ACCORDING TO THE BRITISH AGENCY REUTERS, ALI BONGO IS STRUGGLING. SELON L’AGENCE BRITANNIQUE REUTERS, ALI BONGO EST EN GRANDE DIFFICULTÉ



English Version

Gabon's Bongo struggles to transform African oil republic

BY EMMA FARGE

LIBREVILLE Wed Jun 18, 2014

(Reuters) - Above the entrance to the towering oil ministry on a sleek boulevard in Gabon's ocean-front capital Libreville hangs a huge banner that reads like a warning: "Oil will run out but innovation is forever".

For nearly four decades, since the discovery of offshore fields in the early 1970s, oil has been the economic lifeblood of this small, central African country. It has brought billions of dollars in investment and accounts for 80 percent of exports.

But production from Gabon's ageing fields has steadily declined for years. President Ali Bongo, who won a contested election in 2009 to succeed his father Omar, has launched a drive to reform and diversify the $20 billion (11.78 billion pounds) economy.

During his father's 41-year rule, Gabon was seen as a bastion of "Francafrique" – an opaque system by which French companies were handed plum contracts in exchange for security guarantees from the former colonial power.

"Bongo junior", as many Gabonese still call the 55-year-old president, has striven to overhaul his country's image and open it up to fresh sources of investment.

But five years into his term, there are signs that new industries are not growing quickly enough to compensate for falling oil revenues, placing a strain on public finances.

Elected with just over 40 percent of the vote, Bongo faces a stark choice as a fresh poll looms in two years. He cannot afford to push through a planned $12 billion public investment programme while also funding the costly civil service, which his father used to as a way of distributing patronage.

"The fact that Ali Bongo has more financial commitments than his father puts him in a very difficult position," said Ben Payton, senior Africa analyst at risk advisory firm Maplecroft. "Omar Bongo would have made the maintenance of patronage networks his first priority in times of economic difficulty."

With around a third of the population of 1.6 million people still living in poverty despite the country's "upper middle income" status, analysts say economic diversification is essential for Bongo's political survival. Wealth from oil revenues has long flowed mostly into the pockets of the elite.

The opposition is fragmented but would-be candidates for the 2016 election are seeking to capitalise on Bongo' shortcomings. Jean Ping, a former head of the African Union and a one-time ally of Bongo's father, has emerged as a possible leader.

"The opposition will unite around a platform that we all need to accept," Ping told Reuters, urging a constitutional change to limit the number of presidential terms to two.

"Reforms will not be the work of one man but of a new system – a democratic, well-governed system with strong institutions."

TALE OF TWO CITIES

Many in Libreville are angry at the luxurious lifestyles of officials, including Bongo and his entourage. At an investment summit last month, traffic jams clogged city streets as presidential vehicles swept along the coastal road. VIPs drank champagne at a red-carpet gala at a seafront hotel, just blocks from the city's sprawling shanties.

Marc Ona Essangui, head of NGO Brainforest, said authorities should be spending money on honouring pledges to build schools and 5,000 new housing units a year instead of expensive forums.

Education is key to delivering on Bongo's pledge to create opportunities for a growing young population, more than one- third of whom are unemployed. Yet at the state-run Omar Bongo University, the campus is littered with rubber bullets and tear gas canisters after police clashed with students protesting the lack of basics, such as text books and Internet access.

Exam results pinned to a classroom wall showed that just 19 out of 176 students studying for an economy degree had passed.

Like much of the political elite, whose offspring are educated in Europe or the United States, Bongo's son was sent to exclusive British boarding school Eton.

"The authorities don't send their children here. They send them away," said 26-year-old student leader Anatole Nnang Mezui. "They want to keep ruling us just like their fathers did. It's a small elite that's going to rule over the masses."

Gabon says it is providing for future generations by saving oil revenues in a wealth fund, the Gabonese Strategic Investment Fund (FGIS). Its head, Serge Mickoto, says it manages around 600 billion CFA francs ($1.2 billion) for the state and will receive 10 percent of oil revenues each year.

But while FGIS submits reports to parliament, accounts are not published. There is also no mechanism to prevent contributions dipping below 10 percent - a likely scenario given IMF projections for budget deficits to 2015.

OPEN FOR BUSINESS?

France looms large in the economic life of its former colony and has over 100 companies there. As part of his plan to make Gabon an emerging economy by 2025, Bongo is courting capital from other nations, particularly in the industrial sector.

"If we want a chance of reaching that goal, we have to go through manufacturing," he told Reuters in an interview.

A law was recently passed to stop raw timber exports and encourage local processing. Authorities also say companies ready to invest in refining manganese and iron ore locally will be given priority for new concessions.

Gabon is promoting high-end ecotourism in its rainforests, home to elephants as well as chimpanzees and gorillas.

Richard Attias, head of the PR firm that organised May's investment forum, said Bongo needs more time: "You cannot transform a country in less than 10 years. There's no way."

Yet legal uncertainties have delayed investment in flagship projects, like the 1-billion-tonne Belinga iron ore mine.

One of the main complaints of investors is the slowness and inefficiency of bureaucracy. This year, the World Bank ranked Gabon at 163 from 189 countries for ease of doing business.

Several investors who asked to remain anonymous complained of delays of up to two years in refunds of the 18 percent value-added tax, supposed to be reimbursed monthly to exporters.

"My letters to the government have gone unanswered. I've told them I'll have to close," said one timber investor. One diplomat said total arrears for VAT reimbursements exceeded $400 million.

Signs of state cashflow difficulties abound in Libreville. A notice next to a government building lot in the Bessieux district reads: "Construction stopped for non-payment of bills".

The Omar Bongo stadium intended for the 2012 African Cup is still unfinished. One contractor told Reuters that public works agency ANGT was behind on payment.

"We are indebted everywhere – ask the oil companies and private companies – international or national," said Ping.

Many say that government revenues are being drained by a bloated civil service, which pays hefty contracts to around 70,000 people. "Bongo is at the mercy of oil because his father left him an unbearable legacy: the standard of living for the civil service," said another investor.

DEMOCRACY "NOT AN ISSUE"

Energy consultancy Wood Mackenzie expects oil output to edge up next year from the current 290,000 barrels per day of oil equivalent before falling to 260,000 bpd in 2017. Once an OPEC member, Gabon has slipped to sub-Saharan Africa's No.5 producer.

Investors are worried by a series of recent back-tax demands by the state and by Gabon's exit from the Extractive Industries Transparency Initiative (EITI) last year.

In February, the government asked French oil major Total to pay $805 million in back taxes. "It's state banditry," said Ona Essangui, whose organisation campaigns for transparency in the resources sector.

Gabon's one-round electoral system – which hands the presidency to whoever wins the most votes even if it is not a majority – tends to favour the incumbent candidate, particularly if the opposition is divided.

The opposition may struggle to transform discontent into votes in a country where resources are concentrated in the hands of Bongo's family and his Gabonese Democratic Party (PDG).

Cohesion is strong within the PDG – a party associated with freemasons. Bongo himself is the grand master of Gabon's national lodge.

Albertine Maganga Moussavou of the Social Democratic Party, one of just two opposition MPs in the 120-seat parliament, said Gabon was becoming less democratic, with political debate stifled. The government strongly denies this.

"Democracy is not an issue here," said Bongo. "I haven’t yet imprisoned one opposition leader for insulting me."



Version française

Traduction originale de l’article de l’anglais au français par ce blog.


Bongo du Gabon peine à transformer cette république pétrolière africaine

PAR EMMA FARGE

LIBREVILLE le Mercredi 18 Juin 2014

(Reuters) - Au-dessus de l'entrée de l’imposant ministère du pétrole sur un boulevard élégant donnant sur le front de mer de Libreville la capitale du Gabon, pend une énorme bannière qui se lit comme un avertissement: "Le pétrole s’épuisera mais l'innovation est eternel".

Pendant près de quatre décennies, depuis la découverte de champs offshore dans les années 1970, le pétrole est le moteur économique de ce petit pays d'Afrique centrale. Il a apporté des milliards de dollars d'investissements et représente 80 pour cent des exportations.

Mais la production des champs vieillissant du Gabon a diminué de façon constante depuis des années. Le président Ali Bongo, qui a remporté de manière contestée une élection en 2009 pour succéder à son père Omar, a lancé une campagne pour réformer et diversifier cette économie pétrolière de 20 milliards de dollar (£ 11,78 milliards) par an.

Pendant le règne de 41 ans de son père, le Gabon fut considéré comme un bastion de la "Françafrique", un système opaque par lequel les entreprises françaises obtenaient des contrats juteux en échange de garanties de protection du regime par l'ancienne puissance coloniale.

«Bongo junior», comme beaucoup de Gabonais appellent encore le président de 55 ans, s'est efforcé de changer l'image de son pays et de l'ouvrir à de nouvelles sources d'investissement.

Mais après cinq ans dans son mandat, il y a des signes que les nouvelles industries sont croissent pas assez rapidement pour compenser la baisse des revenus pétroliers, ce qui met une forte pression sur les finances publiques.

Élu avec seulement un peu plus de 40 pour cent des voix, Bongo fait face à un choix difficile comme une nouvelle élection se profile dans deux ans. Il ne peut pas se permettre d’introduire un programme de 12 milliards de dollars d'investissement public prévu, tout en finançant la coûteuse fonction publique, que son père utilisait comme moyen de distribution de prébendes.

"Le fait qu’Ali Bongo ait pris plus d’engagements financiers que son père le met dans une position très difficile", a déclaré Ben Payton, analyste senior pour l'Afrique au cabinet conseil de risque Maplecroft. "Omar Bongo aurait fait de l'entretien des réseaux de soutien sa première priorité en période de difficultés économiques."

Avec environ un tiers de la population de 1,6 million de personnes vivant encore dans la pauvreté malgré le statut du pays comme à "revenu intermédiaire supérieur", les analystes disent que la diversification économique est essentielle pour la survie politique de Bongo. Les richesses des revenus du pétrole ont longtemps surtout fini dans les poches de l'élite.

L'opposition est fragmentée, mais les aspirants candidats pour l'élection de 2016 cherchent à capitaliser sur les lacunes de Bongo. Jean Ping, un ancien Président de l'Union Africaine et longtemps allié de Bongo père, apparait comme un possible chef de file.

"L'opposition va s'unir autour d'une plate-forme que nous devons tous accepter", a déclaré Ping à Reuters, exhortant à un changement constitutionnel pour limiter le nombre de mandats présidentiels à deux.

«Les réformes ne seront pas le fait d'une personne, mais d'un nouveau système - un système démocratique, bien gouverné avec des institutions fortes.»


CONTRASTE DE DEUX CITÉES EN UNE

Beaucoup de personnes à Libreville sont en colère en raison du mode de vie luxueux des dirigeants, y compris Bongo et son entourage. Lors d'un sommet récent, le mois dernier, les embouteillages bouchaient les rues pendant que les véhicules présidentiels allaient et venaient le long du front de mer. Les VIP buvaient du champagne lors d'un gala-tapis rouge dans un hôtel en bord de mer, à quelques lieux seulement d’immenses bidonvilles.

Marc Ona Essangui, le leader de l'ONG Brainforest, dit que les autorités devraient consacrer l'argent public à respecter les engagements de construire des écoles et les 5000 nouveaux logements par an au lieu de l’utiliser pour financer des forums coûteux.

L'éducation est la clé de la réussite de la promesse de Bongo de créer des opportunités pour une population de plus en plus jeune, plus d'un tiers d'entre eux sont aujourd’hui au chômage. Pourtant, à l'Université d'Etat Omar Bongo, le campus est jonché de balles en caoutchouc et de canettes de gaz lacrymogènes dus aux affrontements entre les forces de sécurité et les étudiants qui protestaient contre le manque de matériel de bases, tels que les livres et l’accès à Internet.

Les résultats des examens affichés sur de classe, montrent que seulement 19 étudiants sur 176 inscrits en études d’économie, ont réussi.

Comme beaucoup parmi l'élite politique, dont la progéniture est éduquée en Europe ou aux Etats-Unis, le fils de Bongo a été envoyé dans l'exclusif pensionnat britannique d'Eton.

"Les autorités n’envoient pas leurs enfants ici. Ils les envoient à l’étranger", a déclaré le leader étudiant de 26 ans, Anatole Nnang Mezui. "Ils veulent rester au pouvoir tout comme leur père a fait. C'est une petite élite qui va régner sur les masses."

Le Gabon affirme qu'il s’occupe des générations futures en epargnant des recettes pétrolières dans un fond spécial, le Fond Gabonais d'Investissement Stratégique (FGIS). Son responsable, Serge Mickoto, dit qu'il gère environ 600 milliards de francs CFA (1,2 milliards de dollars) pour l'Etat et recevra 10 pour cent des revenus pétroliers chaque année.

Mais même si le FGIS soumet des rapports au Parlement, ses comptes ne sont pas rendus publics. Il n’y a pas non plus de mécanisme pour empêcher que les contributions plongent en dessous de 10 pour cent - un scénario probable étant donné les projections du FMI pour les déficits budgétaires à l'horizon 2015.


OUVERT POUR LES AFFAIRES?

La France occupe une place importante dans la vie économique de son ancienne colonie et compte plus de 100 entreprises là-bas. Dans le cadre de son plan visant à faire du Gabon un pays émergent à l'horizon 2025, Bongo courtise les capitaux auprès d'autres pays, en particulier dans le secteur industriel.

«Si nous voulons avoir une chance d'atteindre cet objectif, nous devons passer par l’industrialisation" at-il dit à Reuters dans une interview.

Une loi a été récemment adoptée arrêtant les exportations de bois brut et pour encourager la transformation locale. Les autorités disent également que les entreprises prêtes à investir dans la transformation du manganèse et du minerai de fer localement auront la priorité pour les nouvelles concessions.

Le Gabon encourage l'écotourisme haut de gamme dans ses forêts tropicales qui abritent des éléphants ainsi que des chimpanzés et des gorilles.

Richard Attias, patron du cabinet de relations publiques qui a organisé le forum récent de mai, a déclaré que Bongo a besoin de plus de temps: "Vous ne pouvez pas transformer un pays en moins de 10 ans. Ce n’est pas possible."

Pourtant, les incertitudes juridiques ont retardé l'investissement dans des projets phares, comme celui du milliard de tonnes de minerai de fer de Belinga.

Une des principales plaintes des investisseurs est la lenteur et l'inefficacité de la bureaucratie. Cette année, la Banque mondiale a classé Gabon à la 163ième place sur 189 des pays du monde, pour la facilité de faire des affaires.

Plusieurs investisseurs qui ont demandé à rester anonymes se sont plaints des retards allant jusqu'à deux ans pour le remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée de 18 pour cent, qui est censée être remboursée mensuellement pour les exportateurs.

« Mes lettres au gouvernement sont restées sans réponse. Je leur ai dit que je vais devoir fermer », a déclaré un investisseur dans le bois. Un diplomate a déclaré que le total des arriérés de remboursement de la TVA a dépassé 400 millions de dollar.

Les signes de difficultés de trésorerie de l'Etat abondent à Libreville. Un avis à côté d'une construction gouvernementale dans les environs de Bessieux se lit: "Construction arrêtée pour non-paiement des factures".

Le stade Omar Bongo destiné à la Coupe d'Afrique 2012 est toujours inachevé. Un entrepreneur a déclaré à Reuters que l'agence de travaux publics ANGT était en retard sur le paiement.

«Nous sommes endentés partout - demandez aux compagnies pétrolières et aux entreprises privées - nationales ou internationales," a déclaré M. Ping.

Beaucoup disent que les recettes publiques sont englouties par une fonction publique pléthorique, qui paie des salaires onéreux à environ 70000 personnes. "Bongo est à la merci du pétrole parce que son père lui a laissé un héritage douloureux: le niveau de dépense de la fonction publique", a déclaré un autre investisseur.


LA DÉMOCRATIE "PAS UN PROBLÈME"

Le conseil en énergie Wood Mackenzie estime que la production pétrolière pourrait plafonner jusqu'à 290000 barils par jour l'année prochaine avant de tomber à 260000 barils par jour en 2017. Autrefois membre de l'OPEP, le Gabon est descendu au rang de 5ième producteur de l'Afrique sub-saharienne.

Les investisseurs sont préoccupés par une série de récentes demandes de redressements fiscaux par l'État et par la sortie du Gabon de l'Initiative de Transparence des Industries Extractives (ITIE) l'année dernière.

En Février, le gouvernement a demandé au pétrolier français Total de payer $ 805000000 d’arriérés d'impôts. «C'est du banditisme d’Etat», a déclaré Ona Essangui, dont l'organisation milite pour la transparence dans le secteur des ressources.

Le système électoral à un tour du Gabon - qui remet la présidence à celui qui obtient le plus de votes même si ce n'est pas la majorité - tend à favoriser le candidat sortant, en particulier si l'opposition est divisée.

L'opposition pourrait avoir du mal à transformer le mécontentement en votes dans un pays où les ressources sont concentrées dans les mains de la famille Bongo de son Parti Démocratique Gabonais (PDG).

La cohésion est forte au sein de la PDG - un parti associé à la franc-maçonnerie. Bongo lui-même est le grand maître de la loge nationale du Gabon.

Albertine Maganga Moussavou du Parti Social-Démocrate, l'un des deux députés de l'opposition au sein du parlement de 120 sièges, a déclaré que le Gabon devenait de moins en moins démocratique, avec un débat politique étouffé. Le gouvernement nie cela.

«La démocratie n'est pas un problème ici», a déclaré Bongo. "Je n'ai pas encore emprisonné un leader de l'opposition pour m'avoir insulté."

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>