GUILOU BITSUTSU-GIELESSEN GIVES HIS OPINION ABOUT FRANÇOIS HOLLANDE AFTER THE KINSHASA’S SUMMIT. GUILOU BITSUTSU-GIELESSEN DONNE SON AVIS SUR FRANÇOIS HOLLANDE, APRÈS LE SOMMET DE KINSHASA








English version

François Hollande Alias "Sweet candy". Francophonie or the French Order

The summit of the Francophonie ended this weekend in Kinshasa, by the time I start these lines. This summit reminds me of my francophone life punctuated by speaking appointments at the highest level to highlight the language of the colonizer which we have inherited and now share in common heritage.

When talking about France, the French language, the Francophonie, there is so much to say.... We will not rewrite history, or proceed with the trial of this rich and noble language which French is, no, it's not about that ... It is several other things:

First thing that strikes me in these masses of the Francophonie is that they bring together a panel of leaders going from the last dictator to the representative of the country of human rights; not to even mention guests who speak no word of French as the Foreign Minister of Angola or the representative of Tanzania, for example.

All this beautiful world comes together as usual without first concern for this language: the people. The people of the French language is kept away, far, far away from the spotlight. In other words, the Francophonie is reserved for a select world of dictators and other friends. The French language meanwhile, is reserved for what the ancient Greeks called "Doxa" the vulgar, the crowd, the masses....

My dear compatriots I am not a journalist and even less a writer, at school I was weak in French because of my mistakes in French grammar. French is a beautiful language but how difficult. So, my thoughts go out to all the little children in Africa "beaten" with a vengeance so French could "enters their heads." These children and their parents will be excluded from the Francophonie.

Then what strikes me is the great white (that said, Hollande is small in stature) embedded in all these Africans and who to exist, is forced to promise, cajole, to distribute good points, to sell or to cancel... And what to say of these ritual press conferences that French presidents like to give before each summit. Whether at the France-Africa summit or the Francophonie, we are gratified with these press conferences to great fanfare of announcements and media uproars.

These conferences which summaries do not bode well for African regimes are "pre ads." We are told that a storm is coming, speeches about rupture are given, announcements of unprecedented and radical change are made, and threats are even uttered...

We find out later that these press conferences are only well-orchestrated lies. In the end, these are just warnings, they are contemptuous and complacent vis-à-vis those with whom they share a cocktail and then dine together.

Because of their longevity in power, many African leaders have already known a good bunch of French presidents. Whether of the French Left or Right, African presidents immediately know the ritual. They know that these conferences of announced storms turn, to the happiness of all the guests, into "small tropical dew."

Finally, to feel good the summit always end up with the French Presidents paying a courtesy visit to the token member of the opposition, in this case, it is Etienne Tshisekedi. He got as a consolation prize a slap on the left shoulder, just to mitigate his problems with rheumatism.

These summits confirm my idea of a politically weakened France in Africa, which lacks visibility, beliefs and political projects in its African policy. How else understand that in a media and political platform offered by the Francophonie Summit, France cannot, can no longer impose its trademark.

You might say that the summit is not a space for politicking. I would say yes it is! The guests of the summit are not men of culture but rather politicians.

When we know that African countries that share the French language are the ones which have the least advanced in terms of democracy, human rights, good governance and civil liberties. From Algeria to Cameroon, from Burkina Faso to Chad, the situation is conclusive ... Zero, zero as far as democracy goes.

France knows who won the last elections in Gabon; France knows who lost the elections in Guinea, France knows what the results in Côte d’Ivoire were, France knows that who did not participate in the legislative election in Congo Brazza. France knows EVERYTHING and does ... NOTHING.

Why should we be happy to have the French language in common?

When France had the opportunity to do something it did nothing. Today it is a shadow of what it was that is to say a "power". So, African dictatorships still have good days ahead.

As for the French language I think that in 50 years its current radiation will be halved. In consolation, we still have the luck to witness live, the last Great Francophonie summits.

François Hollande Alias "Sweet Candy"

During the past ten years at the head of the French Socialist party, he castigated the draconian and anachronistic regimes of Francophone Africa. He based his campaign on a program of anti Sarkozism. What did we asked Holland? Nothing ... What has he dangled to us? Everything...

By showing to the African an image of a mixture of both Obama and Mitterrand, he reassured, he was appealing. His election was for the whole of Africa a great moment of jubilation, a consecration. Hollande was the awaited hope of Africa and Africans.

Exit the French right wing, friend of dictators, racketeering and ungrateful. Welcome to the New Left, the left of good governance, the left of Justice and the fight against ill-gotten gains.

What were we told? That under Hollande the African policy of France would be governed by professionals and not by political mercenaries of MEDEF International (mixture of secret service agents and opportunists).

Why did we believe? Why naivety is our sin in politics? Why our political vision does not exceed 6 months, 1 year ... let's just say long term to build better ideas?

Where Hollande is better than Obama is that with him, the disappointment is immediate and direct. Also, the disappointment is huge just after 5 months of power. Let me let go, "Ah how sweet a Candy this Hollande, , what a sweet candy... ".

The France of inconsistencies; well! Back to reality. So like that, Hollande aka "sweet candy" found it useful to announce that the pensions of Senegalese riflemen will be revised upward when 95% of these sharpshooters are dead?

Holland aka "candy sweet" finds it useful to announce the end of françafrique by the end of the emissaries and briefcases? But we know that françafrique is primarily a mafia system that keeps in power dictatorial regimes in Africa with the support and blessing of France. To end françafrique is to end these regimes.

Besides let us be clear: if these regimes with an average stay in power of around 25 years are not toppled they turn into monarchies. A word to the wise....

Central Africa which has the highest concentration of dictators to the km2 is a great illustration. What do they have in common these dictators? They have three things in common: Dictatorship, France and the French language.

"Sweet candy" boasts that France accounts for 20% of African trade but when you know that the countries that share the French language are more than half of the 52 African states; there is no reason to celebrate, the harvest is far from being mediocre....

France wants us to share the French language and that together we make it shine but is this possible when it restricts visas to African students? We all know that behind all the political ads for the admission and residence of students in France each prefecture has its own policies.

France wants to reduce poverty in Africa, is that possible when we know that Bolloré raided all African ports. Also, harbor fees have never been so high. Further reducing the purchasing power of Africans who, as we know it are doomed to import all their basic needs.

What to say about the CFA franc, this aberration of Franco-African relations, this never ending colonial contract, this plague on African finance. How can we imagine that such a system exists today? How can anybody understand that our leaders can accept such a constraint by presenting it as the sole solution?

How can we even imagine becoming an emerging country when we have no control over our currency? Nearly 20,000 billion CFA are prisoners of the French treasury. Nearly 3,000 billion just for Gabon. This money is without any hope of generating interest. Money locked in wastefully to support the CFA Franc. Available to the French public treasury, it allows France to have a permanent infusion of cash.

France wants corruption curbed, that the law and the business climate be guaranteed, but it is French companies by their proximity to the African regimes which feed corruption and ill-gotten gains

Holland aka "sweet candy" advocates a foreign policy with Africa that looks like: "neither intervention nor indifference." African people should according to him, solve their problems alone. Ok I say! Except that France is the engine of Africa's problems. Consider the Bongos, France would be happy to see them go but would do nothing for that! It put them in power, it is up to us to risk our lives for them to leave ...

How can we not imagine that in 2017 Sarkozy comes back in power? How not to be tempted to support Ali Bongo in his attempt to introduce English as a second official language?

My fellow compatriots, François Hollande has shown us his limitations and indifference to our struggle for democratic Gabon. His lack of enthusiasm and strong support to our request for Sovereign National Conference was too much. We must now do what we should have done from the beginning, which is to say count on ourselves. In such a situation unity is our only strength and determination our only salvation.

Dr.Guilou Bitsutsu-Gielessen, Executive Secretary of the UDRP




Version française

François Hollande Alias « Bonbon sucré » La Francophonie ou le Français Trié

Le sommet de la francophonie s’est achevé ce week-end à Kinshasa au moment où je commence ces lignes. Ce sommet me rappelle ma vie de francophone rythmée par des rendez-vous au plus haut niveau pour mettre en exergue cette langue du colonisateur dont nous avons hérité et qu'aujourd'hui nous avons en partage, en patrimoine commun.

Quand on parle de la France, de la langue Française, de la francophonie, il y a tellement à dire…. Nous n’allons pas refaire l’histoire, ni le procès de cette langue riche et noble qu’est le Français, non, il ne s’agit pas de cela… Il s’agit de plusieurs autres choses :

Tout d’abord ce qui me frappe dans ces messes de la francophonie c’est qu’elles rassemblent un panel de dirigeants qui va du dernier venu des dictateurs au représentant de la patrie des droits de l’homme et des citoyens en passant par des invités qui ne parlent aucun mot de français tel le ministre des affaires étrangères de l’Angola ou du représentant de la Tanzanie par exemple.

Tout ce beau monde se réunit comme à l'accoutumé sans les premiers concernés par cette langue : le Peuple. Le peuple de la langue française est tenu à l’écart, loin, très loin des projecteurs. En d’autres termes, la Francophonie est réservé à un monde sélect de dictateurs et autres copains. La langue Française quant à elle, est réservée à ce que les anciens Grecs appelaient « la Doxa », le vulgaire, la foule, la masse….

Mes chers compatriotes je ne suis pas journaliste et encore moins écrivain, à l’école j’étais nul en français à cause de mes fautes de grammaire. Le français est une belle langue mais combien difficile. Aussi, mes pensées vont vers tous ces petits enfants africains "chicotés" à tour de bras pour que le Français « rentre dans leur tête ». Ces enfants comme leurs parents seront exclus de la Francophonie.

Ensuite ce qui me frappe c’est ce grand blanc (ceci dit Hollande est petit) noyé par tous ces africains et qui pour exister est obligé de promettre, de cajoler, de distribuer des bons points, de vendre ou d’annuler… Et que dire, de ce rituel de conférences de presse que les présidents français aiment faire avant chaque sommet. Que cela soit du sommet France-Afrique à celui de la Francophonie on a droit à grands renforts d’annonces et de tapages médiatiques.

Ces Conférences dont les sommaires n’augurent rien de bon pour les régimes africains sont des « crèves l’annonces ». On nous annonce d’abord une tempête, un discours de rupture, des bouleversements sans précédents, des changements radicaux, des menaces…

On s’aperçoit par la suite que ces conférences de presse ne sont que mensonge bien orchestré. Au final, ce ne sont que des mises en garde, du mépris et de la complaisance vis-à-vis de ceux, avec lesquelles ils partagent ensuite un cocktail et dinent ensemble.

Longévité au pouvoir oblige, les dirigeants africains ont pour la plupart déjà connu une bonne brochette de présidents Français. Qu’ils soient de la Gauche française ou de la Droite les présidents africains connaissent d’emblée le rituel. Ils savent que ces conférences de tempêtes annoncées se transforment au bonheur de tous les convives en : "petite rosée tropicale".

Enfin, pour se donner bonne conscience le sommet se termine toujours pour les Présidents Français par une visite de courtoisie à l’opposant de service, dans ce cas précis, c’est Etienne Tshisekédi. Ce dernier eu comme lot de consolation une tape sur l’épaule gauche, histoire d’atténuer ses problèmes de rhumatisme.

Ces sommets me confirment dans l’idée que je me fais d’une France affaiblie politiquement en Afrique, qui manque de visibilité, de convictions et de projets politiques dans sa politique Africaine. Sinon comment comprendre qu’une tribune médiatique et politique qu’offre le sommet de la Francophonie la France n’arrive pas, n’arrive plus à imposer sa marque de fabrique.

Vous me diriez que le sommet n’est pas un espace de politique politicienne. Je vous dirais que si! Les convives du sommet ne sont pas des hommes de culture mais bel et bien des hommes politiques.

Quand on sait qu’en Afrique les pays qui ont en partage le Français sont ceux qui ont le moins avancé en terme de démocratie, de droits de l’homme, de bonne gouvernance et de libertés publiques. De l’Algérie au Cameroun, du Burkina au Tchad, le constat est édifiant…Zéro, zéro au quotient démocratique.

La France sait qui a remporté les dernières élections au Gabon ; La France sait qui a perdu les élections en Guinée ; La France sait quels ont été les résultats en Côte d’Ivoire ; La France sait qui ne s’est pas présenté aux législatives au Congo Brazza. La France sait TOUT et ne fait… RIEN.

Pourquoi devrions-nous être heureux d’avoir avec elle le Français en partage ?

Au moment où la France a eu la possibilité de faire quelque chose elle n’a rien fait. Aujourd’hui elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle a été c’est à dire une "puissance". Aussi, les dictatures Africaines ont encore de beaux jours devant elle.

Quant à la langue française j’estime que dans 50 ans son rayonnement actuel sera divisé par deux. Consolons nous, nous avons encore la chance de vivre en Playback les derniers Grands sommets de la Francophonie.

François Hollande Alias « Bonbon Sucré »

Pendant les dix ans passés à la tête du PS Français, il a fustigé les régimes anachroniques et liberticides de l’Afrique Francophone. Il a battu sa campagne électorale en présentant comme programme politique l’anti Sarkozisme. Qu’avons-nous demandé à Hollande ? Rien…Que nous a-t-il fait miroiter ? Tout…

En renvoyant aux africains à la fois une image d’un mélange d’Obama et de Mitterrand, il rassurait, il séduisait. Son élection fut pour l’Afrique toute entière un grand moment de liesse populaire, une consécration. Hollande l’espoir tant attendu de l’Afrique et des africains.

Exit la droite Française amie des dictateurs, affairiste et ingrate. Bienvenue à la nouvelle Gauche, la Gauche de la Bonne Gouvernance, la gauche de la Justice et des Biens mal acquis.

Que nous a ton dit ? Que sous Hollande la politique Africaine de la France serait dirigée par des professionnels de la politique et non par les mercenaires du Medef International (mélange d’agents des services secret et d’opportunistes).

Pourquoi y a-t-on cru ? Pourquoi la naïveté est notre péché en politique ? Pourquoi notre vision politique ne dépasse pas les 6 mois, les 1 an… disons simplement le long terme, afin de mieux construire nos idées ?

Ce que Hollande a de mieux qu’Obama c'est qu'avec lui la déception est immédiate et directe. Aussi, la déception est immense à peine après 5 mois de pouvoir. Permettez de me lâcher : « Ah ! Hollande quel Bonbon sucré, ce Hollande, quel Bonbon sucré… ».

La France des incohérences Bon ! Revenons à la réalité. Alors comme ça, Hollande alias « bonbon sucré » trouve-t-il utile d’annoncer que les pensions des tirailleurs sénégalais, seront revues à la hausse quand les 95% de ces mêmes tirailleurs sont morts ?

Hollande alias « bonbon sucré » trouve-t-il utile d’annoncer la fin de la France -Afrique par la fin des émissaires et des mallettes ? Quand on sait que la France Afrique c’est d’abord un système mafieux qui maintient au pouvoir des régimes dictatoriaux en Afrique avec l’appui et la bénédiction de la France.
Mettre fin à la France -Afrique : c’est mettre fin à ces régimes.

D’ailleurs au passage disons-le clairement : si ces régimes dont la durée moyenne dans l’ensemble avoisine les 25 ans ne sont pas renversés ils se transformeront en Monarchies. A bon entendeur….

L’Afrique centrale qui regroupe la plus grande concentration de dictateurs au km2 en est l’illustration. Qu’ont-ils en communs ces dictateurs ? Ils ont trois choses en commun : La Dictature, La France et la Langue Française.

« Bonbon sucré » se vante que la France c’est 20% du commerce africain mais quand on sait que les pays qui ont en partage la langue française font plus de la moitié des 52 Etats que comptent l’Afrique. Il n y a pas de quoi se réjouir la moisson est loin d’être médiocre….

La France veut qu’on partage le Français et qu’ensemble nous la fassions rayonner mais est-ce possible quand elle limite les visas aux étudiants africains ? Nous savons tous que derrière toutes les annonces politiques pour l’accueil et le séjour des étudiants en France chaque préfecture a sa lecture.

La France veut que la pauvreté recule en Afrique, est-ce possible quand on sait que Bolloré a fait main basse sur tous les ports Africains. Aussi, jamais les droits portuaires n’ont été aussi élevés. Réduisant un peu plus le pouvoir d’achat des Africains qui, comme nous le savons sont condamnés à importer tous leurs besoins primaires.

Que dire du Franc CFA cette aberration des relations Franco-Africaines, ce contrat colonial sans fin, cette plaie de la finance Africaine. Comment peut-on imaginer que pareil système existe de nos jours ? Comment peut comprendre que nos dirigeants puissent accepter une telle contrainte en la présentant comme seule solution ?

Comment peut-on même imaginer devenir un pays Emergent quand on a aucune prise sur notre monnaie ? Près de 20 000 Milliards de CFA pour l’ensemble de la zone CFA sont prisonniers du trésor public Français. Près de 3000 Milliards rien que pour le Gabon. Cet argent est sans espoir d’une quelconque production d’intérêts. De l’argent bloqué en pure perte afin de soutenir le Franc CFA. Mis à la disposition du trésor public Français, il permet par contre à ce dernier d’avoir une oxygénation de trésorerie permanente.

La France veut que la corruption soit endiguée, que le droit et le climat des affaires soient garantis, mais ce sont les entreprises Françaises par leur proximité avec les régimes africains qui alimentent les canaux de la corruption et des biens mal acquis

Hollande alias « bonbon sucré » prône une politique extérieure avec l’Afrique qui ressemble à : « ni interventionnisme, ni indifférence ». Les peuples Africains doivent selon lui, régler leurs problèmes seuls. Moi je dis Ok ! A ceci près que la France est le moteur des problèmes en Afrique. Prenons pour ne pas changer, les Bongo, la France serait heureuse de les voir partir mais ne ferait rien pour ça ! Elle les a mis au pouvoir, C’est à nous de risquer nos vies pour qu’ils partent…

Comment ne pouvons-nous ne pas nous imaginer qu’en 2017 Sarkozy revienne au pouvoir ? Comment ne pas être tenté de soutenir Ali Bongo dans sa tentative d'introduction de l’anglais comme deuxième langue officielle ?

Mes chers compatriotes François Hollande nous a montré à suffisance ses limites et son indifférence face à notre combat démocratique pour le Gabon. Son manque d’enthousiasme et de soutien ferme à notre demande de Conférence Nationale Souveraine a été de trop. Nous devons maintenant faire ce que nous aurions dû faire dès le début c'est-à-dire compter sur nous-mêmes. Dans pareille situation l’union est notre seule force et la détermination notre seul salut.

Dr.Guilou Bitsutsu-Gielessen Secrétaire Exécutif de l’URDP

Comments

Popular posts from this blog

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL

THE PARIS CLUB IS PURPORTED TO HAVE ISSUED A PAYMENT ULTIMATUM TO ALI BONGO, THUS THE IMF RECENT VISIT TO GABON. LE CLUB DE PARIS AURAIT LANCÉ UN ULTIMATUM DE PAIEMENT À ALI BONGO, D’OÙ LA RÉCENTE VISITE DU FMI AU GABON

AN INTERESTING ARTICLE ABOUR WHAT IS GOING ON IN GABON. UN ARTICLE INTERESSANT SUR CE QUI SE PASSE AU GABON