WHY WE PUBLISH PICTURES OF RITUALS OF CRIMES, AS HORRIBLE AS THE MUTILATIONS MAY BE! POURQUOI NOUS DIFFUSONS LES PHOTOS DES CRIMES RITUELS, AUSSI HORRIBLES QUE SOIENT LES MUTILATIONS!





Photo MOE

English version


After the publication on our blog of the gruesome pictures of the mutilated corpses of Stessy Effa Nguema and her friend, many of our readers wrote to us to express their anguish that they could read the text but could not look at the pictures which were too upsetting to have been published. For these readers, we could have just published the text and the picture the young Stessy while still alive and that would have been enough. They ask us why we found it necessary to publish the pictures of the dead bodies.

Dear readers, this blog has always told you that its value a free debate without lip service and this is why we are going to answer these readers as plainly and honestly as we can. Here is our position regarding the publication of such pictures.

This blog believes that given the level of barbarity ongoing in Gabon at the moment, where young and not so young people, children and women are hunted and brutally murders for the harvest of their organs, it is important and even crucial to show the entire country and the entire world, the barbarity of these killings. The publication of these photos are undoubtedly difficult for the parents and families of these victims; however, many parents and families are of the opinion that the world need to see the pictures of their slain loved ones as proof of the savagery and viciousness that has descended upon them.

Obviously we have to respect the dignity of the victims and their families and of course pictures should never be published against these families wishes. Everyone understands that. But when something as shocking as these ritual crimes continues to occur on the regular bases, with no end in sight it seems, allowing the publication of these pictures, allowing people to see the corpses with the terrible injuries they have suffered, changes the debate irrevocably. The general public needs to understand what is happening in Gabon, if we want this situation to stop. The general public needs to see that the consequence of the impunity of the multiple ritual crimes is Gabonese children discovered lying in sordid places without some of their organs. Yes it is gruesome; it is brutal; but that is what ritual crimes are doing to our people and that is what the Gabonese people need to be talking about and trying to eradicate. To sugar-coat the situation by hiding the pictures from public view is not really an answer. Hiding the pictures would allow the sponsors to deny that these crimes even exist, that these crimes even occur.

These pictures need to be shown because the country needs to know what is happening and no one could claim that they do not know what ritual crimes are and who they affect. When people see on one picture just how vibrant and beautiful Stessy Effa Nguema was and on the next picture her bound and mutilated body, they are able to understand all the ugliness of these crimes and why we must do everything we can to stop their proliferation. We must insist that the world finds out what these sponsor have done to these victims.

Ritual crimes are not an abstraction. They are brutal, savage, a total butchery. These brutalities should be completely and thoroughly documented and presented to the public so those behind these crimes can be brought to justice.

We the Gabonese public at large should not be protected from these images. We should not ask to not be disturbed by the violence of these images, because nothing will ever change until we get real, we become stronger, face what is happening to our compatriots by looking at the evidence, these pictures, and then do what is necessary to make sure it does not happen again. It is only at that price that we can bring a stop to this scourge in Gabon. These pictures are important because no matter how many years will go by, these crimes should never be forgotten; what has happened to these victims should never be erased. We all need to be reminded of what human beings are doing to other human beings in Gabon in the name of power and wealth.


Version française

Après la publication sur notre blog de photos des cadavres horriblement mutilés de Stessy Effa Nguema et son amie, certains de nos lecteurs nous a écrit pour exprimer leur angoisse qu'ils aient pu lire le texte, mais ont été incapables de regarder les photos qui étaient trop bouleversantes pour être publiées. Pour ces lecteurs, nous aurions dû nous limiter à la publication du texte et de l'image de la jeune Stessy encore en vie, et ceci aurait été suffisant. Ils nous demandent pourquoi nous avons jugé nécessaire de publier les photos des cadavres.

Chers lecteurs, ce blog vous a toujours dit que sa principale valeur était le débat libre, sans langue de bois, et c'est pourquoi nous allons répondre à ces lecteurs aussi clairement et honnêtement que possible. Voici notre position concernant la publication de ces photos.

Ce blog est d'avis qu’étant donné le niveau de barbarie en cours au Gabon, où les jeunes et les moins jeunes, enfants et femmes sont pris en chasse comme des bêtes et brutalement assassinés pour le prélèvement de leurs organes, il est important et même essentiel de montrer à l'ensemble du pays et au monde entier, l’horreur de ces tueries. La publication de ces photos est sans doute difficile pour les parents et les familles des victimes, mais de nombreux parents et familles sont d'avis que l’opinion ait besoin de voir les photos de leurs proches tués, comme preuve de la sauvagerie et brutalité qui se sont abattues sur eux.

Évidemment, nous devons respecter la dignité des victimes et celle de leurs familles et bien sûr, les photos ne doivent jamais être publiées contre le souhait de ces familles. Tout le monde comprend cela. Mais quand quelque chose d'aussi choquant que ces crimes rituels continue à se produire sur une base régulière, avec aucune indication d’une éradication envisageable; permettre la publication de ces photos, permettre aux gens de constater sur ces cadavres les terribles sévices subis par les victimes, change irrévocablement la teneur du débat. Le grand public a besoin de comprendre ce qui se passe au Gabon, si nous voulons que cette situation cesse. Le grand public a besoin de voir que la conséquence de l'impunité des crimes rituels multiples, est que les enfants gabonais sont découverts gisant dans des lieux sordides sans certains de leurs organes. Oui, c'est horrible, c'est brutal, mais c'est ce que les crimes rituels font subir à notre peuple et c'est ce dont le peuple gabonais doit se préoccuper et essayer d'éradiquer. Enrober la situation d’un voile angélique en cachant les images de la vue du public n'est pas vraiment une solution. Cacher les images permettrait aux commanditaires de nier l'existence même de ces crimes, de démentir que ces crimes se produisent encore.

Ces images doivent être visibles car le pays a besoin de savoir ce qui se passe et que personne ne puisse prétendre ignorer ce que sont les crimes rituels et qui ils affectent. Quand les gens voient sur une photo comment vibrante et gracieuse Stessy Effa Nguema se présentait, et sur la photo suivante son corps ligoté et mutilé, ils comprennent toute l’horreur de ces crimes et pourquoi nous devons faire tout ce que nous pouvons pour empêcher leur prolifération. Nous devons insister pour que le monde sache ce que ces commanditaires font à ces pauvres victimes.

Les crimes rituels ne sont pas une abstraction. Ils sont brutaux, sauvages; une boucherie totale. Ces brutalités doivent être complètement et précisément documentées et présentées au public afin que ceux qui sont derrière ces crimes puissent être un jour traduits en justice.

Nous, public gabonais au sens large, ne devrions pas être protégés de ces images. Nous ne saurions demander à ne pas être bouleversés par la violence de ces images, parce que rien ne changera jamais tant que nous n’affronterons pas la réalité; tant que nous ne serons pas plus solides mentalement et prêts à affronter ce qui arrive à nos compatriotes en regardant les preuves, ces images, et faire ce qui est nécessaire pour s'assurer qu'elles ne se reproduisent plus. C'est seulement à ce prix que nous pouvons apporter un terme à ce fléau au Gabon. Ces images sont importantes parce que peu importe le temps qui s’écoulera, ces crimes ne doivent jamais être oubliées; ce qui est arrivé à ces victimes ne doit jamais être effacé des mémoires. Nous avons tous besoin de nous souvenir de ce que des êtres humains font à d'autres êtres humains au Gabon, au nom du pouvoir et de la richesse.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR