GABON, A DEMOGRAPHY NOT AS YOU UNDERSTAND IT! LE GABON, UNE DÉMOGRAPHIE PAS COMME ON L’ENTEND !







English version

After the outstanding work done by our compatriot Mays-Mouissi, who has alerted us to the fact that the electoral list which will be used for the nearing presidential election, is not at all "as we should understand it", this blog has focused on the demographics of Gabon since independence. Dear readers, we found curious figures, if not shocking. Everything is false in this country!

The latest census figures of the Gabonese population published by the Directorate General of Statistics of Gabon, tells us that in 2016, Gabon is populated by 1,919,671 inhabitants; which provincial distribution is established as shown in the table below.






The figures below give us the population growth by province of Gabon between 1960 and 2013, as reported in official documents. This is where things get tricky, because we all know that the country's main center of attraction for population has been since 1960, Libreville; and to a lesser extent Port-Gentil because of the jobs that were created by the oil boom there. Franceville, Moanda and Mounana only received during that time a comparatively small number of new residents from other provinces. That is the reality known to everybody, verifiable by any reliable census method. One could add the number of employees of Comilog, Comuf, CIRMF, the USTM, the general administration etc., and they would not even get to the 20th of what is achieved in Libreville, yet the official figures say otherwise.

Between 1960 and 2013, the Estuary province, where Libreville is located, saw its population increase by 15 times. This is understandable because people left from all over Gabon and other countries in Africa to come to Libreville. During the same time, Ogooué-Maritime, the province where Port-Gentil is located, grew its population by 3 folds. The main economic pole of the country only tripled its population. However, the province of Haut-Ogooué saw in the same time, its population grow by 6 folds. How is this possible the Haut-Ogooué grew its population at twice the pace of Ogooué-Maritime, the petroleum province? These Haut-Ogooué numbers are fishy! Ngounié and Nyanga have hardly increased their population since 1960, while Woleu-Ntem, Ogooué-Ivindo and Ogooué-Lolo have doubled theirs.






The worst is that this meteoric rise in the number of inhabitants of Haut-Ogooué was accomplished without this province having a number of births higher than those of other provinces that have stagnated; as you can see below (thanks to a study by Mays-Mouissi). Why so grossly inflate the population of a Gabonese province? We will not give you the explanation for that, because it would be to insult your intelligence!





Version française

Après le remarquable travail fait par notre compatriote Mays-Mouissi, qui nous a alerté du fait que la liste électorale qui va servir pour la présidentielle toute proche, ne serait pas du tout « comme on l’entend », ce blog s’est intéressé à la démographie du Gabon, depuis l’indépendance. Chers lecteurs, nous avons trouvé des chiffres assez curieux, pour ne pas dire choquant. Tout est faux dans ce pays !

Les derniers chiffres du recensement de la population Gabonaise publiés par la Direction Générale de la Statistique du Gabon, nous disent qu’en 2016, le Gabon est peuplé de 1919671 habitants ; dont la répartition par province est établie comme indiqué dans le tableau ci-dessous.





Les chiffres ci-dessous nous donnent la progression démographique des provinces du Gabon entre 1960 et 2013, tels que déclarée dans les documents officiels. C’est ici que les choses se gâtent, car nous savons tous que le principal pôle d’attraction démographique du pays a été depuis 1960, Libreville ; et dans une moindre mesure Port-Gentil à cause des emplois qui y furent créé par le boom pétrolier. Franceville, Moanda et Mounana ne recevrons pendant ce temps qu’un nombre comparativement assez restreint de nouveaux habitants en provenance des autres provinces. C’est cela la réalité connue de tout le monde, vérifiable par n’importe quelle méthode fiable de recensement. Que l’on additionne le nombre de salariés de la Comilog, de la Comuf, du Cirmf, de l’USTM, de l’administration générale etc., et on n’arrive même pas au 20ième de ce qui se fait à Libreville, et pourtant les chiffres officiels nous disent autre chose.

Entre 1960 et 2013, la province de l’Estuaire, où se trouve Libreville, a vu sa population être multipliée par 15. Cela est compréhensible parce que les gens sont partis de partout dans le Gabon et d'autres pays d'Afrique, pour venir à Libreville. Dans les mêmes temps, l'Ogooué-Maritime, la province où est située Port-Gentil, a vu sa population multipliée par 3. Le principal pôle économique du pays a triplé sa population. Toutefois, la province du Haut-Ogooué a vu dans le même temps, sa population multipliée par 6. Comment est-ce possible que le Haut-Ogooué est augmenté sa population à deux fois le rythme de l'Ogooué-Maritime, la province du pétrole? Ces chiffres du Haut-Ogooué sont suspects! La Ngounié et la Nyanga n’ont pratiquement pas augmenté de population depuis 1960, alors que le Woleu-Ntem, l’Ogooué-Ivindo et L’Ogooué-Lolo ont doublé les leur.






Le pire est que cette ascension fulgurante du nombre d’habitants du Haut-Ogooué a été accomplie sans que cette province enregistre un nombre de naissance supérieure aux autres provinces qui elles ont stagnées ; comme vous pouvez le constater ci-dessous (grâce à une étude de Mays-Mouissi). Pourquoi gonfler si exagérément la population d’une des provinces du Gabon ? Nous ne vous en donnerons pas l’explication, car ce serait insulter votre intelligence !


Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR