SINCE THE BONGOS DO NOT WANT TO TELL THE TRUTH, THEN THE TRUTH SHALL BE IMPOSED UPON THEM. PUISQUE LES BONGO NE VEULENT PAS DIRE LA VÉRITÉ, ALORS LA VÉRITÉ DEVRA S’IMPOSER Á EUX







English version

We are to ask, in light of the latest statement by Jean Boniface Assélé about the birth of his "nephew" Ali Bongo, whether the Bongos consider the Gabonese as a completely vegetative people unable to discern truth from falsehood.

It is Plato in the Republic, who explains the reason for political lies; these lies the rulers bombard the ruled with, are sociological lies intended for the people to accept the monopolization of political power by a small minority. The problem with the rampant use of lies, as do the Bongos at this time about the birth of Ali Bongo, is that over time the credibility of the liars erodes because they lie so much. These liars gradually lose the means to distinguish between what they say and what they should try to check before lying some more. We note for the Bongos that the dynamics of lying in which they are engaged, destroys their ability to be self-critical over the events, leading them to a strategic weakness that lead them to now be overtaken by events that demonstrate that their lies today are in contradiction with those of yesterday.

Jean Boniface Assélé also came to provide his revised version of the birth of Ali Bongo in Brazzaville, on 9 February 1959. He even told us that he held Ali Bongo in his arms when he visited his sister Josephine Nkama at the General Hospital of Brazzaville’s nursery. Two new information are revealed here: the first is the name of the hospital, and the second is that Josephine Nkama had the time to receive visitors who rocked her baby in the maternity ward. These statements are problematic at various levels which we examine point by point.

1. We contacted the ASNOM which is the Association Amicale Santé Navale et d’Outre-Mer of France, and is responsible to archive all documents of the French colonial hospitals worldwide. It was possible to obtain the list of French doctors stationed in Brazzaville in 1959; but also to verify that while the Brazzaville General Hospital was inaugurated in 1958, its maternity and surgical service will only be truly operational after independence, because the new hospital was under the governance of the French military health services and they had to transfer it to the civilian of the cooperation; and the military doctors were returning to France and those of the cooperation were arriving to take over and this delayed the functionality of the maternity ward and surgery service. We asked the head of the ASNOM if they had in their archives a record of a birth of a baby by cesarean section from a mother named Josephine Nkama. The answer was no. It was not until 1960 that this hospital became really open to the public with its 650 beds and services divided into different sections: surgery, medicine, pediatrics, maternity. Another valuable information given to us by ASNOM, is that at that time the African chief nurse of the hospital was none other than Jean Malonga, the first Congolese writer, and that it is his service that delivered certificates of birth to new parents. This is the same Jean Malonga who thanks to his expertise and know-how, would become upon independence, the Chief of Staff of all that hospital. Dear readers, we have here a list of doctors, we know that Jean Malonga was the head nurse issuing birth papers and we know that the maternity ward was not fully ready in February 1959. We can compare this information to what the Bongos are saying.

2. The second point is the contradictions between Assélé’s reviewed and modified story, and that of the alleged mother. Jean Boniface Assélé claims that he held the child in his arms when he visited his sister in the maternity ward. Josephine Nkama however says that she had to flee the hospital a few hours after her cesarean delivery because of the fighting that raged in that environment. We have already established that escaping a few hours after a cesarean section was a miracle; and that on 9 February 1959 there was no civil war violence in Brazzaville. We add to this skepticism the fact that Assélé says to have had visited his sister and rocked the baby, presumably "during the civil war" while the mother at the same time was fleeing the hospital. You understand dear readers, that this story is ridiculously inconsistent! In addition, the ASNOM confirms that the General Hospital of Brazzaville similarly to the main public buildings, was placed under French military protection during the riots of 1959 and that people were safer inside the hospital, where the wounded were cared for, than outside. It would have been surprising that the mother leaves the security of the hospital under French protection, to go to the neighborhood where political violence was occurring. This explanation of a clear lucidity convinced us that Assélé and his sister were hopelessly stuck in lies.

When we see the defenders of the indefensible take turns in State media in Gabon lately, to say they played with Alain Bongo as a child, they held him in their arms, they saw him at Ales etc., while it is clear that the mere comparison of their assertions with evidence and common sense, reveals the contrary; one can only conclude that these people who are defending this scam perpetrated upon the Gabonese people, come to recite lies written for them by the impostors. These accomplices whose false testimonies are invariably proven to be simulated and powerless against the truth, are permanently marked by their participation in this attempted forgery. Before the Gabonese people now rather amused by their gestures, their words of falsehood and propaganda explode and disintegrate like soap bubbles. The people as a whole will advise and history will remember!



Version française

Nous en sommes à nous demander, au regard de la dernière déclaration de Jean Boniface Assélé au sujet de la naissance de son «neveu» Ali Bongo, si les Bongo considèrent les Gabonais comme étant un peuple totalement végétatif et incapable de discerner le vrai du faux.

C’est Platon, dans la République, qui explique le pourquoi du mensonge politique; ce mensonge que les gouvernants assènent aux gouvernés, est un mensonge sociologique destiné à faire accepter au peuple la monopolisation du pouvoir politique par une petite minorité. Le problème avec l’utilisation effrénée du mensonge, comme le font les Bongo en ce moment à propos de la naissance d’Ali Bongo, est qu’à la longue, la crédibilité des menteurs s’érode à force de mentir. Ces menteurs perdent progressivement les moyens de distinguer entre ce qu’ils disent et ce qu’ils devraient s’efforcer de vérifier avant de mentir d’avantage. Nous constatons chez les Bongo que la dynamique du mensonge dans laquelle ils se sont engagées, annihile leur capacité de faire leur autocritique face aux évènements, ce qui engendre une faiblesse stratégique qui les conduits à désormais à se faire rattraper par les évènements qui démontrent que les mensonges d’aujourd’hui sont en contradiction avec ceux d’hier.

Jean Boniface Assélé est venu lui aussi donner sa version revue et corrigée de la naissance d’Ali Bongo à Brazzaville, le 9 Février 1959. Il nous a même dit qu’il a tenu Ali Bongo dans ses bras quand il rendit visite à sa sœur Joséphine Nkama à la maternité de l’Hôpital General de Brazzaville. Deux informations nouvelles nous sont révélées ici: la première est le nom de l’hôpital, et la deuxième est que Joséphine Nkama avait eu le temps de recevoir des visiteurs qui ont bercé son bébé à la maternité. Ces informations présentent des problèmes à divers niveaux que nous allons examiner point par point.

1. Nous avons contacté l'ASNOM qui est l’Association Amicale Santé Navale et d’Outre-Mer de France, et s’occupe d’archiver tous les documents des hôpitaux coloniaux français à travers le monde. Il nous a été possible d’obtenir la liste des médecins Français en poste à Brazzaville en 1959; mais surtout de vérifier que si l’Hôpital General de Brazzaville fut inauguré en 1958, sa maternité et son service de chirurgie ne seront vraiment opérationnels que bien après l’indépendance, car ce nouvel hôpital était sous la gouvernance des services de santé militaire français et ils allaient le céder aux civils de la coopération et les médecins militaires rentraient en France et ceux de le coopération devaient arriver pour prendre le relais et cela a retardé la fonctionnalité de la maternité et du bloc opératoire. Nous avons demandé au responsable de l’ASNOM s’ils avaient dans leurs archives une trace d’une naissance d’un bébé par césarienne, d’une mère du nom de Joséphine Nkama. La réponse a été non. Ce n’est qu’en 1960, que cet hôpital s’ouvre réellement au grand public avec ses 650 lits et ses pavillons répartis en différentes sections: chirurgie, médecine, pédiatrie, maternité. Information précieuse que nous donne l’ASNOM, est qu’à cette époque, l’infirmier en chef Africain de cet hôpital n’est autre que Jean Malonga, le premier écrivain Congolais, et que c’est son service qui délivrait les certificats de naissance aux nouveau parents. C’est ce même Jean Malonga qui grâce à sa compétence et à son savoir-faire, deviendra à l’indépendance le Chef du Personnel de tout cet hôpital. Chers lecteurs, nous avons donc ici la liste des médecins, nous savons que c’est Jean Malonga l’infirmier en chef qui délivre les certificats de naissance et nous savons que la maternité n’était pas totalement prête en février 1959. Nous pouvons donc confronter ces informations à ce que disent les Bongos.

2. Le deuxième point consiste aux contradictions entre le récit d’Assélé revue et corrigé, et celui de la présumée mère. Jean Boniface Assélé prétend qu’il a tenu l’enfant dans ses bras quand il rendit visite à sa sœur à la maternité. Joséphine Nkama, par contre, affirme qu’elle avait dû fuir l’hôpital quelques heures après son accouchement par césarienne à cause des combats qui faisaient rage dans cet environnement. Nous avons déjà déjà établi que fuir quelques heures après une césarienne relevait du miracle; et que le 9 Février 1959 il n’y avait aucune violence de guerre civile dans Brazzaville. Nous ajoutons à ce scepticisme le fait qu’Assélé dise avoir rendu visite à sa sœur et bercé le bébé « en pleine guerre civile » alors que la mère dans les mêmes temps fuyait l’hôpital. Vous aurez compris chers lecteurs, que ce récit est ridiculement incohérent ! En plus, l’ASNOM nous confirme que l’Hôpital General de Brazzaville comme les principaux édifices publics, fut placé sous la protection militaire française lors des émeutes de 1959 et que les gens étaient plus en sécurité à l’intérieur de cet hôpital, où étaient soignés les blessés, qu’en dehors. Il aurait été surprenant qu’une mère quitte la sécurité de l’hôpital sous protection française, pour repartir au quartier, en pleine violences politiques. Cette explication d’une lucidité limpide a fini de nous convaincre qu’Assélé et sa sœur s’étaient irrémédiablement enfoncés dans le mensonge.

Quand on voit les défenseurs de l’indéfendable se relayer dans les médias d’Etat au Gabon ces derniers temps, pour affirmer qu’ils ont joué avec Alain Bongo étant enfant, qu’ils l’ont tenu dans leur bras, qu’ils l’on vu à Ales etc., alors qu’il est évident que la simple confrontation de leurs affirmations avec les évidences et le bon sens, nous permet pourtant de constater le contraire ; on ne peut que conclure au fait que ces gens-là qui défendent cette arnaque faite au peuple Gabonais, viennent réciter des contre-vérités rédigées pour eux par les imposteurs. Ces complices dont les faux témoignages se révèlent invariablement factices et impuissants devant la vérité, sont irrémédiablement marqués par leur participation dans cette tentative de faux. Devant les Gabonais désormais plutôt amusés par leurs gesticulations, leurs paroles de fausseté et de propagande éclatent et se désintègrent comme des bulles de savon. Le peuple dans son ensemble en avisera et l’histoire le retiendra!

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT