IN FOOTBALL AS IN GOVERNANCE AND POLITICS, AMATEURISM, IMPROVISATION AND INCOMPETENCE LEAD TO A ROUT! EN FOOTBALL COMME EN GOUVERNANCE ET EN POLITIQUE, L’AMATEURISME, L’IMPROVISATION ET L’INCOMPÉTENCE MÈNENT À LA DÉROUTE !



The unique convoy carrying Ghanaian bonus cash from the Brasilia airport
Le convoi inédit transportant les primes des joueurs ghanéens de l’aéroport de Brasilia


English Version

Matches of the group stage of the FIFA World Cup in Brazil just ended. A very successful World Cup to date by Brazil, in terms of sport and organizational level, although there have been much more quirks than had occurred 4 years ago in South Africa. But one conclusion to be drawn is that once again the African teams were not able to respond to this appointment of competence and excellence in sport. This is a situation that many of our readers despair about, judging by the mail sent to us about it.

While Latin American teams confirmed their dominance in the World Cup at home, that European countries remain where they are expected; it is those of African countries as in the previous World Cups, that have been the most disappointing, given their potential. But for this blog, the disappointments of African countries in the World Cup is only the consequence of the way things are done in Africa, because we do not believe that the management of sport in Africa is so different, so isolated from the management of other sectors in our unfortunate continent.

When we see a country like Costa Rica making a splash and finishing first in a group including Italy, England and Uruguay, do you realize that this small country has only 4.7 million inhabitants, that it is 5 times smaller than Gabon in terms of surface area and that the only natural wealth it has is its ecosystems? However, thanks to its agriculture and tourism, the country has a gross domestic product per capita of $ 13,000 per year, however much less than that of Gabon which is 19200 dollars a year from oil revenues. Costa Rica is a true democracy, having had since 1967, fourteen different presidents of five separate parties. In the same time, Gabon has had two, a father and son from the same party. Some will dare say, however, that what is done in Gabon is a good thing. Life expectancy in Costa Rica is 78 years, it is only 52 years in Gabon. Costa Rica has 15 universities; in Gabon, we can talk reasonably of two, the UOB and USM; as the University of Health Sciences is not actually a university in the traditional sense but a faculty called improperly university.

Costa Rica does not have a Samuel Eto'o Fils, nor a Yaya Toure, Didier Drogba, or a Sulley Muntari; but what Costa Rica has is the sense of organization, professionalism and anticipation of great events. Have you ever heard that a team from Latin America has disintegrated because of internal fights related to non-payment of bonuses to players? Have you ever heard that a team outside of Africa has refused to play, forcing the president of that country to send a special plane carrying 3 million dollars in cash to pay the players? That Ghanaians players have demanded that the money be paid to them in cash and dollars in Brazil (what a risk!), gives you an idea of the level of trust they have towards the honesty of their sports leaders! But this situation is almost the same everywhere in Africa south of the Sahara, with only a few exceptions.

When we speak of African teams, one word always comes back, disorganization. The same in the governance of our countries: disorganization. One can understand that a country can have a bad world cup, it happens even to the very best, as we have seen with Spain, Italy and England. But chronic and permanent disruption in the African way is unforgiving. In 2010, we saw a team of France, yet full of talents, implode because of unnecessary personality conflicts. France collapsed in South Africa; but since France is a great country, it reacted as do great countries; by taking the bull by the horns and appointing a commission of inquiry to shed light on the South African debacle and take the necessary actions and to rebuild a good group, clean and strong. Four years later, France has a close-knit group, a coach in Didier Deschamps able to handle things and players who know what is expected of them. The results are there, France is so far one of the 4 best teams in the world cup; talents like Pogba, Benzema, Matuidi, Valbuena, etc.., can express themselves and you see quality on the field.

Among Africans, instead of Cameroonians preparing themselves calmly, they were rather concerned about issues of bonuses; in the end we saw the Indomitable Lions totally overwhelmed by events, suffering every game and recording defeat after defeat. We had the shocking spectacle of Alexandre Song, a FC Barcelona player please, chasing Mandzukic to bludgeon him with a nudge in the back; we witnessed Assou-Ekoto head butting Moukandjo, his teammate. All this of course is dishonorable, but in Cameroon who can speak morality to Song or Assou-Ekotto? Paul Biya who himself is monarchizing power? Sports leaders who themselves divert regularly players bonuses? What about the Ivory Coast, this waste of talent who are unable to form a coherent unit in a common cause that can produce a result?

Dear Readers, a national team is a reflection of the country it represents. If the country is mismanaged, disorganized, the atmosphere in the group would be a reflection of this national malaise and the team will also be mismanaged and the results will suffer. If Africa has repetitive difficulties in the World Cup, it is just that despite our talents, we do not have a level of organization that allows us to consistently beat the others. This is true in sports, economics and politics. This time it is Nigeria and Algeria which are going to the second round, but on paper Ghana and Côte d'Ivoire also had to pass the group stage. But are Africa and Africans able to challenge themselves and recognize that their current governance practices impede progress?


Version française

Les matchs de la phase de poule de la coupe du monde de football au Brésil viennent de se terminer. Une coupe du monde très réussi jusqu'à maintenant par le Brésil, sur le plan sportif et organisationnel, même s’il y a eu bien plus de couacs qu’il y a 4 ans en Afrique du Sud. Mais une conclusion à tirer, est qu’une fois de plus les équipes africaines n’aient pas été capables de répondre présent à ce rendez-vous de la compétence et de l’excellence sportive. C’est une situation qui désespère nombreux de nos lecteurs, vu le courrier qui nous est arrivé à ce sujet.

Alors que les équipes d’Amérique Latine confirment leur domination dans cette coupe du monde chez elles, que les pays d’Europe se maintiennent là où on les attend; ce sont celles des pays africains qui comme dans les coupes du monde précédentes, déçoivent le plus, compte tenu de leur potentiel. Mais pour ce blog, ces déceptions des pays Africains à la coupe du monde ne sont que la conséquence de la manière dont les choses sont faites en Afrique, car nous ne pensons pas que le management du sport en Afrique soit si différent, si isolé du management des autres secteurs sur notre malheureux continent.

Quand on voit un pays comme le Costa Rica faire faire sensation et finir premier d’un groupe comprenant l’Italie, l’Angleterre et l’Uruguay, réalise-t-on que ce petit pays n’a que 4,7 millions d’habitants, qu’il est 5 fois plus petit que le Gabon en terme de superficie et que la seule richesse naturelle dont il dispose soit ses écosystèmes? Pourtant, grâce à son agriculture et son tourisme, ce pays a un produit intérieur brut par habitant de 13000 dollars par an, soit bien moins que celui du Gabon qui est de 19200 dollars par an grâce à la rente pétrolière. Le Costa Rica est une véritable démocratie, ayant eu depuis 1967, quatorze présidents différents de cinq partis distincts. Dans les mêmes temps, le Gabon n’en a eu que deux, un père et son fils issus d’un même parti. Certains vous diront pourtant que ce qui est fait au Gabon est une bonne chose. L’Esperance de vie au Costa Rica est de 78 ans, elle n’est que de 52 ans au Gabon. Le Costa Rica a 15 universités; au Gabon, on peut parler raisonnablement de deux, l’UOB et l’USM; car l’Université des Sciences de la Santé n’est pas en fait une université au sens classique mais une faculté qu’on appelle abusivement université.

Le Costa Rica n’a pas de Samuel Eto’o Fils, ni de Yaya Toure, encore moins de Didier Drogba ou Sulley Muntari; mais ce dont dispose le Costa Rica est le sens de l’organisation, du professionnalisme et de l’anticipation des grands évènements. Avez-vous jamais entendu qu’une équipe d’Amérique latine s’est désintégrée à cause de bagarres internes relatives au non payement des primes aux joueurs ? Avez-vous déjà entendu qu’une équipe hors de l’Afrique a refusé de jouer, forçant le président de ce pays à envoyer un avion spécial avec à son bord 3 millions de dollars en cash, pour payer les joueurs? Que les joueurs Ghanéens aient exigé que cet argent leur soit payé en cash et en dollars au Brésil (que de risques !), vous donne une idée du niveau de confiance qu’ils ont envers l’honnêteté de leurs dirigeants sportifs! Mais cette situation est pratiquement la même partout en Afrique au sud du Sahara, à quelques exceptions près.

Quand on parle des équipes africaines, un mot revient toujours, la désorganisation. La même chose dans la gouvernance de nos pays: la désorganisation. On peut comprendre qu’un pays rate son mondial, cela arrive même aux meilleurs, comme on vient de le voir avec l’Espagne, L’Italie et l’Angleterre. Mais la désorganisation chronique et permanente à l’Africaine ne pardonne pas. En 2010, nous avons vu une équipe de France, pourtant pleines de talents, imploser à cause de conflits de personnalité inutiles. La France a bu la tasse en Afrique du Sud ; mais comme la France est un grand pays, elle a réagi comme le font les grands, en prenant le taureau par les cornes et en nommant une commission d’enquête devant faire la lumière sur la débâcle sud-africaine et prendre les dispositions et décisions nécessaires pour reconstruire un bon groupe, saint et solide. Quatre ans après, la France a un groupe soudé, un entraineur à poigne en Didier Deschamps et des joueurs qui savent à quoi s’en tenir. Les résultats sont là, la France est jusqu'à maintenant l’une des 4 meilleures équipes du mondial ; les talents comme Pogba, Benzema, Matuidi, Valbuena, etc., peuvent s’exprimer et on voit la qualité sur le terrain.

Chez les Africains, les Camerounais au lieu de se préparer de manière sereine, ont plutôt été préoccupés par des questions de primes ; au finish on a vu des Lions indomptables totalement dépassés par les évènements, subissant match après match et enregistrant défaite après défaites. On a eu le spectacle choquant d’un Alexandre Song, joueur du FC Barcelone s’il vous plait, poursuivre Mandzukic pour lui assener un coup de coude dans le dos; on a été gratifié du spectacle d’un coup de tête d’Assou-Ekoto à Moukandjo son coéquipier. Tout ceci est bien sûr déshonorant, mais qui au Cameroun peut faire la morale à Song ou à Assou-Ekotto? Paul Biya qui lui-même se monarchise au pouvoir ? Les dirigeants sportifs qui eux-mêmes détournent régulièrement les primes des joueurs ? Que dire de la Cote d’Ivoire, ce gâchis de talents qui n’arrivent pas à former une cohérence coéquipière en une cause commune pouvant produire un résultat ?

Chers lecteurs, une équipe nationale est à l’image du pays qu’elle représente. Si le pays est mal géré, désordonné, l’ambiance dans le groupe serait une réflexion de ce malaise national et l’équipe aussi sera mal gérée et les résultats en pâtiront. Si l’Afrique à des difficultés à répétition en coupe du monde, c’est tout simplement qu’en dépit de nos talents, nous n’avons pas encore un niveau d’organisation nous permettant de battre régulièrement les autres. C’est vrai en sport, en économie et en politique. Cette fois c’est le Nigeria et l’Algérie qui vont au second tour, mais sur le papier le Ghana et la Côte d’Ivoire auraient aussi dû passer la phase des poules. Mais l’Afrique et les Africains sont-ils capables de se remettre en question et d’accepter de reconnaitre que leurs méthodes actuelles de gouvernance empêchent le progrès?

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR