LESSONS FROM BAHREIN! LES LECONS DE BAHREIN!





Medical personal protesting in Bahrain’s streets
Du personnel médical manifestant dans les rues de Bahreïn

(Photo: BBC)



English version


Located near Saudi Arabia, the Kingdom of Bahrain is made up of 33 small islands in the Persian Gulf. It has been ruled for more than 200 years by a single family, the Royal Al Khalifa family. There are approximately 600,000 Bahrainis, living alongside with a large expatriate community taking the total population to more than a million. Bahrain has been an oil producer since 1931 and is considered to be an immensely rich country. Yet, the people of Bahrain have staged popular demonstrations scheduling to take place this Wednesday, 14 August 2013, in protest to the rule of the Al-Khalifa family and demands for more openness and democratic rule.

Bahrain is a lesson for Gabon because Ali Bongo and his family draw inspiration from the Persian Gulf monarchies as a model of what they would like to do in Gabon; and for a long time their paradigm has always been that as long as there is oil money to buy the rights people’s loyalty, one could stay in power forever. But that assumption is being proven wrong in Bahrain where despite first class infrastructure, education facilities, hospital and standard of living, the people are still not satisfied and they want change. One can easily imagine Ali Bongo and his team looking at what is going on in Bahrain and asking: “why are they protesting, aren’t they rich?”

One lessons that could be drawn from the protests in Bahrain is that while it is true that the average income in Bahrain is much higher than in Egypt, Tunisia and certainly in all sub-Saharan Africa, it is a mistake to continue to think that human beings are only motivated by issues of money, career or income level. These are serious concerns but history proves that they are often not the most compelling reasons why people rise up to risk their life and demand for a better future. The quest for freedom represents a much deeper drive in human beings. Humans are most alive when they are free and can contribute to making a difference in their environment. When this freedom is stifled as is the case with the Al-Khalifas in Bahrain or the Bongos in Gabon, the people feel strangled and choked. Despite being relatively well off, the Bahraini populace is experiencing the same frustrations and anger as their peers in Egypt, Tunisia, or in Gabon; because they are tired of being the beasts of burden to oligarchs members of a ruling family who have done nothing to deserve to be in power eternally. People are tired of being squeezed and told in veiled platitudes and empty altruistic promises, how to live their lives, how to think, to act, who to vote for etc. People are tired of their arbitrary rulers; people are tired of being forced to do things they don't want to, all the while having freedoms taken away, or not having them in the first place. People are tired of being run by people who do not care about what the majority wants. They have enough of experiencing the dwindling of personal freedoms while the ruling class does everything it can to continue to repress the anger of the population.

Here is a summary of what the Bahraini protesters say they want:


We want a genuine political life in which the people alone are the source of powers and legislation.

We want a constitution drawn up by the people, and agreed upon, which is the arbitrator and judge in the relationship of the ruler to the ruled.

We want genuine and fair elections based on fair foundations and the distribution of constituencies in which the vote of every individual Bahraini is equal. We want genuine representation, without the accusation of treason whenever we go out to demand our rights.

We want a Council of Representatives that reflects the composition of the Bahraini people, without the majority being a minority and the minority a majority.

We want a government that is elected, based on people’s competencies rather than “loyalties”.

We want to fight corruption and stop the plundering of resources, and achieve a fair distribution of wealth.

We want to stop nepotism, and to prevent recruitment according to affiliation, and to open all sectors, especially the military, to all people.

We want an end to indiscriminate political naturalization, which has increased the burden on services and oppressed people.

We want true freedom, without a law against “terrorism” and “gatherings”.

We want true media freedom, and the door to be opened for everyone to express their opinions freely and without fear.

We want security in villages and towns, and the release of political prisoners and the reform of prisons, and the end of oppression, torture and intimidation.

We want genuine solutions to the problems of unemployment, housing, education, and health.

We want the police to “serve the people”, and we want the army to be of the people.

Dear readers, don’t these requests sound like they could be made in Gabon? History shows that sooner or later, rich or poor, ultimately the masses want to be free. The time for these megalomaniac dictators who have ruled most of Africa and the Middle-East, is over and a new era should unfold on the ashes of the old order. For Ali Bongo and his cronies, the lesson is that there is no amount of money that would make the Gabonese people accept him as their president. People want to be free and that freedom is non-negotiable.



Version française


Situé à proximité de l'Arabie Saoudite, le Royaume de Bahreïn est constitué de 33 petites îles dans le Golfe Persique. Il est gouverné depuis plus de 200 ans par une seule famille, la famille royale Al Khalifa. Il y a environ 600000 Bahreïnis, vivant aux côtés d'une importante communauté d'expatriés, ce qui donne une population totale de plus d'un million. Bahreïn est producteur de pétrole depuis 1931 et est considéré comme un pays immensément riche. Pourtant, le peuple de Bahreïn organise des manifestations populaires qui auront lieu ce mercredi 14 Août 2013, pour protester contre la domination de la famille Al-Khalifa et demander plus d'ouverture et de démocratie.

Bahreïn est une leçon pour le Gabon, car Ali Bongo et sa famille s’inspirent des monarchies du Golfe Persique comme modèles de ce qu'ils aimeraient faire au Gabon, et pour longtemps leur paradigme a toujours été que tant qu'il y a l'argent du pétrole pour acheter les consciences, ils pourraient s'éterniser au pouvoir. Mais cette hypothèse est en train d’être démentie à Bahreïn où, malgré des infrastructures de première classe, des établissements scolaires n’ayant rien à envier à l’occident, des hôpitaux à foison et un niveau de vie élevé; les gens ne sont toujours pas satisfaits et ils veulent un changement. On peut facilement imaginer Ali Bongo et son équipe regardant ce qui se passe à Bahreïn et se demandant: "pourquoi ils protestent, ne sont-ils pas riches ?"

Une des leçons qui pourraient être tirées des manifestations à Bahreïn est que, bien que le revenu moyen à Bahreïn soit beaucoup plus élevé qu'en Egypte, qu’en Tunisie et certainement que dans toute l'Afrique sub-saharienne, c'est une grave erreur de continuer à penser que les êtres humains soient seulement motivés par des questions d'argent, de carrière ou de niveau de revenu. Ce sont d’importantes préoccupations, mais l'histoire prouve que ce ne sont souvent les raisons pour lesquelles les gens se lèvent pour risquer leur vie et demander un avenir meilleur. La quête de la liberté représente une valeur beaucoup plus profonde chez les êtres humains. Les humains sont plus resplendissants quand ils sont libres et peuvent contribuer à améliorer leur milieu. Lorsque cette liberté est étouffée comme c'est le cas avec les Al-Khalifa à Bahreïn ou les Bongos au Gabon, les populations se sentent étranglées et étouffées. En dépit du fait d'être relativement aisé, le peuple de Bahreïn connaît les mêmes frustrations et colères que ses pairs d’Egypte, de Tunisie, ou du Gabon, parce qu'ils sont tous fatigués d'être des bêtes de somme d’oligarques membres de familles régnantes qui n'ont rien fait de spécial pour mériter d'être au pouvoir éternellement. Les gens sont fatigués d'être compressés et offert des platitudes voilées et des promesses vides à propos de comment vivre leur vie, comment penser, comment agir, pour qui voter, etc. Les gens sont fatigués des comportements arbitraires de leurs gouvernants; les gens sont fatigués d'être obligés d’accepter des choses dont ils ne veulent pas, tout en voyant leur liberté réduite, s’ils ne l’on jamais eu. Les gens sont fatigués d'être dirigés par des gens qui ne se soucient pas de ce que veut la majorité. Ils en ont assez de vivre avec des libertés individuelles étriquées alors que la classe dirigeante fait tout son possible pour continuer à réprimer la colère des populations.

Voici un résumé de ce que les manifestants bahreïnis disent vouloir:


Nous voulons une véritable vie politique dans laquelle le peuple seul est la source des pouvoirs et des législations.

Nous voulons une constitution rédigée par le peuple, et consensuel, qui soit la source des pouvoirs et l'arbitre des rapports entre gouvernants et gouvernés.

Nous voulons des élections honnêtes et équitables fondées sur des bases justes et la répartition des circonscriptions d’une manière faisant que le vote de chaque individu soit égal à Bahreïn. Nous voulons une véritable représentation, sans accusation de trahison quand nous sortons pour revendiquer nos droits.

Nous voulons un Conseil des représentants qui reflète la composition de la population de Bahreïn, sans que la majorité devienne une minorité et que la minorité soit transformée en majorité.

Nous voulons un pouvoir qui est élu, basé sur les compétences des personnes plutôt que sur des «loyautés».

Nous voulons lutter contre la corruption et arrêter le pillage des ressources, et parvenir à une répartition équitable des richesses.

Nous voulons arrêter le népotisme, et prévenir le recrutement selon les affinités, et ouvrir tous les secteurs, en particulier l’armée, à tous les peuples.

Nous voulons mettre un terme à la naturalisation politique aveugle, qui a augmenté le fardeau des services publics et opprimé le peuple.

Nous voulons une vraie liberté, sans une loi contre le «terrorisme» et les «rassemblements».

Nous voulons une véritable liberté de presse et que la porte soit ouverte pour que chacun puisse s'exprimer librement et sans crainte.

Nous voulons la sécurité dans les villages et les villes, la libération des prisonniers politiques et la réforme des prisons, la fin de l'oppression, de la torture et des intimidations.

Nous voulons des véritables solutions aux problèmes de chômage, le logement, d'éducation et de santé.

Nous voulons que la police «serve le peuple», et nous voulons que l'armée soit issue du peuple.


Chers lecteurs, ces demandes ne sonnent elles pas comme si elles pourraient être transposées au Gabon? L'histoire montre que, tôt ou tard, riche ou pauvre, en fin de compte, les masses veulent toutes être libres. Le temps pour ces dictateurs mégalomanes qui ont gouverné la plupart de l'Afrique et du Moyen-Orient, est terminé et une nouvelle ère devrait s’ouvrir sur les cendres de l'ordre ancien. Pour Ali Bongo et ses acolytes, la leçon est qu'il n'y a aucune somme d'argent qui les rendrait acceptables au peuple gabonais comme dirigeants. Les gens veulent être libres et cette liberté est non-négociable.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI