OPEN HEART WITH READERS: WHY DO I WRITE THIS BLOG? Á CŒUR OUVERT AVEC LES LECTEURS: POURQUOI ÉCRIS JE CE BLOG?

(Image: Wordpress)




English version

Dear readers, it's not every day that I write in the first person singular, but the circumstances that led to this post are rather exceptional. You see, dozens sometimes hundreds of comments fall into the blog’s inbox and I try to respond to them as quickly as possible. I reply to everybody, friends of the blog and those who threaten me regularly. But it is quite rare that I receive an email as relevant and on point as the one sent to me by a compatriot by the initials of Y. S., they will recognize themselves. This fellow Gabonese citizen asked the right questions and was showing a very high level of “critical thinking”. The specialist Lipman describes critical thinking as " an evaluative practice based on a reflexive, self-critical and self-correcting principles involving the use of different resources (knowledge, thinking skills, attitudes, people, information, equipment) in order to determine what is, on reasonable grounds, to believe (in the epistemological sense) or do (in the methodological and ethical sense) by considering carefully the selection criteria and contextual diversity." Simply, someone with critical thinking never accepts wholesale everything told to them; but instead, they engage in a synthesis of the information received to arrive at a scientific and unemotional conclusion, based on evidence and not just revealed by third party. After having exchanged fruitfully with this fellow Gabonese citizen, I started thinking about why do I write this blog because this exchange made me realize that there are more and more people of great caliber who read it and I had to do my duty of explaining to them my deepest motivations, because I owed these details to them in light of their interest to this blog and these quality readers should not be in the dark about what motivates my writing and the aim sought by my approach.

This blog was born of the takeover by Ali Bongo in Gabon that I personally experienced as a huge disaster and a tragedy for the country. A tragedy that we Gabonese will pay for generations. We were in 2009, in the 21st century, and Gabon had made a big leap towards the middle ages, seeing the imposition of a system of governance and succession that all countries now considered enlightened had long abandoned because heredity power had demonstrated its absurdity. While valiant countrymen fell in Port-Gentil, all who opposed the imposed order were being put in harm's way, Mamboundou already sick was moving towards the universal dusk, Mba Obame fell mysteriously ill with an affliction he has still not come out of; in short, a cleanup seemed to be underway to clear Gabon of strong challenges and prevent a solid and systematic rejection of the rape of Gabon; I therefore decided to contribute as I could to maintain an open flame in the minds of Gabonese citizens. It was then that I decided to write a blog where I would share my thoughts on Gabon with the world, its governance system, its regime. It was for me, a way to act as did others for their nations; such as the Irishman Samuel Beckett, the Romanian Eugène Ionesco, the Russian Arthur Adamov or the French Jean Genet, to mention only those few. It was for me the best way to contribute to my country because I felt that I could freely share my ideas and analyses my compatriots without anybody being forced to accept them as gospel, but as analyzes that they could compare to others and find for themselves the right mix and equilibrium; in short help create a society made up of thinking citizens, of individuals with critical thinking skills.

Through this blog, I gave myself the modest role of trying to initiate communication between compatriots on topics of utmost importance for all, because unfortunately often in Gabon, one has the impression of watching a dialogue of the deaf, where each person feels their frustrations deep inside, often without being aware of the possible dialogue with other fellows who feel the same, and without interaction with them. Through this blog, I have allowed myself to make my contribution to the construction of this edifice of sovereignty whereby we could resume possession of this country that is taken from us a little more each day. Here I wish to point out that for me, the inheritance of power is not a matter of individuals, as paradoxical as it may seem, but rather a matter of democratic principle. Democratic regimes have experienced the accession by sons of presidents to the Supreme function, Bush and Adams in the USA for example. Democratic principles do not prohibit a person whose father was President from exercising their constitutional right and be a candidate for president. But for me, it is imperative that procedures and processes be democratic. When I challenge Ali Bongo, I do object to him biologically, but rather on the most important issue for our collective future, which is to guarantee the respect of democratic principles their application to all people. There is no objection to Ali Bongo for election, but provided he has the same rights and is subjected to the same standards as others, nothing more, and nothing less. That is to say: not fakes and forgeries, no false biographies, no hidden underground maneuvers etc… But the succession by Ali Bongo to Omar of the same name, we have experienced in Gabon, in in effect an election ban for the Presidency which has been de facto imposed on all Gabonese who are not called Bongo. We have a confiscation not only of the ability of the citizens to exercise their constitutional right to be a candidate, but also the right of voters to elect the candidate of their choice. When elections are rigged and ballots always turn up a Bongo, it is a monarchy; it is that simple and profoundly unacceptable to the Gabonese and democratic that I am.

So I'm wondering, in deciding to make Ali Bongo the successor of Omar of the same name, in the least democratic manner, what message the people who govern Gabon, the Bongos, wanted to convey to all Gabonese? Dear readers, I hope that these clarifications give you a better sense of the purpose of this blog which I am determined to continue to publish as long as the situation does not change in Gabon.

Thank you for your attention

Charlie M.


Version française

Chers lecteurs, ce n’est pas tous les jours que j’écris à la première personne du singulier; mais les circonstances qui ont engendré ce billet sont assez exceptionnelles. Voyez-vous, des dizaines, parfois des centaines de commentaires tombent dans la boite email du blog et j’essaie d’y répondre le plus rapidement possible. Je réponds à tout le monde, aux amis du blog et à ceux qui me promettent avec régularité de me régler mon compte. Mais il est assez rare que je reçoive un courrier aussi pertinent et précis que celui que m’a envoyé le compatriote répondant aux initiales de Y. S., il se reconnaitra. Ce compatriote posait les bonnes questions et faisait montre d’un niveau très élevé de ce que les anglo-saxons appellent «critical thinking», c’est à dire: «pensée critique». Le spécialiste Lipman qualifie la pensée critique comme étant: «une pratique évaluative fondée sur une démarche réflexive, autocritique et autocorrective impliquant le recours à différentes ressources (connaissances, habiletés de pensée, attitudes, personnes, informations, matériel) dans le but de déterminer ce qu’il y a raisonnablement lieu de croire (au sens épistémologique) ou de faire (aux sens méthodologique et éthique) en considérant attentivement les critères de choix et les diversités contextuelles.» En plus simple, quelqu’un doté d’une pensée critique n’accepte jamais tout de go, tout ce qu’on lui dit, mais fait lui-même la synthèse de l’information reçue pour arriver à une conclusion scientifique et non émotive, basée sur des faits avérés et non simplement révélés par des tiers. Apres avoir échangé fructueusement avec ce compatriote, je me suis mis à réfléchir sur le pourquoi de ce blog car cet échange m’a permis de me rendre compte qu’il y a de plus en plus de gens d’excellent calibre qui le lise et que je devais me faire un devoir de leur expliquer mes profondes motivations, car je leur devais cet éclairage à la lumière de l’intérêt qu’ils portent à ce blog et qu’il n’était nullement question que ces lecteurs de qualité ne sachent pas ce qui motive mes écrits et le but recherché par ma démarche.

Ce blog est né de la prise du pouvoir au Gabon par Ali Bongo que j’ai personnellement vécu comme une immense catastrophe et une tragédie pour le pays. Une tragédie que nous Gabonais allons payer pendant des générations. Nous étions en 2009, au 21ième siècle, et le Gabon venait de faire un grand pas vers le moyen âge, en se voyant imposer un système de gouvernance et de succession que tous les pays considérés aujourd’hui comme éclairés avaient abandonnés car l’hérédité du pouvoir avait fait la démonstration de son absurdité. Alors que de vaillants compatriotes tombaient à Port-gentil, que tout ce qui s’opposait à l’ordre imposé devait être mis hors d’état de nuire, qu’un Mamboundou malade allait vers l’universel crépuscule, qu’un Mba Obame tombait mystérieusement malade d’un mal dont il n’est toujours pas sorti, bref que le ménage semblait être fait pour vider le Gabon de la contestation solide et empêcher la solide systématisation du refus du viol du Gabon, je me suis décidé à contribuer comme je pouvais au maintien d’une flamme libre dans l’esprit des Gabonais. C’est alors que je décidai d’écrire un blog ou je ferais partager au monde mes réflexions sur le Gabon, sur son système de gouvernance, sur son régime. C’était pour moi, une manière d’agir comme le firent d’autres pour les nations; de faire comme l’Irlandais Samuel Beckett; le Roumain Eugène Ionesco, le Russe Arthur Adamov ou encore le Français Jean Genet, pour ne citer que ceux-là. C’était pour moi la meilleur manière de contribuer à mon pays car j’estimais que je pouvais librement faire partager à mes compatriotes mes idées et analyses sans que ces derniers ne soient contraint de les accepter comme du pain béni, mais comme des analyses qu’ils pourraient opposer à d’autres et trouver eux même le juste dosage; bref contribuer à créer une société faite de citoyens pensants; d’individus ayant des capacités de pensée critique.

Par ce blog, je me suis donné le modeste rôle d’essayer d’initier la communication entre compatriotes sur des sujets de la première importance pour tous, car souvent malheureusement au Gabon, on a l’impression d’assister à un dialogue de sourds, où chaque personnage ressent en son intérieur ses frustrations, sans souvent être conscient du dialogue de l’autre compatriote qui ressent la même chose, et sans interagir avec lui. Par ce blog, je me suis permis d’apporter ma pierre à la construction de cet édifice de souveraineté grâce auquel nous reprendrons possession de ce pays qu’on nous arrache un peu plus chaque jour. Je tiens ici à rappeler que pour moi, l’hérédité du pouvoir n’est pas une question d’individus, aussi paradoxale que cela puisse paraitre, mais plutôt une question de principe démocratique. Des régimes démocratiques ont connu l’accession de fils de présidents à la fonction suprême, les Bush et les Adams aux USA par exemple. Les principes démocratiques n’interdisent pas à une personne dont le père a été président d’exercer son droit constitutionnel et présenter sa candidature aux présidentielles. Mais pour moi, il faut ABSOLUMENT que les procédures et les démarches soient démocratiques. Quand je conteste Ali Bongo, je ne m’oppose à lui de manière biologique, mais plutôt sur la question plus importante pour notre future collectif, qui est celle de garantir le respect des principes de la démocratie dans la candidature  à la présidence de toute personne. Il n’y a pas d’inconvénient à ce qu’Ali Bongo se présente aux élections, mais pourvu qu’il ait les mêmes droits et devoir que les autres, sans plus, ni moins. C'est-à-dire, pas de faux et usage de faux, pas de biographie trafiquée, pas de manœuvres souterraines occultes etc… Mais ce que nous vivons au Gabon dans la succession par Ali Bongo à Omar du même nom, porte essentiellement sur l’interdiction électorale à la présidence, qui a été de facto imposée à tous les gabonais qui ne s’appelle pas Bongo. Nous avons là une confiscation non seulement du droit du citoyen à exercer son droit constitutionnel de se porter candidat, mais aussi du droit de l’électeur à élire le candidat de son choix. Quand les élections sont truquées et que des urnes en sortiront toujours un Bongo, on est en monarchie; c’est aussi simple que ça et profondément inacceptable au Gabonais et démocrate que je suis.

Je me demande donc, en décidant de faire succéder à Omar Bongo, Ali du même nom, dans la manière la moins démocratique qui soit, quel message les gens qui gouvernent le Gabon, les Bongo, ont-ils voulu transmettre à l’ensemble des Gabonais? Chers lecteurs, j’espère que ces éclaircissements vous situent mieux sur la raison d’être de ce blog que je suis déterminé à continuer à alimenter aussi longtemps que la situation ne changera pas au Gabon.

Merci de votre attention

Charlie M.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT