THE BRAZILIAN PRESS DOES NOT ACCEPT THAT DILMA ROUSSEFF HAS AMNESTIED THE DEBT OF THE FLASHY AND OSTENTATIOUS CENTRAL AFRICAN DICTATORSHIPS. LA PRESSE BRÉSILIENNE NE DIGÈRE PAS QUE DILMA ROUSSEFF AIT AMNISTIÉ LA DETTE DES DICTATURES TAPAGEUSES ET OSTENTATOIRES D’AFRIQUE CENTRALE

Ali Bongo and/et Dilma Rousseff (photo O Globo)


English Version


One of our perspicacious readers has informed us of a series of articles published in O Globo, the largest Brazilian newspaper, related to the cancellation of African debt by the Dilma Rousseff government. Indeed, Brazil has announced that it will cancel about a billion dollars’ worth of debt with Africa. There are 12 African countries set to benefit from this cancellation presented by the Brazilian government as an effort to boost economic ties between the world's seventh largest economy that Brazil has become, and the African continent. But for many Brazilian journalists, this amnesty favors many African countries accused of bad governance and corruption. Here is such an article published recently in O Globo that we have translated in English from the French translation provided to us by our perspicacious reader.



With the debt amnesty, Brazil promotes African countries accused of corruption

The cancellation of the Dilma Rousseff government represents an estimated 80% of R$ 1.9 billion (R$ = Brazilian Real) debt

José Casado
08/04/13


RIO - Every Brazilian will necessarily donate R $ 8 to Africa. This is what will cost the decision of President Dilma Rousseff to cancel 80% of debt accumulated by a dozen African countries toward Brazil. They have accumulated up to 1.9 billion Brazilian real in products and services in the domestic market over the past three decades. The unpaid debt will now be redistributed to the 190 million Brazilians.

Together they have the equivalent of the population of Brazil. Most survive on less than $ 3 a day in areas where life expectancy is less than 65, where infant mortality is three times higher than in the poorest areas of northern Brazil.

Four countries account for more than half of Africa's debt with Brazil: the Congo - Brazzaville, Sudan, Gabon and Equatorial Guinea. These are countries whose main resources are oil and natural gas but present a contrast due to the extreme poverty in which the majority of their 41 million inhabitants live, ruled by kleptocratic dictators.

The presidents of Congo - Brazzaville, Sudan, Gabon and Equatorial Guinea, some of their family members and close associates, face charges in different courts of Europe and the United States. Among the many accusations stand theft and embezzlement of public funds, corruption, money laundering and even genocide.

It is the story of how they came into the club of the world's richest.

In the afternoon of Wednesday, May 22, President Dilma Rousseff sought permission from the Senate to renegotiate the debt of R $ 793.3 million (U.S. $ 352.6 million) that Congo - Brazzaville has had with Brazil since the 1970s. In the message to senators, she reported the cancellation of the debt of 79%, which is equivalent to R $ 630 million ($ 280 million).

In the same week, in Paris, experts analyzed the documents seized in a warehouse located near Orly airport, 40 minutes from the Eiffel Tower in Paris.

The hangar belongs to Franck Export, a freight company doing business on the France-Africa axis. On their arrival at the scene, the French investigators showed a search warrant issued by the judges Roger Le Loire and Rene Grouman of Paris. When leaving, they took the books of the company.

Two weeks ago, while the Brazilian Senate was approving without debate the cancellation of millions in debt of Congo, the French police confirmed that the seized documents proved remittances from the Treasury of Congo directly to Franck Export.

Accounting documents show how the money left Brazzaville through official channels, made a stop in the accounts of the private company and then disappeared, sprayed through dozens of bank accounts in France held by the family of Congolese President Denis Sassou Nguesso.

Common Exorbitances

At 70, Nguesso is one of the oldest African leaders in power. Born poor in the Mbochi tribe in the north of the country, he began to earn his living in the 60s as a soldier. He graduated as a paratrooper and served France during the bloody repression of the Algerian independence guerrillas. In 1968, he was among the troops who led the coup that brought the Congolese Labor Party to power. Then he took power for himself thanks to a coup in 1979. Since then, he has become rich.

Located in the heart of Central Africa, Congo is the size of Goiás, the per capita income (U.S. $ 2,700) is similar to that of Paraguay and its population of four million people has a life expectancy of 57 years. It is referenced in the African oil production because its production is the fourth largest on that continent (300 thousand barrels / day). The country is also known as a platform for diamonds without a certificate of origin, called blood diamonds - the system used by the underworld for money laundering, buy weapons and drug trade.

Nguesso has been the center of political life in Congo - Brazzaville for 45 years. He left office in 1992, but returned half a decade later, escorted by Angola’s army tanks.

He made a fortune in power. The Nguessos are the owners of 66 luxury properties in France, in the preferred areas of Paris, Provence-Cote d'Azur - according to surveys submitted to the Court of Paris by Sherpa, the leader of the French non-governmental organizations in a legal complaint. Among the highlights is a villa of 500 square meters in Vésinet, 16 kilometers from the Eiffel Tower, a ten room apartment on the Rue de la Tour and another 328 square feet on Avenue Niel.

The presidential family does not hide their satisfaction by displaying their wealth ostentatiously, as illustrated by Denis Christel Nguesso, the son political heir, Defence Minister and Director General of the company responsible for commercializing the Congolese oil.

Credit card receipts since 2005, attached to the judicial case in France and the United Kingdom, suggest withdrawals for routine purchases of clothing in Parisian stores, or Monaco, Dubai, Marbella. From these bills, it is established that the political heir of Congo has a predilection for Torregiani underwear - he has already spent R $ 9,300 (€ 3,100) in a single visit to a Parisian boutique. Usually he is the joy of the Louis Vuitton store network, spending rarely less than R $ 60,300 (€ 20,200) in accessories.

In Nguesso’s country, this amount is would be sufficient, for example, to purchase 40,000 doses of vaccine against measles, the cause of death of one third of newborns in Congo.

Until 15 days ago, the mystery of the source of funding and how the money managed to get in Nguesso’s accounts remained. Reports of direct transfers from the Treasury seized from Franck Export highlighted the money trails.

More than a political phenomenon, the republics or hereditary dynasties in Africa have the characteristics of a study in court cases. The history of Gabon in the last 46 years is exemplary.

Friday, May 25, President Dilma Rousseff was in Addis Ababa, capital of Ethiopia, she received in a private audience Ali Bongo Ondimba, President of Gabon, on the settlement of a combined debt of R $ 54.1 million (U.S. $ 24 million) to Brazil and 15% reduction in its value.

When this debt was incurred in the form of imports of canned meat, the Gabonese president was already designated political heir of Omar Bongo. It was a spokesman for the one-party system and since his conversion to Islam, he slowed his passion for soul music, typical kind of the USA (where he went to record an album, "A Brand New Man ", produced by the staff of the star of the genre, singer James Brown).

The Bongo clan is one of the oldest ruling dynasties of Africa: it has ruled Gabon since for46 years already. Ali, 54, has inherited a rich dictatorship in oil and manganese, with a small population (1.5 million) and some of the worst African social indicators - the infant mortality rate (49 deaths per 1,000 live births) is double that of Brazil. He inherited, too, one of the largest fortunes in the world which helped his father build imposing business and government networks for the interests of the family.

An example: in research on the origin of the Bongo family fortune, the U.S. Senate found transfers of up to R $ 292.5 million ($ 130 million) from the Gabonese Treasury into their private accounts at Citibank in New York.

Cornered, the bank admitted that it was common to reserve 8.5% of Gabon's budget for the expenses of the presidential family. Incredulous, U.S. Senators brought together experts from the IMF and the World Bank to ask how this could be done in international standards for the management of a budget. The answer was: impossible.




Version Française


Nous avons été informés par un des perspicaces amis de ce blog, d'une série d'articles publiés dans O Globo, le plus grand quotidien brésilien; liée à l'annulation de la dette africaine par le gouvernement de Dilma Rousseff. En effet, le Brésil a annoncé qu'il allait annuler l’équivalent d'un milliard de dollars de dette de pays africains. Douze (12) pays africains vont bénéficier de cette annulation présentée par le gouvernement brésilien comme un effort de renforcement des liens économiques entre la septième économie du monde qu’est désormais le Brésil, et le continent africain. Mais pour de nombreux journalistes brésiliens, cette amnistie favorise de nombreux pays africains accusés de mauvaise gouvernance et de corruption. Voici un de ces articles publiés récemment dans O Globo que nous avons traduit en anglais à partir de la traduction française fournie par notre lecteur perspicace.



Avec l'amnistie de la dette, le Brésil favorise les pays africains accusés de corruption

L’annulation du gouvernement de Dilma Rousseff représente 80% d'une dette évaluée à R$ 1,9 milliards (R$ = Real brésilien)

José Casado
08/04/13


RIO - Chaque brésilien fera nécessairement un don de R$8 pour l'Afrique. C’est ce que vous en coûtera la décision de la présidente Dilma Rousseff d’annuler 80% de la dette accumulée par une douzaine de pays africains auprès du Brésil. Ils ont accumulé pour 1,9 milliard de réal brésilien en produits et services dans le marché intérieur, au cours des trois dernières décennies. Cette dette Impayée va maintenant être redistribuée aux 190 millions de Brésiliens.

Mis ensemble, ils ont une population équivalente à celle du Brésil. La plupart survivent avec moins de 3 dollars par jour, dans des régions où l'espérance de vie n'atteint pas 65 ans, où la mortalité infantile est trois fois plus élevée que dans les zones les plus pauvres du Nord du Bresil.

Quatre pays représentent plus de la moitié de la dette africaine avec le Brésil, le Congo-Brazzaville, le Soudan, le Gabon et la Guinée équatoriale. Ce sont des pays dont la richesse en pétrole et de gaz contraste avec l'extrême pauvreté dans laquelle vit la majorité de ses 41 millions d'habitants, gouvernés par des dictateurs kleptocrates.

Les présidents du Congo-Brazzaville, du Soudan, du Gabon et de la Guinée équatoriale, certains membres de leur famille et de proches collaborateurs font face à des poursuites dans les différentes cours d'Europe et des États-Unis. Parmi les nombreuses accusations se démarquent le vol et le détournement de fonds publics, la corruption, le blanchiment d'argent et même le génocide.

C'est le récit de la manière dont ils sont entrés dans le club des plus riches du monde.

L'après-midi du mercredi 22 mai, le président Dilma Rousseff a demandé l'autorisation du Sénat de renégocier la dette de R $ 793,3 millions (352,6 millions $US) que le Congo-Brazzaville a avec le Brésil depuis les années 1970. Dans le message aux sénateurs, elle a signalé l’annulation de la dette de 79%, ce qui équivaut à R $ 630 millions ($ 280 millions).

Dans la même semaine, à Paris, des experts analysaient des documents saisis dans un entrepôt installé à proximité de l'aéroport d'Orly, à 40 minutes de la Tour Eiffel à Paris.

Le hangar appartient à Franck Export, une société de transport de marchandises sur l'axe France-Afrique. A leur arrivé sur les lieux, les enquêteurs français ont montré un mandat de perquisition délivré par les juges Roger Le Loire et René Grouman de Paris. En repartant, ils ont apporté les livres comptables de l'entreprise.

Il y a quinze jours, tandis que le Sénat brésilien approuvait sans débattre l’annulation de la dette en millions du Congo, la police française confirmait que les documents saisis prouvaient des transferts de fonds de la Direction du Trésor du Congo directement à la boîte Franck Export.

Les documents comptables démontrent comment l'argent a quitté Brazzaville par des voies officielles, a fait une escale dans les comptes de cette société privée et a ensuite disparu, pulvérisé à travers des dizaines de comptes bancaires en France détenus par la famille du président congolais, Denis Sassou Nguesso.

Exorbitances courantes

A 70 ans, Nguesso est l'un des plus anciens dirigeants africains au pouvoir. Né pauvre dans la tribu Mbochi dans le nord du pays, il a commencé à gagner sa vie dans les années 60 comme un soldat. Il est diplômé comme parachutiste et servit pour la France lors de la répression sanglante de la guérilla de l'indépendance algérienne. En 1968, il fit parti des troupes qui menèrent le coup d’état qui a conduit le Parti Congolais du Travail au pouvoir. Puis prit lui-même ce pouvoir a la faveur d’un coup d'Etat en 1979. Depuis, il s’est enrichi.

Situé dans le cœur de l'Afrique centrale, le Congo est de la taille de Goiás; le revenu par habitant (2700 $ US) y est similaire à celui du Paraguay et sa population de quatre millions d’habitants a une espérance de vie de 57 ans. Il est cité en référence dans la production de pétrole africain parce que sa production est la quatrième plus importante du continent (300 mille barils / jour). Le pays est reconnu également comme une plateforme de circulation de diamants sans certificat d'origine, appelé les diamants du sang - système utilisé par la pègre pour le blanchiment, l’achat des armes et le commerce de la drogue.

Nguesso est le centre de la vie politique au Congo-Brazzaville depuis 45 ans. Il a quitté le pouvoir en 1992, mais il est revenu une demi-décennie plus tard, escorté par les chars de l'armée de l’Angola.

Il a fait fortune au pouvoir. Les Nguesso sont propriétaires de 66 propriétés de luxe en France, dans des zones privilégiées du Paris-Provence-Côte d'Azur - selon les enquêtes présentées à la Cour de Paris par Sherpa, leader des organisations non gouvernementales françaises dans une plainte en justice. Parmi les faits saillants est une villa de 500 mètres carrés au Vésinet, à 16 kilomètres de la Tour Eiffel; un appartement dix pièces sur la rue de La Tour et un autre de 328 pieds carrés sur l'avenue Niel.

La famille présidentielle ne cache pas sa satisfaction en s’affichant de façon ostentatoire, comme illustré par Denis Christel Nguesso, fils héritier politique, ministre de la Défense et administrateur général de la société chargée de la commercialisation du pétrole du Congo.

Les reçus de ses cartes de crédit depuis 2005, attachés aux processus judiciaires en France et au Royaume-Uni, suggèrent des retraits de routine pour les achats de vêtements dans les magasins de Paris-Monaco-Marbella-Dubaï. Par ses factures, il est établi que l'héritier politique du Congo a une prédilection pour les sous-vêtements Torregiani – il a déjà dépensé R$ 9300 (€ 3100) en une seule visite dans une boutique parisienne. Habituellement il fait la joie du réseau des magasins Louis Vuitton dépensant rarement moins de R$ 60300 (€ 20200) en accessoires.

Au pays de Nguesso, ce montant suffirait, par exemple, à l’achat de 40.000 doses de vaccin contre la rougeole, la cause de mortalité d'un tiers des nouveau-nés congolais.

Jusqu'il y a 15 jours le mystère demeurait sur la source de financement et la façon dont l'argent est parvenu dans les comptes de Nguesso. Les comptes rendus des transferts directs du Trésor saisis chez Franck Export mis en lumière les sentiers du blanchiment.


Plus qu'un phénomène politique, les républiques ou dynasties héréditaires en Afrique comportent les caractéristiques d’une étude de cas judiciaires. L'histoire du Gabon dans les 46 dernières années est exemplaire.

Le vendredi 25 mai, le président Dilma Rousseff était à Addis-Abeba, capitale de l'Éthiopie, elle reçue en audience privée Ali Bongo Ondimba, Président du Gabon, au sujet du règlement combiné d'une dette de R$ 54,1 millions (US $ 24 millions) au Brésil et de la réduction de 15% de la valeur.

Lorsque cette dette a été contractée sous la forme d'importations de viande de conserve, le président gabonais était déjà désigné héritier politique d'Omar Bongo. C'était un porte-parole pour le système du parti unique et, depuis sa conversion à l'islam, il avait freiné sa passion pour la musique soul, genre typique des USA (où il est allé enregistrer un album, "A Brand New Man", produit par le personnel de la star du genre, le chanteur James Brown).

Le clan Bongo est l'une des plus anciennes dynasties dirigeantes d’Afrique: il dirige le Gabon depuis déjà 46 ans. Ali, 54 ans, a hérité d'une dictature riche en pétrole et en manganèse, avec une petite population (1,5 million) et certains des pires indicateurs sociaux africains - le taux de mortalité infantile (49 décès pour 1000 naissances) est plus du double de celui du Brésil. Il a hérité, lui aussi, d’une des plus grandes fortunes du monde, qui a permis à son père de bâtir d'imposants réseaux d’affaires et d'État pour les intérêts de la famille.

Un exemple: dans la recherche sur l'origine de la fortune familiale des Bongo, le Sénat américain a retrouvé des transferts allant jusqu'à R$ 292,5 millions (130 millions $) du Trésor du Gabon sur leurs comptes privés à la Citibank de New York.

Acculée, la banque avait avoué qu'il était courant de réserver 8,5% du budget gabonais pour les dépenses de la famille présidentielle. Incrédules, les sénateurs américains ont réuni des experts du FMI et de la Banque mondiale pour leur demander comment cela pouvait être fait dans les normes internationales pour le management d’un budget. La réponse fut : impossible.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>