THE MATURE BRAZILIAN PEOPLE EXPRESS THEIR DISAPROVAL AGAINST EXPENSES RELATED TO THE FOOTBALL WORLD CUP. LE PEUPLE BRÉSILIEN MATURE, EXPRIME SON RAS LE BOL CONTRE LES DÉPENSES LIÉES À LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL

Demonstration in/à Brasilia (photo: Reuters)



English Version


Dear readers, what is happening in Brazil a few days before the opening of the great global party that is the Football World Cup, is simply outstanding. In a movement that puts the national interest ahead of passing ambitions and positions of small pleasures and celebrations, many Brazilians and a large part of the intelligentsia of that country, are openly questioning the financial cost of this event. Dear readers, this is how we recognize a great country and a great people; by the ability to detach from the emotional and look sharply and coldly at the decisions that are made in the people’s name; and say no when it is estimated that these decisions are wrong and against the tide of national interest.


However, dear readers, we all know that Brazilian society is very passionate about football, and that Brazil is not a poor country, but a rapidly emerging country with a booming economy. However, its people, that great people, would have preferred by a margin of 70% according to recent polls, that the money allocated for the world cup be used for expenditures on health, education and security. For the Brazilians, the people do not need a world cup if not all that is important has not been satisfied. It is not football as such, nor the World Cup that the Brazilians are boycotting, as paradoxical as it may seem, but the choices of their leaders to prioritize prestige spending over more projects more fundamental to society. It is patriotic to be indignant, to be exasperated, before the waste of public money.


Dear readers, the Gabonese people could learn a lot of from the Brazilians. How many are they in Gabon to question Attias’ forum outside of the Indignants? How are they to question openly playful choice of Ali Bongo in spending on national treasury?



Version Française


Chers lecteurs, ce qui se passe au Brésil à quelques jours de l’ouverture de la grande fête planétaire qu’est la coupe du monde de football, est tout simplement remarquable. Dans un mouvement qui place l’intérêt national avant des ambitions et positionnements passagers comme les petits plaisirs et les célébrations, de nombreux Brésiliens et une grande partie de l’intelligentsia de ce pays, s’interrogent ouvertement sur les couts financiers de cette manifestation. Chers lecteurs, voici ce à quoi on reconnait un grand pays et un grand peuple; cette capacité à se détacher de l’émotionnel et de regarder avec acuité et froideur les décisions qui sont prises à son endroit et savoir dire non quand on estime que ces décisions sont mauvaises et à contre-courant de l’intérêt national.


Pourtant, chers lecteurs, nous savons tous que la société brésilienne est très passionnée de football, et que le Brésil n’est pas un pays pauvre, mais en pleine émergence avec une économie en plein boom. Néanmoins, ce peuple, ce grand peuple, aurait préféré à 70% selon les derniers sondages, que l’argent alloué à la coupe du monde soit utilisé pour les dépenses de santé, d’éducation et de sécurité. Pour ces Brésiliens, le peuple n’a pas besoin d’un mondial s’il n’a pas tout ce qui est primordial. Ce n’est le football en tant que tel, ni la coupe du monde que boycottent les Brésiliens, aussi paradoxal que cela puisse sembler, mais les choix de leur dirigeant à privilégier les dépenses de prestige à celles plus fondamentales à la société. Il est patriotique de s’indigner, de s’exaspérer, devant le gaspillage de l’argent public.


Chers lecteurs, le peuple Gabonais pourrait apprendre beaucoup du peuple Brésilien. Combien sont-ils au Gabon à questionner le forum d’Attias, en dehors des Indignés ? Combien sont-ils à s’interroger ouvertement sur les choix ludiques d’Ali Bongo quant aux dépenses de trésorerie nationale?

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE