SE COALISER, OUI MAIS APRÈS?




Un communiqué émanant d'une coalition de partis politiques gabonais vient d'être publié. Cette coalition a pour dénomination: "La Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA)", et comporte en son sein six formations, le CDJ, le FAR, le MORENA, le MORENA UNIONISTE, le PGP et l'UN. Si ce regroupement est louable dans la mesure où toute perspective de dispersion des forces de l’opposition au Gabon fait le lit d'Ali Bongo; force est de constater que plusieurs partis de cette coalition gagneraient à être redynamisés. Que représente aujourd'hui le PGP de Mouity Nzamba par exemple? Dans l'état actuel des choses, il serait bon que ces partis se réunissent formellement, établissent une plate forme commune contre le pourvoir qui sera rendue public, et élabore un programme clair d'activités visant à aller á l'offensive contre le pouvoir. Au point où en sont les gabonais, s'il s'agit tout simplement de publier des communiqués, cette coalition sera difficilement prise au sérieux.

1. Il faut un message clair et constant
L'opposition, ou du moins cette coalition de l'opposition, doit avoir un message clair et compréhensible de tous les gabonais. Plus important encore, cette coalition, si elle doit survivre, doit se munir et développer des stratégies politiques solides et crédibles, qui iront au delà de l’affichage des noms politiques célèbres et des communiqués pleins de bonnes intentions mais vides de toute capacité de morsure. Dans la masse populaire au Gabon, l'appétit n'est plus dribbling politique comme on l'a encore vu dernièrement avec Mamboundou qui veut aller rencontrer Ali Bongo de manière "républicaine" comme si le Gabon était un pays démocratique de droit. Non, la comédie est finie, plus personne n'y croit. Les gens savent que le Pays reste dans une logique de déroulement calamiteux du processus électoral et de résultats contestables à répétition. Par conséquent, si l'opposition va encore participer a des élections contre les Bongo avec les Mborantsuo et compagnie en place, c'est que notre opposition ne mérite aucun soutient, étant la plus sotte opposition de la planète. L'opposition qui viendra dire "allons aux élections" sans garantie devra être chassée et ignorée. Il faut donc passer à une nouvelle forme de lutte politique, qui se fera de manière plus claire, directe, sans ambigüité et avec beaucoup plus de courage politique que par le passe. La nouvelle stratégie doit se situer dans une logique unitaire. A quoi sert le parti d'Ogouliguende tout seul dans son coin, ou celui de Mbou-Yembit, ou du Morena tout seul dans son coin? Si c'est l'alternance que vous désirez, alors développez une stratégie commune pour une alternative véritable qui se voudrait démocratique. En somme, un vrai changement de régime. Dans cette logique, si le régime Bongo refuse de laisser du leste, il faut aussi organiser des méthodes qui prouveraient au pouvoir que l'opposition soit prête à bousculer s'il le faut, la branche sur laquelle est assis le pouvoir. Par contre, si l'opposition gabonaise continue dans la mollesse, alors le peuple ne suivra pas et préférera vaquer á ses occupations qui sont suffisamment misérables comme ça, et ne voudrait pas perdre du temps avec des opposants incapables de cohérence á court, moyen ou long terme.

2. Maintenant ou jamais, ne pas rater cette opportunité
L'opposition gabonaise est à la croisée des chemins. Il est urgent qu'elle fasse table rase des ambitions personnelles politiciennes et des querelles intestines, qui de toutes façons ne mènent nulle part et ne servent qu'á renforcer le peuple dans la complaisance face au régime Bongo. Il faut de toute urgence mettre en place un cadre de concertation ouvert, logique et compétent. Cadre qui présenterait à la population, des briefings réguliers sur ses objectifs, actions et progrès. L'opposition devra avoir beaucoup de flexibilité ça il va falloir agir rapidement et souvent en fonction des différentes situations que le pouvoir présentera á la nation Gabonaise. Si l’opposition veut réussir, il lui faut un programme sérieux d'éducation politique des masses gabonaises, il lui faut une répartition des zones électorales qui tienne compte des bases électorales des ses composantes, et démontrer au peuple gabonais qui ne demande qu'á y croire que cette fois, la liberté est á notre portée.

Sans synergie de victoire. Le peuple gabonais continuera à être martyrisé par le pouvoir familial des Bongo, qui est désormais une dynastie qui pense pouvoir disposer du Gabon, donc de nous, comme elle le veut. L'opposition a le choix entre former une opposition forte ayant des chances de changer la donne au Gabon, ou alors se disloquer en une opposition de petits partis qui divisent et épuisent inutilement les gabonais. La balle est dans le camp de l'opposition.

Comments

  1. Pauvre Mamboundou. Quel peuple et quelle ingratitude! Ceux qui ont participé aux 43 ans de destruction sont encore mieux traité. Enfin même le Christ a été lapidé. Quelqu'un qui se cache derrière un pseudo ne devrait pas être aussi dure avec quelqu'un qui a exposé sa vie et qui jusqu'à preuve du contraire n'est pas comptable de l'échec des 43 ans.

    ReplyDelete
  2. Il faut révéler votre identité et montrer à ABO de quelle bois vous vous chauffer. Sinon reconnaissez que vous n'êtes pas digne d'être aussi arrogant envers PMM.

    ReplyDelete
  3. Cher compatriote,

    Qu'est-ce que mon identité a avoir dans ce débat? La votre m'est totalement inconnue et pourtant vos opinions sont les bienvenues. Je ne partage pas votre avis mais le respecte néanmoins. J'écris ce blog et ceux qui doivent savoir savent, croyez moi en ce qui concerne mon identité. Si mes écrits sont désobligeants pour vous, apprenez à les respecter autant que je respecte les vôtres. Nous avons un débat d'idées et non de personnes, c'est aussi ça le mal que nous vivons, vouloir ramener les gabonais vers les individus, l'idée même que ce post pourfend. Si mes idées sont néfastes ou mauvaises, débattons en et laissons les identités tranquilles. Il ya des innocents à protéger, croyez moi je suis sérieux quand je le dis. Quand je parle de Mamboundou, c'est toujours en termes d'homme politique, donc public et non privé, la vie privée n'intéresse pas ce blog. Nous ne parlons des Bongo que par rapport á ce qu'ils font du Gabon qui nous appartient á tous et á personne en particulier. Si vous voulez m'entrainer sur le chemin des petites discussions de vie privée, je ne suis pas partant car ce n'est pas ça qui ferait avancer les choses, à mon humble estimation.

    Portez vous bien

    Charlie

    ReplyDelete
  4. Une manière de vous dire que les autres aussi comme vous ont des vies à protéger, PMM également. Dans la vie d'un homme politique, il arrive parfois qu'on vienne à faire des choix à contre cœur,de mauvais choix, après tout ce temps, essoufflement de PMM peut se comprendre . Je me demande si ouvertement vous pourrez tenir le même discours et pendant combien de temps.
    - La loi sur biométrie pour laquelle l'UN rencontre le président de l'assemblée nationale a été déposé par PMM.
    - L'utilisation des enveloppes accolées est une proposition de PMM.
    - L'instauration du bulletin unique est une proposition de PMM.
    - PMM Mamboundou et l'UPG ce sont opposés à la modification de la constitution sur la limitation du nombre de mandats et les élections à un tour
    - La loi sur la haute cour de justice...
    - Le siège de l'UPG a été attaqué et PMM s'est retrouvé dans une ambassade étrangère.
    - Il a reçu un coup sur la tête à la cité de la démocratie

    Où étiez-vous ou où étions nous pendant ce temps? Les autres et leurs familles n'ont pas besoin de se cacher aussi pour se sentir en sécurité? Où tout cela n'était que de la simulation, puisqu'on veut nous faire croire que PMM a été fabriqué par OBO?

    Toutes ces actions ne peuvent être mentionnées dans votre blog, mais beaucoup de salive sur la rencontre avec ABO, une rencontre qui ne prouve rien. N'est-ce pas injuste ce que vous faites? Même si Mamboundou rentrait aujourd'hui au PDG, doit-on oublier que 21 ans d'opposition malgré toutes les offres n'est pas donné à n'importe qui? N'a-t-il vraiment rien fait?

    Je ne refuse pas qu'on critique nos hommes politiques. Mais si on fait passer Mamboundou pour rien du tout, même quand on se bat pour le changement, permettez-moi de douter qu'il s'agisse d'un changement utile pour tous les gabonais, sinon la poursuite d'intérêts personnels ou partisans.

    ReplyDelete
  5. Pour résumer, je voudrais dire que PMM mérite encore pleinement une critique et une opposition plus ou moins courtoise de la part de ceux qui se disent partisans d'un changement pour le Gabon et pour chaque gabonais. Au moins jusqu'à ce qu'il par ses propres mots indubitable qu'il a renié ses convictions.

    ReplyDelete
  6. Cher compatriote,

    Je pense que vous vous trompez quand vous dites que ce blog traite Mamboundou comme un moins que rien. Non, ce n'est pas nous. Nous faisons, en ce qui concerne Mamboundou de la thèse et l'antithèse. Si vous repartez lire notre billet sur Mamboundou entre "le marteau et l'enclume", vous remarquerez que nous examinons tous les aspects de sa position et á aucun moment ne le méprisons, ni ne le trainons dans la boue. Ca je refuse de l'accepter car nos billets sont á la portée de toute analyse et je me défends d'avoir maltraité Mamboundou dans ce blog. Il y a des choses en coulisse mon cher compatriote, qui nous impose la méfiance. Nous pourrions écrire des centaines de pages la dessus. Parlant de la possibilité que Mamboundou ait des gens à protéger, si tel est le cas, qu'il le dise aux gabonais qui en aviseront. Moi je vous le dis sans sourciller que des gens nous menacent presque tous les jours de violence physique, disent savoir où vivent nos parents, etc. Ils envoient même des courriels prétextant être des femmes éprises de nos écrits qui aimeraient nous rencontrer, tantôt dans des pubs ou parc Londoniens, tantot dans des cafés Parisiens, une fois a New-York et une fois a Montréal. Ils essaient de nous prendre au jeu des pièges tendus. Néanmoins nous sommes prudents en continuions notre mission. Mais nous ne disons pas puisque nous sommes menacés, allons chanter les louanges d'Ali Bongo pour que ces gens arrêtent les menaces. Si Mamboundou est menacé, la seule voie n'est pas d'aller vers Ali Bongo. Il y a d'autres formes de protection qui auraient pu être choisies.

    A la prochaine

    Charlie

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)