JONAS MOULENDA’S LETTER TO ALI BONGO. LA LETTRE DE JONAS MOULENDA À ALI BONGO

Jonas Moulenda (photo: Moulenda)



English version


Our compatriot Jonas Moulenda just sent a letter reproduced below, to Ali Bongo. Although the content of the letter belongs to the author alone, to avoid the misinterpretations of the courageous Jonas Moulenda’s thoughts, we would like to contribute our grain of salt to his text by stating that when our compatriot is writing about the Accrombessi case and about what is called the "Foreign Legion”, it is not an ad hominem attack against the Gabonese citizens having a foreign origin or against foreign communities living in Gabon. The Gabonese people refuse to have their destiny conducted by people who hardly know Gabon, who have not shared anything with the Gabonese people, have arrived in Gabon by spontaneous generation and whose main concern seems to be the all-out looting of the country. It is this predatory "foreign legion" which surrounds Ali Bongo that the Gabonese people reject. It is not a xenophobic reflex, it is patriotism.


Below is the letter



Letter to the Head of State

Mr. President,

In a few days you will rejoice, I hope, in the feast of St. Sylvester. At the dawn of the New Year, I can only wish you my best wishes on my own behalf and on behalf of the newspaper Echos du Nord. "The best proof of love that one can show a giraffe is to knit them a scarf," my grandfather used to say.

I hope that 2014 will be better than 2013 for our country. But this will only be possible if you lead a more determined action to solve the problems of the people of Gabon, namely unemployment, high cost of living, insecurity, ritual crimes, social injustice, etc. These ailments can eventually cause troubles. From that moment, even a lustful companion could take advantage of the confusion to seize power from you. My grandfather used to say: "If a goat looks at you in the eye without respect, he would finally remove your braised yam from the fire."

Mr. President, I therefore urge you to make peace fruitful in Gabon that you have in your hands by redistributing it to all citizens. Whatever the influences that you can be under, you must first think about your interior peace, that of your descendants and of all citizens of this country. You do not need to commit actions that may have a negative impact on posterity. My grandfather used to say: "The hen that is accompanied by her chickens does not pass through the fire."

Regarding injustices, it would be desirable that you stop appointing expatriates in the decision-making bodies of the State, under the false pretext of a lack of national expertise. By doing so, you create frustrations and stoke resentment. My grandfather used to say: "Who feeds the neighbors’ dogs annoys their own." Mr. President, are there no one of Gabonese extraction to be your chief of staff instead of the Beninese Maixant Accrombessi?

Would the Beninese people have accepted you as chief of staff to Yayi Boni? An effort of memory allows me, in fact, to remember the fate they had reserved to the Malian marabout Mohamed Cissé, whom President Kerekou appointed Minister of State. The man was returned to his country in a coffin. I'm not saying that the Gabonese people must reserve the same to Mr. Accrombessi but it is time that you replace him with a Gabonese. This is not xenophobia, far from it. "As long as the dog is not dead, the goat cannot carry the bell," said my grandpa again. Mr. Accrombessi can continue to serve you elsewhere. He could, for example, manage your businesses, since you are a President-trader.

Another problem you have to solve in 2014 is the nearsightedness which is a character trait in your political companions and yourself. In fact, you behave as if Gabon is your property, managing the country alone, without involving all intelligences. This was just confirmed with the last local elections. To achieve their ends, your companions have used the most sordid means. But the Gabonese people are fed up of that! Sooner or later, they will eventually blow the lock. My grandfather used to say: "If a blind man threatens you of stoning, it is that he already has one foot on a rock."

Whenever you would find yourself with your companions in your occult masses, tell yourselves that if you are kings today because plots of power you hold, you could become vulnerable tomorrow when you are no longer in power. From that moment, the citizens you nag today could settle scores with you. It is again my grandfather, who said: "When the water rises, fish eat ants. When the water drops, ants eat fish."

You have the power to bring our country out of the rut. Unfortunately, you use it for other purposes. Even the security and defense forces use their status to threaten people with death and even to take such action. Finally, Al Mutanabbi was not wrong when he said: "Whenever time made a stick, at the end of that stick, man put a spear.” Mr. President, there are things that seem insignificant, but serious in consequences. "The piece of wood that reverses the canoe is not necessarily big," said my grandfather again.

Your regime spends most of its time persecuting those who are not its praise singers. Am I to understand by this that you want to create a country where only live yes-men? Some people close to you are going as far as to plan the murder of some journalists because they are doing their job. But we are not scared! "When cats begin to predict, mice start to laugh," my grandfather used to say.

If you do not want harsh criticism, do not commit acts that expose you to that. There is no need to persecute those who help you correct your mistakes. Whatever your bulimic appetite for power, do not forget that the country is our most cherished common matrix. Because one only feels good at home. If you turn Gabon into a battleground, you will not feel at peace even in a foreign land where you might have to take refuge. "You can pull the man from the country, but cannot pull the country from the heart of the man," said John Dos Passos.

Mr. President, I had no intention of making a witch hunt of anyone. I just wanted to draw your attention to the issues of concern to the Gabonese people. If this causes me problems from those who are bothered by this letter, I bow down. "The fruit which is upside down is not afraid of falling," said my grandfather.

Jonas Moulenda


Version française


Notre compatriote Jonas Moulenda vient d’adresser une lettre que nous reproduisons ci-dessous, à Ali Bongo. Même si le contenu de la lettre appartient à son auteur et à lui seul, pour éviter au courageux Jonas Moulenda des mauvaises interprétations de sa pensée, nous voulons apporter notre grain de sel à son texte en précisant que lorsque notre compatriote écrit du cas Accrombessi et de ce que l’on appelle la «légion étrangère», ce n’est pas là une attaque ad hominem contre les Gabonais ayant une origine étrangère ou contre les communautés étrangères installées au Gabon. Les Gabonais refusent que leur destinée soit conduite par des gens connaissant peine le Gabon, n’ayant rien partagé avec les gabonais, arrivés au Gabon par génération spontanée et dont la principale préoccupation semble le pillage tous azimuts du pays. C’est cette «légion étrangère» prédatrice dont s’entoure Ali Bongo, que les gabonais rejettent. Il ne s’agit point de reflexe xénophobe, mais de patriotisme.


Voici la lettre



Lettre au Chef de l'Etat

Monsieur le président,

Dans quelques jours, vous passerez dans la joie, je l’espère, la fête de la Saint-Sylvestre. A l’aube de la nouvelle année, je ne peux que vous souhaiter mes vœux les meilleurs en mon nom propre et en celui du journal Echos du Nord. « La meilleure preuve d’amour qu’on puisse apporter à une girafe est de lui tricoter un foulard », disait mon grand-père.

Je souhaite que l’année 2014 soit meilleure que 2013 dans notre pays. Mais cela ne sera possible que si vous menez une action plus résolue pour résoudre les problèmes qui turlupinent le peuple gabonais, à savoir le chômage, la cherté de la vie, l’insécurité, les crimes rituels, les injustices sociales, etc. Ces maux peuvent, à terme, provoquer des troubles. A partir de ce moment, même un compagnon concupiscent profitera de la confusion pour vous ravir le pouvoir. Mon aïeul disait : « Si un cabri te regarde dans les yeux sans respect, il finit par enlever ton igname braisée du feu ».

Monsieur le président, je vous exhorte donc à rendre féconde la paix du Gabon que vous avez entre vos mains en la redistribuant à tous les citoyens. Quelles que soient les influences que vous pouvez subir, vous devez d'abord penser à votre paix intérieure, à celle de vos descendants et de tous les autres citoyens de ce pays. Vous ne devez donc pas poser des actes qui peuvent avoir une incidence sur la postérité. Mon grand-père disait: « La poule qui est accompagnée de ses poussins ne traverse pas le feu.»

S’agissant des injustices, il serait souhaitable que vous cessiez de nommer des expatriés dans les instances décisionnelles de l’Etat, sous le fallacieux prétexte d’un manque de compétences nationales. En agissant de la sorte, vous créez des frustrations et attisez les rancœurs. Mon grand-père disait:« Qui nourrit les chiens des voisins mécontentent les siens.» Monsieur le président, n’y a-t-il pas un Gabonais de pure souche pour être votre directeur de cabinet à place du Béninois Maixant Accrombessi ?

Les Béninois vous auraient-il accepté directeur de cabinet de Yayi Boni ? Un effort de mémoire me permet, en effet, de me rappeler du sort qu’ils avaient été réservé au marabout malien Mohamed Cissé, que le président Kérékou avait nommé au poste de ministre d’Etat. Ce dernier était retourné dans son pays dans un cercueil. Je ne dis pas qu’il faut que les Gabonais réservent le même sort à M. Accrombessi mais il est temps que vous le remplaciez par un Gabonais de pure souche. Ce n’est pas de la xénophobie, loin s’en faut. « Tant que le chien n’est pas mort, la chèvre ne peut pas porter le grelot, » disait encore mon papy. M. Accrombessi peut continuer à vous servir ailleurs. Il peut, par exemple, gérer vos affaires puisque vous êtes un président-commerçant.

Un autre problème que vous vous devez de résoudre en 2014 est le nombrilisme qui est un trait de caractère chez vos compagnons politiques et vous-même. En fait, vous vous comportez comme si le Gabon était votre titre foncier, gérant le pays seuls, sans associer toutes les intelligences. Cela vient de se vérifier avec les dernières élections locales. Pour parvenir à leurs fins, vos compagnons ont usé de moyens les plus sordides. Mais les Gabonais en ont marre ! Tôt ou tard, ils finiront par faire sauter le verrou. Mon grand-père disait:« Si un aveugle te menace de lapidation, c’est qu’il a déjà un pied sur un caillou. »

Chaque fois que vous vous trouverez avec vos compagnons dans vos messes basses, dites-vous que si vous êtes des rois aujourd'hui à cause des parcelles de pouvoir que vous occupez, vous pourrez devenir vulnérables demain quand vous ne serez plus aux affaires. A partir de ce moment, les citoyens que vous narguez aujourd'hui pourront vous régler des comptes. C'est encore mon aïeul qui disait: « Quand l'eau monte, les poissons mangent les fourmis. Quand l'eau baisse, les fourmis mangent les poissons.»

Vous avez le pouvoir de sortir notre pays de l’ornière. Malheureusement, vous l’utilisez à d’autres fins. Même les forces de sécurité et de défense profitent de leur statut pour menacer la population de mort, voire passer à l’acte. Finalement, Al Moutanabbi n’avait pas tort, lui qui disait: « Chaque fois que le temps a fait croire un bâton, au bout du bâton, l'homme a mis une lance. » Monsieur le président, il est de choses qui paraissent négligeables, mais lourdes de conséquences. «Le morceau de bois qui renverse la pirogue n'est pas forcément gros,» disait encore mon aïeul.

Votre pouvoir passe le plus clair de son temps à persécuter ceux qui ne sont pas ses chantres. Dois-je comprendre par là que vous voulez créer un pays où ne vivraient uniquement que des béni-oui-oui ? Certains de vos proches vont jusqu’à planifier l’assassinat de certains journalistes parce qu’ils sont des empêcheurs de tourner en rond. Mais nous nous en tamponnons le coquillard ! « Quand les chats se mettent à prédire, les souris se mettent à rire,» disait d’ailleurs mon grand-père.

Si vous ne voulez pas des critiques acerbes, ne posez pas des actes qui vous y exposent. Il est inutile de persécuter ceux qui vous aident à vous redresser. Quels que soient vos appétits boulimiques du pouvoir, n'oubliez pas que la patrie est notre matrice commune la plus chère. Car, l'on n'est bien que chez soi. Si vous transformez le Gabon en un champ de bataille, vous ne vous sentirez pas en paix même en territoire étranger où vous pourrez être amenés à vous réfugier. « Vous pouvez arracher l'homme du pays, mais ne pouvez pas arracher le pays du cœur de l'homme,» a dit John Dos Passos.

Monsieur le Président, je n'avais nullement l'intention de faire un procès en sorcellerie à qui que ce soit. J'ai juste voulu attirer votre attention sur les problèmes qui préoccupent les Gabonais. Si cela me vaut un bouillon d'onze heures de la part de ceux qui seront gênés aux entournures, je m'inclinerai. « Le fruit qui a la tête en bas n'a pas peur de tomber,» disait mon grand-père.

Jonas Moulenda

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>