PROPOSITION D'ESQUISSE D'UNE NOUVELLE APPROCHE POUR L'OPPOSITION




A chacun de nos billets, parmi le courrier de nos lecteurs se trouvent régulièrement 2 ou 3 messages de personnes qui nous disent typiquement: "vous ne savez que critiquer Ali Bongo, vous-même vous proposez même quoi?" Vous savez le genre de remontrances faciles dont sont spécialistes ceux qui demandent á ce que nous les laissions "avancer". Notre blog a toujours propose; c'est-à-dire propose une autres lecture des évènements politiques au Gabon. Croyez nous que le contexte gabonais ou on veut niveler par le bas, cette lecture qui sort des sentiers battus est essentielle. Ce jour nous revenons vous proposer ce que nous pensons être des mécanismes efficaces pour bâtir un mouvement d'opposition fort et susceptible de changer de manière significative la dynamique politique au Gabon. Nous parlerons de la réorganisation de l'opposition avec comme point de départ, la ligne d'arrivée, c'est-à-dire faire échec aux Bongo. Quels sont á notre avis les mécanismes qui pourraient contribuer à ce que l'opposition fasse echec aux Bongo?

1. Une autre approche du leadership
Le leader d'opposition au Gabon est devenu une caricature. C'est-à-dire une personne qui souvent provoque hilarité et dédain dès que le nom est mentionné. Pourtant beaucoup ont de signifiants faits d'armes derrière eux, mais la lassitude de la population face aux nombreux échecs a rendu les gabonais plus que méfiants envers les hommes et femmes politiques. Le leadership de l'opposition doit donc se reconstruire et être réintroduit á la population gabonaise. Il ne s'agira plus d'être le leader charismatique d'une frange ou d'une région donnée, mais plutôt quelqu'un ayant des aptitudes bien précises et un rôle bien déterminé dans l'espace et le temps. L'histoire nous démontre qu'en termes de leadership politique, il y a 2 types essentiels d'aptitudes dont tout mouvement qui compte réussir doit retrouver en son sein. Il y a le leader stratégique et le leader opérationnel. Les deux aptitudes peuvent exister en une seule et même personne, ce qui est rare, mais généralement ces qualités se retrouvent en des personnes différentes qui doivent apprendre à se partager les rôles pour une meilleure efficacité de l'ensemble. Il y a eu de grands commandeurs militaires qui étaient de brillants strateges mais des piètres meneurs d'hommes sur le terrain; l'inverse est aussi vrai historiquement, mais peu de généraux ont été a la fois grands stratèges et grands meneurs d'hommes sur le champ de bataille. Ceux qui voudraient approfondir leurs connaissances dans le domaine peuvent lire sur Napoléon ou l'Allemand Rommel, ou plus proche de nous Soundiata Keita.

2. Le leader stratégique
Ce leader est celui qui défini la voie à suivre pour arriver á l'objectif désiré. C'est lui qui choisi le type de bataille, le terrain de bataille, les armes et moyens les plus efficaces à utiliser, les termes d'engagement et l'occupation rationnelle du terrain et les négociations d'alliance. Ce leader est celui qui voit la foret quand les autres ne voient que des arbres. C'est lui qui dit de reculer pour mieux sauter, ou de tourner à gauche pour éviter la ligne Maginot et surprendre l'adversaire là où il s'y attend le moins. C'est quelqu'un doté de capacités de raisonnement et de déduction reconnues par ses compagnons et de la confiance que ces capacités soient capables de mener l'action á bon port c'est-à-dire la réussite.

3. Le leader opérationnel
C'est celui qui est le patron des opérations. C'est lui qui mène les hommes et qui dirige de manière ferme et tenace, les actions de terrain. C'est à lui que les lieutenants rendent des comptes et c'est lui le responsable du succès ou de l'échec sur le terrain. Il doit savoir prendre rapidement les décisions et régler les querelles dans les rangs avec clarté et de manière définitive afin de préserver la discipline. Il doit être respecté pour sa capacité d'opération et son courage. Il doit montrer l'exemple à la troupe en étant un leader qui se tient devant elle et non á l'arrière.


Les erreurs de l'opposition au Gabon on souvent été un manque d'organisation sur la base d'une division du travail entre ses membres. Tous les leaders d'oppositions de sont pas de bons strateges et tous ne sont pas excellents dans les opérations. Il faut à cette opposition se trouver des gens capables d'avoir des fonctions bien déterminées allant dans le sens d'une meilleure efficacité et performance. Quand on a quelqu'un sans stratégie devant une foule, on va à l'hécatombe et quand on n'a que la stratégie sans capacités opérationnelles, la stratégie ne reste que des souhaits et des vœux sans lendemains. Mais quand on a les deux, alors là ça peut faire mouche, et c'est en suivant cette démarche que les grands mouvements d'opposition ont toujours atteint le but. Les opposants gabonais doivent aussi savoir que ni le leader stratégique, ni l'opérationnel, ne sont forcement les leaders de l'ensemble. Des gens ayant ces capacités peuvent bien choisir d'épauler un troisième dont la touche personnelle fait que ce dernier soit plus apte à diriger. Quand on est dans une logique de changement, ces compromis d'effacement au profit de l'objectif final doivent être de rigueur. Il vaut mieux s'effacer pour avoir une victoire collective, que des pleins pouvoirs dans un mouvement qui va droit à l'échec. La question sur ce blog est: a) qu'attend l'opposition pour s'organiser suivant une division du travail? b) qu'attend l'opposition pour se réorganiser autour d'une plate-forme claire de victoire avec des objectifs précis, simples et connus de tous les gabonais? c) Qu'attend l'opposition pour se montrer plus déterminée à dire non une fois pour toute? Comme disent les britanniques: "it's time to stand up and be counted".

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON