REFLEXIONS BY FIDEL CASTRO PAYING HOMAGE TO NELSON MANDELA: HEAVY STUFF! REFLEXIONS DE FIDEL CASTRO EN HOMMAGE A NELSON MANDELA: DU COSTAUD!

(Photo: Nelson Mandela Fundation)


English version


The special occasion of Nelson Mandela’s death has made Fidel Castro break his months of silence by publishing a long article in the Cuban press last week entitled: “Mandela ha muerto ¿Por qué ocultar la verdad sobre el Apartheid?” In English: “Mandela is dead. Why hide the truth about Apartheid?”


The following is the English version of these “reflexions”. It is somewhat lengthy but please read it in its entirety; its content is worth it!



Mandela is dead. Why hide the truth about Apartheid?

Mandela described the defeat thrust forward by internationalists in Cuito Cuanavale on the racist army as a victory for Africa. The Cuban people have feelings of deep fellowship with the homeland of Nelson Mandela.

Maybe the empire thought that we would not honor our word when, during days of uncertainty in the past century, we affirmed that even if the USSR were to disappear Cuba would continue struggling.

World War II broke out on September 1, 1939 when Nazi-fascist troops invaded Poland and struck like a lightning over the heroic people of the USSR, who contributed 27 million lives to preserve mankind from that brutal massacre that ended the lives of 50 million persons.

War, on the other hand, is the only venture that the human race throughout history has failed to avoid, leading Einstein to say that he did not know how World War III would be like but most certainly the fourth would be fought with sticks and stones.

Added up, the means available to the two most powerful powers –United States and Russia— amount to 20,000 (twenty thousand) nuclear warheads. Mankind should know that three days before John F. Kennedy assumed the presidency of his country on January 20, 1961, a US B-52 bomber, in a routine flight, carrying two atomic bombs with a destructive capacity 260 times that of the bomb dropped in Hiroshima, had an accident and the aircraft crashed. For such cases sophisticated automatic equipment are in place to prevent the bombs from exploding. The first bomb landed without risks. In the case of the second, three of the four mechanisms failed, and the fourth, in very critical conditions could barely function. The bomb did not explode by mere chance.


There is no present or past event I remember or have heard of that has impacted world public opinion so much as the death of Nelson Mandela, and not because of his wealth, but for his human quality and the loftiness of his ideas and feelings.

Throughout history and barely one and a half century ago — before robots and machines took over our modest tasks with a minimum energy cost– none of the phenomena that today shake mankind and inexorably rule each and every person –men and women, children and elders, young and adult, farmers and factory workers, manual workers or intellectuals– existed. The prevailing trend is to move to the cities, where the creation of jobs, transportation, and basic living conditions demand huge investments to the detriment of food production and other more rational ways of life.

Three powers have landed in our planet’s Moon. The same day Nelson Mandela, covered with his country’s flag, was buried in the backyard of the humble house where he was born 95 years ago, a sophisticated module from the Peoples Republic of China descended upon a bright spot in our Moon. The coincidence of both events was purely by chance.

Millions of scientists are studying earth and outer-space matters and radiations. Through them we now know that Titan, one of Saturn’s rings, accumulated 40 times more oil than the existing amount in our planet when oil extraction began 125 years ago and which will last barely one more century at current consumption rates.

The fraternal feelings of profound brotherhood between the Cuban people and Nelson Mandela’s homeland were born out of an event that has never been mentioned and about which we have never said a word during all these long years; Mandela, because he was an apostle of peace and did not want to hurt anyone; Cuba, because we have never done anything for the sake of glory and prestige.
Since the very triumph of the Revolution in Cuba we extended our solidarity to the Portuguese colonies in Africa. Liberation movements in that continent had colonialism and imperialism on the rack after World War II and the liberation of the Peoples Republic of China –the most highly populated country in the world— following the glorious triumph of the Russian Socialist Revolution.

Social revolutions were shaking the pillars of the old world order. In 1960 the inhabitants of the planet amounted to three million. Along with this, the power of big transnational companies –almost all Americans– was growing and the American currency, underpinned by US gold monopoly and its intact industry so far removed from the battle fields, took control of the world economy. Richard Nixon unilaterally abolished the backing of US currency in gold and his country’s companies took control over the main resources and raw materials in the planet which they bought with paper bills.

Nothing I have said till now is new.

But why do they try to hide the fact that the Apartheid regime –that brought so much suffering onto Africa and arouse so much indignation in most nations throughout the world– was the fruit of European colonial powers and was turned into a nuclear power by the United States and Israel, something Cuba, who supported Portuguese colonies in Africa fighting for their independence openly condemned?

Our people, handed over to the United States by Spain after 30 years of heroic struggle, never reconciled with the slavery regime imposed during almost 500 years.

In 1975, racist troops supported by light tanks equipped with 90-millimeter guns set off from Namibia –then occupied by South Africa— and penetrated more than one thousand kilometers into Angolan territory up to the vicinity of Luanda, where an airborne battalion of Cuban Special Troops and several Cuban crews for Soviet tanks with no crews, succeeded in delaying their advance. This happened in November 1975, 13 years before the Cuito Cuanavale Battle.

I’ve already said that we have done nothing for the sake of prestige or seeking benefit of any kind. It is a fact that Mandela was an upright man, a profound revolutionary and a radical socialist who endured with great stoicism 27 years of solitary confinement. I could not but admire his honesty, modesty and enormous merit.

Cuba was strictly fulfilling its internationalist duties by defending key positions and training thousands of Angolans in the use of weapons every year. The USSR was providing the weapons. At the time, however, we disagreed with the idea of the main advisor of the suppliers of military equipment. Thousands of young and healthy Angolans were constantly joining the units of their then incipient army. Their main adviser, however, was not a Zhúkov, Rokossovski, Malinowvsky or any of the many men that brought so much glory to Soviet military strategy. His obsessive idea was to send Angolan brigades carrying the best weapons to the territory where the tribal government of Savimbi – a mercenary serving the United States and South Africa– was supposedly located, which was tantamount to sending the troops fighting in Stalingrad to the border with the Falangist Spain that had sent over hundred thousand troops to fight against the USSR. That year a similar operation was going on.

The enemy was advancing behind several Angolan brigades severely hitting them near the place they had been sent to, approximately 1,500 kilometers away from Luanda. They were returning from there, pursued by South African troops en route to Cuito Cuanavale, a former NATO military base, located some 100 kilometers away from where a Cuban Tank Brigade was stationed.

At such a critical point, the President of Angola requested the support of Cuban troops. The commander of our troops in the South, General Leopoldo Cintra Frías, sent us the request as usual. Our firm reply was that we would provide such support provided that all Angolan troops and equipment would be under the Cuban command in South Angola. Everybody understood that our request was a requirement to turn the former base into the ideal battle field to hit the racist South African forces.

There was a positive response from Angola in less than 24 hours.

It was decided that a Cuban Tank Brigade would be immediately sent there. Several other were in the same line towards the West. The main obstacle was the mud and humidity due to the rainy season and the fact that every stretch of land had to be checked for anti-personnel mines. The military personnel to operate the tanks and guns without crew were also sent to Cuito.

To the East, the base was separated from the territory by the large and fast- flowing Cuito River over which there was a solid bridge under the frantic attack of the racist army. A radio-controlled airplane full of explosives was hit, brought down on the bridge and put out of action. The retreating Angolan tanks still moving were crossed more to the North. Those that were not in good conditions were buried with their weapons facing East; a thick strip of anti-personnel and anti-tank mines turned the line into a mortal trap on the other side of the river. When the racist troops renewed their advance and ran into that defensive wall, the artillery and tanks of the revolutionary brigades came down on them shooting from their positions in the Cuito area.

The Mig-23 fighters had a special role to play. Flying at a speed of almost 1,000 kilometers per hour and 100 (one hundred) meters altitude they were able to distinguish if the artillery personnel was black or white and began firing relentlessly against them.

When the battered and immobilized enemy began to withdraw, the revolutionary forces began to get ready for the final combats.
Numerous Angolan and Cuban brigades began moving quickly and keeping proper distance to the West towards the only wide routes from which South Africans always began their military actions against Angola. The airport, however, was approximately 300 (three hundred) kilometers from the border with Namibia, which was totally occupied by the Apartheid army.

While troops reorganized and rearmed the urgent decision to build a runway for the Mig-23 was made. Our pilots were using the aircraft equipment provided by the USSR to Angola, whose pilots had lacked the time for a proper training. Several aircrafts were inoperative sometimes due to the action of our own artillerymen or anti-aircraft weapon operators. South Africans still occupied part of the main road going from the border of the Angolan plateau to Namibia. They began shooting from the bridges over the wide Cunene River –located between Southern Angola and Northern Namibia– with their 140-millimeter guns giving their projectiles a range of about 40 kilometers. The main problem was that the racist South Africans had, according to our estimates, 10 to 12 nuclear weapons. They had even tested them in the frozen areas or seas to the South. President Ronald Reagan had authorized such tests and the device for blasting the nuclear charge was among the equipment delivered by Israel. Our response was to organize the troops in combat groups of no more than 1,000 men, who would have to advance equipped with anti-aircraft tanks throughout an extensive territory at night.

According to reliable sources, South African nuclear weapons could not be transported by Mirage planes; heavy Canberra type bombers were required instead. In any case, our forces’ air defense had many different types of missiles that could hit and destroy air targets located dozens of kilometers away from our troops. In addition, a dam with 80 million cubic meters of water located in Angolan territory had been occupied and mined by Cuban and Angolan fighters. The explosion of that dam would have been tantamount to the explosion of several nuclear weapons.

Nonetheless, a hydroelectric plant using the strong current of the Cunene River, before reaching the Namibian border, was being used by a South African army detachment.

When the racist began shooting with their 140-millimeter guns in this new theater of operations, the detachment of white soldiers was strongly hit by the Mig-23 and the survivors fled the place leaving some posters criticizing their high command. That was the situation when Cuban and Angolan troops marched over the enemy lines.

I learned that Katiuska Blanco, the author of some historical accounts, together with other reporters and press photographers were there. It was a tense situation but everybody kept cool.

It was then that we got the news that the enemy was willing to negotiate. We had succeeded in stopping the imperialist and racist adventure in a continent where, in 30 years time, the population will exceed that of China and India together.

The role of the Cuban delegation on the occasion of the demise of our brother and friend Nelson Mandela will be unforgettable.
I congratulate comrade Raul for his brilliant performance and particularly for his strength of character and dignity when in a kind but firm gesture greeted the United States Head of Government and told him in English: “Mr. President, I’m Castro”.

When my health imposed limits to my physical capacity, I did not hesitate in expressing my criteria on who, in my view, could assume the responsibility. A life is a minute in the history of the peoples and I believe that whoever holds today that responsibility must have the experience and authority required to choose among an increasing -almost infinite— number of alternatives.

Imperialism will always have several cards up its sleeve to subdue our island even if it has to depopulate it, depriving it from young men and women to whom they offer the scraps of the goods and natural resources it ransacks from the world.

Let the spokesmen of the empire now talk about how and why Apartheid came to life.


Fidel Castro Ruz
December 18, 2013


Version française


L'occasion spéciale de la mort de Nelson Mandela a fait rompre à Fidel Castro ses long mois de silence, en publiant dans la presse cubaine la semaine dernière, un long article intitulé: "Mandela ha muerto¿ Por qué ocultar la verdad sobre el apartheid?" En français: "Mandela est mort. Pourquoi cacher la vérité sur l'apartheid? "


Ce qui suit est la version française de ces «réflexions». Le texte est un peu long, mais s'il vous plaît lisez le dans son intégralité; son contenu en vaut la peine!




MANDELA EST MORT. POURQUOI CACHER LA VÉRITÉ SUR L’APARTHEID?

Mandela a qualifié la défaite assenée par les internationalistes à l’armée raciste de Cuito Cuanavale de victoire pour l’Afrique. Le peuple cubain éprouve des sentiments de fraternité profonde avec la patrie de Nelson Mandela.

L’Empire a peut-être cru que notre peuple ne tiendrait pas parole lorsque, pendant les jours incertains du siècle passé, nous avions affirmé que Cuba continuerait à lutter si l’URSS disparaissait.

La seconde guerre mondiale a éclaté lorsque, le 1er septembre 1939, le fascisme nazi envahit la Pologne et s’abat comme la foudre sur l’héroïque peuple d’URSS qui a donné 27 millions de vies pour préserver l’humanité de ce brutal massacre qui mit fin à la vie de plus de 50 millions de personnes.

Par ailleurs, la guerre est l’unique activité que, tout au long de l’histoire, l’homme n’a pas été capable d’éviter ; ce qui a conduit Einstein à répondre que s’il ne savait pas comment serait la 3ème guerre mondiale, la 4ème serait certainement à coup de pierres et de bâtons.

Si nous additionnons les moyens disponibles des deux plus grandes puissances, les Etats Unis et la Russie, elles disposent de plus de 20.000 ogives nucléaires. L’humanité devrait savoir que, 3 jours après l’avènement de John F. Kennedy à la présidence de son pays, le 20 janvier 1961, un bombardier B-52 américain, effectuant un vol de routine et transportant deux bombes atomiques 260 fois plus puissantes que celle utilisée à Hiroshima, est précipité au sol lors d’un accident. Des mécanismes de sécurité très sophistiqués et complexes doivent alors intervenir pour éviter l’explosion des bombes. Tout fonctionne à la perfection pour la première qui tombe au sol sans risque ; trois des quatre mécanismes de sécurité de la seconde ne fonctionnent pas, le quatrième présente des dysfonctionnements majeurs et s’il n’y a pas d’explosion, c’est par pur hasard.

Aucun évènement passé ou présent dont je me souvienne ou dont j’aie entendu parler n’a jamais suscité un tel impact sur l’opinion publique mondiale que la mort de Mandela ; et pas pour ses richesses, mais pour la qualité humaine, la noblesse de ses sentiments et de ses idées.

Tout au long de l’histoire, jusqu’à il y a à peine un siècle et demi et avant les machines et les robots s’occupent de nos modestes tâches à moindre coût d’énergie, il n’existait aucun des phénomènes qui touchent l’humanité et régissent inexorablement chaque personne : hommes ou femmes, enfants et vieillards, jeunes et adultes, agriculteurs et ouvriers, manuels ou intellectuels. La tendance dominante veut qu’on s’installe en ville, où la création d’emplois, le transport et les conditions élémentaires de vie demandent des investissements énormes au détriment de la production alimentaire et autres formes de vie raisonnable.

Trois puissances ont envoyé des artefacts sur la lune de notre planète. Le jour même où Nelson Mandela, enveloppé dans le drapeau de son pays, est inhumé dans la cour de l’humble demeure où il est né il y a 95 ans, un module sophistiqué de la République Populaire de Chine descendait sur un espace illuminé de notre lune. La coïncidence de ces faits est absolument due au hasard.

Des millions de scientifiques recherchent de la matière et des radiations sur la terre et dans l’espace ; c’est grâce à eux que nous savons que Titan, une des lunes de Saturne, a accumulé 40 fois plus de pétrole que notre planète au moment des premières concessions il y a 125 ans. Au rythme de la consommation, ces réserves dureront encore à peine 100 ans.

Les sentiments de fraternité profonde entre le peuple cubain et la patrie de Nelson Mandela sont nés d’un acte qui n’a même pas été évoqué et que nous avons tu durant beaucoup d’années : Mandela, parce qu’il était un apôtre de la paix et ne souhaitait blesser personne. Cuba, parce qu’elle n’a jamais agi à la recherche de gloire ou de prestige.

Nous avons été solidaires des colonies portugaises en Afrique dès les premières heures qui ont suivi le triomphe de la révolution à Cuba. Les mouvements de libération sur ce continent mettaient en échec le colonialisme et l’impérialisme après la seconde guerre mondiale et la libération de la République populaire de Chine – le pays le plus peuplé au monde – après le triomphe de la Révolution Socialiste Soviétique.

Les révolutions sociales faisaient trembler les fondations du vieil ordre. La population mondiale s’élevait à 3 milliards d’habitants en 1960. Les grandes entreprises transnationales, pratiquement toutes aux mains des Etats Unis, qui appuyaient sa monnaie sur le monopole de l’or et de son industrie intacte par l’éloignement des champs de bataille, s’accaparent de l’économie mondiale. Richard Nixon déroge unilatéralement à la garantie or du dollar et les entreprises de son pays s’accaparent des principales ressources et matières premières de notre planète, acquises avec des papiers.

Jusqu’ici il n’y a rien que nous ignorions.

Mais pourquoi occulter que le régime d’Apartheid, qui a tant fait souffrir le peuple africain et a indigné la grande majorité des nations de la terre, est le fruit de l’Europe coloniale et a été converti en puissance nucléaire par les Etats Unis et Israël? Cuba, qui appuyait les colonies portugaises d’Afrique luttant pour leur indépendance l’a condamné ouvertement.

Notre peuple, qui avait été cédé par l’Espagne aux Etats Unis après une lutte héroïque de plus de 30 ans, ne s’est jamais résigné au régime esclavagiste qui lui a été imposé pendant près de 500 ans.

Les troupes racistes aidées de tanks légers armés de canons de 90 millimètres sont parties de la Namibie, alors occupée par l’Afrique du Sud, en 1975 et pénétrèrent plus de 1000 km jusqu’aux environs de Luanda où un Bataillon de Troupes spéciales cubaines, envoyées par air, et une flotte cubaine de chars soviétiques qui se trouvait là sans personnel, ont pu les contenir. C’était en novembre 1975, 13 ans avant la Bataille de Cuito Cuanavale.

J’ai déjà dit que nous ne recherchions aucun prestige ou bénéfice. En réalité, Mandela était un homme intègre, un profond révolutionnaire radicalement socialiste qui a supporté avec stoïcisme 27 années d’emprisonnement. Je n’ai jamais cessé d’admirer son honnêteté, sa modestie et son énorme mérite.

Cuba a toujours accompli son devoir internationaliste rigoureusement. Elle défendait des points stratégiques et entraînait au maniement des armes chaque année des milliers de combattants angolais. L’URSS les fournissait en armes. Par contre, à l’époque, nous ne partagions pas l’idée que le fournisseur principal d’équipement militaire était l’assesseur principal. Des milliers de jeunes angolais en bonne santé intégraient constamment les unités de son armée en formation. L’assesseur principal, par contre, n’était pas un Zhúkov, Rokossovski, Malinovsky ou beaucoup d’autres qui ont fait la gloire de la stratégie militaire soviétique. Son idée obsessionnelle était d’envoyer des brigades angolaises avec les meilleures armes sur le territoire où résidait le gouvernement tribal de Savimbi, un mercenaire au service des Etats Unis et de l’Afrique du Sud. C’était comme d’envoyer les forces qui combattaient à Stalingrad vers la frontière de l’Espagne phalangiste qui avait envoyé plus de 100000 soldats lutter contre l’URSS. Il se produisit quelque chose de semblable cette année-là.

L’ennemi avançait derrière les forces de plusieurs brigades angolaises, frappées à proximité de l’objectif où elles étaient envoyées, approximativement à 1500 km de Luanda. Elles étaient poursuivies par les forces sud-africaines vers Cuito Cuanavale, ancienne base militaire de l’OTAN, à une centaine de kilomètres de la première brigade de tanks cubains.

En cet instant critique, le président angolais sollicita le soutien des troupes cubaines. Le chef de nos forces au Sud, le Général Leopoldo Cintra Frías, nous a communiqué cette requête, quelque chose d’habituel. Nous avons répondu que nous assurerions cette mission si toutes les forces et équipes angolaises de ce front se subordonnaient au commandement cubain au sud de l’Angola. Tout le monde comprenait que notre demande était nécessaire pour convertir l’ancienne base en champ idéal pour frapper les forces racistes d’Afrique du Sud.

La réponse positive tomba en moins de 24H

L’envoi immédiat d’une brigade de chars vers ce point fut décidé. Plusieurs étaient déjà sur la même ligne vers l’ouest. Les principaux obstacles étaient la boue et la terre humide à la saison des pluies qu’il fallait vérifier mètre à mètre contre les mines anti personnel. Le personnel nécessaire au maniement des tanks et des canons fut dépêché à Cuito.

La base était séparée du territoire situé à l’est par le fleuve Cuito, dangereux et rapide, sur lequel était posé un solide pont. L’armée raciste l’attaquait désespérément ; un avion téléguidé rempli d’explosifs fut touché et rendu inutilisable sur le pont. Nous avons croisé les tanks angolais en retraite plus au nord. Ceux qui n’étaient pas en état étaient enterrés avec les armes pointées vers l’est, une épaisse ceinture de mines anti personnel et anti chars transforma la ligne en un piège mortel de l’autre côté du fleuve. Lorsque les forces racistes recommencèrent à avancer et se confrontèrent à cette muraille, toutes les pièces d’artilleries et les chars des brigades révolutionnaires tiraient depuis leur emplacement sur la zone de Cuito.

Les avions de chasse Mig – 23 qui volaient à près de 1.000 km/h et à une centaine de mètres d’altitude jouèrent un rôle particulier. Ils étaient capables de distinguer si les artilleurs étaient noirs ou blancs et tiraient constamment sur eux.

Lorsque l’ennemi usé et immobilisé commença sa retraite, les forces révolutionnaires se préparèrent pour le combat final.

De nombreuses brigades angolaises et cubaines se déplaçaient rapidement vers l’ouest où étaient situées les seules voies par lesquelles les sud-africains initiaient leurs actions contre l’Angola. L’aéroport était par contre situé à environ 300 kilomètres de la frontière avec la Namibie et était contrôlé par l’armée de l’apartheid.

Tandis que les troupes se réorganisaient et s’équipaient, il fut décidé de construire d’urgence une piste d’atterrissage pour les Mig-23. Nos pilotes utilisaient les appareils fournis par l’URSS à l’Angola, dont les pilotes ne disposaient pas du temps nécessaire pour une instruction adéquate. On décomptait plusieurs équipes tombées, parfois, sous le feu de nos artilleurs ou opérateurs anti aériens. Les sud-africains occupaient encore une partie de la route principale conduisant du plateau angolais vers la Namibie. Pendant ce temps, sur les ponts du fleuve Cunene, entre le sud d’Angola et le nord de la Namibie, ils jouaient à tirer avec des canons de 140 millimètres dont les projectiles avaient une portée de 40 km. Le principal problème résidait dans le fait que les racistes sud-africains possédaient, d’après nos calculs, entre 10 et 12 armes nucléaires. Ils avaient procédé à des essais y compris dans les eaux et les zones congelées du sud. Le président Ronald Reagan l’avait autorisé et, parmi l’équipement provenant d’Israël figurait le dispositif nécessaire à l’explosion d’une charge nucléaire. Notre réponse consista en l’organisation de groupes de combat de moins de 1.000 hommes équipés de véhicules de combat anti-aériens qui devaient marcher la nuit dans une large extension de terrain.

D’après nos sources, les armes nucléaires sud-africaines ne pouvaient pas être chargées par des avions Mirage, elles nécessitaient des bombardiers lourds de type Canberra. De toutes façons, notre défense aérienne disposait de nombreuses et diverses fusées qui pouvaient toucher et détruire des objectifs aériens à des dizaines de kilomètres de nos troupes. Par ailleurs, un barrage de 80 millions de mètres cubes d’eau situé en territoire angolais avait été occupé et miné par des combattants cubains et angolais. L’explosion de ce barrage aurait été équivalente à plusieurs armes nucléaires.

Cependant, une centrale hydroélectrique utilisant les courants rapides du fleuve Cunene, avant la frontière avec la Namibie, était utilisée par un détachement de l’armée sud-africaine.

Lorsque les racistes commencèrent à tirer avec les canons de 140 millimètres sur le nouveau théâtre d’opérations, les Mig-23 se mirent à frapper avec forcé ce détachement de soldats blancs et les survivants abandonnèrent le lieu où nous trouvâmes des affiches critiques envers leur commandement. Telle était la situation lorsque les forces cubaines et angolaises avançaient vers les lignes ennemies.

J’ai su que Katiuska Blanco, auteur de plusieurs récits historiques, était présente avec d’autres journalistes ou reporters graphiques. La situation était très tendue mais personne ne perdit son calme.

C’est alors qu’arriva la nouvelle selon laquelle l’ennemi était prêt à négocier. Nous avions réussi à mettre fin à l’aventure impérialiste et raciste sur un continent qui, dans 30 ans, aura une population supérieure à celle de la Chine et de l’Inde réunies.

Le rôle de la délégation cubaine lors du décès de notre frère et ami sera inoubliable.

Je félicite le camarade Raúl pour sa brillante performance et, tout spécialement, pour la fermeté et la dignité dont il a fait preuve lorsque, d’un geste aimable mais ferme, il a salué le Chef du Gouvernement des Etats Unis et lui a dit en anglais : « Monsieur le Président, je suis Castro ».

Lorsque ma santé a mis un frein à mes capacités physiques, je n’ai pas hésité un seul instant à exprimer mon critère sur celui qui, selon mon jugement, pouvait assumer cette responsabilité. Une vie est une minute dans l’histoire des peuples et je pense que celui qui assume aujourd’hui cette responsabilité requiert l’expérience et l’autorité nécessaires pour choisir devant un nombre croissant, presque infini, de variantes.

L’impérialisme gardera toujours plusieurs cartes pour plier notre île même si il doit la dépeupler, la priver d’hommes et de femmes jeunes, en leur offrant des miettes des biens et ressources naturelles qu’il pille dans le monde.

Que les porte-paroles de l’empire nous disent maintenant comment et pourquoi est né l’apartheid.


Fidel Castro Ruz
Le 18 décembre 2013

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI