THESE BOOKS THAT CHANGE THE COURSE OF POLITICAL HISTORY. CES LIVRES QUI CHANGENT LE COURS DE L’HISTOIRE POLITIQUE






English Version

Can a text change the course of history? Experience tells us that the answer is obviously yes to the extent that historically, books and texts have caused tectonic shifts and left, after publication, the indelible feeling that there was now a "before" and "after" that stood astride the impact of their publication. Such texts can deal with politics, philosophy, governance, sociology, science, etc., but they all have the particularity to generate clear and irreversible breaks with standards prior to their publication. These texts are considered fundamental because they allow in their own way, for a new era to begin. On this blog, we believe that if the investigation of the Watergate scandal, which produced the book "All the President’s Men," fundamentally changed American politics; in Gabon, Pierre Péan's book "Nouvelles Affaires Africaines" is on the verge of achieving something similar. We explain!

When facing power, especially prejudiced power, the first barrier to overcome is that of psychological impotence. The Watergate scandal is a sequence of events revealed by the investigations of two young Washington Post reporters, Carl Bernstein and Bob Woodward, who were respectively 28 and 29 years old at the time; which led in 1974 to the resignation of the US President Richard Nixon. The result of these investigations by these two journalists were published in the book, "All the President’s Men" in 1974, were adapted on the silver screen in a movie of the same title that won several Oscars.

The Watergate scandal starts on the night of 17 June 1972, when five burglars are spotted by a security guard (a black American named Frank Wills, then 21 years old) who called the police and had them arrested in the Watergate building which was the headquarters of the Democratic Party. The search of these burglars revealed that they were in possession of listening devices making them look more like secret agents than burglars. On an address books found in their possession, were the coordinates of one Howard Hunt, who was a CIA agent. One of the burglars, James McCord, drew particular attention because the police realized that he was a colonel in the Air Force, a former FBI and CIA agent, and especially a member of the Committee for the Reelection of the President Richard Nixon (then serving his first term and campaigning for a second term). The FBI, despite the incriminating evidence, decided not to pursue the case.

Asked about the fact that some of his collaborators had been linked to this break-in at the headquarters of the opposition party, on the following 22 June, President Richard Nixon spoke for the first time about the matter, saying: "The White House is not involved in any way in this incident." Months passed, and the matter faded away and for the presidential election of November 1972, Richard Nixon won against Democrat George McGovern, the largest landslide victory in the history of the United States.

But the two young Washington Post journalists did not give up the case because they thought that things were being hidden. They conducted their own investigation to unravel a tangled skein, made of espionage, bribery, fraud, forgery and lies, which all led to the White House. As young investigative journalists, they did not hesitate to contact hundreds of people, following tracks that had initially seemed insignificant but became explosive. They were helped by an anonymous informant whose code name was "Deep Throat," and whose identity was not revealed until 30 years later, his name was Mark Felt, and he was the deputy director of the FBI at the time. The truth in this matter was discovered solely due to the tenacity of these two journalists without whom all these frauds by Richard Nixon would have been ignored. Thanks to the revelations of these two journalists, a Senate inquiry was set up and demonstrated that Richard Nixon had committed perjury against the American people when he said that he was in no way involved in this illegal act. Nixon's fate was sealed; he had only resignation as a way out. He resigned on 9 August 1974, one week after the initiation of legal proceedings against him.

In addition to the resignation of Richard Nixon, seven of its collaborators, including three of his closest advisers at the White House, were convicted and sentenced to prison as they were found guilty of criminal conspiracy, obstruction of justice and perjury.

We, on this blog, believe that the book by Pierre Péan could lead to a similar outcome if the Gabonese people remain mobilized in the search for truth, the whole truth. The French investigative journalist brings together methodically all available elements to demonstrate what imposture Ali Bongo and the system he inherited from his father are. The elements described in the book can be scrutinized and verified at various levels by readers and when that is done, it appears that very little in Ali Bongo’s biography and trajectory has anything to do with the truth.

Reading the book by Pierre Péan allows the Gabonese people to ask whether they must accept to have a President whose acts demonstrate that he is a crook. That he is someone who, to stand in a presidential election, took care to forge a key administrative document such as his birth certificate. As did Americans Carl Bernstein and Bob Woodward to demonstrate Nixon’s perjury, the French Pierre Péan shows us in details and methodically, the economic damage caused by the diversion of funds by Ali Bongo and his friends, the falsehoods and forgeries which Ali Bongo has been guilty of over time, the scams and usurpation of diplomas and functions committed by him. Psychological impotence must be overcome and we must be able to impose direct accountability to Ali Bongo and his associates.

The last sycophants who still support the unbearable must be reminded that Richard Nixon was the most powerful man in the world; yet the search for truth by two investigative journalists unbolted him. Ali Bongo is guilty of perjury and various scams against the Gabonese constitution and its people. He cannot continue to remain at the head of the country because no people can accept to be led by a crook.




Version française

Un texte peut-il modifier le cours de l’histoire ? L’expérience nous apprend que la réponse est évidemment affirmative dans la mesure où historiquement, des livres et des textes ont provoqué des changements tectoniques et laissé après leur publication, le sentiment indélébile qu’il y avait désormais "un avant" et "un après" qui se tenaient à cheval sur l’impact de leur publication. De tels textes peuvent traiter de politiques, de philosophie, de gouvernance, de sociologie, de science etc., mais ils ont la particularité de générer des ruptures nettes et irréversibles avec ce qui tenait lieu de norme avant leur publication. Ces textes sont considérés comme fondamentaux car ils permettent, dans leur registre, d’ouvrir une ère nouvelle. Sur ce blog, nous pensons que si l’enquête sur l’affaire du Watergate, qui a donné le livre « Les Fous du Président » a fondamentalement changée la politique américaine; au Gabon, le livre de Pierre Péan «Nouvelles Affaires Africaines» est en train de réaliser la même chose. Nous nous expliquons!

Face à un pouvoir, surtout un pouvoir inique, la première barrière à franchir est celle de l’impuissance psychologique. Le scandale du Watergate est une suite d'évènements révélés par les investigations de deux jeunes journaliste du Washington Post, Carl Bernstein et Bob Woodward, qui avaient respectivement de 28 et 29 ans au moment des faits; qui déboucha, en 1974, sur la démission du président des Etats-Unis, Richard Nixon. Le livre résultant de ces enquêtes que publièrent ces deux journalistes, « Les Fous du Président » en 1974, fut porté sur écran sous le titre « Les Hommes du Présidents » et remporta divers Oscars.

Le scandale du Watergate part de la nuit du 17 juin 1972, quand cinq cambrioleurs sont repérés par un agent de sécurité (un noir américain du nom de Frank Wills alors âgé de 21 ans) qui appelle la police qui vient les arrêter dans l'immeuble du Watergate qui était le siège du Parti démocrate. La fouille de ces cambrioleurs révèle qu’ils avaient sur eux du matériel d'écoute les faisant ressembler plus à des agents secrets qu'à des cambrioleurs. Sur des carnets d'adresses retrouvés en leur possession, on trouve les coordonnées d'un certain Howard Hunt qui est un agent de la CIA. L'un des cambrioleurs, James McCord, attire particulièrement l'attention car la police s’aperçoit que c'est un colonel de l'armée de l'Air, un ancien du FBI et de la CIA, et surtout un membre du Comité pour la Réélection du Président Richard Nixon (alors à son premier mandat et en pleine campagne électorale pour un second mandat). Le FBI, malgré ces éléments compromettants, décide de ne pas poursuivre l'enquête et de classer l’affaire.

Interrogé sur le fait que certains de ses collaborateurs ait été liés à cette effraction au siège du parti de l’opposition, Le 22 juin suivant, le Président Richard Nixon évoque pour la première fois l'affaire en déclarant : «La Maison Blanche n'est impliquée en aucune manière dans cet incident.» Les mois passent, l'affaire est oubliée et lors de l'élection présidentielle de novembre 1972, Richard Nixon remporte contre le démocrate George McGovern la plus écrasante victoire électorale de toute l'histoire des États-Unis.

Mais les deux jeunes journalistes du Washington Post ne lâchent pas l’affaire car ils pensent qu’on leur cache quelque chose. Ils mènent leur propre enquête pour démêler un écheveau compliqué, fait d’espionnage, de pots de vins, de fraudes, de faux et usage de faux, dont tous les fils conduisent à la Maison Blanche. Jeunes journalistes d'investigation, ils n'hésitent pas à contacter plusieurs centaines d'interlocuteurs, creusant des pistes qui avaient d'abord semblé négligeables pour ensuite se révéler explosives. Ils sont aidés par un informateur anonyme ayant pour nom de code «Gorge Profonde», dont l'identité n'a été révélée que 30 ans plus tard, son nom est Mark Felt, et il était le directeur adjoint du FBI lors des faits. La vérité sur cette affaire est due uniquement à la pugnacité de ces deux journalistes sans lesquels toutes ces fraudes de Richard Nixon auraient été passées sous silence. Grace aux révélations de ces deux journalistes, une commission d'enquête sénatoriale fut mise sur pied et démontra que Richard Nixon avait commis une parjure contre le peuple américain quand il avait dit qu’il n’était en rien mêlé à cet acte illégal est révélé. Le sort de Nixon était scellé, il ne lui restait que la démission. Il quitte ses fonctions le 9 août 1974, une semaine après le déclenchement de la procédure judiciaire contre lui.

En plus de la démission de Richard Nixon, sept de ses collaborateurs dont 3 de ses plus proches conseillers à la Maison Blanche, sont inculpés et condamnés à des peines de prison car coupables de conspiration criminelle, d’obstruction à la justice et de parjure.

Nous, sur ce blog, pensons que le livre de Pierre Péan pourrait conduire à un dénouement semblable, si le peuple Gabonais reste mobilisé dans la recherche de la vérité, de toute la vérité. Ce journaliste français d’investigation, rassemble de manière méthodique tous les éléments disponibles, pour démontrer l’imposture qu’est Ali Bongo et le système qu’il a hérité de son père. Les éléments décrits dans le livre peuvent être recoupés et vérifiés à divers niveaux par les lecteurs et quand on le fait, on s’aperçoit que très peu de chose dans la biographie et le parcours d’Ali Bongo tient de la vérité.

La lecture du livre de Pierre Péan, permet aux Gabonais de se poser la question de savoir s’ils doivent s’accommoder d’un Président dont les faits démontrent qu’il soit un escroc. Qu’il soit quelqu’un qui, pour se présenter à une élection présidentielle, a pris le soin de falsifier un document administratif clé comme l’acte de naissance. Comme l’avaient fait les Américains Carl Bernstein et Bob Woodward pour démontrer la parjure de Nixon, le Français Pierre Péan nous démontre de manière détaillée et méthodique, les préjudices économiques causés par les détournements d’Ali Bongo et de ses amis, les faux et usage de faux dont se serait rendu coupable Ali Bongo au fil du temps, les escroqueries et usurpation de diplômes et de fonction faites par lui. L’impuissance psychologique doit être vaincue et l’on doit pouvoir demander directement des comptes à Ali Bongo et à ses associés.

Que les derniers thuriféraires qui soutiennent encore l’insoutenable sachent que Richard Nixon était l’homme le plus puissant du monde; et pourtant la recherche de la vérité par deux journalistes d’investigation est venu le déboulonner. Ali Bongo est coupable de parjure et de diverses escroqueries envers la constitution gabonaise et son peuple. Il ne peut continuer à demeurer à la tête du pays car aucun peuple ne peut accepter d’être dirigé par un escroc.

Comments

  1. Merci Charlie M. pour vos écrits et votre régularité.

    ReplyDelete
  2. C’est moi qui vous remercie de votre disponibilité à lire ce blog.

    Charlie

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>