RICHARD ATTIAS WRITES TO BARACK OBAMA ON BEHALF OF HIS CLIENT, ALI BONGO. RICHARD ATTIAS ÉCRIT À BARACK OBAMA, AU NOM DE SON CLIENT ALI BONGO




English Version

It is in the columns of the web site “The Huffington Post” that Richard Attias, Ali Bongo’s impresario and promoter of the New York Forum Africa, has published a letter to President Barack Obama, coinciding with the visit the US President is undertaking in Africa. In reading that letter, it looks like Attias wanted to find a way to insert Ali Bongo into Obama’s African agenda, given that the US President would not be visiting Gabon. The letter itself is laughable and totally superficial; but we must publish it here so our readers can find out what Attias and Ali Bongo are up to and how desperate they are to get Obama’s attention. Below is the letter in its integrality.


Barack Hussein Obama

President of the United States of America

The White House

Washington, DC



26 June 2013



Dear Mr. President,



In a few hours you will touch down in Africa on a much-anticipated visit. Africa is deeply rooted in my DNA. It is the continent where I was born, it is where my roots are, it is the land where I made my best friends, it is the land whose sights and smells I recall, and where people have known how to live together for centuries in peace and harmony. It is where the conflicts of religion that we know today never existed in the past. Africa today is also a land of one billion people, many of them young and seeking opportunity. These one billion people have huge expectations of you on the eve of your arrival.



Your trip to Africa couldn't come at a more timely moment. Right now, Nelson Mandela, a world icon, a mentor who has undoubtedly inspired you, and a fellow Nobel Peace laureate is nearing the end of his lifecycle. This is not a coincidence. This is a message. This is a passing of a baton. It is, I believe, a sign that you personally have a big role to play in the future of the continent.



Earlier in June in Gabon, under the patronage of H.E. President Ali Bongo Ondimba, I convened the New York Forum AFRICA 2013, in the presence of ten of your fellow heads of state and over 1,500 business leaders. There in the capital, Libreville, not only did we come together to discuss how to accelerate economic and social development, but we produced concrete outcomes and policy innovations. These included: the launch of a job training fund, announcements regarding easing of workforce mobility requirements, and key steps to counteract the illegal pharmaceutical trade.



Following the intense deliberations among US, African and other global leaders, I left Libreville last week with a profound conviction: the continent needs America, it needs your leadership. Africa today needs to realize for itself the best that the United States has to offer. Its people are already inspired by the US - by technology, innovation, creativity, openness, stability, security, and the promise that the current generation will have greater opportunities than those experienced by previous generations. Africa now needs to replicate the DNA of your great nation. In this decade, Africa has found a voice, and it is calling for partnership, for investment. It is also calling right now. Our mutual friend Larry Summers was my guest at the Forum, and he put it well: "In a world where lending countries talk and borrowing countries listen, it is about time that Africa found its voice and the world listened. Senegal has a lower borrowing rate that Greece, and Ghana has a lower rate than Ireland, whilst Gabon has a lower borrowing rate than Belgium and Chile."



Africa is not just about oil or natural resources; Africa is about youth, talent, enthusiasm and passion. It's about young people, girls and boys who aspire for democracy, leadership, education and healthcare. It is about change. It's about citizens standing up to their governments and to non-state actors to say, 'We want to determine our own destiny and we want to create the conditions in our own countries for peace and for progress.' This is therefore a moment for Africans, from those in Tunis who have shown their sisters and brothers that they are not scared of regime change to those in Timbuktu who are defiant when crime and conflict prevent citizens from achieving their economic potential.



It is my belief that the continent of Africa today provides the US with an ideal platform for a global joint venture with the other leading economies, most notably the European Union and China. This "joint venture" would not be about aid, nor about investment in extractive industries. Rather it would be a process of supporting inclusive and sustainable growth for the continent and the people. This is a process, Mr. President, which I know you can and should definitely champion and lead.



In this regard, kindly permit me to share my personal dream with you. As part of a new global partnership for Africa, and as part and parcel of the US's commitment to economic statecraft and to Africa achieving its potential, I invite you to support, financially and technically, Train My Generation, the jobs fund that was launched by H.E. President Ali Bongo Ondimba, his CEMAC peers, and my New York Forum Institute, which you know well. Train My Generation will finance the creation of 50 professional schools that will train 100,000 students and unemployed persons in 18-24 months. These schools will focus on three sectors - tourism, agriculture and retail - that have the biggest growth potential, and the potential to create the most jobs. I hope that the US government will become a pillar of this fund and contribute to its transformative impact for Africa.

As you may know, we will be celebrating the life and achievement of another fellow Nobel Peace laureate of yours - Dr. Albert Schweitzer - on the occasion of the 100th anniversary of the establishment of his clinic in Gabon and in celebration of the center's excellence in healthcare. In consideration of what you can do for Africa by way of example, Mr. President, I would like to quote the great humanist Dr. Schweitzer, who left Africa and the world greatly influenced by his humanist legacy, "Do something wonderful, people may imitate it."

Wishing you a successful trip.



Yours sincerely,



Richard Attias

Founder, New York Forum and New York Forum AFRICA


Version Française

C'est dans les colonnes du site "The Huffington Post" que Richard Attias, l'imprésario d'Ali Bongo et promoteur du New York Forum Africa, a publié une lettre au président Barack Obama, qui coïncide avec la visite que le Président américain entreprend en Afrique. En lisant cette lettre, il semble qu’Attias voulait trouver un moyen d'insérer Ali Bongo dans l'agenda africain d'Obama, étant donné que le Gabon ne se trouve pas sur l’itinéraire du Président américain. La lettre elle-même est ridicule et totalement superficielle, mais nous la publions ici afin que nos lecteurs puissent savoir ce qu’Attias et Ali Bongo sont en train de faire et comment ils cherchent désespérément à attirer l'attention d'Obama. Voici la lettre dans son intégralité.


Barack Hussein Obama

Président des Etats-Unis d'Amérique

La Maison Blanche

Washington, DC



26 Juin 2013



Monsieur le Président,


Dans quelques heures, vous allez atterrir en Afrique dans le cadre d'une visite très attendue. L'Afrique est profondément ancrée dans mon ADN. C’est le continent qui m’a vu naitre, c'est là où sont mes racines, c'est la terre où je me suis fait mes meilleurs amis, c'est la terre dont les paysages et les odeurs me sont le plus familiers, et où les gens ont su vivre ensemble pendant des siècles dans la paix et l'harmonie. C'est là que les conflits de religion que nous connaissons aujourd'hui n'avaient jamais existé par le passé. L'Afrique aujourd'hui est aussi une terre d'un milliard de personnes, dont beaucoup de jeunes à la recherche d’opportunités. Ce milliard de personnes attend beaucoup de vous, à la veille de votre arrivée.



Votre voyage en Afrique ne pouvait pas arriver à un moment plus opportun. En ce moment, Nelson Mandela, une icône mondiale, un mentor qui vous a sans aucun doute inspiré, et comme vous un lauréat du prix Nobel de la paix, approche la fin de son cycle de vie. Ce n'est pas une coïncidence. Il s'agit d'un message. Il s'agit d'un passage du relai. C’est, je crois, un signe que vous ayez personnellement un grand rôle à jouer dans l'avenir du continent.

Plus tôt en Juin au Gabon, sous le haut patronage de Son Excellence Le président Ali Bongo Ondimba, j'ai convoqué le New York Forum AFRICA 2013, en présence de dix de vos collègues chefs d'Etat et plus de 1500 chefs d'entreprise. Là, dans la capitale, Libreville, non seulement nous nous sommes réunis pour discuter des moyens d'accélérer le développement économique et social, mais nous avons produit des résultats concrets et des innovations en termes de projets. Il s'agit notamment: du lancement d'un fonds de formation professionnelle, les annonces d'assouplissement des exigences en matière de mobilité de la main-d'œuvre, et des mécanismes clés pour contrer le commerce illégal de produits pharmaceutiques.

Suite aux délibérations intenses entre les leaders venus des États-Unis, d'Afrique et d'autres horizons, j'ai quitté Libreville la semaine dernière avec une conviction profonde: le continent a besoin de l'Amérique, il a besoin de votre leadership. L'Afrique d'aujourd'hui a besoin de réaliser d’elle-même le meilleur de ce que les Etats-Unis ont à lui offrir. Ses habitants sont déjà inspirés par les Etats-Unis - par la technologie, l'innovation, la créativité, l'ouverture, la stabilité, la sécurité et la promesse que la génération actuelle aura plus de possibilités que celles obtenues par les générations précédentes. L'Afrique a besoin aujourd’hui de répliquer l'ADN de votre grande nation. Dans cette décennie, l'Afrique a trouvé une voix, et elle lance un appel aux partenariats pour les investissements. Elle lance cet appel en ce moment. Notre ami commun Larry Summers était mon invité au Forum, et il l’a bien dit: «Dans un monde où les pays prêteurs parler et ceux qui empruntent écoutent, il était temps que l'Afrique trouve sa voix et que le monde l’écoute. Le Sénégal dispose d'un taux d’emprunt inférieur à celui de la Grèce, et le Ghana a un taux inférieur à l'Irlande, tandis que le Gabon a un taux d'emprunt plus bas que la Belgique et le Chili ».

L'Afrique ce n'est pas seulement le pétrole ou les ressources naturelles, l'Afrique c’est aussi sa jeunesse, ses talents, l’enthousiasme et la passion. Il s'agit de jeunes, filles et garçons qui aspirent à la démocratie, au leadership, à l'éducation et à la santé. Il s'agit de changement. Il s'agit de citoyens qui tiennent tête à leurs gouvernements et d’acteurs non étatiques qui disent: «Nous voulons déterminer notre propre destin et nous voulons créer les conditions dans nos propres pays pour la paix et pour le progrès." C'est donc un moment pour les Africains, de ceux qui de de Tunis ont montré à leurs frères et sœurs qu’ils ne sont pas effrayés par le changement de régime, à ceux de Tombouctou qui résistent là où la criminalité et les conflits empêchent les citoyens de réaliser leur potentiel économique.



C'est ma conviction que le continent africain fournit aujourd'hui aux Etats-Unis avec une plate-forme idéale pour une joint-venture mondiale avec les autres grandes économies, notamment l'Union européenne et la Chine. Cette «joint-venture» ne serait pas de l'aide, ni des investissements dans les industries extractives. Il s'agirait plutôt d'un processus de soutien à la croissance inclusive et durable pour le continent et ses habitants. C'est un processus, Monsieur le Président, que je sais que vous pourriez et devriez certainement soutenir et mener.

À cet égard, veuillez me permettre de partager mon rêve personnel avec vous. Dans le cadre d'un nouveau partenariat mondial pour l'Afrique, et en tant que partie intégrante de l'engagement des Etats-Unis à la gouvernance économique et à la mission de permettre à l'Afrique de réaliser son potentiel, je vous invite à soutenir, financièrement et techniquement, Train My Generation, le fonds de l'emploi qui a été lancé par Son Excellence Le président Ali Bongo Ondimba, ses pairs de la CEMAC, et mon institut New York Forum Institute, que vous connaissez bien. Train My Generation va financer la création de 50 écoles professionnelles qui permettront de former 100000 étudiants et chômeurs en 18-24 mois. Ces écoles se concentreront sur trois secteurs - le tourisme, l'agriculture et le commerce de détail - qui ont le plus grand potentiel de croissance et le potentiel de créer le plus d'emplois. J'espère que le gouvernement américain va devenir un pilier de ce fonds et contribuer à son impact transformateur pour l'Afrique.

Comme vous le savez peut-être, nous allons célébrer la vie et les réalisations d'un autre lauréat, comme vous, du prix Nobel de la Paix- le Dr Albert Schweitzer - à l'occasion du 100e anniversaire de l'établissement de sa clinique au Gabon et dans le cadre de la célébration de l'excellence de ce centre en matière de santé. En considération de ce que vous pouvez faire pour l'Afrique à titre d'exemple, Monsieur le Président, je voudrais citer le grand humaniste Dr Schweitzer, qui a laissé l'Afrique et le monde fortement influencé par son héritage humaniste: «Faites quelque chose de merveilleux, les gens pourraient l’imiter. "

En vous souhaitant un voyage réussi.



Cordialement,



Richard Attias

Fondateur New York Forum et New York Forum AFRICA

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI