ALI BONGO ADMET HYPOCRITEMENT DES ERREURS DE CASTING






Devant les nombreux ratés de l’émergence, Ali Bongo s’est vu obligé de désigner des boucs émissaires tout faits. C’est ainsi qu’il désigne les erreurs de casting au sein de son équipe dirigeante, pour expliquer les lourdeurs et insuffisances de l’émergence. Le casting est un terme emprunté au cinéma, qui signifie la recherche de l’acteur ou actrice les plus compatibles avec un rôle déterminé. Ce casting suppose une recherche minutieuse du parfait candidat, et une comparaison entre plusieurs postulants et des tests permettant de disqualifier les moins aptes et sélectionner la perle rare. Dans le monde politique, un casting gouvernemental voudrait qu’un chef d’état ou de gouvernement fasse un tri minutieux des hommes et femmes susceptibles d’occuper de hautes fonctions. Par conséquent, au bout du compte, quand un président déclare après un an qu’il y a eu des erreurs de casting dans son équipe, c’est que le choix des collaborateurs de ce présidents s’est fait de manière peu sérieuse et avec beaucoup de légèreté. Cet aveu dénote d’un sérieux manquement au principe même de gouvernance qui veuille que toute personne aspirant à de hautes fonctions gouvernementales soit évaluée de la façon la plus rigoureuse possible avant de se voir confier les rennes d’un secteur clé du pays. Les fameuses erreurs de casting dont parlent Ali Bongo nous en disent plus sur l’inaptitude de ce dernier, que sur les fautes des gens qu’il aurait nommées.

1. Tout est dans le casting
Dans tout travail d’équipe, le premier élément de succès réside dans le choix des membres de l’équipe. En sport il est bien connu qu’on juge un bon coach par la qualité de ses recrutements, de ses classements et de ses choix tactiques. Un coach qui dit s’être trompé dans ses recrutements, ou dans ses classements ne sera jamais considéré comme un bon coach. Similairement, en politique, un président qui se respecte, doit s’entourer, plutôt que de courtisans et flatteurs, de personnes ayant des têtes biens pleines, bien faites et des capacités de leadership qui sont prouvées. C’est pourquoi quand Ali Bongo parle d’erreurs de casting dans son équipe, nous en sommes à penser que celui qui parle d’imposer la culture « des résultats » au Gabon, a plutôt décidé en ce qui le concerne de commencer par s’imposer la culture de « l’excuse » qui le disculpe d’office de toute mauvaise décision et accuse ceux qu’il nomme de ne pas faire leur travail. Quand on parle de casting, le gouvernement de « l’émergence » n’est pas un casting de série « B », mais de série « Z ». Et celui qui met sur pied un gouvernement de série « Z » pour mener le Gabon vers « l’émergence » doit se reconnaitre la responsabilité d’être un cancre.

2. En gouvernance, il ne suffit pas d'être une grande gueule et de jouer avec ses fantasmes. La réalité rattrape tôt ou tard ceux qui racontent tout et n'importe quoi.
Mêmes les effets d’annonce finissent pas s’assécher. Alors, n’ayant rien de convaincant à proposer au gabonais qui soit crédible, Ali Bongo radote. Sans doute à t-il atteint les limites de son imagination. Son disque est rayé et fatigué ; et il répète désormais les mêmes conneries que seuls ses chantres aveugles se font désormais les porte-voix du maître à peine borgne. Les excuses d’Ali Bongo pour expliquer pourquoi le bateau « émergence » prend de l’eau, sont plutôt du genre lourd et indigeste. Ces excuses manquent de fraîcheur. Alors il faut bien un coupable à qui Ali Bongo attribuerait la cause des déboires de l’émergence. Ce bouc émissaire tout trouvé n’est rien d’autre que le groupuscule de membres du gouvernement qu’Ali Bongo va bientôt « tsunaliser » pour cause « d’erreur de casting » au départ. De toutes les façons, au Gabon, c’est Ali Bongo le responsable de tous les départements ministériels, les autres n'étant que des « incapables congénitaux » faisant office de faire valoir. La preuve, quand on parle d’erreur de casting, personne n’ose suggérer l’évidence qui crève les yeux, c'est-à-dire que la principale erreur de casting est celle qui fait d’Ali Bongo le président du Gabon. On dit que certains ministres ne sont pas aptes à occuper leurs postes. Mais personne ne se demande si Ali Bongo et sa famille devraient continuer à régner sur le Gabon comme si notre pays n’était plus qu’un vaste domaine familial.


La vérité est que le casting d’Ali Bongo, dans son ensemble, est complètement raté. Ce qui est ridicule pour Ali Bongo, est qu’aussitôt son gouvernement formé, bien des gabonais, ce blog compris, rapidement firent le diagnostic que les personnes nommées, ou pistonnées pour ces postes, n’avaient pas toujours le profil requis. Pourtant, Ali Bongo a mis une année à s’en rendre compte. Alors de deux choses l’une, soit Ali Bongo est totalement incapable d’évaluer les gens autour de lui, soit il fait exprès de nommer des incompétents autour de lui pour pouvoir mieux les contrôler. Dans un cas comme l’autre, la résultante est le naufrage accéléré du pays.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)