MARITIME PIRACY, THIS NEW EXCUSE FOR THE MILITARIZATION OF OIL PRODUCING EQUATORIAL DICTATORSHIPS. LA PIRATERIE MARITIME, CE NOUVEAU PRÉTEXTE À LA MILITARISATION DES DICTATURES ÉQUATORIALES PRODUCTRICES DE PÉTROLE





English Version


How to militarize a region? History is full of various types of answers to that question. But the most consistent way of militarizing a region has been, throughout history, to create fear so people could view the inevitable militarization as a necessary measure to protect them. It is a classic move that has stood the test of time and has succeeded in militarizing the world, literally. People who are afraid do not think rationally and therefore, they will accept anything that is presented to them as protection for their own safety, even if in reality they were never in danger of anything.


With little scrutiny and analysis by intelligent people, we learned that an oil tanker was hijacked by African pirates in outboards near Port-Gentil in Gabon. Then we learned that the Pirates released the boat and its crew, and that they were only interested in the crude oil that was onboard. First, who steals crude oil? To do what with it? It is not like anybody could just build a refinery in their back yard and produce finished petroleum product! To this blog, as the strategic importance of Africa becomes more evident by the new scramble for its riches, it looks like a decision has been made somewhere to occupy Africa once more, by militarizing it. For the powers that are militarizing Africa, it is about securing their access to African raw materials; pure and simple.


The further militarization of African Gulf of Guinea will be rationalized as an effort to bring peace and security to the people of Africa, against the threats of Maritime Piracy, poaching etc.; but only a few people would dare mention that the real reason may well be the control of African wealth and natural resources in a climate that is seeing more and more competition for these riches from China. To do this, Africans must be afraid, they must be very afraid.


In Africa, especially in West Africa, there is no important crime without state sponsorship led by ruling dictators. We saw in the 90s how several African countries’ leaders killed their own economy by encouraging and even profiteering from the counterfeiting of banknotes. In Gabon, several members of the Bongo families were suspected, with their Lebanese and Corsican friends, to organize the counterfeiting of CFA francs. The same pattern was observed for drug trafficking; as a matter of fact, one of the Gabonese presidential planes was seized in Benin in the past two years, with drugs, a lot of money and prostitutes on board. The plane had been brought to Benin by none other than Maixent Accrombessi, Ali Bongo’s Chief of Staff! Now, out of nowhere, a strange kind of crime is appearing: maritime piracy. No one is quite sure who exactly these West African pirates are. The more intriguing is that these “pirates” are not targeting fishing boats; no, they are targeting the hardest ships to hijack, the oil tankers, the lifeblood of these countries’ economies. What kinds of vessels do these hijackers have to accomplish these feats? They have small dinghies and are armed with AK-47. We are asked to believe that 14 or 15 pirates in small dinghies armed with AK-47, can make an oil tanker stop in the high seas, that they can board the ship, neutralize the crew and take the ship away, without any reaction from the countries, the oil companies or the French military base nearby. The reason this French military base is located in Gabon is first and foremost to protect “French oil” so how can the pirates steal oil under the nose of the French military base?


A plausible scenario is that all of this is being orchestrated to create a justification for the militarization of the Gulf of Guinea, to create enough fear so that the building up of a big foreign military presence in the area would be justified. This course of action will likely have a devastating impact on African democracy, peace and development, because it would only strengthen the established dictatorships who are already telling the only superpower left, the USA, that they want them to come protect the area as did the Gabonese ambassador recently. The results will be a belief that to have peace and security in the Gulf of Guinea and therefore allowing the flow of oil, the despotic regimes already in place would need to be strengthening. The African dictators understand this opportunity and are looking forward to take full advantage of it, at the expense of the African people. It is likely that a new form of clientelism would form between the African despots and their western protector and once again, the African people will be the ones to suffer the consequences.


This blog strongly believes that the threat of piracy is being used as an excuse for an unprecedented military expansion in the Gulf of Guinea. There are strategic geopolitical and economic implications which are fueling the use of the threat of piracy as a smokescreen to achieve definite objectives. The unfortunate outcome of this militarization is that the thuggish, incompetent and corrupt leaders of the countries of the Gulf of Guinea would find themselves better protected and will have no incentives to either democratize or improve the governance of their countries.





Version Française


Comment militariser une région? L'histoire est pleine de différents exemples répondants à cette question. Mais la manière la plus fréquente de militariser une région a été, tout au long de l'histoire, de créer la peur pour que les gens puissent percevoir cette inévitable militarisation comme une mesure nécessaire pour les protéger. C'est une tactique classique qui a résisté à l'épreuve du temps et a réussi à militariser le monde, littéralement. Les gens qui ont peur ne pensent pas rationnellement et par conséquent, ils acceptent tout ce qui leur est présenté comme une protection pour leur propre sécurité, même si en réalité, ils n'ont jamais été en danger de grand-chose.


Avec peu de vérification et d'analyse par des gens intelligents, nous avons appris qu'un pétrolier avait été détourné par des pirates africains en hors-bords près de Port-Gentil au Gabon. Ensuite, nous avons appris que ces pirates avaient libéré le bateau et son équipage, et qu'ils s’étaient seulement intéressés au pétrole brut qui se trouvait à bord. Premièrement, qui vole du pétrole brut? Pour quoi faire avec? N'importe qui ne pourrait pas être capable de tout simplement construire une raffinerie dans son arrière-cour pour produire des produits pétroliers finis! Pour ce blog, à mesure que l'importance stratégique de l'Afrique devient de plus en plus évidente, notamment par la nouvelle ruée pour ses richesses minières, il semble qu’une décision ait été prise quelque part, d’occuper une fois de plus l’Afrique, par la militarisation. Pour les puissances qui sont en train de militariser l'Afrique, il s'agit de sécuriser leur accès aux matières premières africaines; purement et simplement.


La continuation de la militarisation du Golfe de Guinée sera rationalisée comme étant un effort pour apporter la paix et la sécurité aux peuples d'Afrique, contre les menaces de piraterie maritime, de braconnage, etc., mais seules quelques téméraires oseraient dire que la vraie raison pourrait bien être le contrôle des richesses africaines et notamment des ressources naturelles dans un contexte qui voit de plus en plus de concurrence pour ces richesses de la part de la Chine. Pour faire avaler la pilule, les africains doivent avoir peur, ils doivent avoir très peur.


En Afrique, en particulier le long de la côte Ouest Africaine (qui inclue le Gabon naturellement), il n'y a pas de criminalité importante qui ne reçoive le parrainage des états dirigés par des dictateurs. Nous avons vu dans les années 90, comment les dirigeants de plusieurs pays africains ont tué leurs propres économies en encourageant et même profitants de la contrefaçon des billets de banque. Au Gabon, plusieurs membres de la famille Bongo ont été soupçonnés, avec leurs amis libanais et corses, d’organiser la contrefaçon des francs CFA. La même tendance a été observée pour le trafic de drogue, quand on a même vu l'un des avions présidentiels gabonais saisi au Bénin il n’y a pas longtemps, avec de la drogue, beaucoup d'argent et des prostituées à bord. L'avion avait été amené au Bénin par nul autre que Maixent Accrombessi, le Directeur de Cabinet d'Ali Bongo! Voici maintenant que, sorti de nulle part, une espèce de crise étrange se dessine: la piraterie maritime. Personne ne sait vraiment qui exactement sont ces pirates d’Afrique de l'Ouest. Le plus intrigant est que ces "pirates" ne ciblent pas de bateaux de pêche, non, ils visent les navires les plus difficiles à pirater, les pétroliers, transportant l'élément vital de l'économie de ces pays: le pétrole. A bord de quels types d’embarcations ces pirates parviennent à accomplir ces exploits? Ils ont de petits zodiacs et sont armés d'AK-47. On nous demande de croire que 14 ou 15 pirates en petits canoës et armés d’AK-47, peuvent faire arrêter un pétrolier en haute mer; qu'ils peuvent monter à bord du navire; neutraliser l'équipage et en prendre possession, sans aucune réaction dans ces pays, ni des compagnies pétrolières et encore moins des bases militaires françaises se situant à proximité. La raison même de l’existence de la base militaire française située au Gabon étant d'abord et avant tout de protéger le "pétrole français", alors comment les pirates peuvent-ils voler du pétrole sous le nez et la barbe de la base militaire française?


Un scénario plausible veut que tout cela soit orchestré pour créer une justification à la militarisation du Golfe de Guinée; il s’agit de créer suffisamment de peur pour que la mise en place d'une grande présence militaire étrangère dans la région devienne justifiée. Ce plan d'action aura probablement un impact dévastateur sur la démocratie africaine, la paix et le développement, car elle ne ferait que renforcer les dictatures établies qui disent déjà à la seule superpuissance restante, les Etats-Unis, qu'elles voudraient la voir venir protéger la zone, comme l'a fait l’ambassadeur du Gabon à Washington récemment. La résultante serait l’argument que pour avoir la paix et la sécurité dans le Golfe de Guinée et assurer ainsi l'écoulement du pétrole, les régimes despotiques déjà en place devront être renforcés militairement. Les dictateurs africains comprennent l’opportunité qu’ils ont et démontrent une impatience ardue d’en profiter pleinement, au détriment des peuples naturellement. Il est probable qu'une nouvelle forme de clientélisme soit en train de se former entre les despotes africains et leur protecteurs occidentaux; et une fois de plus, les Africains seront ceux qui en subiront les conséquences.


Ce blog est convaincu que la menace de la piraterie soit utilisée comme une excuse pour une expansion militaire sans précédent dans le golfe de Guinée. Il y a des implications géopolitiques, économiques et stratégiques qui alimentent l'utilisation de la menace de la piraterie comme écran pour atteindre des objectifs bien définis. L'issue malheureuse de cette militarisation est que les dirigeants voyous, incompétents et corrompus des pays du Golfe de Guinée se trouveraient mieux protégés et n'auraient aucune incitation ni à démocratiser, ni à améliorer la gouvernance de leur pays.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE