A USA TODAY’S ARTICLE ABOUT THE PRESIDENTIAL ELECTION IN GABON. UN ARTICLE D’USA TODAY SUR L’ELECTION PRESIDENTIELLE AU GABON





To read click here
Pour lire cliquer ici


Traduction française

Cinq décennies de domination par une famille sont en jeu au Gabon pour l’élection de samedi

Tonny Onyulo, Alpha Derulo et Thomas Ros, spécialement pour USA TODAY le 25 Août, 2016

LIBREVILLE, Gabon - Assise devant son petit magasin d'alimentation, Edwige Mbadinga a hâte que l'élection de samedi arrive, pour voir enfin un nouveau visage gouverner cette nation africaine riche en pétrole, après cinq décennies de domination par une famille.

"Nous ne pouvons pas avoir une seule famille nous gouvernant pour toujours. Nous avons besoin de changer la direction de ce pays afin d'assurer la prospérité du Gabon," a dit Mbadinga, 37 ans, en levant le calendrier de son téléphone pour montrer le jour où il va voter pour évincer le président sortant.

Omar Bongo a gouverné ce pays d’Afrique Centrale pendant 42 ans. Et maintenant son fils, Ali Bongo Ondimba, veut d'un second mandat de sept ans en tant comme président sur l’engagement de diversifier une économie qui obtient 60% de ses revenus du pétrole.

L'homme qui espère mettre fin à la longue emprise de la famille Bongo sur le pouvoir est l'ancien President de la Commission de l’Union Africaine, Jean Ping, 74 ans, chef du Parti Gabonais du Progrès. Ping a été ministre des affaires étrangères d'Omar Bongo pendant neuf ans puis se retira pour devenir un critique accusant les Bongo d'usurper les importantes richesses du pays et de menacer ses institutions démocratiques.

Ping fait face à une bataille difficile contre Bongo, qui est soutenu par une puissante élite du pays et les dirigeants Français, les anciens colonisateurs de ce pays. Les tensions sont fortes avant le vote, avec une augmentation des forces de sécurité présentes dans la capitale. Les leaders de l'opposition ont été empêchés d'organiser des rassemblements publics, suscitant des craintes de fraude électorale.

Depuis les années 1970, l'économie du Gabon a dépendu de l'industrie pétrolière, qui donne à la nation un des plus hauts revenus par habitant d’Afrique - 18600 dollars en 2015, selon le CIA World Factbook.

Même si, un tiers des 1,7 millions d'habitants du Gabon vivent dans la pauvreté, selon les Nations Unies. «Nos ressources naturelles bénéficient à quelques individus au sein du gouvernement», a déclaré Kevin Ogoula, un mécanicien à Libreville.

Ping promet de changer cela. "La meilleure façon de décrire l'économie du Gabon est en son potentiel", a déclaré Ping à USA TODAY "Nous avons tant d’importantes ressources naturelles -. Y compris notre peuple - mais les investissements ne sont pas faits, ils ne sont pas cultivés et maximisés à leur plein potentiel ».

«Mon plan est de faire croître la richesse et les opportunités pour tous, y compris les plus marginalisés par les politiques dépassées et inefficaces d'Ali Bongo," at-il ajouté.

Certains craignent que le Parti Démocratique Gabonais ne veuille pas céder le pouvoir après tant de décennies et qu’il utilise la corruption ou la fraude électorale pour assurer la victoire de Bongo.

«Nous savons qu’Ali Bongo va essayer de tricher, comme il l'a fait en 2009," a dit Ping à propos des élections précédentes, qui ont été contestées sans succès devant la plus haute cour du pays. "Mais nous savons comment il va tricher, et nous ferons tout pour empêcher cela. Nous veillerons à ce que la volonté des électeurs soit respectée. "

Bongo a rejeté ces craintes de fraudes électorales lors d'un rassemblement cette semaine à Libreville et s’est engagé à améliorer la vie des Gabonais si réélu.

«Je sais que les Gabonais souffrent, et je vais tout faire pour changer cela et lutter contre le système des privilèges qui est celui de l'opposition", a-t-il dit au milieu des acclamations de supporters. «Nous sommes tous les fils et filles d'un même pays, qui doit fournir à chacun des opportunités."

Des centaines de véhicules de campagne décorés d’affiches de Bongo parcourent toutes les régions du pays.

"Le président Bongo est un facteur d'unification. Il est notre avenir, notre grand espoir", a déclaré Victor Rissonga, un partisan lors du rassemblement.

Certains disent que le président mérite un autre mandat. "Il ne faut pas jouer avec le leadership de ce pays. Le président Bongo a uni le peuple de ce pays et aussi combattu la corruption ", a déclaré Jeangini Madoungou, un enseignant dans la capitale." Il essaie de relancer l'économie. ... Qu'il continue à nous conduire ".

Pourtant, la propriétaire d'un magasin alimentaire, Mbadinga, qui soutient Ping, estime que le leader de l'opposition va battre Bongo.

«Les gens ne veulent plus d’Ali Bongo," dit-elle. "Ils veulent une nouvelle direction."

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR