1990, 1993, 1998, 2005 and even 2009, unsuccessful today?

Dear readers, simply because the 2016 resistance maintains a healthy independence from the political parties and those who embody them.

Indeed, in the past, resistance movements have always been embodied by specific political parties and leaders representing them. Remember the Morena in the 80s, the Bucherons in the 90s, the UGP in the 2000s; the Gabonese people followed the guiding line of politicians and political parties, to the point that it was enough for the regime to make a deal with these politicians to demobilize the resistance and the trick worked.

After 2009, after the performance of André Mba Obame who demonstrated that one could be politically effective in Gabon without a political party; and after 2016 as Jean Ping is demonstrating the same thing; the Gabonese people have understood that resistance could be done ideologically and individually, without waiting for instructions from anyone.

Against this resistance movement, Ali Bongo continues to operate like Omar of the same name, that is to say by trying to corrupt people and intimidate them. But he goes from failure to failure because the resistance is not centralized. When René Ndemezo'Obiang comes to Paris to corrupt the resistance, yes he will have some takers, but his action will only be a grain of sand in the desert, because the corrupted will be replaced immediately by others more determined resistants .

Dear readers, look at what happened with theis so called dialogue. They invited a number of eager dialoguers, made them promises of appointment, picked within the opposition with the intent of breaking the resistance. But at the finish, this resistance is stronger today than ever. Why? Because we resist individually and not centrally. It is a resistance without a precise leader because we are all leaders and when a movement is decentralized, it becomes metastatic and unstoppable. We are at this stage. No one can make us stop what we are doing.

We will not give up!




Version française

La résilience de la résistance des Gabonais a complètement pris le régime Ali Bongo à contrepied, au point où ce régime ne comprend pas comment il pourrait éteindre le feu de cette résistance. Pourquoi les stratégies du pouvoir qui avaient réussies en 1990, 1993, 1998, 2005 et même en 2009, ne réussissent pas aujourd’hui ?

Chers lecteurs, simplement parce que la résistance 2016 maintient une indépendance saine par rapport aux partis politiques et à ceux qui les incarnent.

En effet, par le passé, les mouvements de résistance ont toujours été incarnés par des partis politiques spécifiques et des leaders les représentant. Souvenez-vous du Morena dans les années 80, des Bucherons dans les années 90, de l’UPG dans les années 2000 ; les Gabonais suivaient la ligne directrice d’hommes politiques et de partis politiques, au point qu’il suffisait au régime de s’arranger avec ces hommes politique pour démobiliser la résistance et le tour était joué.

Après 2009, après la performance d’André Mba Obame qui avait démontré qu’on pouvait être politiquement efficace au Gabon sans parti politique ; et après 2016 où Jean Ping est en train de démontrer la même chose ; les Gabonais ont compris que la résistance pouvait se faire de manière idéologique et individuelle, sans attendre de recevoir les directives de qui que ce soit.

Contre ce mouvement de résistance, Ali Bongo continue d’opérer comme le faisait Omar du même nom, c’est-à-dire en tentant de corrompre les gens et de les intimider. Mais il va d’échec en échec car la résistance n’est pas centralisée. Quand René Ndemezo’Obiang arrive à Paris pour venir corrompre la résistance, oui il aura quelques preneurs, mais son action ne sera qu’un grain de sable dans le désert, parce que les corrompus seront remplacés aussitôt par d’autres résistants encore plus déterminés.

Chers lecteurs, regardez ce qui s’est passé avec le fameux dialogue. Ils y ont invité un certain nombre de dialogueurs alléchés, leur ont fait des promesses de postes, ont pioché dans l’opposition en pensant faire éclater la résistance. Mais au finish, cette résistance est plus forte aujourd’hui que jamais. Pourquoi ? Parce que nous résistons de façon individuelle et non centralisée. C’est une résistance sans leader précis car nous sommes tous des leaders et quand un mouvement est décentralisé, il devient métastatique et inarrêtable. Nous en sommes à cette phase. Personne ne peut nous faire arrêter ce que nous faisons.

Nous ne lâcherons rien !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE