ACCROMBESSI SIGNS A LOBBYING CONTRAT ON BEHALF OF GABON, WITH AN AMERICAN FIRM. ACCROMBESSI SIGNE UN CONTRAT DE LOBBYING AU NOM DU GABON, AVEC UN CABINET AMÉRICAINE

Maixent Accrombessi on the left/ à gauche




To read the contract click here
Pour lire le contrat cliquer ici




English Version

The American firm “Bryan Cave,” offers its services to individuals and countries regarding advice and consulting in the areas of regulatory affairs, public policy and legislation. Their consulting professionals on our team represent clients before a variety of American federal regulatory agencies, the United States Congress, state legislatures, governors, attorneys general and county and municipal governments. Their clients include corporations, trade associations, governmental entities and non-profit organizations. This firm promises to their clients that they can effectively advise them on how to navigate an often confusing American political or legislative terrain; and help them achieve the coveted goal of building and maintaining strong relationships with influential departments in Washington, D.C.

Maixent Accrombessi, since this is inevitably about him, has signed a contract on behalf of the State of Gabon, dated of 6 June 2016 with that US firm (see document above). The first thing that concerns us is whether the Gabonese law authorizes the Chief of Staff of the President to make commitments on behalf of the country; in other words, does Maixent Accrombessi have the right to sign a contract on behalf of Gabon? The Gabonese texts nevertheless tell us that the Chief of Staff is supposed to lead and coordinate the action of the Cabinet; he assists the President of the Republic in preparing decisions and arbitration by the President of the Republic and keeps him informed of their implementation. It is in this capacity that he takes part in the Council of Ministers and in inter-ministerial councils. He also participates in working sessions chaired by the President of the Republic and controls the acts within his jurisdiction, including those that must be signed by the President of the Republic. BUT THE CHIEF OF STAFF OF THE PRESIDENT DOES NOT HAVE THE POWER TO SIGN COMMITMENTS ON BEHALF OF THE COUNTRY; THIS IS AN AREA OF SOVEREIGNTY RESERVED FOR THE PRESIDENT, THE PRIME MINISTER, THE PRESIDENTS OF HOUSES OF PARLIAMENT AND THE AMBASSADORS, MINISTERS AND SENIOR REPRESENTATIVES OF THE PRESIDENTS WHEN OFFICIALLY MANDATED.

The letter from the firm Bryan Cave, confirming the contract, is included in this contract, and you will see that these documents contain only the signature of Maixent Accrombessi and nobody else from the whole Gabonese State apparatus. The firm is committed to representing the Gabonese Republic in its efforts to encourage closer diplomatic relations with the US, provided a payment of a million three hundred and eighty thousand dollars (or 810 million CFA francs). These services will end on 31 December 2016; that is to say that Gabon will pay nearly one billion CFA francs for 6 months of service (between June and December 2016). Dear reader, it is your money they are spending.

For this blog, the period covered by this expensive contract, only makes sense when one realizes that it covers the election period. Ali Bongo and Maixent Accrombessi have hired this American firm to help them overcome with the US authorities, the inconveniences that might occur following the electoral holdup they are preparing against the Gabonese people. This is as clear as spring water! We must act now by intervening to the same American authorities, informing them that the Gabonese people see what is happening and do not appreciate having a dictatorship being continually imposed upon them. In addition, the cherry on the Sunday is that Accrombessi make us pay the bill for our own enslavement! A bit like the Chinese political prisoners who are executed and whose families must pay the price of the ammunition used in their execution.




Version française

La firme américaine "Bryan Cave," offre ses services aux particuliers et aux Etats en matière de conseil et de consultation dans les domaines tels que la réglementation, les politiques et législations publiques. Leurs consultants professionnels représentent les clients devant divers organismes de réglementations fédérales américains, devant le Congrès des États-Unis, devant les assemblées législatives des divers états de la fédération américaine, devant les gouverneurs de ces états, devant les procureurs généraux et les dirigeants des comtés et des municipalités. Leurs clients comprennent des entreprises, des associations de commerce, des entités gouvernementales et organismes à but non lucratif. Cette firme promet à ses clients de pouvoir effectivement les conseiller sur la manière de naviguer le terrain politique ou législatif américaine qui peut paraitre sinueux; et les aider à atteindre l'objectif tant convoité de bâtir et d'entretenir de solides relations avec les départements influents de Washington, D.C.

Maixent Accrombessi, puisque c’est de lui qu’il s’agit inévitablement, vient de signer un contrat, au nom de l’Etat Gabonais, daté du 6 Juin 2016 avec cette firme américaine (voir le document ci-dessus). La première chose qui nous interpelle est celle de savoir si la loi Gabonaise autorise le Directeur de Cabinet du Président à prendre des engagements au nom du pays ; en d’autres termes, Maixent Accrombessi peut-il signer un contrat au nom du Gabon ? Les textes Gabonais nous disent pourtant que Le Directeur de Cabinet est censé diriger et coordonner l’action du Cabinet ; qu’il assiste le Président de la République en préparant les décisions et arbitrages du Président de la République et en le tenant informé de leur mise en œuvre. C’est à ce titre qu’il assiste au Conseil des Ministres et aux Conseils interministériels. Il participe aussi aux séances de travail présidées par le Président de la République et contrôle les actes relevant de sa compétence, notamment ceux qui doivent être signés par le Président de la République. MAIS LE DIRECTEUR DE CABINET DU PRESIDENT N’A PAS LE POUVOIR DE SIGNER DES ENGAGEMENTS AU NOM DU PAYS ; C’EST UN DOMAINE DE SOUVERAINETÉ RESERVÉ AU PRÉSIDENT, AU PREMIER MINISTRE, AUX PRÉSIDENTS DES CHAMBRES DU PARLEMENT ET AUX MINISTRES-AMBASSADEURS ET HAUTS REPRESENTANTS DU PRÉSIDENTS SI OFFICIELLEMENT MANDATÉS.

La lettre de la firme Bryan Cave, confirmant ce contrat est incluse en version française dans ce contrat, aux pages 5 et 6, et vous verrez que ces documents ne contiennent que la signature de Maixent Accrombessi et personne d’autre dans tout l’appareil de l’Etat Gabonais. Cette firme s’engage à représenter la République Gabonaise dans sa volonté d'encourager le resserrement des relations diplomatiques avec les USA, moyennant le versement d’un million trois cent quatre-vingt mille dollars (soit 810 million de francs CFA). Ces services s’achèveront le 31 décembre 2016 ; c'est-à-dire que le Gabon paiera près d’un milliard de Francs CFA pour 6 mois de service (entre Juin et Décembre 2016). Chers lecteurs, c’est votre argent qu’ils dépensent.

Pour ce blog, la période couverte par ce contrat très onéreux, n’a de sens que lorsqu’on se rend compte qu’elle couvre la période électorale. Ali Bongo et Maixent Accrombessi ont engagé cette firme Américaine pour les aider à aplanir auprès des autorités américaines, les désagréments qui pourraient survenir suite au holdup électoral qu’ils préparent contre le peuple Gabonais. C’est clair comme de l’eau de roche ! Nous devons agir dès maintenant en intervenant auprès des mêmes autorités américaines en leur faisant savoir que le peuple Gabonais voit ce qui se passe et n’apprécie pas qu’on lui impose continuellement la dictature. En plus, le bouquet est qu’Accrombessi nous fasse payer la facture de notre propre asservissement ! Un peu comme ces prisonniers politique Chinois qu’on exécute et dont les familles doivent rembourser le prix des munitions ayant servi à leur exécution.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI