COPÉ IN CONGO WITH FORBES, AS ATTALI AND OKRENT WITH ATTIAS IN GABON; THE FLEECING OF AFRICA. COPÉ AU CONGO AVEC FORBES, COMME ATTALI ET OKRENT AU GABON AVEC ATTIAS; LE PLUMAGE DE L’AFRIQUE








  English Version The françafrique square has always been the favorite hunting ground of a certain French political class to bailout their coffers and personal finance. It is also clear that it is not tomorrow that this system will be shut down because if yesterday, there was the use of the foul principle wandering briefcases, today a French politician has to simply be invited in the most legal way of the world, to act as an expert in a fake forum at the glory of an equatorial dictator. Jean-Francois Copé, president of the UMP party of Nicolas Sarkozy, was recently in Brazzaville, Congo, for a paid appearance at a conference for which he reportedly personally pocketed 30,000 euros, or about 20 million CFA francs for this service. "These practices are contrary to ethics and transparency, they must stop," said the Secretary General of the "French Socialist Party," Harlem Désir, who felt that a French party leader does not have to be paid for the benefit of foreign private interests, and that the business-politics of the President of the "UMP" in Africa was deeply shocking and contrary to all the principles of ethics and transparency. He added: "It is unethical to monetize his image, and perhaps his influence of French political leader, in exchange for money on which there is no form of transparency. This service, performed in the most complete opacity in an undemocratic country is particularly troubling ... It is harmful to the interests of France that active politicians are bound by money relationships to public or private foreign entities… Jean-Francois Copé must explain his activities abroad and provide full transparency about remuneration to which they gave rise. Above all, this mix, which was and remains the brand of Sarkozyism must stop. " When one looks at the waltz of French officials who have come to provide various paid services in Gabon, it would be good to know how much the Gabonese government has sunk into such masquerades since 2009? Copé is unfortunately not an exception and as long as the equatorial dictators will need visibility, these French politicians capable of providing it to them, will continue to stuff themselves at the expense of the African people. To spend the money on the African taxpayer when the evidence suggests that these countries do not really have money to throw out of the window, that people continue to live under insecurity and poverty; is the most tragic of crimes. Moreover, the content of the video indicates that what Cope has to say and for which he was handsomely paid, could have been said by a first year university student, even by an average high school student. When will the fleecing of Francophone Africa stop?

Version Française 

Le pré-carré de la françafrique a toujours été le terrain de chasse privilégié d’une certaine classe politique francaise pour le renflouement de ses caisses et finances personnelles. Il est aussi évident que ce n'est pas demain que ce système va s’arrêter car si hier il y avait le grossier principe des mallettes baladeuses, aujourd’hui il suffit pour un politique français de se faire inviter de la manière la plus légale du monde, à intervenir en tant qu’expert dans un forum bidon à la gloire d’un dictateur équatorial. Jean-François Copé, le président du parti UMP de Nicolas Sarkozy, s'est récemment rendu à Brazzaville au Congo, pour une « conférence rémunérée » qui lui aurait personnellement rapportée 30000 d’euros soit environ 20 millions de franc CFA pour cette prestation. « Ces pratiques sont contraires à l'éthique et à la transparence, elles doivent cesser », a déclaré le Secrétaire général du « Parti socialiste français », Harlem Désir, qui a estimé qu’un chef de parti français n’avait pas à être payé pour des prestations au service d’intérêts privés à l’étranger; et que cette politique business du président de l’« UMP » en Afrique soit profondément choquante et contraire à tous les principes d’éthique et de transparence. Il a rajouté: « Il est contraire à l'éthique de monnayer son image, et peut-être son influence, de dirigeant politique français, en échange de sommes d'argent sur lesquelles n'existe aucune forme de transparence. Cette prestation, effectuée dans l'opacité la plus complète, dans un pays non démocratique est particulièrement troublante… Il est nuisible aux intérêts de la France que des responsables politiques en fonction soient liés par des relations d'argent à des puissances étrangères publiques ou privées… Jean-François Copé doit s'expliquer sur ses activités à l'étranger et faire la transparence complète sur les rémunérations auxquelles elles ont donné lieu. Surtout, ce mélange des genres, qui était et reste la marque du sarkozysme, doit cesser ». Quand on observe la valse de hauts fonctionnaires français qui sont venus faire des prestations diverses au Gabon, il serait bon de savoir combien l’Etat gabonais a engloutis dans ces mascarades depuis 2009? Copé ne fait hélas pas exception à la règle et tant que les dictateurs équatoriaux auront besoin de visibilité, ces politiques français capables de la leur procurer, continueront de s’empiffrer au dépend des populations africaines. Dépenser l’argent du contribuable africain alors que tout indique que ces pays n’ont pas vraiment du fric à jeter par la fenêtre, les habitants n’y connaissant que la précarité et la misère ; est une tragédie ! Surtout qu’au regard de la vidéo ci-dessus, les propos pour lesquelles Jean François Copé a été grassement payé, auraient pu être tenus par un étudiants de première année d’université et même d’un étudiant moyen de lycée. Quand s’arrêtera le plumage de l’Afrique francophone ?

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI