JEAN EYEGHE-NDONG CANDIDACY: OUR HYPOTHESES. LA CANDIDATURE DE JEAN EYEGHE-NDONG : NOS HYPOTHÈSES


Image: Gabonews





English version


Apparently, this blog and its readers are not the only ones intrigued by the announcement of the candidacy of former Prime Minister Jean-Eyeghe Ndong, for Mayor of Libreville. The press of the regime, instead of providing their readers with deep analyses and thoughtful responses to this candidacy, yet chose to cover themselves in ridicule trying to discredit this candidacy by the rumor that Ali Bongo had received Jean Eyeghe-Ndong; an information proved to be completely false. But the regime's media are no strangers to lies and fabrications.


If we can understand that the regime wants to engage in information warfare against its opponents, one is nevertheless taken aback when Gabonews, the press organ belonging to Laure Gondjout, as headline: "Meeting between Ali Bongo Ondimba and Jean Eyeghé Ndong" and then Jean-Eyeghe Ndong and other sources have said that this meeting never took place and that the headline is false and pure lying by the regime and its media relay. The irony is that this happens just a few days after Alain Claude Bile Bi Nze accused Gabonese editorials of exacerbating the Gabonese-pessimism; so we assume that when the press of the regime, the press whose owner is none other than the Secretary General of the Presidency, writes lies, it is Gabonese-optimism! But the main question is why the regime, through the COCOM, the communication service of the Presidency, published in its organs, misinformation that a candidate for a local election was received by Ali Bongo?


We do not have the answer to this question because only the COCOM can answer, but we will allow ourselves to propose hypotheses.


It is possible that this declaration of candidacy by Jean Eyeghe Ndong has complicated the regime’s plans which might have wanted the race for Mayor of Libreville to remain in the internal kitchen of the PDG, between Barro Chambrier and the outgoing Mayor. It is possible that even if the regime is well aware of its ability to "elect" who it wants by fraud, the presence of Jean Eyeghe Ndong makes this fraud too blatant because none of the candidates announced by the PDG has his capacity to mobilize. We will end up with the same situation as in the 2009 election that saw the least popular candidate declared the winner despite the greater ability to mobilize of his main opponents. Not knowing how to react, the regime probably felt that publishing information saying that Jean Eyeghe Ndong was received by Ali Bongo, knowing how he is considered worse than vomit by Jean Eyeghe Ndong’s supporters, could create a stigma for him that would demobilize his electorate so that fraud will go smoothly. But is it the role that Jean Eyeghe Ndong has decided to play by declaring himself candidate? Meaning to run to highlight fraud and embarrass the regime by forcing them to declare a winner Barro-Chambrier or Ntoutoume-Emane who both cannot beat Jean Eyeghe Ndong in Libreville. These are the explanations that we ask Jean Eyeghe Ndong to provide, to avoid confusion and the pitfalls laid by the regime.


But knowing the Gabonese political environment, we cannot ignore the hypothesis saying that the candidacy of Jean Eyeghe Ndong might be the result of a secret agreement in the corridors of power. In this case, the misinformation conveyed by the COCOM means that there are people internal to the regime who would try to torpedo the agreement by making Jean Eyeghe Ndong out to be a collaborator, something that he would avoid coming out for obvious reasons.


Dear readers, we have proposed two hypotheses but the reality is that only Jean Eyeghe Ndong could help us settle the situation and see things more clearly. In our previous post, we asked Jean Eyeghe Ndong to firmly take control of the message by explaining his candidacy clearly to the electorate. We hope he will follow this approach, because there are many free Gabonese citizens who are skeptical of these candidates in elections that ultimately are only formalities, and wonder what kind of certainties someone as experienced as Jean Eyeghe Ndong would possess to participate in such elections? The future will tell!




Version Française


Apparemment, ce blog et ses lecteurs ne sont pas les seuls intrigués par l’annonce de la candidature de l’ancien Premier Ministre Jean Eyeghe-Ndong, à la Mairie de Libreville. Les organes de presse du régime, au lieu de fournir à leur lectorat des analyses profondes et réfléchies face à cette candidature, ont choisi de se couvrir encore de ridicule en essayant de discréditer cette candidature en faisant courir le bruit qu’Ali Bongo aurait reçu Jean Eyeghe-Ndong, information qui s’est avérée fausse sur toute la ligne. Mais les médias du régime ne sont pas à une imposture près.


Si on peut comprendre que le régime veuille se livrer à une guerre de l'information contre ses adversaires, on est néanmoins interloqué quand Gabonews, l’organe de presse de Laure Gondjout, publie en grand titre : « Rencontre entre Ali Bongo Ondimba et Jean Eyeghé Ndong », et qu’ensuite Jean Eyeghe-Ndong et d’autres sources affirment que cette rencontre n’a jamais eu lieu et que cette manchette n’est qu’intoxication et flagrant délit de mensonge de la part du régime et de ses relais médiatiques. L’ironie est que ceci se produit juste quelques jours après le propos d’Alain Claude Bilié Bi Nze accusant les rédactions Gabonaises d’exacerber le Gabono-pessimisme; nous supposons donc que lorsque la presse du pouvoir, la presse dont la propriétaire n’est autre que le Secrétaire Général de la Présidence, écrit des mensonges, c’est du Gabono-optimisme ! Mais la question principale est de savoir pourquoi le régime, par le truchement du COCOM, le service de communication de la Présidence, fait publier dans ses organes, une information mensongère comme quoi un candidat à une élection locale, aurait été reçu par Ali Bongo ?


Nous n’avons pas la réponse à cette question car seul le COCOM peut y répondre, mais nous nous permettrons de proposer des hypothèses.


Il est possible que cette déclaration en candidature de Jean Eyeghe-Ndong soit venue compliquer les plans du régime qui aurait voulu faire de la course à la Mairie de Libreville une cuisine interne au PDG entre Barro Chambrier et le Maire sortant. Il est possible que même conscient de sa capacité de faire « élire » qui il veut par la fraude, la présence de Jean Eyeghe-Ndong rendrait cette fraude trop flagrante car aucun des candidats annoncés du PDG ne possède sa capacité de mobilisation. On se retrouverait avec la même situation que lors de l’élection de 2009 qui a vu le candidat sans assise populaire être déclaré vainqueur en dépit de la plus grande capacité de mobilisation de ses principaux adversaires. Ne sachant comment réagir, le régime s’est dit qu’en publiant une information voulant que Jean Eyeghe-Ndong ait été reçu par Ali Bongo, connaissant à quel point ce dernier est considéré comme une vomissure par les partisans de Jean Eyeghe-Ndong, il pourrait créer un discrédit à ce dernier qui démobiliserait son électorat de manière à ce que la fraude passe sans problème. Mais est-ce le rôle qu’a décidé de jouer Jean Eyeghe-Ndong en se portant candidat ? C'est-à-dire celui de mettre en évidence la fraude et embarrasser le régime en forçant le pouvoir de déclarer vainqueur un Barro-Chambrier ou un Ntoutoume-Emane qui tous les deux ne peuvent battre Jean Eyeghe-Ndong à Libreville. Ce sont ces éclaircissements que nous demandons à Jean Eyeghe-Ndong, pour éviter la confusion et les pièges du pouvoir.


Mais connaissant le milieu politique gabonais, nous ne pouvons ignorer l’hypothèse supposant que la candidature de Jean Eyeghe-Ndong soit la résultante d’un accord secret dans les arcanes du pouvoir. Dans ce cas de figure, l’information mensongère véhiculée par le COCOM signifierait que des gens internes au régime essaieraient de torpiller cet accord en interne en faisant passer Jean Eyeghe-Ndong pour collaborateur, chose que ce dernier éviterait d’ébruiter pour des raisons évidentes.


Chers lecteurs, nous vous avons proposé deux hypothèses mais la réalité est que seul Jean Eyeghe-Ndong pourrait nous aider à décanter la situation et à y voir plus clair. Dans notre précédent billet, nous demandions à Jean Eyeghe-Ndong de prendre résolument le contrôle du message en expliquant sa candidature de manière limpide à son électorat. Nous espérons qu’il suivra cette démarche, car nombreux sont les Gabonais libres qui sont sceptiques de ces candidatures à des élections qui finalement ne sont que des formalités, et se demandent sur quelles certitudes compte quelqu’un d’aussi expérimenté que Jean Eyeghe-Ndong, pour se présenter à de telles élections ? L’avenir nous le dira !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT