THE METHODICAL PROCESS OF DESTRUCTION OF THE GABONESE CITIZEN. LE PROCESSUS DE DESTRUCTION METHODIQUE DU CITOYEN GABONAIS






English version


Almost 10% of French people living in Gabon voted for Marine Le Pen. If the excuses of those who always justify everything abound for French living in France, asking people to understand the 18% garnered by Marine Le Pen considering the deep economic crisis in France, the Euro crisis and immigration problems that existed in metropolitan France; ok may be, but how these motivations would be applied to the French living in Gabon, these kings in a Gabonese paradise that reserve the top jobs to them, the highest wages, the most beautiful areas, the sun and Pointe Denis every Sunday etc.., how are these people affected by the economic crisis?


We can not say that National Front voters in Gabon that are around one French out of 10, are like those living in France, poor workers who suffer from the crisis or "stupid people" who do not understand etc., you know, all these clichés being constantly repeated. No, this blog rather thinks that those people who vote for the FN, even while living like kings in Gabon, having African servants, African cooks, Africans providing child care for their children, African driving their vehicles and sometimes even by sleeping with African women or men, simply feel overwhelmingly that France belongs first and foremost to native French people and not to any other variety or component of French, who in their opinion, want to distort their country by imposing their lifestyle, religion etc.. Yet these people, who live among Africans, have never stopped for a second thinking that France should be taken back by French people.


But these French living in Gabon and voting for the far right, would never accept the same reasoning from Gabonese citizens about the situation of their country, Gabon. These same French people in Gabon stubbornly opposed even the modest request of oil workers union to see preference in hiring for Gabonese nationals in that sector. When Gabonese citizens make such a request, they are told they are xenophobic and that anyway the Gabonese people are neither qualified nor sufficiently hard workers to deserve these jobs. For these French people, their opinion can be summed up like this: "France to the French and Gabon to the French." At home in France, for future generations, they want to maintain at whatever cost "LA FRANCE" in all its Gallic splendor, in Gabon, their say that everyone is beautiful, everyone is nice, especially with the Bongos in power, even when this Bongo is actually a Biafran, his wife is French, his chief of staff is from Benin and half of the key advisors around the sitting President are of a nationality of convenience. No, all Gabonese who dare ask these questions are always fallen over by the politically correct and right thinking caste that has learned that "when a foreigner brings its workforce to us, we shall show him our friendship in return." But those who have installed Omar Bongo in Gabon do not apply this kind of principle at home because they know the consequences. At home, foreigners are to be cleaned and hosed and they are called as scum.


Meanwhile, while others benefit from the resources of their country, Gabonese citizens, day after day, year after year, rigged election after rigged election, continue to sink into indignity. While the ruling class of Gabon wallows in boundless recklessness, knowing that they benefit from the protection of the 6th BIMA of Camp De Gaulle in Libreville, the Gabonese citizen who should be the very image of pride, is rather keeping a low profile in his own country; accepting humiliation and poverty wages from foreigners who tell him they are sometimes more Gabonese. Despite all these slights, the Gabonese citizen who is every day more dispossessed and unable to make a (small) place in the sun in his own country, still hopes and still believes in miracles, in change. He is not xenophobic or even ethnocentric. He just has had enough of the Gabon the Bongos are leading to perdition and he would like to save Gabon and give it an identity, its identity. Gabonese citizens are tired of being eternal wimps who submit to foreigners and would like to have control of their country. It is this privilege that those French people who control Gabon and who 6 out of 10 vote for the right wing, refuse to them. If there are no strong Gabonese citizens, who is going to defend the land against pillaging? If you have understood this question, you have understood the Gabonese citizen is being destroyed.


So goes Gabon




Version française




Presque 10% des français vivant au Gabon ont voté Marine Le Pen. Si les excuses de ceux qui justifient toujours tout sont nombreuses pour les français vivant sur l'Ile de France, notamment qu'on comprenne les 18% que Marine a recueilli considérant la profonde crise économique en France, la crise de l'Euro et les problèmes d'immigration que connait la métropole française; ok on veut bien, mais en quoi ces motivations s'appliqueraient-elles au Français vivants au Gabon, ces rois dans le paradis gabonais qui leur réserve les plus hautes fonctions, les plus haut salaires, les plus beaux quartiers, le soleil et la Pointe Denis tous les dimanches etc., en quoi ces gens sont touchés par la crise économique?


On ne peut pas dire que les votants du Front National au Gabon qui sont de l'ordre d'un Français sur 10, sont comme on le prétend pour ceux vivants en France, des pauvres ouvriers qui souffrent de la crise ou des "demeurés" qui n'ont rien compris etc., vous savez, tous ces clichés dont ceux qui essaient de se dédouaner nous rabattent les oreilles. Non, ce blog pense plutôt que ces gens qui votent pour le FN, même en vivant comme des rois au Gabon, ayant des servant africains, des cuisiniers africains, des africains assurant la garde de leur enfants, des africains conduisant leurs véhicules et parfois même en couchant avec des africaines ou des africains, estiment simplement et primordialement que la France est tout d'abord en tout et pour tout aux Français de souche et non à toute autre variété ou composante de Français, qui à leur sens, veut dénaturer leur pays en lui imposant leur mode vie, leur religion etc. Ces gens qui pourtant vivent parmi les africains, n'on jamais arrêté une seconde de penser que la France devait être rendue au Français.


Mais ces mêmes français vivant au Gabon et votant à l'extrême droite, n'accepteraient jamais le même discours venant de citoyens gabonais à propos de la situation de leur pays le Gabon. Ces mêmes français au Gabon s'opposent mordicus à la demande bien modeste du syndicat des employés du secteur pétrolier de voir une préférence faites aux gabonais nationaux en matière d'emplois dans ce secteur. Quand les gabonais font cette demande, on leur répond qu'ils sont xénophobes et que de toutes les façons les gabonais ne seraient ni qualifiés ni même suffisamment travailleur pour mériter ces emplois. Pour ces Français, le discours se résume à peut près à ceci: "la France aux Français et le Gabon aux Français". Chez eux en France, pour les générations futures, ils tiennent coute que coute a préserver "LA FRANCE" dans toute sa splendeur gauloise, mais au Gabon leur discours est que tout le monde est beau, tout le monde est gentil surtout avec les Bongo au pouvoir, même quand ce Bongo est en fait biafrais, que son épouse soit française, que son directeur de cabinet soit béninois et que la moitie des conseillers importants officiant autour du président en place soient d'une nationalité de convenance. Non, tout gabonais osant poser ces questions se fait systématiquement tomber dessus par toute la caste de des publiquement corrects et bien pensants a qui on a appris que "lorsqu'un étranger vous apporte sa force de travail, apportons lui notre amitié en retour". Mais ceux qui ont installe Omar Bongo au Gabon, n'applique pas ce genre de principe chez eux car ils en connaissent les conséquences. Chez eux, les étrangers, ça se nettoie au karcher et ça se qualifie de racaille.


Pendant ce temps, alors que d'autres profitent des ressources de leur pays, les citoyens gabonais, jour après jour, année après année, scrutin truqué après scrutin truqué, continuent de s’enfoncer dans l’indignité. Pendant que la classe dirigeante du Gabon se vautre pas dans l’insouciance sans limites, se sachant sous la protection du 6ieme BIMA du Camp De Gaulle a Libreville, le citoyen gabonais qui devrait être l'image même de fierté, fait plutôt profil bas dans son propre pays; acceptant humiliations et salaires de misère de la part d'étrangers qui lui disent parfois qu'ils sont plus Gabonais. En dépit de toutes ces avanies, le citoyen gabonais qui est pourtant tous les jours encore plus dépossédé et ne parvient pas à se faire une (petite) place au soleil dans son propre pays, espère encore et croit encore au miracle, au changement. Ils ne sont pas xénophobes, ni même ethnistes. Ils en ont simplement assez des Bongo qui mènent le Gabon vers la perdition et ils voudraient sauver le Gabon et lui donner une identité, son identité. Ils en ont assez d'être d'éternelles lopettes qui se soumettent aux étrangers et aimeraient bien avoir le contrôle de leur pays. C'est ce privilège que ces français qui contrôlent le Gabon et dont 6 sur 10 votent à droite, leur refusent. S'il n'y a pas de citoyen gabonais fort, qui défendrait le terroir face au pillage? Si vous avez compris cette question, vous avez compris pourquoi la destruction du citoyen gabonais.


Ainsi va le Gabon

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)