LOCAL ELECTIONS IN GABON: PRESS RELEASE OF THE CIVIL SOCIETY. ÉLECTIONS LOCALES AU GABON: COMMUNIQUÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

(Photo:FTLC)



English version


2013 Local elections in Gabon: Serious flaws that clearly call into question the reliability of the expected results


On December 14, 2013, were held on the entire national territory, elections for the Municipal and Departmental Councils in Gabon. After this consultation, the Network of organizations of the free civil society for good governance in Gabon (ROLBG), the main organization of the civil society which observed the voting process, makes the following conclusions:


Overall, it seems clear that despite the billions of FCFA spent on the French company Gemalto to introduce biometrics, the application of this technology has completely failed during the electoral process. In addition, numerous cases of irregularities, including fraud, bribery of voters, intimidation by police, lack of opposition members during the counting of votes and illegal transportation of voters in some polling stations, allow us to say that the 2013 local elections in Gabon have been poorly organized and this is detrimental to the results, in addition to sow serious doubts as to the quality or reliability of these outcomes; doubts that may lead to a request for the outright cancellation of the elections.


Following are comments from the ROLBG.


On the organization


Late opening of polling stations; on average at 11am;
Absence of key members in the polls, the President and Vice President of the majority and the opposition, as well as two assessors;
Constitution of members of polling stations on the fly; including at the Public School of Louis, at Martine OULABOU and Alibadeng, with the support of law enforcement (including the infamous Red Berets);
Installation of an army headquarters in a polling center such was the case in the public school of Akébé 2;
Distribution of voter cards on the fly;
Electoral lists torn and thrown on the ground;
Organized chaos regarding documents of identification required for voting;
Non requirement to present identification in some voting centers "center pilot school office # 1 and # 5";


On biometry


As for the biometric and transparent nature of this election, observers from civil society appointed by the ROLBG, found that: Contrary to what was announced by the Government, this election was not organized with biometrics. A Biometric election suppose according to international norms and standards, a computing device consisting of a laptop installed in each polling station, voters identification by their fingerprints so these could be matched with their profile. The other observation is that voters did not have biometric cards. So we can say that this election does not meet the standards of biometric voting.


On the course of the voting


The late opening of polling stations;
Faced with the failure of the CENAP, the facilitation by armed police in uniforms to go inside some polling stations and sometimes aggressively, including polling station of the school Akébé Plaine where observers were verbally abused;
Many citizens could not exercise their right to vote because of the refusal of some members of their offices to give them their voter’s registration card, or the inability to find their names on the electoral roll;
The massive transport of voters and distribution of money in the polling stations including those of Louis, Kinguélé , Akébé 2 and Ondogo ;
Voters who were selling their votes outside polling stations;
Some incidents have been recorded at the Urbaine school of the center office # 1 , # 2 , # 3 , which went beyond the official voting closing times of 18h , and at the Charbonnages school where observers were attacked by some zealous members of polling stations ;
Many foreigners not allowed to vote were denounced, attacked and delivered to the Gendarmerie


Counting and proclamation:


In many centers, the closure of offices was not simultaneous, while some closed at 18:00 hours others went beyond where the legal closing time;
The counting and proclamation was made in the dark particularly at Martine OULABOU where electricity was deliberately cut off;
In many polling center, counting took place in opacity, particularly in the public schools of Louis and Dragage where the public was chased away by police.


Summary of observations:


On the organization, the ROLBG notes an approximate organization of elections as the whole with many failures.


In terms of the voting, the ROLBG notes many dysfunctions detrimental to the quality and integrity of the ballot, including:
The late opening of polling stations;
The poor management of polling stations;
The lack of coordination between CENAP and representatives of political parties;
The impossibility for thousands of voters with voter cards to vote;
Electoral lists torn and thrown on the floor;
The massive presence of security forces in polling stations that have sometimes hampered security at polling stations;
The mass transport of voters including to Ndendé, Port-Gentil, Gamba, Omboué and Mouila; and corruption through the distribution of money by the candidates;
The offer of bribes to voters


On counting, we note that in many polling stations, it was along with the proclamation, done without electricity.


GENERAL CONCLUSIONS AND RECOMMENDATIONS


The voting took place generally without incident and without violence. It is to the credit of the population that wants to express its vote in every election democratically.
From the perspective of biometrics, an important element that should clarify the difference with the previous elections, this election was not organized according to the strict rules that underlie this technology. Which casts doubt on the transparency of the election across the country due to the non-application of the technology, that is to say biometrics.


For the ROLBG, the administration of local elections 2013 was disastrous and the many irregularities observed give no other choice but to recommend an outright cancellation of the elections.


Done in Libreville, 15 December 2013


Press contact: Georges Mpaga email: gmpaga@yahoo.fr Tel: + 241 07 51 99 32.


Mr. Georges Mpaga
Chairman of the Board of Directors of the Network of Free Organizations of the Civil Society for Good Governance in Gabon (ROLBG)
-Deputy National Coordinator of Publish What You Pay Gabon
-Expert Consultant Project Formulation


B.P: 870 Rue Louis Barro Libreville - GABON
241 07. 51 .99 .32
gmpaga@yahoo.fr



Version Française


Élections locales 2013 au Gabon: De sérieuses irrégularités qui remettent clairement en doute la fiabilité des résultats attendus


Le 14 décembre 2013, se sont déroulées sur l’étendu du territoire national, des élections pour désigner les Conseils Municipaux et Départementaux du Gabon. Au terme de cette consultation, le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), principale organisation de la société civile ayant observé le déroulement du scrutin formule les conclusions suivantes :
Dans l’ensemble, il apparaît très clairement que malgré les milliards de FCFA dépensés auprès de la société française GEMALTO pour instaurer la biométrie, l’application de cette technologie a totalement failli durant le processus électoral. De plus, de nombreux cas d’irrégularités, notamment de fraudes, de corruption d’électeurs, d’intimidation par les forces de l’ordre, d’absence de l’opposition durant le décomptage des votes et de transport illégal de votants dans certains bureaux de vote, permettent de dire que les élections locales 2013 au Gabon auront été mal organisées et sont préjudiciables aux résultats, en plus de semer un sérieux doute sur la qualité ou la fiabilité de ces résultats attendus; doutes susceptibles d’aboutir sur une demande d’annulation pure et simple de ce scrutin.


Ci-après les observations du ROLBG.


Sur l’organisation


Ouverture tardive des bureaux de vote en moyenne à 11heures ;
Absence des principaux membres dans les bureaux de vote, le Président et vice président de la majorité et de l’opposition, ainsi que les deux assesseurs ;
Constitution de membres de bureaux de vote séance tenante notamment à l’École publique de Louis, Martine OULABOU et Alibadeng, avec l’appui des forces de l’ordre (notamment les fameux Bérets rouges);
Installation d’un quartier général de l’armée au sein d’un centre de vote notamment école publique d’Akébé 2 ;
Distribution des cartes d’électeurs séance tenante ;
Listes électorales déchirées et jetées par terre ;
Désordre organisé concernant les pièces d’identités à fournir pour voter ;
La non exigence de présentation d’une pièce d’identité dans certains centres de vote « centre École pilote du centre bureau n°1 et n°5 » ;


La biométrie


En ce qui concerne le caractère biométrique et transparent de cette élection, les observateurs de la société civile mandatés par le ROLBG, ont constaté que : Contrairement à ce qui a été annoncé par le Gouvernement, cette élection n’a pas été organisée avec la biométrie. Une élection biométrique suppose d’après les normes et standard internationaux, un dispositif informatique, composé d’un ordinateur portable, installé dans chaque bureau de vote, que les électeurs soient authentifiés par la prise de leurs empreintes digitales de facto pour la reconnaissance de leur profil. L’autre constat est le fait que les électeurs ne disposaient pas de cartes biométriques. On peut donc dire que cette élection ne répond pas aux normes applicables à un scrutin biométrique.


Sur le Déroulement


L’ouverture tardive des bureaux de vote ;
Face à la défaillance de la CENAP, la facilitation pour les forces de l’ordre en uniformes et armées d’entrer à l’intérieur de certains bureaux de vote et parfois de façon agressive, notamment au bureau de vote de l’école d’Akébé plaine où les observateurs ont été verbalement agressés ;
De nombreux citoyens non pas pu accomplir leur droit de vote à cause du refus catégorique de certains membres de bureaux de leur donner la carte d’électeur, ou l’impossibilité de retrouver leurs noms sur la liste électorale ;
Le transport massif d’électeurs et la distribution d’argent dans les bureaux de vote notamment ceux de Louis, Kinguélé, Akébé 2 et Ondogo ;
Des électeurs qui monnayaient leurs voix au sortir des bureaux de vote ;
Quelques incidents ont été constatés à l’école urbaine du centre bureaux n°1, n°2, n°3 qui sont allés au-delà de l’heure de fermeture légale de vote qui était à 18h, et à l’école des Charbonnages où les observateurs ont été agressés par certains membres zélés des bureaux de vote ;
De nombreux étrangers non habileté à voter ont été dénoncés, pris à partie et remis à la Gendarmerie


Dépouillement et proclamation :


Dans de nombreux centres, la fermeture des bureaux n’a pas été simultanée, pendant que certains fermaient à 18 heures d’autres par contre sont allés au-delà de là de l’heure légale de clôture ;
Le dépouillement et la proclamation ont été réalisés dans l’obscurité particulièrement à Martine OULABOU où l’électricité a été délibérément coupée ;
Dans de nombreux centre de vote, le dépouillement s’est déroulé dans l’opacité, singulièrement aux écoles publiques de Louis et de Dragages où le public a été chassé par les forces de l’ordre.


Synthèse des observations :


Sur l’organisation, le ROLBG note une organisation approximative du scrutin dans la globalité avec de nombreux manquements.


Sur le plan du déroulement, le ROLBG note de nombreux disfonctionnements préjudiciable à la qualité et à la régularité du scrutin, incluant :
l’ouverture tardive des bureaux de vote ;
la gestion quelconque des bureaux de vote ;
le manque de coordination entre la CENAP et les représentants des partis politiques ;
l’impossibilité pour des milliers d’électeurs disposant de carte d’électeur de voter ;
les listes électorales déchirées et jetées à même le sol ;
la présence massive des forces de sécurité dans les bureaux de vote qui ont parfois entravés la sécurité dans les bureaux de vote ;
le transport massif des électeurs notamment à Ndendé, Port-Gentil, Omboué Gamba et Mouila et, la corruption à travers la distribution d’argent par les candidats ;
l’offre de corruption des électeurs


Sur le dépouillement, on note que dans nombreux bureaux, celui-ci et la proclamation ont été fait sans électricité.


CONLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS :


Le scrutin s’est déroulé dans l’ensemble sans incident majeur et sans violence. C’est à l’honneur de la population qui ne veut qu’exprimer son vote à chaque élection de façon démocratique.
Du point de vue de la biométrie, un élément important qui devait clairement établir la différence avec les élections précédentes, cette élection n’a pas été organisée selon les règles strictes qui sous-tendent cette technologie. Ce qui met en doute le caractère transparent du scrutin sur l’ensemble du territoire national du fait de la non application de ladite technologie, c’est-à-dire la biométrie.


Pour le ROLBG, l’administration des élections locales 2013 fut désastreuse et les nombreuses irrégularités observées ne donnent pas d’autres choix que de recommander une annulation pure et simple de ces élections.


Fait à Libreville, le 15 décembre 2013


Contact presse: Georges Mpaga email: gmpaga@yahoo.fr Tel: + 241 07 51 99 32.




M. Georges MPAGA
-Président du Conseil d'Administration du Réseau des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance au Gabon (ROLBG)
-Coordonnateur National Adjoint de Publiez Ce que Vous Payez Gabon
-Consultant Expert en Formulation des Projets


B.P: 870 Rue Barro Louis Libreville - GABON
+241 07. 51 .99 .32
gmpaga@yahoo.fr

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE