THE DISPOSITIONS OF TEMPORARY POWER VACUUM IN GREAT DEMOCRACIES. LES DISPOSITIONS DE VACANCE TEMPORAIRE DE POUVOIR DANS LES GRANDES DEMOCRATIES






English Version

The way the constitution was amended by Marie Madeleine Mborantsuo in Gabon, so the Constitutional Court would not declare a power vacuum, is so outrageous that we wanted to show you counter examples from abroad. We looked at how things are handled in mature democracies because only idiots compare themselves to idiots like them. Those who want to make progress prefers to compare themselves to those doing better than them.

The United States of America have in the 25th Amendment of their constitution, a disposition allowing them to declare their president "unable to discharge the powers and duties of his office." This amendment has been invoked only three times as US president became ill and had to undergo surgery.

The first time was on July 13, 1985, when President Ronald Reagan sent a letter to members of the Senate directing then-Vice President George H.W. Bush (the father) to perform his duties while Reagan underwent surgery to remove cancerous polyps from his colon. Bush was acting president from 11:28 a.m. when Reagan was given general anesthesia to 7:22 p.m. when Reagan, having recover consciousness, sent another letter to members of the Senate and resumed his powers.

President George W. Bush had two instances in which he was deemed "unable" to temporarily perform the duties of the president during his two-term tenure. The first case occurred on June 29, 2002 when he invoked the 25th Amendment and allowed Vice President Dick Cheney to act as president on his behalf for two hours and five minutes. The second one took place five years later on June 21, 2007, when Bush again named Cheney acting president for two hours and 15 minutes. In both cases, Bush, like Reagan, had undergone medical procedures.

Dear readers, you can see that in Gabon, we are very far from such a smooth process. The constitution should never have been modified because it was already saying that no matter the cause, it is the president of the Senate who would serve as interim president of the country. There was no ambiguity except what would allow prevent Mborantsuo and the Bongo’s clan to lock in their interests.






Version française

La manière dont la Constitution a été modifiée par Marie Madeleine Mborantsuo au Gabon, pour que la Cour constitutionnelle ne déclare pas de vacance du pouvoir, est tellement scandaleuse que nous avons jugé nécessaire de vous montrer des contre-exemples. Nous avons examiné la manière dont les choses se passent dans les grandes démocraties ; car seuls les idiots se comparent à d’autres idiots comme eux. Ceux qui veulent progresser préfèrent se comparer à ceux qui font mieux qu'eux.

Les États-Unis d'Amérique ont, dans le 25e amendement de leur constitution, une disposition leur permettant de déclarer leur président "incapable de s'acquitter des devoirs et fonctions de son mandat". Cet amendement n'a été invoqué que trois fois, le président des États-Unis étant tombé malade et ayant dû subir une intervention chirurgicale.

La première fois, fut le 13 juillet 1985, lorsque le président Ronald Reagan a envoyé une lettre aux membres du Sénat demandant au vice-président de l'époque, George H.W. Bush (le père) de remplir ses fonctions présidentielles pendant que Reagan devait subir une opération chirurgicale pour retirer des polypes cancéreux de son côlon. Bush était président par intérim de 11h28 quand Reagan a reçu l'anesthésie générale à 19h22 ; lorsque Reagan, ayant repris connaissance, envoya une autre lettre aux membres du Sénat et reprit ses pouvoirs.

Le président George W. Bush a été par 2 fois déclaré "incapable" d'assumer temporairement les fonctions de président pendant ses deux mandats. La première s’est produite le 29 juin 2002, date à laquelle il invoqua le 25e amendement et autorisa le vice-président Dick Cheney à agir en tant que président en son nom pendant deux heures et cinq minutes. La seconde eut lieu cinq ans plus tard, le 21 juin 2007, lorsque Bush a de nouveau demandé à Cheney de servir comme président par intérim pendant deux heures et quinze minutes. Dans les deux cas, Bush, comme Reagan, devait subir des traitements médicaux.

Chers lecteurs, vous pouvez constater qu'au Gabon, nous sommes très loin d'un processus aussi fluide. La constitution n’aurait jamais dû être retouchée car la disposition en vigueur au Gabon disait que pour quelque cause que ce soit, c’est la présidente du Senat qui devenait présidente de la république intérimaire. Il n’y avait aucune ambiguïté, sauf celle qui ne permettait à Mborantsuo et au clan Bongo de verrouiller leurs intérêts.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)