GABON IS CURRENTLY LED FROM THE FRENCH EMBASSY IN LIBREVILLE. LE GABON EST EN CE MOMENT DIRIGÉ DEPUIS L’AMBASSADE DE FRANCE À LIBREVILLE





English version

Dear readers, the so-called triumvirate the press is telling you that Gabon is being normally governed by at the moment, is a scheme set up by the French Embassy in Gabon that controls and orders everything at this time.

All elements of the regime, be they military, political or constitutional, receive their marching orders from the French diplomatic authorities.

Even our friends from the opposition have received their orders, that is why no key figure, including all the electoralists who told us about republicanism during their election campaign, dare not even ask that the constitution be applied and that the power vacuum be pronounced. They cannot ask because they know that it will not please the French who directs operations in Gabon.

The Gabonese political class has already made the calculation that after Ali Bongo, France will install another Bongo or someone approaching them in a very significant way. It is in their interest to follow the line dictated by France if they want to be included in this future that will look like our past.

When Mborantsuo dares to say that the vacancy of power is not relevant, ask her to tell you who today is leading Gabon and if this directorate scheme corresponds to our constitutional texts?

Dear readers, if Mborantsuo replies that the pronunciation of power vacuum is not on the agenda, it simply indicates that the succession mechanism is not yet ready; and if France takes all her time to concoct a tailor-made succession, we can predict the worst for the future of our country.


Here is why we must more than ever resist and not give up!


To be continued…








Version française

Chers lecteurs, le fameux triumvirat dont la presse vous parle pour vous indiquer que le Gabon soit normalement gouverné en ce moment, est un schéma mis en place par l’ambassade de France au Gabon qui contrôle et ordonne tout en ce moment.

Toutes les composantes du régime, qu’elles soient militaires, politiques ou constitutionnelles, reçoivent leur ligne de conduite des autorités diplomatiques françaises.

Même nos amis de l’opposition ont reçu leurs ordres, voici pourquoi aucun ténor, y compris tous les électoralistes qui nous ont parlé de républicanisme pendant leur campagne électorale, n’osent même pas demander que la constitution soit appliquée et que la vacance du pouvoir soit prononcée. Ils ne peuvent pas le demander car ils savent que cela ne plaira pas à la France qui dirige les opérations au Gabon.

La classe politique gabonaise a déjà fait le calcul qu’après Ali Bongo, la France installera un autre Bongo ou quelqu’un s’y rapprochant de manière très significative. Il va donc de son intérêt de suivre la ligne de conduite dictée par cette France si elle veut être inclue dans ce futur qui ressemblera à notre passé.

Quand Mborantsuo ose dire que la vacance du pouvoir n’est pas d’actualité, demandez-lui de vous dire qui aujourd’hui dirige le Gabon et si ce schéma directoire correspond à nos textes constitutionnels ?

Chers lecteurs, si Mborantsuo répond que la prononciation de la vacance du pouvoir n’est pas à l’ordre du jour, cela indique simplement que le mécanisme de succession n’est pas encore fin prêt ; et si la France prend tout son temps pour nous concocter une succession sur mesure, nous pouvons augurer le pire pour l’avenir de notre pays.

Voici pourquoi nous devons plus que jamais résister et ne rien lâcher !

A suivre…

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)