LESSONS FROM BRAZIL: WHAT WOULD EQUATORIAL DICTATORS UNDERSTAND? LES LEÇONS EN PROVENANCE DU BRÉSIL: QUE RETIENDRONT LES DICTATEURS EQUATORIAUX?

Dilma Rousseff surrounded by African heads of state at the African Union’s summit
Dilma Rousseff entourée des chefs d’Etats africains lors du sommet de l’Union Africaine

(Photo: O Globo)



English Version


Brazil has often been presented to Gabonese people as the country par excellence for all the pleasures; the country of excessive sex, where girls are all pretty, easy and only requiring a chilled glass of caipirinha on Copacabana or Salvador de Bahia beaches; the country of football, where people are always smiling expecting in life only the selecao exploits and the rio’s carnival. But for nearly 20 years, another Brazil has been set up, and it is this Brazil, which in a series of articles in the largest newspaper in the country, O Globo, has done an uncompromising analysis, without condescension or feelings, on the relationship between Brazil and Africa. O Globo journalists are not at all kind to dictators of the Gulf of Guinea, both the hereditary kind of dictatorship like in Gabon, or those expecting to become hereditary as in the Congo and Equatorial Guinea. Equatorial dictators will perhaps have to buy infomercials in the Brazilian press, in way of trying to improve their image.

What is this Brazil which spoke on Africa, in the columns of O Globo?

This is Brazil, which in 2011 became the sixth largest economy in the world, ranking behind the United States which retains the top spot, followed by China (2nd), Japan (3), Germany (4th ) France (5th) and just ahead of the UK which is now 7th.

This is Brazil, with a gross domestic product (GDP) of 2440 billion dollars; Gabon’s GDP for example is $ 7 billion, which gives you an idea of the scale of the difference in the capacity wealth production in the two countries.

It is the Brazil producer of goods, services and technologies with companies classified in the top 500 in the world such as Petrobras in oil exploration, Rede Globo in the media, Vale in mining or Embraer aero the third largest aircraft builder in the world after Boeing and Airbus.

It is that Brazil which has taken shape and forged itself through hard work for the last 30 years. This Brazil which had to get rid of the dictatorship of the 70s and begin a definitive shift towards multi-party democracy and establishment of meritorious access to power, which does no longer tolerate having to clear the debt of African countries under the pretext of poverty while potentates and their families, who run these countries are illustrating themselves, in the very same time, in Brazil by behavior of ostentatious billionaires.

Dear readers, the series of articles published in O Globo about Central African despots revealed that even as President Dilma Rousseff erased the debt of these countries, the enfant terrible of Bata and Malabo, Teodorín Obiang spent in real estate in Brazil, a sum equivalent to twice the total debt that Equatorial Guinea had in Brazil. Although Equatorial Guinea’s debt was the smallest among these countries, the ire of the Brazilians must still be understood because they have to wonder what this mess is all about! How the leaders of countries that claim to be poor and unable to repay their debt, can then openly show that money to repay the debt does, it is simply assigned to the wishes of the autocrats in power.

Do not forget that all this is happening in a context where the Brazilian population, internally, does not tolerate the widening of socio-economic inequalities at a time when the middle class in Brazil has never been so prosperous. When the Brazilian who took to the streets en masse to protest against social inequalities, note that Ali Bongo has negotiated and obtained from Brazil, the cancellation of hundreds of millions of dollars of debt, and that the same Ali Bongo organizes a New York Forum Africa that costs millions of dollars and does nothing at all for the people; could O Globo journalists be blamed for thinking that the Brazilian taxpayers are being stuffed?

When O Globo journalists observe that these oil producing African countries organize paid conferences, where the only people getting paid are Western politicians whose "advice" to Africans, for which they are paid, are useless; they can only conclude that some European countries without their former colonies, would not weigh much, and that the Africans, instead of begging for financial amnesty from the nations which have been scrambling to make it on their own, should to get faster on the road to create successful businesses that export and especially instill their populations to work harder, because contrary to popular belief, it is neither from the Rio carnival, or the exploits of the selecao, much less the beautiful girls who strut on the beaches of Ipanema and Copacabana, that the prosperity of Brazil is generated. Prosperity does not come from games and parties, but from the country's competitiveness and the improvement of the standard of living of its inhabitants!

Are equatorial dictators able to understand this? Could their friends in France understand that they would be able to survive the dismantlement of françafrique? If it can help, we would simply tell them that Germany, without ex-colonies, survives very well by being the first European economy!



Version Française


On a souvent présenté aux gabonais le Brésil comme étant le pays par excellence de toutes les jouissances; le pays du sexe à outrance où les filles sont toutes jolies et faciles ne demandant qu’un verre de caïpirinha bien frais sur la plage de Copacabana ou de Salvador de Bahia; le pays du foot, où les habitants toujours souriants n’attendent de la vie que les exploits de la selecao et le carnaval de rio. Mais depuis près de 20 ans, un autre Brésil s’est mis en place; et c’est ce Brésil qui dans une série d’articles dans le plus grand quotidien du pays, O Globo, analyse sans concession, ni condescendance, ni sentiments, les relations entre le Brésil et l’Afrique. Les journalistes de O Globo ne sont pas du tout tendres avec les dictateurs du Golfe de Guinée, que ce soit pour la dictature héréditaire du Gabon, ou celles qui s’apprêtent à l’être au Congo et en Guinée-Equatoriale. Les dictateurs équatoriaux vont peut-être devoir acheter des publi-reportages dans la presse brésilienne, histoire de tenter de redorer leur blason.

Quel est donc ce Brésil qui s’exprime sur l’Afrique, dans les colonnes d’O Globo?

C’est le Brésil qui est devenu en 2011, la sixième puissance économique du monde; se classant derrière les Etats-Unis qui conservent la première place, suivis par la Chine (2e), le Japon (3e), l'Allemagne (4e) la France (5e) et juste devant le Royaume-Uni qui est désormais 7ième.

C’est le Brésil dont le produit intérieur brut (PIB) est de 2440 milliards de dollars, celui du Gabon par exemple est de 7 milliards de dollars, ce qui vous donne une idée de l’échelle de la différence des capacités de production de richesse dans les deux pays.

C’est le Brésil producteur de biens, de services et de technologies avec des entreprises classées dans les 500 plus grandes dans le monde telles que Petrobras dans l’exploration pétrolière; Rede Globo dans les media; Vale dans les mines; ou encore Embraer dans l’aéronautique qui est le troisième producteur d’avions du monde après Boeing et Airbus.

C’est ce Brésil qui s’est formé et forgé à la force du poignet depuis 30 ans. Ce Brésil qui a dû se débarrasser de la dictature des années 70 et amorcer un virage définitif vers la démocratie pluraliste et l’alternance méritoire au pouvoir, qui ne tolère plus devoir effacer la dette de pays Africains sous prétexte de pauvreté, quand les potentats et leur familles, qui dirigent ces pays, s’illustrent dans ce même Brésil par des comportements de milliardaires ostentatoires.

Chers lecteurs, la série d’articles publiés dans O Globo sur les despotes d’Afrique Centrale révélait qu’au moment même où la présidente Dilma Rousseff effaçait la dette de ces pays, l’enfant terrible de Bata et Malabo, Téodorin Obiang, dépensait en immobilier au Brésil, une somme équivalent au double de toute la dette que la Guinée Equatoriale devait au Brésil. Même si la dette de la Guinée Equatoriale était la plus petite de ces pays, il faut quand même comprendre l’ire des brésiliens qui se demandent qu’est-ce que ce désordre! Comment des dirigeants de pays qui se disent être pauvres et incapables de rembourser la dette, peuvent-il ouvertement prouver que l’argent pour rembourser cette dette existe, il est simplement affecté aux desideratas des autocrates au pouvoir.

N’oublions pas non plus que tout ceci se passe dans un contexte où la population brésilienne, en interne, ne supporte plus les inégalités socio-économiques qui se creusent au moment même où la classe moyenne au Brésil n’a jamais été aussi prospère. Quand ces brésiliens qui sont descendus en masse dans les rues pour protester contre les inégalités sociales, constatent qu’Ali Bongo a négocié et obtenu du Brésil, l’annulation de centaines de million de dollar de dette; et que ce même Ali Bongo organise un New York Forum Africa qui coute des millions de dollars et n’apporte rien du tout aux populations, peut-on en vouloir aux journalistes d’O Globo d’estimer que le contribuable brésilien soit le dindon d’une farce de mauvais gout?

Quand les journalistes d’O Globo observent que ces pays africains producteurs de pétrole organisent des conférences rémunérées, où les seules personnes rémunérées sont des hommes politiques occidentaux dont les « conseils » aux africains, pour lesquels ils sont rémunérés, ne sont d’aucune utilité, ils ne peuvent que conclure qu’une certaine Europe sans sa puissance coloniale ne pèserait pas grand-chose; et que ces africains, au lieu de mendier des amnisties financières auprès des nations qui se sont débrouillées pour s’en sortir toutes seules, devraient au plus vite se mettre à créer des entreprises performantes qui exportent et surtout instiller leurs populations à travailler davantage car, contrairement aux idées reçues, ce ne sont ni le carnaval de rio, ni les exploits de la selecao, encore moins les belles filles qui se déhanchent sur les plages d’Ipanema et de Copacabana, qui font la prospérité du brésil. La prospérité ne s’acquiert pas par les jeux et la fête, mais par la compétitivité du pays et l’amélioration du niveau de vie de ses habitants!

Les dictateurs équatoriaux sont-ils capables de comprendre cela? Leurs amis hexagonaux sont-ils à même de comprendre qu’ils seraient capables de survivre au sevrage de la françafrique ? Si ça peut les aider, nous leurs diront simplement que l'Allemagne, sans ex-colonies, y arrive très bien en étant la première économie d’Europe!

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE