HERE IS WHAT LA LETTRE DU CONTINENT TELLS US. VOICI CE QUE NOUS DIT LA LETTRE DU CONTINENT







English Version

The Newsletter La Lettre du Continent has just published an article certainly in response to the press release published today on social media by Sylvia Bongo, announcing Ali Bongo’s transfer to Rabat in Morocco.

In this article, the LDC tells us that Ali Bongo should stay in Morocco until early 2019. You see, dear readers, that the lengths of stay are vague on purpose because they must leave flexibility to the regime in need of time to prepare the successor.

LDC also tells us that Sylvia Bongo has complied with the generous will of the King of Morocco as she had already decided that the ghost would go to London. For this purpose, she had already installed an impressive system. She had selected a clinic that could discreetly host Ali Bongo; and even for good measure, rented offices to allow Ali Bongo to rule remotely and work with his advisers. A private security company had also been hired to keep curious people away.

For LDC, few Gabonese officials were informed of these preparations. Only Brice Laccruche Alihanga, and Gagan Gupta, boss of Olam Gabon, had a voice in it. In other words, the secret is held by 3 foreigners: Sylvia Bongo, Lacruche Alihanga and Gagan Gupta. The Gabonese are being asked to go play somewhere else.

Even as prime minister he might be, Emmanuel Issoze Ngondet was been denied access to Ali Bongo. So Issozet Ngondet is like us; he knows nothing about what is happening.

As they must find a more convenient explanation justifying that Rabat was finally preferred to London, then we are offered via LDC, a burlesque explanation. In her preparations for the arrival of Ali Bongo in London, Sylvia Bongo certainly bruised by the pain of her husband's illness, would have simply forgotten to warn the British diplomatic services.

LDC adds another layer by telling us that the devoted Park Sang Chul, Ali Bongo's bodyguard, was sleeping in Ali Bongo's hospital room. As an alternative to London, Sylvia Bongo had asked for a transfer of the ghost to Paris, but to no avail.

Dear readers, with these fables, these people really take us for idiots!






Version française

La Lettre du Continent vient de publier un article certainement en réponse au communiqué publié aujourd’hui sur les réseaux sociaux par Sylvia Bongo, voulant qu’Ali Bongo soit transféré à Rabat au Maroc.

Dans cet article, La LDC nous dit qu’Ali Bongo devrait séjourner au Maroc jusqu’au début 2019. Vous voyez, chers lecteurs, que les durées de séjour restent vagues à dessein car il faut laisser une élasticité au pouvoir qui a besoin de temps pour préparer le successeur.

La LDC nous dit aussi que Sylvia Bongo s’est pliée aux volontés si disponibles du Roi du Maroc, alors qu’elle avait déjà décidé que le revenant irait à Londres. A cet effet, elle y avait déjà fait installer un dispositif d’accueil impressionnant. Elle avait sélectionné une clinique pouvant discrètement accueillir Ali Bongo ; et même pour bonne mesure, loué des bureaux pour permettre à Ali Bongo de gouverner à distance et travailler avec ses conseillers. Une société privée de sécurité a aussi été engagée pour éloigner les curieux.

Pour la LDC, peu d'officiels Gabonais ont été informés des préparatifs. Seuls Brice Laccruche Alihanga, et Gagan Gupta, le patron d'Olam Gabon, ont eu voix au chapitre. En d’autres termes, le secret est tenu par 3 étrangers : Sylvia Bongo, Laccruche Alihanga et Gagan Gupta. Aux Gabonais, on leur demande d’aller jouer ailleurs.

Tout premier ministre qu’il est, Emmanuel Issoze Ngondet s’est vu refuser tout accès à Ali Bongo. Donc Issozet Ngondet est comme nous autres ; il ne sait rien de ce qui se passe.

Comme il faut bien trouver une explication plus commode justifiant que Rabat ait été finalement préférée à Londres, alors on nous propose via la LDC, une explication burlesque. Dans ses préparatifs de l’arrivée d’Ali Bongo à Londres, Sylvia Bongo certainement meurtri par la peine que lui fait la maladie de son époux, aurait le plus simplement du monde, oubliée de prévenir les services diplomatiques britannique.

La LDC en remet une couche en nous disant que le dévoué Park Sang Chul, le garde du corps d’Ali Bongo dormirait dans la chambre d’hôpital d’Ali Bongo. En alternative à Londres, Sylvia Bongo aurait demandé un transfert du revenant à Paris, mais en vain.

Chers lecteurs, avec ces fables, ces gens nous prennent vraiment pour des idiots !

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)