CAN WE TALK OF A HOSTILE TAKE OVER ON THE GABONESE OPPOSITION? PEUT-ON PARLER D’OPA SUR L’OPPOSITION GABONAISE?

Jean Pierre Lemboumba-Lepandou being installed in Office by Ali Bongo
Jean Pierre Lemboumba-Lepandou installé en fonction par Ali Bongo
(Photo : COCOM)




English Version


Dear readers, this blog has very healthy and intellectually stimulating exchanges with a Gabonese citizen who is a reservoir of knowledge and wisdom, Mr. Martin Edzodzomo-Ela; who gives us readings of the facts on angles often difficult for us to evaluate, because his experience generally enables him to see things coming from afar. Thanks to people like him, we can calibrate the reading of events in Gabon and give them a sense that approximates the constructive and intellectually rigorous analysis we know you expect from this blog.


It is during one of these exchanges that Mr. Edzodzomo-Ela told us his feeling that since 1957, the Gabonese opposition has suffered a series of takeovers perpetrated by people not heavily invested in this opposition, who have positioned themselves as its leaders, and afterward, without leaving an address, vanish in nature, leaving the Gabonese people to their fate, and behind them, a dictatorship stronger than ever. So needless to say that Mr. Edzodzomo-Ela is very skeptical and uncompromising in his views of the political objectives of the ex-barons defectors of the PDG who today animate the opposition. He has nothing against their person, and that is not where the debate is; but there's plenty to say about what he calls their takeover of the opposition. This blog is of the opinion that this is a serious debate which must be held in public so that we all positioned on the intentions of each other and we have a better idea of the Gabonese political landscape of the moment.


What is a hostile takeover? It is a process by which a company acquires the majority shares of another company in order for the acquiring company to take control of it. Generally, when the acquired company becomes aware of the operation, it is too late; that company is already under control and can only obey the dictates of the new bosses. Mr. Edzodzomo-Ela recommends that we exercise great vigilance because a previous takeover of the Gabonese opposition by the false messianism of Paul Mba Abessole, did incalculable harm to Gabon and caused a huge delay in the democratic process in our country. It is therefore important now to be extremely vigilant, not to be fooled again by a similar lie.


Drawing on his experience, Mr. Edzodzomo-Ela told us that he is haunted by the behavior of the "Messiah" Paul Mba Abessole because he knew and said that he was not an opponent, having evidence of the contract he had signed with Omar Bongo, with the intervention of Jacques Chirac then Mayor of Paris, in the 80s. For him, the same scenario typically of the françafricain mafia is repeating itself with this strange media coverage of what he calls the “Ping show”. For him, Françafrique is not dead, far from it. To illustrate his point, he proposes that we consider an article in The Mbandja, published on Friday, March 21, 2014, which itself reported the words of Jean-Pierre Lemboumba Lepandou in an interview with the newspaper Le Bucheron in 1993, during his tenure in the "opposition."


Question by the newspaper Le Bucheron: "In an interview that you gave to our French colleagues Liberation, you said that the opposition has two handicaps that are an ignorance of the Bongo system and a lack of financial resources. Are you ready to put your experience and resources at the disposal of the opposition? "


Answer by Jean-Pierre Lemboumba Lepandou: "You know the Gabonese opposition fights today for a cause favored by a large majority of Gabonese. Those who were in the system and have left the system, either by themselves, or because they were rejected by the system, I thought that these compatriots then must make available to the forces of change, what they know of the system, because if they do not, they will not contribute to change in this country in 1993. This must not be seen only through financial means. We have in this country political structures that can mobilize much of the Gabonese population, which can raise national opinion on important issues of our country without putting considerable financial resources. I do not think that the financial means are the only element that causes change in a country like ours. I might add that I am in opposition. I come into that opposition with who I am and what I can modestly bring so that things, from 1994, will no longer be as they are today."



Dear readers, these words were written in 1993, that is to say 21 years ago. The person who spoke of them, Jean-Pierre Lemboumba Lepandou, is now very influential advisor to Ali Bongo. We ask the question: what has changed in Gabon?


Reading the statement by Jean-Pierre Lemboumba Lepandou calls us on several points:


1. "The Gabonese opposition fights today for a cause favored by a large majority of Gabonese." If this were true in 1993, twenty-one years later, in 2014, the cause must be endorsed by a greater majority of Gabonese, if not by all Gabonese.


2. " Those who were in the system and have left the system (...), these compatriots then must make available to the forces of change, what they know of the system, because if they do not, they will not contribute to change in this country in 1993 (...)." What do those who have left the regime have done to further the cause of change, apart from symbolism? We must press them on this issue.


3. "I come into that opposition with who I am and what I can modestly bring so that things, from 1994, will no longer be as they are today." Words that would be fit like a glove that we live today. What have those who have left the PDG brought to the opposition today, apart from promises and political symbolism?


Dear readers, if we can forgive the people to have naively believed in the sincerity of people like Paul Mba Abessole or Jean-Pierre Lemboumba Lepandou; Today in 2014, this type of error should no longer be acceptable. We must ensure the sincerity of opposition politicians before anointing them; it is an imperative in our opinion and we thank Mr. Edzodzomo-Ela to remind us of that whenever need be. The Gabonese people have the right to know what is going on in the opposition; simple takeover operations, or a strategy of taking power?



Version française


Chers lecteurs, ce blog entretient de très sains et intellectuellement stimulants échangent avec un Gabonais qui est un réservoir de savoir et de sagesse, Monsieur Martin Edzodzomo-Ela, qui nous donne des lectures des faits sous des angles souvent difficiles d’évaluation pour nous, car sa grande expérience lui permet généralement de voir les choses venir de loin. C’est grâce à des lecteurs comme lui que nous arrivons à calibrer les lectures des évènements au Gabon et leur donner un sens qui se rapproche de l’analyse constructive et intellectuellement rigoureuse que nous vous savons attendre de ce blog.


C’est au cours d’un de ces échanges que Monsieur Edzodzomo-Ela nous a confié son sentiment que depuis 1957, l’opposition gabonaise a été victime d’une série d’OPA perpétrées par des gens qui sans s’investir profondément dans cette opposition, viennent se positionner en leader de celle-ci, puis sans laisser d’adresse, s’évanouissent dans la nature, laissant le peuple Gabonais à son triste sort, et la dictature plus solide que jamais. Inutile donc de vous dire que Monsieur Edzodzomo-Ela est très sceptique et sans complaisance dans ses opinions des objectifs politiques des ex barons transfuges du PDG qui aujourd’hui animent l’opposition. Il n’a rien contre leur personne, et là n’est pas le débat ; mais il en a plein à dire sur ce qu’il appelle leur OPA sur l’opposition. Ce blog est d’avis que c’est là un débat sérieux qui devrait se tenir sur la place publique pour que nous soyons tous positionnés sur les intentions des uns et des autres et nous fassions une meilleure idée du paysage politique gabonais du moment.


Qu’est-ce qu’une OPA ? Le terme OPA est un sigle financier qui signifie « Offre Publique d’Achat », c'est-à-dire un processus par lequel une société rachète la majorité des actions d’une autre société en vue, pour la société acheteuse d’en prendre le contrôle. Généralement, quand la société achetée s’aperçoit de l’opération, il est trop tard, elle est déjà sous contrôle et ne peut qu’obéir aux diktats des nouveaux patrons. Monsieur Edzodzomo-Ela nous recommande une grande vigilance car une OPA précédente sur l’opposition gabonaise, celle du faux messianisme de Paul Mba Abessole, a fait un mal incalculable aux Gabonais et causé un retard énorme au processus démocratique dans notre pays. Il s’agit donc désormais d’être extrêmement vigilant, pour ne pas être une fois de plus dupé par un mensonge semblable.


Puisant dans son expérience, Monsieur Edzodzomo-Ela nous confie être hanté par le comportement du "Messie" Paul Mba Abessole, car il savait et disait que ce dernier n'était pas opposant, ayant des preuves du marché qu'il avait passé avec Omar Bongo, avec l'intervention de Jacques Chirac alors Maire de Paris, dans les années 80. Pour lui, le même scénario typiquement françafricain et mafieux serait en train de se répéter avec cette médiatisation intempestive de ce qu’il appelle le spectacle Ping. Pour lui, la Françafrique n'est pas morte, loin de là. Pour illustrer son propos, il nous propose d’examiner un article du journal Le Mbandja, publié le vendredi 21 mars 2014, qui lui-même rapportait les propos tenus par Jean Pierre Lemboumba-Lepandou, dans une interview accordée au journal Le Bucheron en 1993, pendant sa période « d’opposant ».


Question du journal Le Bucheron: « Dans une interview que vous avez accordée à nos confrères français de Libération, vous avez affirmé que l'opposition traîne les deux handicaps que sont une méconnaissance du système Bongo et un manque de moyens financiers. Êtes-vous prêt à mettre votre expérience et vos moyens à la disposition de l'opposition ? »


Réponse de Jean Pierre Lemboumba-Lepandou: «Vous savez, l'opposition gabonaise lutte aujourd'hui pour une cause à laquelle une grande majorité des Gabonais se rallie. Ceux qui étaient dans le système et qui sont sortis de ce système, soit par eux-mêmes, soit parce qu'ils ont été rejetés par le système, je disais qu'il faut que ces compatriotes –là mettent à la disposition des forces du changement ce qu'ils savent du système, parce que, s'ils ne le font pas, ils ne pourront pas contribuer à un changement dans ce pays en 1993. Il ne faut pas seulement voir les moyens financiers. Nous avons dans ce pays des structures politiques qui arrivent à mobiliser une bonne partie de la population gabonaise, qui arrivent à sensibiliser l'opinion nationale sur des questions importantes de notre pays sans pour autant mettre des moyens financiers considérables. Je ne pense pas que les moyens financiers soient le seul élément qui amène le changement dans un pays comme le nôtre. Je pourrais ajouter que je suis dans l'opposition. Je rentre dans cette opposition avec ce que je suis et avec ce que je peux modestement apporter pour que les choses, à partir de 1994, ne se passent plus de la même façon que maintenant. »


Chers lecteurs, ces propos datent de 1993, c'est-à-dire d’il y a 21 ans. Celui qui les a tenus, Jean Pierre Lemboumba-Lepandou, est aujourd’hui conseiller très influent d’Ali Bongo. Nous vous posons la question: qu’est-ce qui a bien changé au Gabon ?


La lecture propos de Jean Pierre Lemboumba-Lepandou peut nous interpeller sur plusieurs points :


1. « L'opposition gabonaise lutte aujourd'hui pour une cause à laquelle une grande majorité des Gabonais se rallie ». Si cela était vrai en 1993, vingt et un ans après, en 2014, cette cause rallie encore une plus grande majorité de Gabonais, pour ne pas dire tous les Gabonais.


2. « Ceux qui étaient dans le système et qui sont sortis de ce système (…), qu'il faut que ces compatriotes –là mettent à la disposition des forces du changement ce qu'ils savent du système, parce que, s'ils ne le font pas, ils ne pourront pas contribuer à un changement dans ce pays (…) ». Que font ceux qui sont sortis, pour provoquer le changement, en dehors du symbolisme ? Nous devons les presser sur cette question.


3. « Je rentre dans cette opposition avec ce que je suis et avec ce que je peux modestement apporter pour que les choses, à partir de 1994, ne se passent plus de la même façon que maintenant ». Paroles qui conviendraient comme un gant à ce que nous vivons aujourd'hui. Qu’apportent ceux qui ont quitté le PDG à l’opposition aujourd’hui, en dehors des promesses et du symbolisme politique ?


Chers lecteurs, si on peut pardonner au peuple d’avoir cru naïvement en la sincérité de gens comme Paul Mba Abessole ou Jean Pierre Lemboumba-Lepandou ; aujourd’hui en 2014, ce genre d’erreur ne devrait plus être de mise. Il nous faut nous assurer de la sincérité des politiciens d’opposition avant de leur donner l’onction ; c’est un impératif à notre avis et nous remercions Monsieur Edzodzomo-Ela ne nous le rappeler à chaque fois que le besoin se fait sentir. Les Gabonais ont le droit de savoir à quoi rime l’opposition ; à de simples opérations d’OPA, ou à une véritable stratégie de prise de pouvoir ?

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI