GABON, THIS RICH COUNTRY THAT IS REDUCED TO BORROWING A PITTANCE. LE GABON, CE PAYS NANTI QUI EST RÉDUIT À EMPRUNTER DES PITANCES






English version

The state media will not tell you this; but thanks to the independent newsletter Gabonreview, we learn that the State of Gabon has again launched a 6 billion CFA francs loan subscription. This is the second loan of this type that Gabon has undertaken in the space of two months. The first was for 5 billion.

Given the paltry sums that Gabon has to mobilize through these loans, we can consider that the country is so completely ruined, because for a country as rich as Gabon, borrowing 5-6 billion is like a millionaire who borrows 500 CFA francs to pay for the taxi fare. It is an abnormal and unacceptable situation for people who know what good governance means. The alarm bells were already rung by the credit rating agencies which had recently downgraded Gabon.

Gabon is nevertheless classified by the World Bank as a upper middle-income country, along with South Africa, Algeria, Angola, Botswana, Brazil, China, Russia, Namibia, etc., but the economic and social performance of the Ali Bongo’s regime seem woefully inadequate and remains aligned with the outcomes of the poorest countries in the world.

Of course the excuse is going to be that the recent crash in oil prices has devastated the Gabonese economy and this is why the regime has now to scramble to find additional revenues, even if meager, to make ends meet. No, this blog does not accept this reasoning, because in a country like Gabon, under the same family leadership for the last 50 years, that has seen many natural resources driven boom and bust, to be caught totally unprepared is inexcusable and tragic.

The real reason for the bankruptcy of Gabon is simply the corruption and the mismanagement that plagues the Ali Bongo’s regime. If Ali Bongo is going to take credit for the higher growth rate when oil prices are soaring, then he should take the blame for the economic issues when those same prices collapse, because he is able to plan for these highs and lows. Gabon has consistently been ranked the second richest country in Africa per capita, but this wealth remains concentrated in the hands of a few people, mostly close to the Bongos. Even when the economic downturn occurs as it is right now, all Gabonese can clearly see that the Bongos are still spending lavishly.

What is happening in Gabon is so typical of extraction economies, in that when sudden wealth happens, that wealth is squandered and not used to build local industries. This lesson has regularly been taught to the Bongos since 1967, but they seldom learn. The Bongos have ruled Gabon with the usual dictatorial response to increased wealth: no investment in the population at large and keeping the wealth concentrated in the hands of those connected to power. No money is put aside for a rainy day and this is why Gabon has to run around now, borrowing ridiculously low amount of money just to stay afloat.

This is the lesson we have learned for having been ruled by people who live for the day, and plan nothing for the future of the country.



Version française

La presse d’Etat ne vous le dira pas ; mais grâce à l’organe indépendant Gabonreview, nous apprenons que l’Etat Gabon vient à nouveau de lancer une opération d’emprunt d’environ 6 milliards de francs CFA. C’est le deuxième emprunt de ce type que souscrit le Gabon en l’espace de deux mois. Le premier était de 5 milliards.

Vu les sommes dérisoires que le Gabon doit mobiliser par ces emprunts, nous pouvons considérer que le pays soit donc complètement exsangue, car pour un pays aussi riche que le Gabon, emprunter 5-6 milliards est similaire à un millionnaire qui emprunte 500 francs CFA pour prendre le taxi. C’est une situation anormale et inadmissible pour les gens qui savent ce qu’est la bonne gouvernance. L'alarme avait déjà été sonnée par les agences de notation de crédit qui ont récemment déclassé à la baisse, la note Gabon.

Le Gabon est pourtant classé par la Banque Mondiale comme pays à revenu intermédiaire de tranche supérieure, en compagnie de l’Afrique du Sud, de l’Algérie, de l’Angola, du Botswana, du Brésil, de la Chine, de la Russie, de la Namibie etc., mais les performances économiques et sociales du régime Ali Bongo laissent lamentablement à désirer et reste alignées sur les résultats des pays les plus pauvres du monde.

Bien sûr, l'excuse sera que le crash récent du prix du pétrole a dévasté l'économie gabonaise et c’est la raison pour laquelle le régime doit maintenant se démener pour trouver des revenus supplémentaires, même maigres, pour joindre les deux bouts. Non, ce blog n'accepte pas ce raisonnement, parce que dans un pays comme le Gabon, sous le même leadership familial pendant les 50 dernières années, qui a connu de nombreuses hausses et baisses des prix des matières premières, d'être pris totalement au dépourvu par cette dernière baisse, est inexcusable et tragique.

La vraie raison de la faillite du Gabon est tout simplement la corruption et la mauvaise gestion qui sévissent au sein du régime Ali Bongo. Si Ali Bongo se félicite pour les taux de croissance plus élevés lorsque les prix du pétrole montent en flèche, alors il devrait aussi accepter le blâme pour les problèmes économiques lorsque ces mêmes prix s’effondrent, parce qu'il n’est pas en mesure de planifier ces hauts et ces bas. Le Gabon a toujours été classé comme deuxième pays le plus riche d'Afrique par tête d’habitant, mais cette richesse reste concentrée entre les mains de quelques personnes, principalement proches des Bongos. Même en période de crise économique comme à l'heure actuelle, tous les gabonais peuvent clairement constater que les Bongo continuent de dépenser sans compter.

Ce qui se passe au Gabon est si typique des économies d'extraction, en ce que lorsque la richesse arrive soudainement, elle est gaspillée et non utilisée pour construire des industries locales. Cette leçon a régulièrement été faite aux Bongo depuis 1967, mais ils apprennent rarement. Les Bongo gouvernent le Gabon avec les habitudes de nouveaux riches dictatoriaux: aucun investissement dans la population en général et la richesse reste concentrée dans les mains de ceux qui sont liés au pouvoir. L'argent n’est pas mis de côté pour les lendemains sombres ; c’est la raison pour laquelle le Gabon doit courir maintenant de droite à gauche, pour emprunter des sommes ridiculement basses juste pour rester à flot.

Telle est la leçon que nous avons apprise pour avoir été si longtemps gouvernés par des gens qui vivent au jour le jour, et ne prévoient rien pour l'avenir du pays.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE