DISTRESSING FOLKLORE WITHIN UPG: WHAT A POLITICAL PARTY IS, MUST BE REDEFINED. AFFLIGEANT FOLKLORE À L’UPG: IL FAUT PEUT ÊTRE REDEFINIR CE QU’EST UN PARTI POLITIQUE

The Mamboundou family
La famille Mamboundou
Photo: Gabonreview


English Version

The Gabonese people have just witnessed a retrograde political act by some members of the current Board of the Union of the Gabonese People (UPG), the political party founded by the late Pierre Mamboundou. Indeed, dear readers, desolation was the sentiment of republican observers, when they found out that to tip the balance on their side in a conflict concerning the holding or not of a congress by that party, the board members went to recruit people from the biological family of the deceased founder, so that they would settle the matter in their favor; at the same time creating a legal mess regarding the prerogatives of the members of the biological family to intervene in the affairs and procedures of the party, despite the statutes of the party which do exist. It is not unfortunately, it seems, only the ruling parties in banana republics which behave despicably. Some so-called opposition parties are also capable of staggering folklorism.

It is important here to redefine what a political party is. We will not dwell on Western realities, but will remain close to our environment. Over time, from colonization to independence, from the single party to multiparty, the mission of the political party in Africa in general and Gabon in particular, has experienced many changes and fortunes. But it can safely be said without risk of being wrong, that the political party has always been the framework by which the formerly dependent peoples aspiring to greater freedom and justice, expressed their desire for emancipation. In principle, therefore, it is the fulfillment of major national goals that lies behind the creation and action of political parties. When speaking of national purpose and destiny, it becomes clear that the parties deciding to run along tribal or family considerations; or on the basis of the chauvinism of their 'charismatic' leaders, cannot carry out this mission. These parties are doomed to failure.

A party that wants to be national in scope is created, then consolidated, before trying to extend over the largest territorial area possible. This scope is one of the key survival factors and thus one of the most urgent tasks of any party. This is precisely what is lacking in all Gabonese parties, the national implementation, except the PDG which has an artificial implantation due to the fact of its past as a single party enjoying a significant coercion tool, all the means of the State which are used either as carrot to attract members, or as stick to punish recalcitrant.

Since 1990, Gabon stammers around the establishment of a full multiparty system. That is to say, the release of all forms of energy, economic, social, cultural, collective, individual and political; with the aim to organize for the emancipation of the whole country by the free participation of all Gabonese citizens to the management of public affairs. This energy we tried to release, gave free rein to the proliferation of political parties which are legally of national allegiance, but unfortunately, their operation actually was only regional, ethnic and even individual; as is the case with the PDG which is an individual party obeying only to the presence of Omar Bongo and Ali Bongo in power. So much so that in 2009, we all witnessed the forced passage of Ali Bongo who simply argued that the PDG and Gabon were the things of his father and he as heir, was entitled to claim them. Unfortunately there have been many Gabonese citizens who were in a position to block this action; they did not and we are living the consequences today.

We are witnessing a manifestation of the same caricature on the UPG side, where some members of the biological family of Pierre Mamboundou believe that it is their prerogative to decide for all, because it is the party of their relative. Dear readers, we are in 2014, how can some people still be so politically retrograde and claim to work for the advancement of Gabon? Can you imagine if the descendants of John Dube, Pixley ka Isaka Seme and Sol Plaatje, the three founders of the ANC in South Africa, stood up to claim to be the deciders of "their" party? Everyone would find it ridiculous, right? So why do we allow this kind of nonsense in Gabon? The question we ask those who are behind this drift in the UPG is to know how belonging to a family or ethnic group, determines access to a party policy and its operation? Is the admission process into UPG membership is ethnic based? Is its operation ethnically based, is it ethnic or republican? Is it a declared desire, if so, by whom and why?

Those behind the farce that was to drag Pierre Mamboundou’s elderly mother in front of the cameras, so she can gives them reasons not to hold the party’s congress, should be deeply ashamed because they are the agents of the crystallization of that party around the Mamboundou family, and the resulting ethnic cleavage which becomes necessarily a cause for the weakening of the national political and social fabric. It is such acts which will lead to the destruction of the social cohesion of the Gabonese population. The desire to maintain the grip on the party to enjoy the benefits therein, unfortunately stimulates the herd instinct of many indulgent folks; always there to eat, but never to create anything lasting. They are the ones who cause and perpetuate the persistent phenomenon of ethnicization of political parties in Gabon and it is very unfortunate because these hypocrites are the first to speak of a plural Gabon while their actions are limited to a very singular exploitation of their little bit of power.

The development aspirations, the desires of well-being for all, are now the principle and the reference value as well as the unifying factor of the Gabonese people. The building of the republican State is the opposite of any admission of family or ethnic preference in the exercise of power at any level whatsoever.

Shame on these people! What a pity for the political legacy of Pierre Mamboundou!


Version française

Les Gabonais viennent d’assister à un acte politique rétrograde de certains membres du directoire actuel de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), ce parti politique créé par feu Pierre Mamboundou. En effet, chers lecteurs, la désolation s’est emparée des observateurs républicains, quand ils ont constaté que pour faire pencher la balance de leur côté dans un conflit relatif à la tenue ou non d’un congrès dudit parti, ces membres du directoire soient allés recruter des personnes issues de la famille biologique du fondateur défunt, pour que ces derniers tranchent en leur faveur sur la question; créant par la même occasion un capharnaüm juridique sur les prérogatives de ces membres de la famille biologique à intervenir dans les affaires et procédures du parti, en marge des statuts dudit parti qui existent bel et bien. Ce ne sont malheureusement, il semble, seuls les partis au pouvoir dans les républiques bananières qui se comportent de manière folkloriques. Certains partis dits de l’opposition sont aussi capables d’un folklorisme ahurissant.

Il est important ici de redéfinir ce qu’est un parti politique. Nous ne vous parlerons pas tant des réalités occidentales, mais resterons proches du terroir. Au fil du temps, de la colonisation à l’indépendance, du parti unique au multipartisme, la mission du parti politique en Afrique en général et au Gabon en particulier, a connu de multiples mutations et des fortunes diverses. Mais on peut sans risque de se tromper, affirmer que le parti politique a toujours été le cadre par lequel les peuples anciennement dépendants et aspirants à plus de liberté et de justice, exprimaient leurs désirs d’émancipation. Donc en principe, c’est l’accomplissement de grands desseins nationaux qui se veut la base de la création et de l’action des partis politiques. Quand on parle de dessein et de destin national, il devient évident que des partis décidant de fonctionner selon des considérations tribales ou familiales; ou d’un ordre tenant au chauvinisme personnel de leaders « charismatiques », ne pourront mener à bien cette mission. Ces partis seront voués à l’échec.

Un parti qui se veut national se créé, ensuite se consolide, puis essaie de s’étendre sur la plus grande surface territoriale possible. Cette étendue constitue l’un des facteurs primordiaux de survie et donc l’une des tâches les plus urgentes de tout parti. C’est justement ce qui manque à tous les partis Gabonais, cette implantation nationale, sauf le PDG qui a une implantation artificielle due au fait de son passé de parti unique jouissant d’un outil de coercitions non négligeable, l’ensemble des moyens de l’Etat qui sont utilisés soit comme carotte pour attirer les adhérents, soit comme bâton pour punir les récalcitrants.

Depuis 1990, le Gabon balbutie quant à l’établissement d’un système multipartiste intégral. C'est-à-dire la libération de toutes les formes d'énergie, collective, individuelle, politique, économique, sociale ou culturelle ; avec pour but de s'organiser pour l'émancipation du pays tout entier par la participation libre de tous les Gabonais à la gestion de la chose publique. Cette énergie qu’on a tenté de libérer, a laissé libre cours au foisonnement de partis politiques étant juridiquement d'obédience nationale, mais malheureusement dont le fonctionnement en réalité n’en faisait que des partis régionaux, ethniques et parfois même d'individus ; comme c’est le cas avec le PDG qui est un parti individuel n’obéissant qu’à la présence d’Omar Bongo puis d’Ali Bongo au pouvoir. A tel point qu’en 2009, nous avons tous assisté au passage en force d’Ali Bongo qui a simplement fait valoir que le PDG et le Gabon étaient les affaires de son père et que lui en tant qu’héritier, était en droit de les revendiquer. Malheureusement nombreux ont été les Gabonais qui étaient en position de bloquer cette action ; ils ne l’ont pas fait et nous en vivons les conséquences aujourd’hui.

Nous assistons à une manifestation de la même caricature côté UPG, où certains membres de la famille biologique de Pierre Mamboundou estiment qu’il leur appartient de décider pour l’ensemble, car c’est le parti de leur parent. Chers lecteurs, nous sommes en 2014, comment peut-on encore être si rétrograde politiquement et se prévaloir d’œuvrer pour l’avancement du Gabon? Vous vous imaginez si les descendants de John Dube, Pixley ka Isaka Seme and Sol Plaatje, les trois créateurs de l’ANC en Afrique du Sud, montaient au créneau pour réclamer d’être les décideurs de « leur » parti ? Tout le monde trouverait cela ridicule, n’est-ce pas ? Alors, pourquoi se permet-on de faire ce genre de bêtises au Gabon ? La question que nous posons à ceux qui sont à l’origine de cette dérive au sein de l’UPG est de savoir en quoi l'appartenance à une famille, ou à une ethnie, conditionne-t-elle l'accès à un parti politique et son fonctionnement ? Le processus d'adhésion à l’UPG est-il ethnique ? Son fonctionnement est-il ethnique, se veut-il ethnique ou républicain ? Est-ce une volonté affichée, si oui, par qui et pourquoi ?

Ceux qui sont à l’origine de la farce qui a consisté à trainer la très âgée mère de Pierre Mamboundou devant les caméras, pour qu’elle leur donne raison sur la non tenue du congrès de ce parti, devraient avoir profondément honte, car ils sont des agents de la cristallisation de ce parti autour de la famille Mamboundou, et du clivage ethnique qui en résulte et devient forcement une cause d'affaiblissement du tissu politique et social national. Ce sont de tels actes qui mèneront à l’éventuelle destruction de la cohésion sociale de la population Gabonaise. La volonté de maintenir la main mise sur ce parti, pour jouir des avantages y afférent, stimule malheureusement l'instinct grégaire de nombreux nombrilistes toujours présents pour bouffer, mais non pour créer quoi que ce soit de durable. Ce sont eux qui causent et font persister le phénomène d'ethnicisation des partis politiques au Gabon et c’est très dommage car ces hypocrites sont le premier à parler d’un Gabon au pluriel alors que leurs actes se limitent à une exploitation très singulière de leur petite parcelle de pouvoir.

Les aspirations au développement, les désirs du bien-être pour tous, constituent désormais le principe et la valeur de référence ainsi que le facteur fédérateur des Gabonais. L'édification de l'Etat républicain est à l'opposé de toute admission de la préférence familiale ou ethnique dans l'exercice du pouvoir, à quelque niveau que ce soit.

Quelle honte pour ces gens! Quel dommage pour l’héritage politique de Pierre Mamboundou !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI