OPEN FORUM: JONAS MOULENDA’S LETTER TO THE REGIME, ABOUT RITUAL CRIMES. TRIBUNE LIBRE: LA LETTRE DE JONAS MOULENDA AU RÉGIME, Á PROPOS DES CRIMES RITUELS


Jonas Moulenda (photo moulenda)



English Version


The journalist at the newspaper L’Union, Jonas Moulenda, who published the global scoop of the discovery of a bag full of human organs commonly called "spare parts", presumably used for witchcraft mainly by people in power, has published an acerbic letter to the Gabonese regime. This caustic letter is addressed to Ali Bongo.



Letter to the Head of State

By Jonas Moulenda


Mr. President,

Two weeks ago, I wrote to the Prime Minister about the rampant insecurity lately in our country. If I am doing the same thing today, through this letter, it is because I see that things are going from bad to worse. My grandfather used to say: "If you see the fish out of the water it is because it’s hot inside.”

Mr. Chairman, I was horrified and shocked on Tuesday when I saw a bag containing human organs at Oloumi. This gruesome discovery was the confirmation of a malaise and obvious discomfort. Our country is sick of ritual crimes. It is urgent to expect from you a more determined action to put a stop to this abominable practice that demeans our country.

This implies severe penalties for sponsors and authors of these crimes to discourage other tendencies in this direction. As long as criminals would be protected, they are going to revel in abomination. "As long as the monkey will not see you brandish the head of their kin, they will not be afraid of you," said actually my grandfather.

Mr. President, the gossips say that the followers of this practice are mostly hiding in the corridors of power. Today, many citizens even flee some politicians when they are approached by them. But they have reason to be suspicious of them! They say they approach them to butcher them and take the famous body parts. This is a legitimate and justified suspicion. I also remember the wisdom of my grandpa, who said: "the leopard does not salute the gazelle, except to suck its blood"

What shocks me is that some people they kill are among those who had put them on the pinnacle. This is both ungrateful and wicked from them! Finally, my grandfather was right when he said: "The forest lent the wood to the ax to make its handle, but in return, the ax has gone down to cut the forest." The citizens who are murdered regularly play an important role in society. If politicians decimated the population - knock on wood - who will still vote?

Despite your determination, it is clear that there is still a list of citizens who cannot be touched by the courts. How to understand that individuals on which weigh heavy charges of suspicions continue to take it easy? It seems to me that our prisons are made only for petty thieves. Whoever steals a rooster, in fact, is ten times more ... unfortunate likely to be sent behind bars, compared to someone who murdered their neighbor. All in all, my ancestor was right in saying that "justice is like a spider web, it catches only small insects."

If a high official is involved in a ritual crime, he must be sent to jail. To do so would not be to disrespect him. I still remember the wisdom of my grandfather, who said: "If the goatee was a sign of respect, we would not send the goat to slaughter." Moreover, the Universal Declaration of Human Rights and Citizens that our country has ratified, states in its Article 7 that all citizens are equal before the law and are entitled without any discrimination to equal protection under the law. But why for god’s sake, do we witness a segregationist justice?

The Emerging Gabon you want also requires a strong justice system and prisons which are not only populated by chicken or bag of rice thieves, right? Many of your collaborators are cited in ritual crimes. When would their judgment occur? What I do not understand is that they continue to occupy positions of responsibility as they should resign to be put at the disposal of the justice system. This is how things are done in serious countries.

Am I to understand by this that they are untouchable because they belong to the ruling party? The Attorney General speaks emptily in speeches of firmness, which sound like blackmail. Have ritual crimes stopped so far? But it is not only with speeches that the justice system will succeed in deterring criminals. My grandfather said: "one does not scare a cadaver with a white sheet."

What shocks me is that she revels in practicing denial, stating that journalists are sensationalizing the problem. The bag of body parts found today in Libreville, is it an invention of journalists? If the Attorney General cannot do the job for which you have called her in the government, because ... the minister’s dress might be too large for her, she must not be looking for scapegoats elsewhere. Her language is worthy of escapism. Another wisdom from my ancestor: "When the turtle is tired of walking, she accuses the road to walk."

Since the beginning of the famous criminal sessions, how many sponsors of ritual crimes have been sent to prison? However, my friend Pendi Bouyiki needs company there in prison for chatting. Mr. President, it is likely that politicians will never give up their companions because of fear of splashing. My grandpa said: "Two animals with scales know where to bite each other’s."

Some politicians behave as if the functions for which they serve are their land titles. They want to hang on at any price, even resorting to human sacrifices. Finally, my grandfather was right when he said: "The drowning man clings to anything, even to a snake." But the country's image is tarnished by these self-centered politicians!

You do not have to stay mum's. It is in your interest to take things in hand, people are judging you in terms of what you are required to do. If you do nothing by 2016, the country will significantly be depopulated. Perhaps some of your voters would be butchered by these unscrupulous criminals. In reality, they do not serve you very well. You should no longer entrust them to their positions, even if they support you. My grandpa said: "Even if the tam-tam player has performed well at the funeral, they cannot be given the inheritance of the deceased.”

By your position, you are the guarantor of stability and national unity. Social peace should not be sacrificed on the altar of the selfish interests of a group of individuals. Whenever you see them, do not forget to remind them that they are wrens today because plots of power they hold, they can become vulnerable tomorrow when they are no longer in business. It is still my grandfather who said: "When the water rises, fish eat ants. When the water drops, the ants eat fish. "

Mr. President, I just wanted to draw your attention to a problem bringing trouble and tensions. For the proverbial boy born and raised in the countryside that I am, has learned to lend an attentive ear to the sounds of nature and to decipher some signals. If your collaborators who are embarrassed decide to crucify me, I would not be surprised. "The truth is like pepper, if it is thrown in your face, you will rub your eyes.”




Version française


Le journaliste du quotidien L’Union, Jonas Moulenda, à l’ origine du scoop planétaire de la découverte d’un sac plein d’organes humains communément appelées «pièces détachées», vraisemblablement utilisées à des fins fétichistes par les gens de pouvoir principalement, vient de publier une lettre réquisitoire au pouvoir gabonais. Cette lettre caustique est adressée à Ali Bongo.



Lettre au Chef de l’Etat

Par Jonas MOULENDA



Monsieur le Président,

IL y a deux semaines, j’avais écrit au Premier ministre au sujet de l’insécurité galopante qui règne ces derniers temps dans notre pays. Si je monte encore au créneau, aujourd’hui, à travers cette lettre c’est parce que je constate que les choses vont de mal en pis. Mon grand-père disait: « Si tu vois le poisson sortir de l’eau, c’est qu’il fait chaud dedans. »

Monsieur le président, j’ai été horrifié et estomaqué mardi en voyant un sac contenant des organes humains à Oloumi. Cette découverte macabre est la confirmation d’un malaise et d’une évidence. Notre pays est malade de crimes rituels. Il est urgent d’attendre de vous une action plus résolue pour mettre le holà à cette pratique abominable qui avilit notre pays.

Cela implique des sanctions sévères à l’encontre des commanditaires et exécutants de ces crimes pour décourager d’autres velléités dans ce sens. Aussi longtemps qu’une chape de plomb protégera les criminels, ceux-ci se vautreront dans l’abomination. « Tant que le singe ne te verra pas brandir la tête de son semblable, il n’aura pas peur de toi », disait d’ailleurs mon grand-père.

Monsieur le Président, les mauvaises langues disent que les adeptes de cette pratique sont pour la plupart tapis dans les arcanes du pouvoir. Aujourd’hui, beaucoup de citoyens fuient même certains hommes politiques lorsque ceux-ci les abordent. Mais ils ont raison d'être méfiants vis-à-vis d’eux ! Ils se disent qu’ils les approchent pour les faire zigouiller et prélever sur eux les fameuses pièces détachées. C'est une méfiance légitime et justifiée. Je me souviens d'ailleurs de cette sagesse de mon papy, qui disait: « Le léopard ne salue pas la gazelle, si ce n'est pour sucer son sang.»

Ce qui me choque c’est que certains citoyens qu’ils font zigouiller font partie de ceux qui les avaient portés au pinacle. C’est donc à la fois ingrat et méchant de leur part ! Finalement, mon grand-père n’avait pas tort, lui qui disait: «La forêt avait prêté le bois à la hache pour fabriquer son manche mais en retour, la hache est allée abattre la forêt.» Les citoyens qui sont assassinés régulièrement jouent un rôle important dans la société. Si les hommes politiques déciment la population – je touche du bois - qui va encore les voter ?

Malgré votre détermination, force est de constater qu'il existe encore une liste de citoyens qui ne peuvent pas être inquiétés par la justice. Comment comprendre que des individus sur lesquels pèsent de lourdes charges continuent à se la couler douce ? Il me semble que nos prisons ne sont faites que pour les auteurs de larcins. Celui qui vole un coq a, en effet, dix fois plus de ...malchance d'être envoyé au gnouf que celui qui aura fait assassiner son semblable. Tout compte fait, mon aïeul avait raison de dire que « la justice est comme une toile d’araignée ; elle n’attrape que de petits insectes ».

Si un haut dignitaire est mêlé dans un crime rituel, il doit être envoyé au gnouf. Le faire ne serait pas lui manquer de respect. Je me souviens encore de cette sagesse de mon grand-père, qui disait: «Si la barbichette était un signe de respect, on n'enverrait pas le bouc à l'abattoir.» D’ailleurs, la Déclaration universelle de droit de l’homme et du citoyen à laquelle notre pays a souscrit stipule en son article 7 que tous les citoyens sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Mais pourquoi, diantre, assiste-t-on à une justice ségrégationniste ?

Le Gabon émergent que vous voulez passe aussi par une justice forte et des prisons qui ne doivent pas être peuplés que des voleurs de poules et de sacs de riz, non ? Plusieurs de vos collaborateurs sont cités dans des crimes rituels. A quand leur jugement ? Ce que je ne comprends pas c'est qu’ils continuent à occuper des postes de responsabilité alors qu’ils devaient démissionner pour se mettre à la disposition de la justice. C’est comme ça que les choses se font dans des pays sérieux.

Dois-je comprendre par là qu’ils sont intouchables parce qu’ils militent au sein du parti au pouvoir ? La Garde des Sceaux nous rebat les oreilles avec des discours de fermeté, qui sonnent comme du chantage. Les crimes rituels ont-ils cessé pour autant ? Mais ce n’est pas avec les seuls discours que la justice parviendra à dissuader les criminels. Mon grand-père disait: «On n’effraie pas le cadavre avec un drap blanc.»

Ce qui me choque c’est qu’elle se complait à pratiquer le déni, déclarant que les journalistes font du sensationnel. Le sac des pièces détachées retrouvé aujourd’hui à Libreville est-il une invention des journalistes ? Si la Garde des Sceaux ne peut pas faire le travail pour lequel vous l’avez appelée au gouvernement parce que la…robe de ministre est trop ample pour elle, qu’elle ne cherche pas des boucs émissaires ailleurs. Son langage est digne d’une fuite en avant. Encore une sagesse de mon aïeul :« Quand la tortue est dépassée par la marche, elle accuse la route de marcher ».

Depuis le début de fameuses sessions criminelles, combien de commanditaires de crimes rituels ont-ils été envoyés au gnouf ? Pourtant, mon ami Pendi Bouyiki a besoin de la compagnie là-bas en prison pour papoter. Monsieur le Président, tout porte à croire que les politiques ne lâchent jamais leurs compagnons parce que craignant des éclaboussures. Mon papy disait : «Deux animaux à écailles savent où se mordre.»

Certains hommes politiques se comportent comme si les postes qu’ils occupent sont des titres fonciers. Ils veulent s’y accrocher à n'importe quel prix, quitte à recourir aux sacrifices humains. Finalement, mon grand-père avait raison, lui qui disait : « L’homme qui se noie s’accroche à tout, même à un serpent. » Mais l’image du pays est salie par des politicards au nombrilisme à fleur de peau !

Vous ne devez pas rester motus et bouche cousue. Il est de votre intérêt de prendre les choses en main, les citoyens vous jugeant à l’aune de vos exigences. Si vous ne faites rien d’ici à 2016, le pays sera considérablement dépeuplé. Peut-être, certains de vos électeurs seront-ils dépecés par ces criminels sans scrupule. En réalité, ils ne vous rendent pas un bon service. Il y a lieu de ne plus leur confier des postes de responsabilité, même s’ils vous soutiennent. Mon papy disait: « Même si le joueur de tam-tam a bien fait les funérailles, on ne peut pas lui donner l’héritage du défunt. »

De par vos fonctions, vous êtes le garant de la stabilité et de l'unité nationale. On ne doit pas sacrifier la paix sociale sur l'autel des intérêts égoïstes d'un groupe d'individus. Chaque fois que vous les verrez, ne manquez pas de leur rappeler que s'ils sont des roitelets aujourd'hui à cause des parcelles de pouvoir qu'ils occupent, ils pourront devenir vulnérables demain quand ils ne seront plus aux affaires. C'est encore mon grand-père qui disait: « Quand l'eau monte, les poissons mangent les fourmis. Quand l'eau baisse, les fourmis mangent les poissons. »

Monsieur le président, j’ai juste voulu attirer votre attention sur un problème porteur des troubles et des tensions. Car, le proverbial garçon né et élevé à la campagne que je suis a appris à tendre une oreille attentive aux bruits de la nature et à décrypter certains signaux. Si vos collaborateurs gênés aux entournures décident de me crucifier, je n’en serai pas étonné. « La vérité est comme du piment; si on vous le jette à la face, vous vous frotterez les yeux. »

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE